<<Retour

Périgord Tome 9 (Leydet & Prunis)

Dépouillement des archives des rois de Navarre, conservées autrefois au château de Pau en Béarn, et à Nérac.

Archives de Pau

IV. RECUEIL

 

Note préliminaire (Claude RIBEYROL) :

Le lecteur peut constater (pp. 74-86), que nous n’avons actuellement aucune correspondance avec les références des archives départementales des Pyrénées-Atlantiques pour les anciens chapitres LXI (Armagnac, Gaure, Lomagne, Auvillars etc.) et LXII (Dreux). Un prochain voyage à Pau début 2011 nous permettra d’éclaircir ce point, du moins nous l’espérons.

______________________

page 1 / Chap. 38

Actes des assises tenues à Périgueux, sur le différend qui étoit entre le comte de Périgord et l’évêque de Périgueux, à cause de la haute justice du bourg et paroisse de Bassillac (1316).

In dossier E 696 aux AD64.

[1]Acta assisiae de Petragoris domini senescalli quae fuit die sabbati ante festum Beati Bartholomei apostoli anno M° trecentesimo decimo sexto, quam tenuit nobilis … dominus Johannes de Arreblayo junior miles domini nostri Phil. filii regis Franciae regentisque regna Franciae et Navarrae[2], ejus senesc. petrag. et caturc.

Comparent in judicio, le procureur du comte de Perigord d’une part, et mgr P. d’Arribat clericus procurator domini petragoricensis episcopi, per quasdam litteras sigillo domini episcopi sigillatas, quarum tenor in libro curiae continetur ex altera et Stephanus de Rupe procureur pour 9 autres personnes de son nom les partionarii ex altera, et Daniel de Platea serviens regius et tenens jurisdictionem consulatus[3] villae petragoricensis ex altera … procurator comitis … proposuit contra dictum Danielem quod alta jurisdictio burgi et parrochiae de Bassillaco quathenus protenditur inter decos novos et antiquos villae Petrag., videlicet [-- ----][4] quae est supra terminum et vadum de Rupe prope viam per quam itur de Petrag. versus Bassillacum usque ad arbores dictas Aus Espinasset sitas in via per quam itur de Bassillaco versus Albam Rupem, spectat … ad comitem solum et in solidum. Item quod quidam homo extraneus … comisit furtum in burgo de Bassilhaco[5] … propter quod fugit ad Petrag. et dictus Daniel cepit hominem. Item quod dictus Daniel post et contra appellationem legitime emissam ad nos (senescallum) ab ipso Daniele ne liberaret nec traderet dictum hominem gentibus dicti domini episcopi … ipse Daniel reddiderat … indebite et in dampnum comitis ipsum hominem praeposito domini episcope qui quidem praepositus licet nullum jus haberet dictus dominus episcopus in dicta alta justitia, in crastinum sine aliquo processu … dictum hominem suspenderat in furchis domini episcopi apud Agonacum in aliena castellania … quare dictus procurator comitis petiit dictum Danielem condempnari per nos (seneschal.) ad reddendum sibi dictum suspensum, et de redditione temerari ipsum legitime puniri et super jurisdictione alta dictorum burgi et parrochiae eidem domino episcopo et gentibus suis perpetuum silentium poni … procurator … episcopi praedictum hominem de restitutione avocavit, asserens jurisdictionem altam dictorum burgi et parroch. ad dictum dominum episcopum pertinere, et dictum episcopum esse et praedecessores suos fuisse in possessione vel quasi justitiae memoratae. … Dictus vero Stephanus de Rupe domicellus pro se et suis partionariis vid. jurisdictionem altam praedictam ad ipsos partionarios … in judicium dedere inter dictos (supra) opposuerunt se causae praedictae et dixerunt quod jurisdictio alta et bassa dictorum burgi et parroch. citra terram domini vicecomitis lemovicensis et domini de Altoforte et Petri de Petragoris pertinebat ad dictos partionarios pleno jure, et erant in quasi possessione ejusdem, et quod bassam justitiam tenebant et exercebant in dictis burgo et parrochia pacifice, … licet dominus epicopus eos molestaret et super [alt---bus][6] praedict. … petierunt, procuratoribus episcopi et comitis perpetuum silentium imponi etc… Le seneschal met la haute justice de Bassilhac sous la main du roy jusqu’à ce qu’il en soit autrement ordonné. En parchemin scellé.

______________________

Pariage fait entre les officiers du roi, et Archambaud de Périgord, agissant au nom d’Archambaud IV, comte de Périgord, son neveu (1320).

(référence non connue aux AD64)

[7]Pariage fait entre les officers du roy de France et de Navarre d’une part, et nobilem et discretum virum dominum Archambaldum de Petragoris avunculum spectabilis viri Archambaldi comitis Petrag. ex alia. Le roy met audit pariage… la seigneurie et l’emolument des rentes que le roy nostre sire a en la parroisse de St Front de Peregors, item l’emolument et l’execution du scel lequel est commun et [----] des armes de … chapitre de St Front, mais l’execution est du roy etc… le comte de Perigord confirme le traité sous le bon plaisir de sa mere Brunissende dont non demande la ratification. Acta fuerunt haec in loco vocato de Turre prope Avenion. fluvio Rodani in medio, anno Domini 1320, XV sept., regnante Philip., praesentibus reverendo … domino Archambaldo de … apostol. sedis gratia episcopo Sancti Flori, domino Simone Camberti, domino Helia Vigerii milite, domino Guidone de Bordelia[8], et pluribus aliis (en parchemin, avec le paraphe de P. de Podio, notaire).

______________________

Enquête faite sur la vérification de la justice et autres droits et devoirs seigneuriaux appartenant au comte de Périgord en la ville de Périgueux, à la demande d’Archambaud chanoine de Périgueux et de Boson, chevalier, enfants du comte Archambaud II et frères d’Hélie VII (1305).

In dossier E 824 aux AD 64.

(voir aussi la transcription in extenso in Titres de la ville de Périgueux etc. (pièce justificative n° 29) sur notre site)

[9]Rouleau de 14 pieds et demi de long, du mercredi avant la fete de St Luc, en 1305. Exam. a [---tier][10] devant les commissaires du roy de France par lequel Archambault

page n° 2 / Chap. 38

chanoine de Perigueux et Boson, miles, fils de feu Arch. comte de Perigord, etablissant par la deposition de 26 temoins les droits que Helies comte de Perigord leur grand père avoit dans la ville du Puy St Front de Perigueux.

On trouve : lettres de Philippe roy de France address. à Me Johanni de Hospitali clerico nostro ac senescallo Petrag.[11], salutem ex parte Archambaldi et Bosonis liberorum felicis recordationis Archambaldi comitis quondam Petrag., accepimus quod burgenses seu habitatores villae Podii Sancti Frontonis nonnulla deveria et redditus et proventus annale qui de jure ipsis liberis ratione successionis Heliae Taleyrandi comitis quondam Petrag. avi dictorum liberorum[12] pertinere dicuntur, prout in litteris beati Ludovici avi nostri super hoc confectis continetur, eidem liberis et diu retinuerunt injuste in ipsorum liber. dampnum etc. unde cum timeant … ne propter cenum … vel in absentia quod … producere ad probationem … intendum mandamus et comittimus quathenus testes … examinetis … ad futuram rei memor. ne in posterum jus dictorum liberorum. Si quod habeant, super hoc valeat deperire … Actum Parisius, die mercuri post translationem Beati Martini, anno Domini M CCC quinto, execution des lettres per Joh. d’Arreblayo[13] miles senescal. Petrag. et caturc. Donne commission à André Raphi chanoine de St Front de Perigueux, Datum apud Montem Domae die martis ante festum beati Luchae, an. 1305.

Quarum auctoritate, dit le commissaire, adjornare fecimus et mandari coram nobis Guill. Chatuelli majorem et consules dictae villae quorum dicebatur interesse, ad diem jovis sequent., apud Petrag.. Or voici les articles de l’enquete, dont les temoins donnent quelques notions de faits inconnus d’ailleurs, sur l’histoire du Perigord.

Coram nobis … commissariis … probare intendunt Archambaldus canonicus Petrag. et Boso miles nati inclitae recordationis domini Archambaldi quondam comitis Petrag. jam defuncti contra majorem, burgenses et habitatores villae Podii Sancti Frontonis, quod olim regnant beato Ludovico Francorum rege per arbitrium quod a dominis P. de Ervencuria[14] milite magistro Geraldo de Lemovic. et Garnerio clericis ipsius Sancti Ludovici, coram eodem Sancto[15] prolatum super contentionibus a quaerelis quas habebant ad invicem dominus Helias Taleyrand. tunc comes Petrag. et burgenses praedicti, super quibus ab ipsis partibus compromissum[16] fuerat in eosdem, inter coetera fuit ordinatum quod omnes redditus et omnia jura quae habebat idem dominus Helias comes in villa Podii Sancti Frontronis Petrag. praedicta, de quibus per recognitionem consulum dictae villae vel alias legitimo modo constaret, quod de ipsis erat in possessione pacifica dictus dominus Helias antequam guerram moveret contra burgenses praedictos[17], idem Sanctus quantum viveret idem dominus Helias vel quamdiu eidem Sancto placeret, habet et tenet eorum tamen proventibus per triennum tunc proximum post ipsius prolatum arbitrium.

1)        Distribuend. inter uxores et liberos pauperum occisorum in guerra illa in villa praedicta vel heredibus ipsorum.

2)        Item quod idem Sanctus benigne volens agere cum domino Helia comite supradicto eundem comitem post elapsum triennum praedictum de gratia speciali restituit ad omnes redditus et jura praedicta quae habebat in villa praedicta quae per formam dicti arbitrii, idem Sanctus poterat retinere quandiu viveret idem dominus Helias de quibus sicut promissum a legitime constaret quod de ipsis dominus Helias erat in possessione pacifica ante guerram praedictam.

3)        Idem, quod dominus Helias comes … ante guerram praedictam erat solus et in solidum in pacifica possessione juris exercendi omnimodam jurisdictionem et justitiam temporalem in dicta villa et ejus suburbiis in et inter burgens. Ejusdem et habitatores et alias quascumque personas in et de casibus qui secuntur, videlicet de omni homicidio ibid. commisso, de jure confiscandi bona homicidium commitentis.

4)        Item de omni violentia, evaginatione seu extractione gladii vel alterius ferramentis factis ab uno contra alium, et … levandi ab evaginante seu

page n° 3 / Chap. 38

extrahente interveniret ictus vel non, sexaginta et quinque solidos et unum denarium pro gatgio.

5)        Item de raptu mulierum, esset virgo vel non, et habendi de bonis raptoris, sexaginta et quinque solidos et unum denarium pro gatgio.

6)        De omni crimine falsi, sive in artificio, sive alias committeretur.

7)        [18]Item et de adulterio in quo delinquentes deprehendebantur et fustigandi eosdem committentes nudos currere faciendi per villam vel habendi a qualibet persona in adulterio deprehensa sexaginta quinque solidos et unum denarium, quorum alterum duceret eligendum.

8)        Item et de veneficio sive fachilhas.

9)        Item quod idem Hel. comes … ante guerram praedictam erat solus et in solid. in pacifica possessione tradendi et taillandi mensuras bladi, vini, olei, mellis et salis et mensuram pannorum scilicet alnas, et cubitus et etiam marchas et libras sive las lieuras, et los marx ; et alias mensuras quascumque in dicta villa esset bona vel falsa … et habendi de bonis ipsius qu. per judicium curiae comitis inveniretur tenere falsam mensuram, sexaginta et quinque solidos et unum denarium pro gatgio.

10)    Item jus levandi annis singulis a burgensibus et communitate dictae villae viginti libr. current. de et pro collecta sive talhada, quos nisi in vigilia nativitatis Domini annis singulis solverentur, comes poterat ex tunc pignorare et capere equos roncinos et coetera animalia dictorum burgens. Quae intra vel extra villam invenirentur.

11)    Item quod ante guerram praedictam dominus Helias comes erat in possessione pacifica juris mittendi, convocandi et ducendi exercitum in et de dicta villa et suburbiis ejusdem et habitatores ibidem et pro ipsius comitis libito voluntates.

12)    [19]Item quod ad ejus indictum unus quisque burgensis et habitator dictae villae et suburbiorum ejusdem mittebat et mittere tenebatur eidem domino comiti ad opus exercitus unum servientem armatum armatis competentibus, et qui non poterat habere arma competent. pro uno serviente mittebat et mittere tenebatur unum hominem cum armis quae habere poterat, qui servientes sic missi sequebantur et sequi tenebantur eundem comitem cum armis.

13)    Item quod unus quisque burgensis et habitator dictae villae et suburbiorum ipsius tenens ibi focum non parens ejus indicto hic tenebatur eidem ad gatgium sexaginta solidorum et unius denarii.

14)    Item quod idem dominus Helias ante guerram praedictam erat solus et in solidum in possessione juris habendi et tenendi in dicta villa praeconem sive lacrida.

15)    Item et juris recipiendi annuatim juramentum a singulis hominibus dictae villae et suburbiorum.

16)    Item quod dominus Archambaldus quondam comes Petrag. fuit filius et heres universalis in solidum dicti domini Heliae Talayrandi.

17)    Item quod dicti burgenses et habitatores jura et deveria praedicta hactenus retinuerunt et celaverunt tam ipsis domino Heliae quam etiam domino Archambaldo praedicto licet restituta fuissent per Sanctum Ludovicum.

18)    Item quod de praemissis omnibus erat in ante guerram praedictam et fuit ab inde citra et adhuc est vox et fama in villa praedicta … et toti honoris de Petrag.

19)    Item quod dicti Archambaldus et Boso filii dicti domini Archambaldi habent jus in praemissis.

Le premier temoin age de 80 ans habitant de Perigueux ainsi que tous les autres infra, dixit … quod erat Parisius[20] cum dicto domino Hel. Taleyrandi tunc comite Petrag. et ibi audivit dici quod dictus per gentes dicti domini comitis et quosdam servientes armorum quod sic fuerat ordinatum (ut in 2° articulo) hoc salvo quod audivit dici quod rex tunc retinuerat tantum modo exercitum et lacrida.

Le 2e temoin, 70 ans, Raymundus de Martino, de Perigueux, … quod audivit dici quod dictus dominus Helias Talayrandi fecit aliquam emendam pecuniariam relictis et orphanis viduarum et passis dampnum in dicta guerra … quod bene sunt six anni elapsi dictus dominus Helias Talayr. fecit in dicta villa in carriera de Las Faurgas in loco comitis qui dicitur aula comitis judicare per baiulum

page n° 4 / Chap. 38

et allocatos[21] suos auctoritate ipsius comitis quendam hominem … pro aliquo debito et dixit se olim vidisse bene sunt LX annis quod cum quidam avunculus et patruus dicti testis teneret quamdam adulteram dictam Lapiga, in domo suo, dictus dominus Helias Thalayrandi accessit ad domum dicti patrui sive avunculi et cum pulsaret dictus comes ad hostium et vellet eum capere et punire pro delicto dictus avunculus sive patruus exivit ad fenetram et dixit : « Domine, vos non intrabitis », et dixit cuidam de familia sua : « Porta illi LX et quinque solidos quod pro delicto adulterii non teneor sibi ad plus » … dixit [quod ipso existante pluries in consulatu vidit quod consules ordinabant et percipiebant quod viginti librae solverentur dicto comiti][22] … (et dixit) se vidisse quod dictus dominus Helias comes plures agricolas dictos Los Cheulantz congregari fecerant in ecclesia beati Frontonis et voluit ibi recipere juramentum fidelitatis ab eisdem et cum a duobus vel circiter recepisset hoc sito in villa venerunt plures consules burgenses[23] quorum unus percussit cum palma librum quem dictus Helias comes tenebat, pro recipiendo juramento, et clamaverunt ad arma et fuit ibi comes in magno periculo mortis et ulterius non fuit processum ad receptionem juramenti.

Le 3e témoin Geraldus de Metge, 80 ans … dixit quod bene vidit dictam guerram bene sunt LX quinque anni elapsi in qua fuerint multae strages hominum, et postea vidit quod venerunt inquisitores regii et reportaverunt inquestam, Parisius, et ibi fuit ordinatum, ne scit tamen quid vel quantum excepto quod audivit dici quod dictus Helias comes debuit solvere quemdam summam pecuniar. liber., orphanis et viduis occisorum in dicta guerra, credit tamen quod non fuit soluta.

Le vie témoin, Gill. de Borno, burgens. dictae villae … dixit videlicet quod dominus Archambaldus comes adduxit seu adduci fecit Arnaldum de Vernuelh et dictum Brusdoyra nepotem suum murtorios in dicta villa et ibidem judicare fustigari sive traynari per villam praedictam fecit eos et postea suspendi per geulas congrulas … Super x° articulo dixit contenta esse vera quod viginti libras … vidit ipse testis pluries solvi dicto domino comite a majore et consulibus dictae villae in vigilia nativitatis Domini, pro proferta et non vidit alias pignorari quod bene solvebant dicti major et consules dictas XXti libras super XI. artic. dixit quod dictus Archambaldus duxit secum servientes dictae villae apud Genitz, lemovicensis diocesis. Ne scit tamen si praecario conductitii vel mandati inierunt.

Le 12e temoin, Geraldus de Balho, burgensis dictae villae, 70 ans, dixit quod bene recordabatur de dicta guerra et bene vidit dictum dominum Heliam Talayrandi et audivit dici quod pro his quae commiserat dictus Helias in dicta guerra dominus rex privavit eum casibus jurisdictionis et reddituum quos dictus comes habebat in dicta villa tamen non vidit restitutionem fieri de eisdem.

Le 14e temoin, Helias de Rhodes, burgensis, 70 ans, dixit hoc solum quod vidit dictam guerram et dictum dominum Heliam et dominum Archambaldum patrem suum et audivit dici quod super dictam guerram fuit ordinata quaedam pax per Sanctum Ludovicum quondam regem Franciae super quam fuerunt concessae litterae sed nescit quid continetur in eisdem. … Super septimo articulo vidit quod dictus Helias ante dictam guerram fecit currere hominem nudum quendam hominem vocatum Pausa, per dictam villam, unacum quadam muliere cum qua in adulterio inventus fuerat.

Le 15e temoin, Stephanus de Sancto Laurentio, dictae Villae mansionarius centenarius … vidit dictam guerram et dictum dominum Heliam Thalayrandi et dominum Archambaldum patrem suum; super XI et XII articulis dixit se credere quod gentes dictae villae tenebantur sequi dictum dominum Heliam comitem et semel cum dictus Dominus Helias comes inisset cum armis apud Sanctum Asterium et secum duxisset plures armatos de villa Podii Sancti Frontonis Petragoricensis

page n° 5 / Chap. 38

mandavit majori & consulibus dictae villae quod mitterent sibi retrobannum, et exposuit idem testis retrobannum idest plures homines armatos de dicta villa, et tunc dictus Major qui vocabatur Guillermus Bruneu cepit discurrere per dictam villam, et veniens ad singulas domos clamabat : « Exite, exite Comes », mandavit pro retrobanno gentium armorum et sequamini eum.

Le 16e temoin, Helias de Vernh, praesbiter, 80 ans, dixit quod duo latrones qui commiserant furtum in Villa praedicta quorum nomen unius erat Guill. Chabotz, et de alterius nomine non recolit fuerunt capti per gentes dicti domini Helia; comitis et in ipsius aula, in dicta villa judicati unius ad amissionem auriculae, et alter ad amissionem pedis … super xv° articulo dixit quod ipse vidit quod plures plebei et coloni terrarum dictae villae faciebant juramentum fidelitatis dicto domino Heliae in porticu Sancti Frontonis, et postea venerunt plures burgenses dictae villae et major et consules et expulerunt dictos colonos de dicta villa, eo quod fecerant juramentum.

Le 18e temoin, 60 ans, … dixit quod Johannes de Foltra burgensis dictae villae habebat a dicto domino Helia comite mille libras pro facienda emenda relictis et orphanis occisorum in dicta guerra.

Le 20e temoin, dominus Aymericus Plastolf, miles civis petragoricensis, octogenarius et ultra … dixit quod vidit dictam guerram et dictum dominum Heliam comitem et se audivisse dici quod decem millia solidorum fuerunt traditae Johanni de Foltra burgensi dictae villae pro facienda emenda, relictis et orphanis occisorum in dicta guerra.

Le 21e temoin Helias Companhs, octogenarius, … quod vidit dictam guerram & dictum dominum comitem qui fecit ipsam guerram tamen nomine ipsius ignorat et audivit dici quod fecit emendam relictis et orphanis occisorum in dicta guerra et postea iniit ultra mare[24] … et vidit, bene sunt sexaginta anni quod dictus Comes iniit cum exercitu Petrag. apud Chalutz, nescit si praecario conductitii, vel rogati vel alias inierunt … quod audivit dici publice quod ducenti coloni quos vocabant Chaulans (ou Chaulantz) fecerunt juramentum dicto domino comiti et ob hoc burgenses dictae villae expulerunt illos de villa et habuerunt a patre ipsius testis viginti solidos quia (ou qui) invenerat.

Le 24e temoin Laurentius de Lagarda, parrochianus ecclesiae de Cornilha testis aetatis septies viginti annorum ut asseruit productus super praemissis etc. … dixit quod vidit dictam guerram et dictum dominum Heliam comitem … quod omnis jurisdictio villae Petragor. erat domini comitis petragoricensis et quicumque teneret eandem, quod debebat eam tenere a dicto comiteet audivit dici aliquotiens quod dictus comes habuerat praecario a dicta villa certum numerum servientium.

Le 26e temoin Helias de Capella, draparius burgensis dictae villae octogenarius dixit quod vidit dictam guerram et dictum dominum Heliam comitem et vidit dictos commissarios beati Ludovici cum de eorum nominibus non recolitur et dixit se audivisse dici quod dictus dominus Helias fuit propter dictam guerram ad faciendum emendam relictis et orphanis occisorum in dicta guerra. … et se vidisse tempore domini Archambaldi filii quondam dicti Heliae quod quadam die bene mane ante ortum solis Helias de Verzinas nomine dicti domini Archambaldi fecit currere quamdam mulierem nudam latenter per dictam villam quae quidem mulier deprehensa fuerat in adulterio …

Guilhermus Jaumar, notarius Clericus reg. public. notarius etc.

[---][25] grille en parchemin, en six peaux, chacune marquée au bas de la page de la grille du notaire.

______________________

Acte de l’appellation interjettée par dame Brunissende de Foix, mère et curatrice d’Archambaud comte de Périgord, en cas que les maire et consuls de Périgueux, ou autre commissaire royal voulussent cotiser ou imposer taille ou autre subside sur les officiers du comte (1317 (v. st.)).

In dossier E 617 aux AD64.

[26]Pateat universis … quod anno Domini M CCC° decimo septimo, die jovis post festum Purificationis beatae Mariae, regnante Philippo, Franciae et Navarrae rex, in presentia mei notarii etc., personaliter constituta … domina Brunissendis de Fuxo comitissa petrag. mater et tutrix Archambald., comitis petrag., et bonorum suorum et totius comitatus petrag. gubernatrix, praesente etiam ad hoc Galterio domicelli serviente armorum praedicti domini nostri regis qui dicebatur missus fuisse per curiam ejusdem domini regis ad

page n° 6 / Chap. 38

villam petragoricensem pro compellendae habitatores ejusdem villae ad solvendam collectam eis impositam per majores et consules dictae villae pro solvendo et ad solvendum quamdam financiam quae dicitur facta fuisse per procuratorem ipsorum majoris et consulum cum gentibus dicti domini regis pro recuperatione jurisdictionis consulatus dictae villae et aliis certis de causis dixit et proposuit dicta comitissa … coram praedicto serviente armorum quod praedicti major et consules nullam habebant nec habere consueverant superioritatem nec cognitionem in aliquem seu aliquos de familia sua et dicti comitis filii sui nec in praepositis servientibus vel quibusvis aliis officialibus ejusdem nec eis vel alicui ipsorum imponere poterant nec debebant aliquem talhiam, vel servitutum et cum ipsa domina … temeret quod dicti major et consules de novo vellent imponere alicui seu aliquibus de familias eu praepos. vel servient. etc. … ejus d. dominae et praedicti comitis talliam sive collectam et per potentiam ejusdem servientes vel al. facere exigi seu levari ab ipsis … ipsa domina comitissa … ad dominum nostrum Franc. et Navarr. regem et ejus audentiam appellabat … Acta fuerunt haec in villa Petrag., in hospitio venerabilis viri domini Archambaldi de Petrag. canonici Sancti Frontonis Petrag. patrui dicti comitis anno, die, etc. supra, … praesentibus etc. et me Helia Bruni notarius qui recipit etc….. avec le paraphe, en parchemin.

______________________

Pièces du différend entre le comte de Périgord, et le sindic du chapitre de St Front de Périgueux, sur la création des juge, procureur, et autres officiers du pariage de St Front (1500).

In dossier E 830 aux AD 64.

[27]Noms des chanoines de St Front de Perigueux, en 1500, 26 septembre[28] : P. Colombier, Helias Landries, P. Brosse, [Guillaume d’Abzac dit [La---][29], Jacques des Pretz archidiacre de La Double, Jehan Trichart (dit ici archipretre de Montanceis 1. curé de Chignac. 2. curé de St martin et de Folles)[30], chanoines des 2 eglises][31], Estienne Grasset, J. de Montardit, Louys d’Egurande, Raym. Gentils, Foucault Theolier dit Pilhac [etoit archipretre de Pilhac][32], Archamb. de Montozon curé de Roffinhac, Anth. Parvy curé de St Alvere, Jehan Robbert, Jehan Thibbault le jeune, frere de Jehan Thibbault official de Perigueux, Pierre de Boscmory et Anth. Both. chanoines de St Front [P. Faure grand archidiacre de St Front][33], Anthoine Charonis scyndic dudit chapitre, Bertrand Clementis secretaire et greffier dudit chapitre, tous les [-----][34] sont adjournés devant le seneschal et les presens sommés de repondre aux interrogations que leur fait faire juridict. Alain d’Albret comte de Perigord, etc., s’ils n’ont pas de titre touchant le pariage etc. s’ils savent que suelques uns en detienne, s’ils en ont jamais vu ou eu, si dolo desierient possidere … s’ils savent où sont les lettres originales dudit pariage… en le tresor dudit chapitre y a aucunes des pieces susdites, s’ils savent qu’aucun ait retiré dudit tresor aucune desdites pieces.

Puis une assignation du mois de sept. à Perigueux l’heure de huit heures[35] et neuf heures du matin sont marquées etc. (horloges publics) auparavant on marquait heure de prime, tierce, etc. (contre le chap. de St Front).

Dans cette interrogation, messire Jean de Montardit seigneur de Faure est dit chanoine prebendé de l’eglise de St Front de Perigueux. Plusieurs chanoines avouent avoir vu l’original du pariage scelle en cire verte, du sceau royal, qui leur avoit été remis par un notaire de Perigueux (Genestat) et la nommée des feux dudit pariage.

Maistre Pasquet [----][36] juge du pariage de St Front mort avant 1500.

Requête présentée au roi par Alain d’Albret contre le chapitre de St Front de Périgueux (1500)

In dossier E 830 aux AD 64.

Dans ce même sac cotté 44 contenant les papiers du proces entre le chapitre de St Front est une copie de requete au roy par Alain comte de Perigord. Il y est dit que : le chapitre de St Front de Perigueux par les tres grands parti et faveurs qu’il a en ladite court de Parlement de Bordeaux, pour ce que la plupart des gens d’esglise de ladite court sont chanoines d’icelle[37], et les deux presidens en icelle, c’est ascavoir Lindon premier président en a heu unne par son fils et La Martonie tiers president à la promesse de la premiere vacante par son frere Q., et Calvimont en a unne par son fils, il a convenu en premiere instance … [38]Alain d’Albret comte de Perigord se plaint que le Parlement de Bourdeaux a proufere arrest contre luy, en faveur du chapitre … mis a execution par me Symon Maison conseiller en ladite court et par son proces verbal appert que le dit commissaire a inferé la principale production du syndic du chapitre, laquelle a été falsifiée ez principales paroles, d’icelle pour soustenir ledit arrest … de laquelle fauxeté appert per ecriture publique en ladite court, sans produysre ledit original de la dite production et ad ce moyen la dite court a confermé ledit arrest. Alain demande au roi que cette fausseté … soit constatée par le chancellier et les autres de son grand Conseil, … pour y donner ordre et telle provision que telles faussetés et surprinses cessent et que punition en soit faite qu’il en soit perpetuelle mémoire et chose exemplaire etc. sur papier.

______________________

page n° 7 / Chap. 38

Procédure entre le comte de Périgord Hélie VII et l’évêque de Périgueux, pour raison d’un personnage nommé Bernard Salard, accusé d’un vol. L’évêque demandoit que ce voleur lui fut rendu, comme son sujet, à cause de sa seigneurie d’Agonac (1303).

In dossier E 682 aux AD 64.

Procedure entre le comte de Perigord et l’eveque de Perigueux à raison d’un homme accusé d’un vol commis dans la chatellenie d’Agonac lequel avoit été saisi par les gens du comte. L’eveque revendique le criminel à cause de la haute justice d’Agonac, et procede aux assises du senechal de Perigueux, die martis ante festum beati Thomae apostoli, anno Domini M° CCC° tertio (1303). La requete que presente le procureur de l’eveque commence ainsi : … procurator reverendi patris domini Audoyni petragoricensi episcopi agens nomine procurotario ejusdemdomini episcopi contra[39] nobilem virum dominem comitem petrag. quod nuper tota specialitate dicti domini episcopi et jurisdictione temporali existent. saizita (ou saizitae) auctoritate domini nostri regis Ffranciae illustris et ad amanum domini nostri regis stant. Quidam homo nomine Bernardus Salardi oriandus de castellania de Agonac et ibi moram contrahens furatus fuit quandam equum sive jumentum in castellania praedicta in qua … dominus episcopus habet … justitiam altam et bassam etc. Et cum dictus Bernardus tanquam fugitivus cum dicto equo recessisset, gentes … domini comitis ipsum Bernardum ceperunt et incarceraverunt in districtu dicti domini comitis. Et praefatus [---][40] locum tenens auctoritate regia praecipit ipsi domino comiti quod eundem hominem redderet et remitteret et puniendum et justitiandum prout esset de jure in castro praedicto de Agonaco. Gentes domini regis saepedictum castrum et castellaniam tunc temporis auctoritate regia prout dictum est tenebant et ipsum hominem posuerint ad manum dicti domini regis inhibuitque dictus locum tenens eidem domino comiti ne praedictum hominem justitiavit … et eodem modo precepit et inhibuit baiulus regius petragor. seu ejus locum tenens … et dictus dominus comes tanquam inhobiens … reddere recusavit … quare cum praedicta saizina sit amota et dicta temporalitate praefato domino episcopo et ejus gentibus restituta, petit et requerit dictus procurator … supradictum Bernardum reddi dicto domino episcopo … cum expensis etc. L’acte de procuration de l’eveque nous fait connaitre comment il le qualifioit, en 1300. Elle est inserée ici … sic : Universis … Audoynus, Dei gratia Petrag. episcopus locumque tenens abbatis[41] in ecclesia Sancti Frontonis petragoric., salutem in Domino. Noveritis quod nos epicopatus nostri et abbatiae praedictae ecclesiae nomine facimus consitut. et ordinamus Guidonem de Peronhaco praesbyterum … procuratorem nostrum generalem et specialem … ad recipiendum pro nobis et nomine nostri omnes census, redditus, proventus, exitus, jura et deveria universa episcopatus et abbatiae praedictae … Datum ii non. august. anno Domini M° trecentesimo (en parchemin scellé, à une lemnisque decoupée). Ecriture difficile

______________________

Lettres du roi, adressées au sénéchal du Périgord, par lesquelles il le charge de se faire représenter les titres en vertu desquels les bourgeois de Périgueux jouissent du droit de consulat, et d’en envoyer copie à la chambre des Comptes à Paris (1331).

(référence non connue aux AD64)

Philip. Dei gratia rex etc… senescallo petrag. et caturc. … intelleximus quod homines Sancti Frontonis de Petrag. utuntur consulatu et pluribus casibus jurisdictionis quibus non sunt [----][42] absque nostra aut praedecessorum nostrorum auctoritate seu licencia quod liberare nolumus, nec debemus, ideo mandamus vobis eisdem ex parte nostra praecipiatis et litteras et instrumenta si quas habent super praedictis vobis exhibeant sine mora quarum copiam mittatis. Per portitorem praesentem dilec… gentibus compotorum nostrorum Paris. quibus quanta sit eis fides trahibenda rescribans. Dat. Parisius 28 maii M CCC treses. primo. En parchemin, scellé.

______________________

Sentence arbitrale rendue sur le différend qui s’étoit élevé entre le comte de Périgord (Archambaud III) et les consuls et communauté de la ville de Périgueux (du Puy-St Front), au sujet du droit de faire battre monnoie (1266).

In dossier E 822 aux AD64)

Ramnulfus de Marolio archidiaconum Petrag. Gaufridus abbas Sancti Asterii[43], Petrus d’Armanhac et P. Leudemaria burgenses villae Podii Sanctii Frontonis Petrag., universis praesentes litteras inspect., salutem in Domino. Tenore praesentium fecimus omnibus manifestum quod cum esset dissentio inter nobilem virum Archambaldum comitem petrag. ex parte una et consules et communitatem praedict. villae Podii Sancti Frontonis Petrag. ex altera ; scilicet eo quod dictus comes petebat se se admitti vel restitui ad possessionnem juris cudendi monetam in dicta villa eo modo quo pater suus ante motam guerram quae fuit olim inter ipsum patrem istius comitis ex parte una, et majorem et communitatem dictae villae ex altera, ipsam monetam cudi faciebat quem modum dicebat talem esse, videlicet, quod ipsam monetam cudi faciebat , ut ipse comes dicebat, legaliter ad tres denarios et obolum

page n° 8 / Chap. 38

de argento[44] de lege et marcham de pondere viginti solidorum, et viginti et unius denariorum, ad marcham trecensem, et erat dealbata moneta illa legaliter et erant denarii petragoricenses (3 ou 4 mots rongés des rats) …cha fortiorum denariorum erant post dealbationem ponderis decem et novem solidorum et sex denariorum ad marcham (3 ou 4 mots rongés) majorum denariorum post dealbationem erat ponderis viginti et quatuor solidorum ad marcham trecensem, prout dictus comes (3 ou 4 mots rongés) consulibus et communitate in contrarium asserentibus quod ad possessionem praedicti juris dictus comes erat minime admittendus, seu (3 ou 4 mots rongés) videlicet quod pater suus nunquam fuit in possessione tempore supradicto juris cudenti monetam modo superius pretextato, (2 mots rongés quo petebat dictus comes, et dicentibus etiam ipsis consulibus quod pater istius comitis, praetextu cujus patris, petebat se admitti seu restitui, voluerat, ordinaverat et concesserat quod isto modo sequitur praedicta moneta in ista villa cuderetur, videlicet quod illi qui cudunt dictam monetam cudant ipsam legaliter ad tres denarios et obolum[45] de argento de lege, et de viginti solidis et viginti et uno denariis de pondere, marcham ad marcham trecensem, et quod sit dealbata dicta moneta legaliter, et quod marcha fortiorum denariorum[46] sit post dealbationem ponderis viginti solidorum et sex denariorum ad marcham trecensem, et marcha magis debiliorum seu leviorum denariorum sit ponderis viginti et trium solidorum ad marcham trecensem, et quod nullo tempore alio modo cudatur de (un mot rongé) de pondere prout haec, in quibusdam litteris a dicto patre istius comitis praedictis majori, consulibus et communitati dictae villae super hoc confectis plenius contenitur ; item dicentibus ipsis consulibus quod si a tempore datae dictarum litterarum …… dictam monetam cudi fecit aliquo tempore, quod illud fuit a majore et consulibus dictae villae, ad requisitionem patris istius comitis precario et per gratiam sibi concessum, propter quod hactenus ille non poterat eis prejudicium generare, dicto comite in contrarium asserente. Tendem, post multas altercationes … dictus comes, pro se etc. et dicti consules, pro se etc. super praemissis in nos tanquam in arbitros, … alte et basse compromiserunt… jur. etc., et sub pena centum march. … Nos vero, recepto in nos hujusmodi compromisso, et auditis postmodum et diligenter intellectis utriusque partis rationibus, statuimus et laudando pro bono pacis ordinamus quod praedicti consules non impediant quominus dictus comes supradictam monetam cudi faciat in praedicta villa Podii Sancti Frontonis usque ad instans festum Paschae, et ab ipso festo usque ad tres annos continuos et completos … modo, videlicet quod illi qui cudent dictam monetam (4 ou 5 mots rongés) denarios et obulum de argento de lege, et de viginti solidis et viginti et uno denariis de pondere, march. (6 ou 7 mots rongés) moneta legaliter, et quod marcha fortiorum denariorum sit ponderis decem et novem solidorum (4 ou 5 mots rongés) …censem post dealbationem, et marcha magis debiliorum seu leviorium sit post dealbationem ponderis viginti (6 ou 7 mots rongés) trecensem, et quod sint denarii petragoricenses cum quinque oculis[47] ex utraque parte denarii in forma et litteris consimiles (4 ou 5 mots rongés) propter factum hujusmodi praedictis partibus in litteris, instrumentis, juribus, possessionibus et ceteris omnibus negotium hujusmodi contingentibus (2 ou 3 mots rongés) praejudicium in posterum generetur. Sed elapso dicto termino, quaelibet pars jus suum salvum habeat quod habebat tempore compromissi et eodem jure utatur cum sibi videret expedire, et hanc ordinationem nostram et hujusmodi dictum nostrum, prout est supra scriptum, dictus comes, pro se et suis, et dicti consules, pro se et communitate praedicta, approbaverunt ratificaverunt libenter et gratander. In quorum testimonium premissorum, nos supradicti archidiaconus, abbas, comes, sigilla nostra, et nos

page n° 9 / Chap. 38

consules sigillum communitatis villae praedictae, et ego Petrus d’Armanhac sigillum meum praesentibus litteris apposuimus ad majorem roboris firmitatem, et ego dictus Petrus de Laudemaria, cum sigillum proprium non haberem, sigillo praedicti archidiaconi sum contentus, et scriptor interlineavit monetam[48]. Actum et datum die sabbati post festum Omnium Sanctorum, anno Domini M° CC° LX° sexto et haec omnia facta sunt et a partibus con(mot rongé)ine juris praejudicio alicui. Datum ut supra. Ex autographo, in pergamen. Et pendoient 4 sceaux, dont le 1er est perdu, ainsi que le 3e, il ne reste que des fragments du 4e en cire verte, le second qui est celuy de l’abbé de St Astier est entier. Il n’y paroit pas de crosse, et l’habit paroit comme celuy d’un dominicain sans mitre. Il paroit une espece de capuche sur la tete. Cette charte est fort endommagée par les rats, ce qui a empêché qu’on en lut plusieurs mots. (Caractere ludovicien, assez [mot illis.]).

______________________

Compromis fait entre Archambaud III comte de Périgord, et les consuls et communauté de la ville de Périgueux, et nomination de quatre arbitres pour terminer les différends qu’ils avoient entre eux (1277).

In dossier E 822 aux AD64)

… Archambaldus, comes petragoricensis, et consules ville Podii Sancti Frontonis et civitatis Petragoris in ipsa villa commorantes, le comte pour luy et les consuls, pro nobis et omnibus comburgensis nostris et communitate dicte ville …, compromettent leur differends, in dominum Iterium de Sauzeto militem et Arnaldum La Rocha, donzellum, et Stephanum d’Armanhac et Stephanum de Jovenals … Hoc salvo quod nullum posset fieri prejudicium in ordinatione sive compositione que olim facta fuit de voluntate felicis recordationis domini Ludovici quondam Regis Francorum per dominum Petrum de Ernencuria[49] militem et magistrum Guillelmum de Lemovicis et magistrum Garnerium clericos ejusdem domini Regis inter dominum Heliam Talayrandi tunc comitem petragoricensem et consules et communitatem dictae villae, … promittentes, juramentis … de salva in omnibus domini Regis Francorum voluntate. Et hoc compromissum durare debet usque ad proximum festum Beati Michaelis … et ipsum compromissum dicti arbitri prorogare poterunt, prout voluerint … quod si convenire non poterunt … concedimus quod dominus Symon de Meleduno[50], miles, senescallus illustris domini Regis Franc. in Petragoricensi dyocesi audiat et cognoscat inter nos de omnibus actionibus et quaerelis nostris … cum consilio et voluntate domini Regis Franciae, judicet et deffiniat de eisdem. Et quod senescallus praedictus omnes testes, qui a nobis dictis partibus nominati fuerunt, si necesse fuerit, compellat ad testimonium perhibendum. Et illa pars que dictum sive arbitrium dictorum arbitrorum vel senescalli praedicti approbare … contradixerit, teneatur alteri parti volenti approbare ad poenam in quingentarum libr. petrag. monet. In cujus rei testimonium nos comes … sigillum nostrum et nos consules sigillum communitatis dictae villae presentibus litteris duximus apponenda. Actum et datum die lunae post octabas Apostolorum Petri et Pauli, anno Domini millesimo ducentesimo septuagesimo septimo. En parchemin, et pendent les deux sceaux du comte et de la ville, le sceau du comte de trois pouces de diametre represente d’un côté le comte à cheval armé de toutes pieces, cuirassé carmet en tete , l’epée au vent, le bras etendu et l’ecu devant chargé de 3 lions [---] couronnés & grimpans, tournés sic [dessin][51] et pour inscription + S. ARC etc. Le contre scel est un tres grand ecussus chargé de trois lions grimpans etc. Le sceau de la ville est une maison [----]. Elle a plusieurs tours, ut alibi, et le contre scel occupant aussi tout le revers, en grand, et un roy dessus fiere à l’antique, et le fond du champ est chargé de grandes fleurs de lys.

______________________

Vente du mainement de Leymerigie, faite par Etienne Velate et Hélie de Leymerigie son gendre, du lieu de Mensignac, à Léonard Lamic de la même paroisse (1485).

(référence non connue aux AD64)

[52]Contrat en parchemin signe Mazelerii notaire, apud Mensinhacum, 3 april. Post Pascha 1485, par lequel Etienne Velate et Helie de Leymerigia son gendre, du lieu de Mensinhac, dioc. de Px, vend à Leonard Lamic du lieu de la Jordonie même parroisse le meynement de Leymerigia cum suis pertinentiis et omnimo de fundalitate et directo dominio situm in praedicta parrochia de Mensinhaco, confront. cum itinere quo itur de Mensinhaco versus Insulam, ex una parte, et cum itinere quo itur de Mensinhaco versus molendinum de Roffeliot ex alia, et cum [----][53] de Podio Ferrand, ex altera, et cum pertinentiis de La Martinia, partibus ex reliquis una cum omnibus … juribus … pretio 22 l. 12 s. 6d. tourn.

______________________

Fondation d’une certaine solemnité en l’honneur de St Cybar, dans l’église St Front de Périgueux par le chapitre de cette église, pour laquelle il fut assigné 25 sols de rente annuelle, à l’intention d’Archambaud III comte de Périgord, en récompense de certaines rentes amorties par le comte (1273).

In dossier E 822 aux AD 64.

[54]Nos capitulum ecclesiae ecclesiae Sancti Frontonis Petrag. Notum facimus universis quod cum karissimius amicus noster nobilis vir Archambaldus comes petrag. nobis et ipsi ecclesiae libenter ad praeces nostros maynamentes heredes seu habitatores seu tenentiarios nostros terrarum nostrarum de Podio Jaragnia, de la Folcaudia, de la Beynechia sitarum in parrochia beatae Mariae de Vernhio ab omnibus talhis, quaestis, extortionibus, manoperis,

page n° 10 / Chap. 38

angariis et perangariis et omni genere deverii et servitutis pro se et suis solveret in perpetuum et quittaverit necnon quiquid juris et deverii cujuscumque habebat in maynamentis terris hominibus etc. de la Pergeria sitis in parrochia de Bolazac nobis et ipsi ecclesiae dederit concesserit totaliter in perpetuum et quittavit nos liberalitatem et gratiam hujusmodi attendentes in recompensationem praemissorum ad honorem beati Eparchii de quo idem comes habet fiduciam plenorem, solemne festum cum luminari decenti pro ipso comite et progenitoribus suis kalendis julii celebrare promittimus annuatim ad quod faciendum viginti quinque solidos renduales specialiter assignamus ad quos solvendos ad hoc nos et ipsam ecclesiam obligamus, in cujus rei testimonium praesentibus litteris sigillo nostro duximus consignandas. Datum V. idus junii, anno Domini M° CC° LXX° tertio. Ex autograph. Et pend au bas une lemnisque de parchemin à queue double, le sceau est tombé.

______________________

Lettres par lesquelles le chapitre de Périgueux cède à Archambaud III comte de Périgord, un droit de dixme qu’Emenon de Périgueux et ses enfants avoient engagé à Aimeric de Longa, abbé d’Aubeterre, et que le comte avoit racheté. (1272).

In dossier E 613 aux AD 64 (doc. non disponible).

[55]Capitulum Petrag. dilectis suis omnibus et singulis ballivis decimae burgi et parrochiae d’Avancenx salut. et dilect. Cum nos ex certis causis et rationibus tradiderimus et reddiderimus karissimo nostro Archambaldo nobili comiti petragor. illam decimam cum omni jure suo quam bonae memoriae Emeno de Petragoris et ejus filii olim domino Aymerico de Longo Vado[56] quondam venerabili abbati albaterrensi titulo pignoris obligaverunt, idemque comes nobis ad plenum satisfecerit de pecunia pro qua dicta decima fuerat obligata volumus et praecipimus vobis sub praesentium testimonio litterarum quatinus eidem comiti de hiis in quibus nobis respondere consuevistis ratione obligationis praedictae de cetero respondeatis libere et de plano quos a vinculo obligationis quo nobis tenebamini vos prorsus absolvimus et quittamus alia jura nobis ex inde debita ex causis aliis nobis et nostris successoribus integre retinendo, in cujus rei testimonium sigillum nostrum praesentibus duximus apponendum, datum die lunae ante festum beati Laurentii, anno Domini M° CC° septuagesimo secundo. En parchemin et pend la lemnisque decoupée au bas, et repassée par une fente etc. Le sceau est tombé.[57]

______________________

Quittance de la somme de 550 deniers d’or, autrement appelé francs, donnée à Archambaud V, comte de Périgord, par Bernard Favier, marchand et compteur des consuls de Périgueux, en laquelle ledit comte et Bertrand Duguesclin étoient tenus envers ledit Favier (1370 v.st.).

In dossier E 630 aux AD 64 sous le titre :

« Quittance donnée par Bernard Favier, député des habitants de Périgueux à Archambaud V, comte de Périgord, pour 550 francs d'or qu'il avait reçus de Raymond de Beynac et de Raymond de Buxière, procureurs du comte; cette somme avait été empruntée aux habitants de Périgueux par Bertrand Du Guesclin et par Arnaud d'Espagne, seigneur de Montespan ».

[58]Quittance en faveur d’Archambaud comte de Perigord de la somme de 550 d’or appelés franx. Datum Petrag. die XIIa mensis martii circa et post (2 mots dechirés) anno Domini 1370, indictione nona ponficatus Gregorii papae … anno primo etc… les tables mettent sous l’an 1370 l’indiction 8, mais comme l’indiction constantinienne commencoit le 24 septembre, le 12 mars on comptoit 9 d’indiction (quod not.) en parchem., Bernard de Cesserones notaire à Perigueux.

Universis notum sit quod … ego Bernardus Favier mercator et comutator in anno seu annata proxime praeteritae sunt in festo proxime lapso Beati Martini hyemal. majoris et consulum communitatis villae et civitatis petragorisensis qui tunc erant in anno et [---]][59] praedict., regonosco … me habuisse et recepisse aspectabili viro domino Archambaldo Dei gratia comite petragor.[60] tam per manu Raymundi de Beynaco quam etiam Raymundi de Buxia procuratorum ipsius comitis in diversis percellis quiginta quinquaginta denarios auri vocatos franx, bonos legalis recti ponderis de summa septies et quinquaginta denariorum auri vocatur franx, in quibus tam ipse dominus comes quam dominus Bertrandus de Claguéré dux de Maliches comes de Longavilla et dominus Sorie, quam etiam dominus Arnaldus de Yspania, dominus de Monte Yspano miles, videlicet dominus Bertrandus in ducentis et quiquaginta, dictus dominus comes in centum et quinquaginta et dictus dominus Arnaldus in ducentis et quiquaginta denariis auris vocatis franx de praedictis michi dicto Bernardo computatori tenebantur, et erant in solidum efficaciter obligati prout in quibusdam litteris sigillo Petragor. curiae sigillatis… sub data diei lunae ante festum Nativitatis beatae Mariae virginis

page n° 11 / Chap. 39

quae fuit II dies mensi septembris[61] anno Domini millesimo CCC° septuagesimo, plenius continetur. Acta fuerunt haec … in villa Petrag. ann. Domini 1370, … die VII mensis martii … circa et post … (indict. nona etc., en parchemin, scellé, ex autographo.

______________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE XXXIX – BOURDEILLES

Vente de 18 deniers de rente, assise sur une pièce de terre étant dans la directité de Bertrand de Born, seigneur d’Hautefort et de Tenon, qui en donna l’investiture, et y apposa son sceau. (1346)

In dossier E 692 aux AD 64.

[62]Contrat par lequel Helie Riperii de la parroisse de Costuris vend à Jehan Gaufridi clerc 18 deniers de rente annuelle sur une piece de terre [---] de feudo et directo dominio domini de Altoforti, sit. in loco vocato Al Mahias [---------- de Custuris etc.][63], et nos Bertrandus de Borno, dominus de Altoforti et de Teno et rerum praedictarum recognoscentes nos habuisse a dicto clerico vendas, honor. et capit. solidorum quae nobis competebant ratione et nomine hujusmodi duximus apponendum salvo jure nostro et etiam alieno ad majorem roboris firmitatem, datum die martis in festo beati Luchae evang., anno Domini M° CCC° quadragesimo sexto. In pergam.

______________________

Ratification faite par Roger-Bernard, comte de Périgord, de la donation qu’il avoit faite au cardinal son frère, du lieu et château de Bourdeille avec la cession faite au  même cardinal, par son dit frère, de tout le droit que ce dernier pouvoit avoir sur les terres et seigneuries qui furent à Jeanne de Périgord, dame de Laverdac, leur tante ; avec interposition du décret du sénéchal de Villeneuve-d’Avignon (1343).

In dossier E 704 aux AD 64.

[64]Decret du seneschal de Villeneuve d’Avignon, intervenant sur : ratificationes, infirmationes, donationes, cessiones et concessiones facta per dominum comitem petrag. rever. in Xpo, pretre, domino Talayrando [----][65] divin. tit. sancti Petri ad vincula, presbyter, cardinalis castro et loco de Burdelia petragoric. dioces. cum juribus et pertinentiis suis universis [---][66] duodecim librat. terrae turon. rend. quas praedictus dominus rex Franciae [de…] comiti pro se et suis ad perpetuum reddere promisit et etiam assignare necnon et de omni jure quod eidem domino comiti pertinebat seu pertinere poterat in futurum in tota terra quae quond. … fuit bonae memoriae dominae Johanne de Petragoris dominae de Laverdaco amittae ipsorum dominoruum cardinalis et comitis. La datte de cette concession etc. est : in turri regia que est ante Avenionem in capite pontis Rodani a portu regni Franciae, regnante Philipp. anno a Nativitate Domini M° CCC° quadragesimo tertio. Ce decret est est de l’an 1343, die … , en parch., en presence des procureurs domini cardinalis abbatis, et du procureur de Roger-Bernard, comte de Perigord, etc. en parchemin, scellé.

______________________

Acte par lequel Bernard de Maumont, abbé de Brantôme, donna à foi et hommage à Gérald de Maumont son frère la moitié de la terre et châtellenie de Bourdeille, ce qui fut confirmé par sentence arbitrale, et l’hommage réservé à l’abbaye de Brantôme.

In dossier E 704 aux AD 64.

[67]Vidimus fait en presence de : Universis etc. Dei patientia Guillermus engolismensis et Raymundus Petragor. episcopi, Bernardus abbas monasterii brantholmiensis, magister Geraldus de Malomorte, Aymericus Poncii praepositus cappellae Montis Maurelli ac de Perdicio ac de Palengas procuratorque conventus, ac Stephani de Goyas, et plusieurs autres religieux de Brantome, … Guillelmus Rigaudi prior claustralis, Petrus Bern. cantor, etc… salutem. Litteras felicis recordationis domini Nicholaï papae quarti cum vera bulla …. Nos episcopum engolismens. recepisse in hac forma Nicholaus episcopus etc. episcopo engolismens., salut. Illa salubris est et apostolica digna favore … decisio juris quae intervenit pacem inimica inter partes etc., siquidem quod inter venerabilem fratrem nostrum episcopum et dilectos filios capitulum Petragoris et priorem et conventum monasterii Brantholm. ordinis Sancti Benedicti petragoricensis dyocesis ex parte una, et dilectum Bernardum qui se asserit abbatem dicti monasterii et magistros Geraldum et Heliam de Malomorte cappellanos nostros fratres ipsius Bernardi super et quod dictus episcopus, abbatem ipsum a regimine abbatiae dicti monasterii, episcopo predicto, ut asseruit, ipse, subjecta, ex certis causis auctor tale ordinaria amovisse[68], ac idem Bernardus propter hoc ad dilectum filium nostrum .J. titulo sanctae ecclesiae cardinalem tunc in illis partibus legatum sedis apostolicae appellasse se dicitur quod Bernard. et conventus medietatem castri et castellaniae de Burdelia praedicti dyocesis ad monasterium ipsum spectantium atque legitimo consensu dictorum prioris et conventus qui in hoc de jure intervenire debebat, eidem magistro Geraldo retrofeudasse dicitur quodque episcopus et capitulum praefati eidem magistro Heliae quem dictus legatus suae legationis auctoritate in petragoricens. ecclesia ubi canonicorum recepto[69] ad episcopum et capitulum praefat. ut dicitur communiter spectat et in qua non est distinctio praebendarum mandaverat admitti in canonicum, et sibi de praebenda providere super receptione ac pensione hujusmodi se apponit ad sedem ipsam propter hoc praedictum capitulum appellentes dicto Bernardo qui pro abbatem se gerit non memorati ac cappellanis praefatis contratium asserentibus super hiis et aliis ea tangentibus et emergentibus ab eidem ex altera graves et diversae aut materiae

page n° 12 / Chap. 39

quaestionum et scandala in illis partibus, … nos igitur more regis pacifici domini Jhu Xpi cujus licet immeriti vices tenemus in terris ... per amicabili et compsitionis tractat. et ordination. Jhudeas terminare … Datum Reatae VII idus septembr. pontificat. nostri anno secundo[70], en vertu de cette bulle l’eveque d’Angouleme fait l’accord tel que je l’ai déjà extrait dans les archives de l’eveche de Perigueux, etc.

Tout ceci est fait sur un vidimus fait, die dominica post festum apostolorum Petri et Pauli videlicet prima die introitus julii anno Domini millesimo trecentesimo decimo nono indict. secunda, pontificat. Joan XXII ann. 3°, à la requisition rever. patris in Xpo domini Petri Dei et apostolicae sedis gratia abbatis monaster. Brantholm. ordinis S. Benedicti. La sentence de l’eveque d’Angouleme est donnée, apud Marolium petragoricensis diocesis an. 1294, mardi avant l’assumption de la Ste Vierge, videlicet IIII° idus augusti, praesentibus … magistr. Johanne Decimarii burdigal., Petro Odonis, Geraldo Delobeen, engolism. Petro Ebroicen., Jacobo Duza, Petrag. ecclesiar. canonicis domino Guillelmo de Monte Andronis, vener. Le Guen professore … et nobili viro domino Roberto Montis Berulphi milite, ejusdem engolism. dioc. L’eveque d’Angouleme declare que l’eveque et l’abbé ont agi selon leurs consciences en agissant ou en se deffendant, que les sentences d’escommunication et de suspenstion etc… de la part de l’eveque ou de son official refferent, sont sans valeur, sans effet, que l’eveque approuvera la reinfeodation  medietatem castri et castellaniae de Burdelia juris et pertinentiarum eorumdem quae quondam fuerunt defunctae dominae Johanne[71] et heredum suorum, que l’abbé Bernard soit retabli dans son premier etat, que les moines luy rendent l’obeissance, que Helie de Fayole moine de Brantome, quondam electus Brantolm., soit remis dans l’administration de son prieure de St Laurent de Combis, diocèse de Saintonge et que en outre il ait le prieuré de Bourdeille avec ses appartenances, que les moines rappellés à leur cloitre ne soient point remis à leurs administrations, jusqu’à ce qu’ils ayent addressé au souverain pontife et au roy des lettres de supplication par lesquelles ils demandent  la confirmation  de la donation ou reinfeodation faite à G. de Malomorte. Item quod monaster. Brantolm. sit et remaneat in illo statu et sub illa subjectione in qua erat praefato domino episcopo … ecclesiae Petrag. tempore nobilis …. Quod dominus Petrus qui nunc est et ejus successores habeant et recipiant procurationes monaster. Brantolhm., et quod abbas et successores sui veniant ad synodos episcopi Petrag. etc. probabiliter se accusent prout praedecessores ipsorum percipere et facere consuaverunt … que G. de Malomonte fasse deux hommages à l’eveque de Perigueux pour les lieux de Biras et de Puy de Fourches et pour le fief que Gui de Rupe a donné au dit magistro G. de Malom., n’entendant prejudicier en rien au monastere de la Chaise-Dieu dans la subject. et les droits que ce monastere assure avoir sur celui de Brantome, et en parchemin. (Ex authentico, avec le paraphe du notaire Raymundus de Charzavelli).

______________________

Sept quittances données par Arnaud de Bourdeille, des gages à lui payés par le comte de Penthièvre, pour la garde de la place et château de Bourdeille ; elles sont de différentes dates, mais la dernière est de 1454.

In dossier E 704 aux AD 64.

[72]Quittance de Arnault seigneur de Bourdeille et de Brantome pour laquelle il declare à Jeanne de Penthievre avoir reçu de ses gages à cause de la garde et gouvernement de la place de Bourdeille … St Michel M CCC cinquante jusques à l’autre que l’on comtera 1451. C’est à sçavoir un harnois accomply que mondit seigneur a fait delivrer de mon vouloir et à ma priere au seigneur de Chabans d’Agonac pour le prix de 25 ecus neufs et à Jeannot de Bruzac seigneur de Montardy, pareillement un autre harnois pour autres 25 ecus etc… Le dernier juin M CCCC cinquante (vestige du cacher plaqué sans ouverture). Un papier autre de 1451. Autre de 1447 en parchemin et pend un sceau en cire rouge où l’on voit les vestiges des pattes de griffon. Autre de 1454, il y prend le titre de seigneur de Bourdeille et de la Tour Blanche. Autre par lequel Arnaud, seigneur de Bourdeille et de Brantome, reconnoit avoir reçu, de mon tres redouté seigneur monseigneur le comte de Penthievre et de Perigord vicomte de Lymoges, les sommes que s’ensuivent , à scavoir cinquante ecus ou reaulx d’or que Monseigneur m’a assigné sur la vicomté de Rochechouart, item trente et cinq ecus ou reaux d’or ou la valeur en un cheval que mon seigneur m’a fait bailler … qui fut de Pierre seigneur de Roye, de poil moureau. Item quatre vingt reaux ou ecus etc… Item trente ecus ou reaux d’or que mondit seigneur m’a assigné sur la terre de Mgr l’eveque de Perigueux et chapitre de Periguers, et sur ma propre terre et sur aucunes esglises[73] du païs de Pierregort environ Bordeille et Agunac et ce en rebat et deduction de ce que ne peut etre dû pour le fait et delivrance de la place de Vernode … somme cent quatre vings et quinze reaulx ou escus d’or … le 4 janvier M CCCC quarante et ung, signe Bordelhe, et reste un vestige d’un sceau plaqué en cire rouge avec trois incisions en papier. Dans une autre quittance de l’an mil CCCC quarante hun, lo XXVIII jor d’octobr. Arnaud de Bourdeille reconnoit encore avoir reçu cinquante reals per la deliouvranca de Vernode. Autre quittance de 1451, 24 fevrier.

page n° 13 / Chap. 39

(in dossier E 704 aux AD 64).

[74]Dans un arrete de compte entre Jean de Penthievre vicomte de Lymoges, comte de Perigord et le seigneur de Bourdeille, de l’an 1444 17 mars, fait, visé par Thibaud du Tréon, capitaine d’Exideuilh, il y est fait mention de XL reaulx, que Mr de Bourdeille a reçu pour le fait de Sorzac[75]. Il y est dit que dix marcs d’argent fin valoient XL reaulx, le IX decembre delivrés au chapelain dudit sgr de Bourdeille et à sa trompette à Limoges. Ce compte est signé au bas … du consentement de Mgr le comte et de Mr de Bourdeille au lieu de Montignac, le XVIIe jour de mars M CCCC XL quatre, et signé de leur commandement, J. Ranconnet.

______________________

Lettres de Jean fils aîné du roi de France par lesquelles il donne à Roger-Bernard, comte du Périgord, les communs de Celle, Bourdeille, Bertric, etc. en paiement de 10000 livres tournois que le comte avait fourni pour le roi Philippe de Valois. (1345)

In dossier E 624 et E 704 aux AD 64.

[76]Johannes primogenitus et locum tenens regis Franciae dux andegav., etc., Notum sit quod cum dilectus et fidelis noster comes petragoricensis certa conventione inter nos et ipsum super hoc inita castra sua et loca in fronteriis inimicorum regis situata cum ducentis hominibus armorum et quadringintis servientibus a festo beati Martini yemalis nuper praeterito usque ad festum Paschae, pro duodecim millibus libris turon. sibi a dicto domino genitore nostro solvendis custodire teneatur, nos eidem comiti in solutionem decem millium librarum de praedictis duodecim millibus libris. deducendarum communia dicto genitori nostro vel nobis debita in castro et castellania de Burdelia ipsius commitis communia et jurisdictionem locorum et parrochiarum de Cella, de Bertrico, de Vertelhaco, de Cosaiguiis, de Sancto Privato, de Podio Corberii et vendas regias quae sunt in pariagio cum capitulo Sancti Frontonis necnon communia debita in burgis et parrochiis de Marsanes, de Brolio, Ecclesiae Novae d’Uschel, de Senilhaco, de Sancto petro Lanès, de Corsaco, de Colompnes, de Marsaco, et de Roffinhaco cum jurisdictione dicto communi pertinente per ipsum comitem tenendum et possidendum ex nunc auctoritate regi nobis concessa et nostra, tradimus et assignamus sub hoc pacto quod si infra festum beatae Mariae Magdelanae proxim. venturum ipsi comiti summa praedicta decem millium librarum pro dicto genitore nostro vel nobis tradita fuerit vel soluta, dicta communia cum dictis vendis et jurisdictione ad domanium regium vel ad nos libere revertantur. In vero de dicta summa decem millium librarum praedict. comiti memorato non fuerit infra terminum proximo dictum ad plenum satisfactum, volumus et concedimus quod eidem comes et sui heredes dicta communia cum vendis, jurisdictione praedictis pro dictis decem millibus libris perpetuo teneat et possideat, sibique et suis in hereditatem perpetuam[77] … pleno jure et dicta communia cum praedictis jurisdictione et vendis ex nunc prout ex tunc eidem comiti et suis auctoritate sua supra cedimus, tradimus perpetuo et quittamus, quo termino festi beata Mariae Magdalenae lapso super valore communium, jurisdictionis et vendarum praedictarum fiet legalis extimatio secundum consuetudinem patriae et prout in illis partibus communia, juridictiones et vendae extimantur quae si plus decem millibus libris inveniantur valere per extimationem praedictam dictus comes aut sui praefato genitori nostro vel nobis satispacere de plus in pecunia tenebitur, et si minus reperiantur valere, illud dictus genitor noster vel nos tenebimur supplere comiti memorato. In casu vero divina spirante gratia infra dictum terminum Paschae pax fieret vel treugae darentur, de decem millibus libris supradictis eidem comiti prorata temporis a dicta pace vel dictis treugis erit defalcatio facienda omnia et singula praemissa tenere dicto comiti et suis auctoritate praedicta et nostra promittimus et eadem contra quoscumque garentire regio et nostro in aliis et in omnibus alieno jure salvo. Quod ut firmum et stabile perseveret praesentibus litteris nostrum secreti sigillum absente majore fecimus apponi. Datum Castellioni supra Adriam, anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo quinto mense novembr. Ces lettres sont confirmées par le roy Philippe de Valois pere du duc Jean, dans une charte, donnée à Paris en 1346 au mois de novembre, dans laquelle la concession supra est inserée au long, en parchemin, sur le repli, per dominum regem ad relationem vestram, et plus bas [-----][78] collatio facta est, et pend un cordon en fil de soye rouge et verte (sceau perdu).

______________________

page n° 14 / Chap. 39

Donation faite par Roger-Bernard, comte de Périgord, à Talayrand, cardinal de Périgord, son frère, de la ville et châtellenie de Bourdeille (1342).

In dossier E 704 aux AD 64.

Acte du don que Roger-Bernard, Dei gratia comte de Perigord, fait à son frere le cardinal Talayrand son frere (sic) du château et chatellenie de Bourdeille qu’il dit avoir reçu du roy en eschange pour ses droits sur Bergerac. Il declare qu’il a fait sceller ces lettres de son grand sceau, nostro magno sigillo et qu’il a requis Raymond de Marsilhaco clerc, judex major et locum tenens senescalli petrag. et caturc., d’interposer son decret à cet acte d’où pend le sceau du comte à une bande de parchemin passée, à double queue, en cire rouge. D’un côté l’on voit le comte armé de toutes pieces l’épée au vent, le cheval au grand galop, on distingue deux lions grimpans sur la selle, et deux autres courans sur le derriere et un cinquieme sur le capparaçon ou drap qui pend sur le devant et pres de la jambe du cavalier. Le contrescel est un petit ecu chargé de trois lions grimpans, le sceau du juge mage est tombé, il ne reste que l’attache en parchemin passé. Cette donation est datée in castro de Radulfia decima tertia mens. april., ann. 1342. En parchemin (autograph.). Cet acte est imprimé dans Baluze, Vitae Paparum Avenionensium, tome 2, col. 603-605.

______________________

Procès-verbal des usurpations que le seigneur de Bourdeille avoit faites au préjudice des comtes de Périgord, dans la terre de Bourdeille (c. 1470).

In dossier E 704 aux AD 64.

[79]Dans un proces verbal des usurpations faites par le sgr de Bourdeille sur les comtes de Perigord. C’est un mémoire en papier non signé, ecrit vers 1470, contenant les objections que les gens de Mademoiselle (je crois que c’est Françoise de Bretagne) faisoient au seigneur de Bordeille, et à la suite de chaque article sont les reponses de celuy-ci. J’ai remarqué les choses suivantes pour servir d’eclaircissements :

A l’article V, on objecte : Item leve de Bourdeille. Le droit de commun apartenant à Mademoiselle en plusieurs hostels nobles et maynes de la jurisdiction de Mlle et tenus d’elle par hommages et autrement.

(Reponse de Mr de Bourdeille) : Mr de Bourdeille dit qu’il a usé de son droit et pour le monstrera induit une sentence et apointement donné par le seneschal de Guienne contre les gens du roy de la seneschaussée de Perigueux et au profit des chevaliers et escuyers dudit Bourdeille en date de l’an mil IIII(c) XIX par lequel fut ordonné que les dits chevaliers et escuyers avoient droit de prendre le droit dudit commun  de deux feux des leurs, et plus a produit ung registre et papier de recepte dudit commun de l’an M CCC XXX VIII par lequel appert que lesdits chevaliers levoient lesdits feux, et dit Mr de Bourdeille que luy en compte XII feux.

(Replique des gens du comte) : Le dit apointement produit fut fait par le seneschal de Guienne et donné à Bourdeaux etant angloys, où ne ressortissoient pas ceux de Perigord, et ne doit tenir et supposé qu’il deust tenir. Si fut ledit apointement fait en faveur des personnes desdits chevaliers et escuyers dudit de Bourdeille et non pas à cause de leurs heritiers, et si l’un desdits nobles succede à tous les autres, attendu que ledit privilege est personis, il ne doit lever que pour ung, et si faut droit qu’il le levast tant sur les feux etant tout en la seigneurie de mondit seigneur que de Mademoiselle.

Replique ledit de Bourdeille que tous les communs de la duché de Guienne etoient anciennement du duc de Guienne[80] et pour ce ledit seneschal en poroit et devoit connoistre et pour ce fist ledit apointement et à la Regle et non pas à Bourdeaux comme il apert par ladite lettre de l’apointement qui ne fait point mention qu’ils fussent anglois et le fist à la grand foule desdits chevaliers et excuyers, car ils souloient avoir plus grand titre et fut fait tant à cause de leurs personnes que de leurs heritages, et part, bien que tous ceux qui ont succedé ez heritages d’iceulx nobles, ont depuis levé et joy desdits communs, par quoy ne fault point cerchere ces choses audit de Bourdeille qui est serviteur de l’hotel de Mademoiselle, et ses biens l’ont toujours esté, et tous les autres nobles joysant bien et en ont toujours joy sans nulle contradiction des leurs communs.

Au IXe article, est dit par le sgr de Bourdeille contre Mademoiselle qui disoit que la parroisse de Bouloneys etoit de sa jurisdiction, que le riou dit Boulo fait la partition des deux seigneuries, une partie est à la comtesse, et le bourg de Bouloneys et partie de ladite parroisse appartient au duc de Bourdeille.

A l’article [II--][81] des demandes du seigneur de Bourdeille, autre article qui parle de la vigne de St Just et de Paussac, vu les lettres es de Mr de Bordeilles de date de l’an mil IIIc XLI, par lesquelles appert que Arnault de Leisle cognut tenir la dite terre partie de la vigne de St Just de Paussac de mondit Sgr de Bordeilles, et replique ledit de Bourdeille que … au regard de la possession que madite Mademoiselle a de ce qu’elle tient es dites parroisses n’est que surprises qui ont été faites le temps passé sur les predecesseurs dudit de Bourdeille, que despuis le partage de Bourdeille, la part que madite damoiselle y tient a esté premierement entre les mains de Me Giraud de Maumont qui estoit un grand et puissant

page n° 15 / Chap. 39

tyran qui prenoit à dextre et à senestre, après vint au roy et après à messieurs les comte de Pierregort contre lesquels ledit de Bourdeille ne les siens n’ont peu resister, et comment l’eussent-ils peu faire que ledit de Bourdeille qui est de present que pour bien qu’il informe ne par lettres ne pas tesmoins ne peut pas venir à nul bout ne à nulle chouse de madite demoiselle, de laquelle luy et les siens ont eté toujours serviteurs et mis beaucout du leur, dont le recompensent tres mal.

Au VIIIe article des demandes, touchant le meyne de Beaulourdet parroisse de St Julien, Mr de Bourt a monstré en son papier que Aymeric de Braulourdet clerc dit Rigaut de St Julien cogneust à noble homme Guy de Bourdeille sgr en partie dudit lieu un sextier de froment en l’an mil IIIc XVII. Les gens de la comtesse ajoutent mais n’est pas dit de quoy ny est escripture signée ne en forme qui face foy pour quoy Mr de Bourdeille puisse avoir droit audit mayne, ne en proprieté ne en rente.

Replique ledit de Bourdeille qui n’estoit tenu de rien monstrer, parceque c’estoit en sa justice[82], mais devoit bien faire monstrer, mais il ne vouloit pas tenir les termes que l’on luy a tenu, du regard de l’escripture elle est en papier de notaire, signé en plusieurs parts[83], en quoy on doit ajouter foy et pour commission il le fera mettre en forme publique, et alors apparition que ce n’est pas escripture privée mais puisque ainsi est, il verra par sa justice meme, s’il y doit avoir droit ou non, ne s’il en y a d’autre meilleur que le sien.

______________________

Fragment d’un titre qui fait connaître comment une partie de la terre de Bourdeille est sortie de la maison de ce nom (1283(v. st.)).

(intitulé « Pariage entre l'abbé de Brantôme et Eblon de Bourdeille, sur la juridiction du lieu de Brantôme » dans l’inventaire de Jean Fabri).

In dossier E 704 aux AD 64

[84]Le n° 17 est une copie conforme signée du notaire Stephanus Foreste d’une piece ancienne qui fait connoitre comment une partie de Bourdeille est sortie de la maison de ce nom. A la verité, cet acte en papier est fort endommagé de vetusté, une partie est pourrie et le commencement en est dechiré, on ne peut scavoir l’occasion de cette expedition, le nom de toutes les parties, mais il paroit que l’acte a été expedié d’abord à la requisition de Guillaume de Roffiaco, en 1283. On ne peut scavoir si ce Guillaume etoit abbé ou moine de Brantome[85], ou a quel titre il agit ici, parce que cela devoit etre ecrit dans la partie dechirée. Voici tout ce que j’ay pu en tirer (ecriture paroit etre de 1490) :

… de Burdelia cum alta et bassa justitia … juribus et pertinentiis suis quibuscumque, defuncta domina dicta Tharis et viri sui (ejus nomine, obscur) morta sua tenuerant et possiderant ac Eblo de Burdelia primogenitus et alii filii dictae dominae Tharis post mortem ejusdem dominae possidebant propter felonias et plura male facta contra praedictum abbatem et conventum ab eodem Eblone et fratribus suis multipliciter perpetrata et facta, sicut sua incursa et commissa ac per judicium curiae domini regis Franciae sibi adjudicata[86], nobis et heredibus nostris ac successoribus vel causam habentibus a nobis dederunt et concesserunt de ratione pura et simplici in feodo perpetuo possidend. Nos, in hujusmodi donatione promisimus et promittimus pro nobis et heredibus nostris ac successoribus nostris pro dicto feudo facere, tenere et servare omniae quae inferius continentur, scilicet singulis abbatibus qui pro tempore fecerint homagium litgium cum juramento fidelitatis, et ipsos abbatem et conventum et bona eorum fideliter deffendere et quod in aliis feodis eorumdem extra dictum castrum et castellaniam nos vel successores nostri non aquiremus aliquid et specialiter in villa branthomiensi et infra metas dictae villae praeter voluntatem et consensum eorumdem, et quod in eorum hominibus talhabilibus et explectatoribus, moranti sive morantium in castellania praedicta vel aliis hominibus seu mansionaris dicti monasterii non exercebimus aliquam justitiam nisi in casibus in quibus (2 ou 3 mots effacés), deportatum relegatio seu bannitio aut membrorum mutilatio seu alia … posset et debeat infligi promittimus etiam quod si praedicti abbas et conventus in posterum (4 ou 5 mots rompus)[87], super castro praedicto guerram faciendo vel litem movendo nos ad eorum defensionem[88] (4 ou 5 mots rompus) de placito et de guerra, et quod si nos seu alios

page n° 16 / Chap. 39

successores nostros in dicto castro fortalitium facere seu edificare contigerit illud in novitate sigulorum abbatum qui pro tempore fuerint semel tantum reddimus abbati super hoc requirenti, ita quod in illo per unam diem et noctem tantum tenere poterit et ponere crossam suam[89] in signum Domini seu aliud intersignum. Item promittimus pro nobis seu successoribus nostris quod ab hominibus praedict. abbatis et conventus in dicta castellania castellania morantibus et in posterum moraturis non petemus quaestas neque thalhias neque bladagium neque [-ledagium][90] neque manobram retentis tantum nobis heredibus et successoribus nostris vel causam habentibus a nobis communi quod levari consuetum et omnibus aliis qu. dicti homines et antiqui baiuli seu levatores per juramenta sua quae scire tenenbuntur imposita esse recognoverunt ab antiquo et praedicti homines ad assisias nostras baylivorum seu praepositorum nostrorum ex aliis causis vocati sunt in praedictis casibus non venient in futurum salv. tamen nobis et heredibus et succesoribus nostris vel causam habentibus a nobis dicta justitia et casibus supradictis item promittimus quod praedictum castrum non transferemus in potentiorem manum nisi de ipsorum abbatis et conventus licentia et consensu, et concedimus eisdem quod possint acquirere in feodo castellaniae praedictae salvis deveriis et juribus nostris in feudis suis praedictis. Item renuntiamus et quittamus pro nobis et successoribus nostris praefatis abbati et conventui omnes expensas et costumenta quae ratione praedicti castri feceramus usque in hodiernum diem et quae ab eisdem petere poteramus et ad haec observanda heredes et successores nostros specialiter obligamus et haec omnia promittamus nos servare, per nostrum praestitum juramentum, supplicantes excellentissimo domino nostro Philippo Dei gratia Franciae regi ut praemissa placeat auctoritate regia confirmare dignetur. In testimonium praemissorum praesentis litteris sigillum nostrum suximus apponendum, datum die mercurii in vigilia beati Yllarii anno Domini M° CC° octagesimo tertio, actum et datum apud Brantolm. in domo Heliae … praesentibus … et me Aymerico … Bocherio clerico de Brantholm., auctoritate regia et dicti sigilli in toto regno Franciae publico notario, qui, ad praeces et requestam dicti domini Guillelmi de Roffiaco, praesentibus litteris super praemissis coram me actis propria manu scripsi publicavi et in publicam formam redegi signoque meo solito consignavi et dicto sigillo sigillari feci in testimonium visionis et inspectionis nos vero Petrus Mamui et Petrus Bruni presbyter. tenentes dictum sigillum ad fidelem relationem dicti notarii ipsum sigillum praesentibus litteris seu praesenti transcripto seu sumpto aposuimus juribus domini regis et ecclesiae praedictae et cujuslibet alterius semper salvo (et au dessous : extractum per me notarium infrascriptum ex originali et facta collatione ejusdem, et plus bas signé : St. de Foresta, avec paraphe, en papier, n° 17.

______________________

Rolle des communs levés en la châtellenie de Bourdeille en 1471, finissant en 1472.

In dossier E 704 aux AD 64.

C’est le rolle des communs de l’annee mil IIIIc LXXI finissant l’an IIIIc LXXII de la chatellenie de Bourdeille.

La parroisse de Biras … Pierre de la Guarie III s., 1 de. obol., Gibbaud VI s. III d., et 3 autres.

Les autres fux de ladit parroisse ne paient point pour ce que les uns sont en la commaderie d’Andrivaux et les autres prennent les nobles comme Ameniou du Laux[91] et le sieur d’Estorneau. (Ces cinq fux payent 24 s. III d. ob. de droit de commun).

La parroisse de Puy de Fourches. Berni soloit paier, mès pour la difference qui est à cause de la justice entre mgr et mons. L’eveque Michel, et … 3 autres qui payent 14 s. 1 d.

Les autres de ladit parroisse prend le sgr de Bordelhe et Arnaud de Fayolle.

La parroisse de Bassac (9 particuliers) payant LVIII d., les uns portant les autres, (l’un VI d. Jamme Veyri, l’un autre XII d. d’aprè) etc. et on ajoute, les autres de ladite parroisse ne paient point pour ce que sont hommes de la commanderie et de l’abbaye de Chanssellade[92] qui sont frans ancy qu’ils dient.

La parroisse de Bourdeille (25 particuliers) … les autres de ladite parroisse sont en la chatellenie de M. de Bourdeille.

Parr. de Valuelh. 19 particuliers, les autres de ladite parroisse sont habitans en la seigneurie du sgr de Bourdeilhe et 19 payent 5 l. 9 d. obol.

page n° 17 / Chap. 39 & 40

La parroisse  de St Vivien : Cheyrol III s. II d., Jacques XII d., Pleysset nichil quod serviens domini comitis, La Foyade V d., Antoni Rossier XIX d., Liennard[93] Poussaut XII d., Marie Cortaude IIId., Jouffrenie Poussaut, nichil quod serviens domini. Somme dedit commun : VII s. V d.

La parroisse de St Just : Bris V s. II d., … Goumondie VII s. IX d., et 5 autres. Les autres de ladite parroisse sont en debat entre Mgr et le sgr de Maignac.

La parroisse de Poussac, Guill. De la Veyrarie X s., Lo Breulh IX s., Hel. De la Crouze VII s. VI d. obol., capp. [-----][94] deu Breulh X s., … Helias Talhafer VIII s. I d., Las Fargas, nichil, car Mr de Botas lo tient leve, et 4 autres.

La parroisse de Laguilhac : … Montoubert III s. I d., Banchareu II s. VII d., Coustancie VII s. IX d. La Mosnarie VI s. et 6 autres. Les autres de ladite parroisse ne poient point pour ce que le sgr de Maignac les prand, disant qu’ils sont en sa justice.

La parroisse de Boulouneys, ceux qui sont en la justice de mgr : Pierre Rat, VIII s. V d., Pierre Terrade IX s. I d. Tous les autres de ladite parroisse [pre---][95] le sgr de Bourdeille comme justicier.

Somme totale, ledit commun de la chatellenie de Bordeille pour ladite année monte la somme XXIII l. I s. IX d.

La parroisse de Bertrix : Queyralie XII d., Lo Sarrathiers II s. … capp. Fontanel VII s. VIII d. et 35 autres.

Le commun de la parroisse de Celle monte XV l. III s. VII d. (sans noms).

______________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE 40 – MONTANCES

Donation faite par Jean, duc de Normandie, et confirmée par Philippe de Valois, à Roger-Bernard, comte de Périgord, du lieu de Montancès, qui avoit appartenu à Gaillard de St Astier (1344).

In dossier E 771 aux AD 64.

(N. B. : voir aussi SVP Leydet, Fonds Périgord, tome 9, recueil n° 2 pp. 77-79).

[96]Philippus Dei gratia Francorum rex, notum facimus … nos infrascriptas carissimi primogeniti nostri vidisse litteras .. continentes : Johannes primogenitus et locum tenens regis Franciae, dux Normaniae comes pictav., andegav. … notum facimus … quod cum Guallardo de Monte Inciso milite olim domino dicti loci de Monte Inciso in senescallia petragoricensi existente locus ipse de Monte Inciso per inimicos et rebelles dicti domini et genitoris nostri ob negligentiam quam circa ipsius loci custodiam (mot effacé : « flagrante ») guerra dictus miles habuisse dicebatur occup. inde dilecto et fideli comite petragor. laudabilem (2 mots effacés) domini et genitoris in obedientiam reductus et sub manum dicti domini et genitoris nostri detentus ex tunc fuerit et teneatur, adhuc ob commissam per inimicos et rebelles dicto regi et genitori nostro seu ejus gentibus ex adherentia dicti loci rebellioni et perpetrata in imsius domini et genitori nostri subjicit … multiplicia delicta ac dixti militis negligentiam praedictam, dictusque locus de Monte Inciso cum suis universis pertinentiis et juribus de feudo dicti comitis moveatur et teneatur per dictum militem ab eodem comite ante occupationem praedictam et ad ipsum juxta vassalatica ejusdem loci pertineant. Nosque idem comes instanter requisivit ut vassalum in dicto loco de Monte Inciso ydoneum, non sibi suspectum dare aut locum ipsum cum ejus pertinentiis et juribus praedictis relinquere pro se vellemus. Nos igitur in altera super hiis habita cum nostro consilio deliberatione attendentesque et nostrae meditationis examen resolventes fidei puritat. sincerae devotionis affectu quas dictus comes et sui praedecessores ad dictum dominum et genitorem nostrum et suos praedecessores quondam Franc. regi [cong-----][97] temporibus habuerint, ex quibus sicut etiam fide dignorum tenet assertio ejusdem domini et genitoris nostri sui qu. regni dictus comes zelare dignoscitur honore mac multipliciter gratuitaque et accuptabilia servitia per ipsum comitem dicto domino et genitori nostro impensa diu fideliter et devota eidem comiti pro se et successoribus universis dictum locum de Monte Inciso cum omnimoda alta, media et bassa jurisdictione, meroque et mixto imperio, redditibus, proventibus, nemoribus, molendinis, censibus, servitatibus, dominationibus, terris, aedificiis, homagiis, hominibus, juribus et deveriis universis dicti loci et quidquid juris in eisdem dicto domino et genitori nostro ob praemissa competit, damus, concedimus tanquam bene merito donatione pura et simplici inter vivos facta perpetuo valitare utile dicti loci Montis Incisi et aliarum praedictarum dominium cum directo dicti comitis dominio uniendo et solidando ad

page n° 18 / Chap. 40 & 41

habendum et tenendum suosque successores suorum omnium omimodas voluntates faciendum auctoritate regia de certa scientia speciali gratia et plenitudine potestatis per dictum dominum et genitorem nostrum nobis in hac parte attributae, retentes tamen superioritate ressorto et alio jure competenti dicto domino et fenitore nostro ante occupationem et captionem praedictas in dicto loco dumtaxat, concedentes quod ulterius dicto comiti de gratia ampliori ut castrum et alia quae sibi placuerint aedificia in dicto loco et ejus pertinentiis construi facere valeat, non obstante quod propter praemissa [praem---a][98] aedificia fuerint destructa donis sive gratiis aliis per dictum dominum et genitorem nostrum seu suos aut alios ejus locum tenentes vel capitaneos seu gubernatores olim in partibus occitanis factis etc… quae ut firma etc. Actum et datum in Montepto[99], anno Domini M° CCC° quadragesimo quarto, mense julii. Nos autem omnia et singula insupra rata habentes … approbamus … ex generali praecepto facto per regem in suo consilio ad relationem vestram Pellicen.[100] Collatio suprascripta litter. facta est cum originali per me Pellic. Duplicata. En parchemin, et pend un cordon en bas de fils de soye rouge et verte. Le sceau est tombé. Cotté n° 1.

______________________

Quittance donnée à Archambaud III comte de Périgord par Marguerite de Périgord, sa tante, femme d’Eblon de St Astier, seigneur de Montancès, de certain droit de péage à St Aquilin, qui lui avoit été promis dans son contrat de mariage, par Archambaud II, comte de Périgord, son père. (1269)

Référence non connue aux AD 64.

[101]Universis … Ebulo de Sancto Asterio dominus de Monte Inciso et Margarita ejus uxor salutem. Cum inter nos … et Archambaldum nobilem comitem petragor. esset quaestionis materia … quod non dicebamus quod dominus Archambaldus olim comes petrag. pater mei Margaritae [---atgium][102] illud pedagium quod habebat seu recipi faciebat in burgo Sancti Agulini castellania seu honoris Sancti Asterii, tendem considerantes quod petitio nostras ive querela non erat nobis sufficiens, de consilio prudentum virorum … actionem … dicto Archambaudo comite petrag. … penitus quittamus … renuntiantes … auxilio juris canonici et civili et juri velleiano[103] et omni restitutioni in integrum … in cujus rei notitiam dicto Archambaudo comiti petrag. … praesentes litteras sigillo venerabilis abbatis de Cancellata et nostro concedimus sigillatas. Nos verp P(etrus)[104], … humilis abbas de Cancellata ad praeces et instancias praedictorum … in praesentibus litteris contentorum sigillum nostrum praesentibus litteris apposuimus in testimonium … Actum et datum mense aprili anno Domini M° CC° LX° IX°. Pendent les attaches des sceaux en parchemin à double queue, les sceaux sont tombés (en parchemin).

______________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE XLI – L’ISLE

Serment de fidélité fait à Roger-Bernard, comte de Périgord, par le recteur de Lisle (1342 (v. st.)).

In dossier E 746 aux AD 64.

Noverint quod anno Domini 1342 die mercur. ante festum Ramis Palmarumregnante domino Phil. in domo Fratrorum Minorum Petrag. etc., constitut. Personaliter coram spectabili … domino Reg. Bernard. milit. comiti petrag. Helias Corthal, Helias Bernardi, Aymericus de Ponte, Arnaldus Demeol et Petro de Petra Lata sutor, rectores seu gobernatores ut dicebantur loci de Insula … Praefatus comes dixit quod compositio dudum facta fuerat inter gentes domini nostri Franciae regis ac et ipsum dominum comitem super hiis quae idem dominus comes habebat et sibi competebat in loco et territorio de Brageraco ita quod pro praemissis idem domini nostri rex seu ejus tunc locum tenentes in partibus occitanis nomine ejusdem domini regis tradiderat, cesserat et assignaverat ad perpetuum ipso domino comiti certa loca in Petrag. inter quae loca erat locus praedictus de Insula … salvis tamen et retentis dicto domino regi superioritate et ressorto … Item quod rectores seu gubernatores dicti loci de Insula annis singulis in sui nova creatione tenebantur et consueverant praestare juramentum fidelitatis gentibus praedictis domini regis tamquam domino dicti loci. Quare cum dicti Helias et alter Helias, Aymericus, Arnaldus et Petrus fuissent noviter creat. rectores seu gubernatores dicti loci, et tenerentur eidem domino comiti, ut praedicitur, juramentum fidelitatis praestare … ex causis praemissis

page n° 19 / Chap. 41

ipsos requisierat de praestanto sibi juramentum … salvo jure regio, et salvo quod et ipsi et habitatores dicti loci in suis libertatibus et franchisiis per ipsum dominum comitem et ejus gentes teneantur et deffendantur et eorum privilegia observentur ejusdem, juraverunt ibidem ad sancta Dei evangelia unus post alium aidem domino comiti … dictus vero dominus comes juramentum hujusmodi in forma praedicta recipiens, [-----][105] et bona fide dictis rectoribus seu gubernator. Pro se et suis successoribus ipsos et caeteros habitatores dicti loci … franchisiis et libertat. Suis manutenere et eorum privilegia sibi observare pro posse … de quibus etc. praesentibus etc. Stephanus Sudor[106] notar., transcrit sur un vidimus fait en 1543, le 3 juin, signé Helias juge mage et lieutenant general natif civil et criminel de la seneschaussée de Perigord, l’original presenté par Pierre Gerbaud recteur de Lisle … en presence de maitre Jacques Valade praticien dudit lieu de Lisle. (en un cayer de parchemin, ecrit sur le recto et verso, en 8 pages).

______________________

Privilèges et franchises accordées par le roi Philippe Le Bel aux habitants de la ville de L’Isle en Périgord (1309) (vidimus de 1543).

In dossier E 746 aux AD 64.

(N. B. : original, registre du Trésor des Chartres, (41 barré) 13, Pièce 85).

[107]Privileges et franchises accordées par Philippe (le Bel) aux habitants de Lisle, datés de l’an 1309, mense julio. Ce prince s’etoit fait ceder les droits que Helias de St Astier avoir sur Lisle. Le roy leur donne des privileges et s’y retient plusieurs droits, v. 5 : quod homines et habitatores dicti loci, in necessitatibus nostris, viginti quinque servientes competenter armatos, per quadraginta dies, cum eorum expensis, ad nostrum mittere servicium; nec ad plus compelli poterunt nec debebunt inviti nisi forte contingeret ibidem bastidam fieri, et tunc plures mitterent secundum incrementum et augmentum ….homines vero et habitatores loci praedicti coram quatuor fide dignis testibus absque alia juris sollempnitate, testari poterunt, et eorum testimonia sic facta valebunt, liberos suos emancipare coram bajulo seu judice nostro poterunt[108], eisdem de suis dare vel distribuere et alia providere, prout videbitur expedire; et quidquid per eos sit actum vel ordinatum fuerit, habebit roboris firmitatem. In loco etiam praedicto, et extra, mercaturas et denariatas suas vendere poterunt consueta solventes deveria; deffezia[109] quae de cuniculis et columbis possessionibus facere et in deffenso tenere, prout alias fieri consuevit et qui in dictis deffezis venati fuerint, si de eo constiterit, emendis mulctabuntur, prout dictis rectoribus videbitur expedire. In nemoribus vero, pascuis, aquis et aliis rebus et bonis sive aisanciis … villae communibus, nullus extraneus ingredi, vel uti praesumat circa aquam de la Dozelle praedictam, nisi alias in praemissis jus habeant speciale. Datum Paris., anno Domini M° CCCC° nono, mense julio.

Copié sur un vidimus fait devant le sgr de Belcier juge mage de Perigueux et scellé du scel royal de la seneschaussée de Perigord. Ce sceau se voit encore sur la derniere feuille, c’est un sceau plaqué entre deux papiers entre lesquels on a mis une legere lame de cire rouge et sur le papier supérieur a été appliqué le sceau, de la grandeur d’un de nos ecus de six francs. L’ecu qui occupe presque tout le champ a cela de remarquable qu’il porte encore , le … aux fleurs de lys sans nombre[110], et autour est l’inscription : S. SENESC. PETRAGORICENSIS, et ce vidimus est fait à Perigueux, le 23 juin mil cinq cens quarante trois.

______________________

Serment de fidélité fait à Roger-Bernard, comte de Périgord, par le recteur de Lisle (1342 (v. st.))

In dossier E 746 aux AD 64.

[111]Serment de fidelité des recteurs de Lisle prêté à Roger Bernard, de l’an 1342, mercredi ante Ramis Palmarum, titre original en parchemin, contient les mêmes choses, par le même notaire, de même date que celui du n° 1 supra, mais il y est ajouté, à la fin : Post haec vero, videlicet die jovis sequent. in crastinum, in praesentia et testimonio dicti domini Petri de Layma ac dominorum Aymerici Lagut et Guill. de Mota militum, testium ad inscripta vocat. et Rog. … Gerardus de Cella congubernator seu conrector dicti loci de Insula praestitit eidem domino comiti jurament. fidelitatis modo et forma quibus supra et prout aliicujus gubernatores superius praestiterunt de quibus praemissis omnibus et singulis dictus dominus comes petiit per me notar. infrascipt. sibi concedi … public.instrument. etc. Stephan. de Sudor notar., avec paraphe, en parchemin (est jointe une copie faite depuis 8 ou 10 ans).

______________________

Lettres du roi Philippe de Valois, à Jean évêque de Beauvais, son lieutenant, concernant l’affaire de L’Isle (1342).

In dossier E 826 aux AD 64.

[112]Lettre en françois, donnée à Paris, 6 aout 1342, par Philippe (de Valois) par lesquelles il mande à Jean eveque de Beauvais son lieutenant en Languedoc et Xaintaonge qu’ayant fait assigner par le juge de Bergerac au comte de Perigord, pour la terre de Bergerac, les droits qu’il avoit sur les villes du Puy-St-Front et de Lisle, les consuls de ces villes avoient fait opposition et appel de ce commissaire, que sur l’appel, il avoit ordonné : que les plaignans viendroient devant les gens des Requetes du roy porter leurs titres et privilèges, en vertu desquels ils pretendoient ne pouvoir etre mis hors de la main du roy, et a laquell. journ(ement) les parties furent renvoyées devant l’eveque de Beauvais au point et en l’estat qu’elles etoient par devant les dites gens des Requestes, et ainsi est encore et a esté par les malices, oppositions

page n° 20 / Chap. 41

frivoles des dits consuls et habitans des dites villes retardée ladite appliquation etre faite audit comte … pourquoy nous qui ne voulons matiere de discort entre nos feaulx et subgiez ains toujours defierrons la bonne pais et tranquilité d’iceux espécialement des nobles et des habitans des bonnes villes de notre royaume vous mandons que lesdites parties appeler devant vous et aucun autres de notre conseil per de la ceulx qu’il vous semblera bon per toutes les choses dessus dites et les dependances d’icelles, et sur le fait desdits privileges et de toutes les circonstances des debats de discorts dessus dits sommierement et de plain et sans figure de jugement par l’inspection desdits privileges ou autrement ains. come bon vous semblera à faire, vous informiez bien et diligement et sans delay et ce que vous en trouverez … votre avis nous rescrivez fiablement sous votre scel … afin que sur ce nous y pourvoyons etc. Donné à Paris le VI aoust M CCC quarante deux, par le roy à la relation du conseil [---] present, et plus bas Roigemont, en parchemin, pendoit un sceau avec lemnisque simple.

A cette charte est jointe la sentence de l’eveque de Beauvais qui après avoir assigné le jour determiné les consuls de Lisle faute par eux de comparoir, ordonne que le comte de Perigord sera mis en possession reelle de la [---ation][113] faite sur la ville de Lisle … Datum Caturci, die sabbati, XIII decembr. M° CCC° quadragesimo secundo. En parchemin, scellé.

Et joint une lettre pattente de Philippe au seneschal de faire rendre au comte de Perigors l’hommage pour les choses cedées, datum Parisius die sexta novembr., anno Domini M° CCC° quarto (cette date n’est pas exacte, il faut que quadragesimo soit sous-entendu).

______________________

Lettres par lesquelles le roi Philippe de Valois cède ses droits sur L’Isle, à Roger-Bernard, comte de Périgord, à cause de la détention de Moncuq par le sire d’Albret. (1343)

In dossier E 624 aux AD 64 ainsi que le vidimus ci-après p. 73 de ce même recueil (voir aussi le dossier E 700)

[114]Phil. Dei gratia Franc. rex, Notum facimus … quod cum inter nos seu gentes nostras nostri nomine et mandato ex parte una ac dilectum et fidelem nostrum Roger-Bernard. comitem petrag. ex altera, certa compositio et accordum super jure quod idem comes habebat seu habere poterat in villa Bergeraci aliaque terra quae fuit ultime defuncti Reginaldi de Pontibus, domini quondam dict. villae Brageraci tam ex causa Johannae quondam uxoris vitafuncti Archambaldi comitis quondam petrag. fratris dicti Rogerii quam ipsius quondam Archambaudi diu est facti fuerint juxtaque accordum et compositionem eidem comiti mille et sex centas libr. terrae ad turonenses boni et perpetui redditus dare et [ass---re] tenebamur et pro terra et redditibus hujusmodi omnes parrochias totamque terram quas dictus comes tenet vel Archambaudus praedict. ex causa dictae quondam Johannae uxoris suae tenebat, dum viveret, in honorio castrorum Montinhaci et Montis Lederii prope Bergeracum praedictum cum juribus et pertinentiis eorum universis, ratione assignationis dotis quondam Johannae praedictae facta de terris et parrochiis praedictis Archambaudo praedicto in matrimonio suo cum Johanna praedicta pro summa quadriginta libr. turon. rendual. Ita assignavimus quod si pro majori summa in dicta dote fuerant assignatae pro tanto debeat eam recipere dictus comes, in deductionem summae mille et sexcent. libr. turon. reddituum praedictorum et si pro minori tradite extiterant seu aliquid restaret de dicta summa quadragintarum libr. turon. annui redditus illus supplere haberemus, ac quod dicta assignatione facta dicto Archambaudo de dicta terra in suo robore remaneret, nulla per nos ulterius extimatione facienda prout in nostris aliis super hiis confectis litteris in cerico et cera viridi sigillatis latius continetur et ad perficiendum assignationem totalis summae praedictae, restantis in locis, castris et castellaniis Montinhaci et Montecuci quatenus fieri posset, certos et successive deputavimus commissarios qui de valore reddituum aliorumque proventium … in dictis locis, castris et castellaniis et parrochiis existentium informationem et aprisiam fecerunt solempnem, ac inde castrum, locum et castellaniam de Montinhaco cum suis juribus etc. ultra dictas quadragintas libras in partibus dicto comiti alias non assignatis pro ducentis septuaginta et sex libris decem et novem solid. et tribus denariis turon. eidem comiti virtute potestatis per nos eis super hoc attributae duxerunt assignandos, verum tamen quod dictus locus de Montecuco cujus redditus et proventus, jura et deveria ducentas sexaginta et duas libras decem solidos et octo denatios turon. valere

page n° 21 / Chap. 41

annuatim per eosdem commissaries reperti et estimate, diligenter fuerunt, per gentes domini de Lebreto inimici nostri occupatum detinebatur[115] adhucque detinetur eoque illius ad reddituum … possessionem tradendi eis facultas non existebat illum ac redditus, proventus … ejusdem ipsi comiti assidere et assignare omiserant nobis assignationem hujusmodi faciendam si et quando nobis placeret reservantes castri vero et loci Montinhaci praedictae castellaniae jurium et deveriorum possessionem integraliter liberaverunt, et in eam induxerunt eundem cumque in dictis castris, locis et castellaniis Montinhaci et Montecuci, dicta assignatio perfici totaliter requiret dilectus et fidelis consiliarus episcopus Belvacensis noster tunc in partibus illis locum tenens ad eam complendam et perficiendam in locis et parrochiis de Insula et [comp….][116] quathinus ad nos pertinebat magistrum Petrum Combas judicem nostrum Brageraci per suas litteras deputavit qui facta per eum informatione et aprisia legitima super valore reddituum … quae ad nos tunc in dictis locis et parrochiis et eorum pertinentiis spectabant auctoritate sibi per dictum tunc nostrum locum tenentem commune debitum et levari consuetum in burgo et parrochia de Insula videlicet medietatem ad nos pertinentem pro octo libris turon. et emolumentum quartae partis jurisdictionis dicti loci et parrochiae de Insula cum jurisdictione quam occasione dictae quartae partis in dictis loco et parrochia habebamus, et aliis juribus et deveriis pertinentiis ad praemissa pro novem libris turon. necnon et emolumentum de Campanhaco cum ipsa jurisdictione quathenus ad nos pertinebant, pro duodecim libris turon. assignaverat comiti praedicto et ei parrochiae Campanhaci tradiderat possessionem ac medietatis communis debiti et levari consueti ut praedicitur in burgo et parrochia de Insula, praedictis emolumentisque quartae partis jurisdictionis loci et parrochiae de Insula praedictorum ac jurisdictionis praedictae aliorumque jurium … ad praedictam, ut dictum est, pertinentium, post modum dictus noster locum tenens per certum commissarium ab eo super hoc deputatum possessionem hujusmodi eidem comiti fecerit liberari, supplicaveritque nobis dictus comes, ut assignationes et possessiones, traditiones praedictas … nostra valida confirmatione perpetuo roborare, ne super assignatione ducentarum sexaginta duarum librarum decem solid. et octo denar. in loco, redditibus, proventibus … de Montecuco … estimatis facienda et possessionem eorum sibi tradenda … vellemus … quare visis etc. omnia et singula praemissa ac assignationes et possessiones et traditiones praedictas pro nobis et successoribus nostris ac dicto comiti et ejus successoribus rata et grata habent. ea volumus, laudamus, ratificamus approbamus, etc. … homagio fidelitatis superioritate et ressorto nobis salvis … volentes insuper nihilominus et concedentes quod ipse comes et successores habere et tenere valeant[117] dictum castrum de Montecuco cum suis universis juribus et eis uti et gaudere teneant, et percipiant dictam summam ducentarum sexaginta duarum librarum decem solidorum et icto denariorum turonensium annuatim in et super emolumentis Brageriaci praedict. cujus castri Montiscuci et pertinentiarum sibi et suis heredibus tenendum promittimus bona fide tradere seu tradi facere … non sumtibus … super quibus ei et successoribus suis plenum jus reservamus per praesentes in futurum, quod ad firmum … Actum et datum Parisius anno Domini M° CCC° quadragesimo tercio, mense julii. Per dominum regem ad relacionem gencium Compotorum, signé plus bas franc. duplicata, en parchemin d’où pend un cordon en bas de soie rouge et verte.

______________________

Copie collationée des privilèges de Lisle [--] Perigueux, en presence de Jacques Vallade praticien de Lisle et de pretre Gerbaud, recteur de Lisle, celuy-ci a retiré l’original, et l’un et l’autre ont signé la copie cottée 6 au Trésor du roy à Pau.

______________________

Acte par lequel noble Jacques de St Astier coseigneur de L’Isle reconnoit à Alain d’Albret, que la jurisdiction de L’Isle est du ressort du comte de Périgord (1507).

In dossier E 746 aux AD 64.

Acte en parchemin, signé Metayer, et scellé de deux sceaux dont il ne reste que les deux lemnisques, par lequel, nobilis Jacobus de Sancto Asterio condominus de Insula petragor diocesis, reconnoit à Alain d’Albret, comte de Perigord … quod jurisdictio de Insula est de ressorto et comitatu petragoricensi ad hoc quod appellationes subditae suae jurisdictionis et [----] per judicem ipsius jurisdictionis appellationum seu ejus locum tenente datis et interpositis relevantur et terminantur … Actum in villa Exidolii [---][118]

page n° 22 / Chap. 41

octava mensis novembris , an. 1507[119], praesentibus audientibus venerabilibus et discretis viris magistris Johanne Guitardi et Francisco Belcerii licenciat. in jure et nobili viro Johanne de Sermet domino dicti loci testibus, etc… , en parchemin, avec une copie.

______________________

Lettres d’Edouard, prince de Galles, par lesquelles il met sous l’obéissance et souffrance du roi d’Angleterre, le lieu de L’Isle, et autres terres du comte et du cardinal de Périgord (1356).

In dossier E 746 aux AD 64.

[120]Edwardus illustrimi domini Dei gratia Angliae et Franciae regis primogenitus princeps Walliae, dux Cornubiae, et comes Cestriae universis et singulis senescallis, capitaneis, judicibus, officiaribus et ministris fidelibus et subditis regiis et nostris ad quos praesentes litterae pervenerint salutem et praesentibus dare fidem. Sciatis nos certis ex causis posuisse et suscipisse ponimusque ac suscipimus per praesentes in et sub pacifico praefati domini nostri progenitoris seu suffrencia atque nostra locum de Insula[121], et alia omnia loca, castra terras et tenementa quaecumque sint sint et ubicumque sint, reverendi in Xpo patris Talyrandi episcopi albanensis sanctae sedis apostolicae nucii et Roger Bernardi comitis petragoricensis fratris dicti Taleyrandi, una cum eorum pertinentiis universis, et inhabitantibus in eisdem, et eorum res et bona sub modis tamen et conditionibus quae secuntur videlicet quod per ipsos Taleyrandum et Rogerium gentesque ac subditos suos et in ipsis locis, castris, terris et tenentiis et eorum pertinentiis inhabitantium aut eorum aliquem inde nec aliunde aut alios quoscumque inde aliqua guerra aut dampnum aliquod, quod esset aut esse posset contra statum et patrymonium dicti domini nostri progenitoris ac nostrum subditorum ve nostrorum in corporibus sive bonis non fiat, tractetur aut procuretur aliquo malo ingenio dolo vel fraude tacite nec expresse. Item quod gentes nostrae hobedientiae per totam et potestatem dictorum castrorum, locorum, terrarum et tenementorum ipsorum Taleyrandi et Rogerii et subditorum suorum salvo et secure ire, venire, morari, et transire ac redire mercando, etiam et alias poterunt et valebunt, cum armis etiam vel sine armis, excepto quod cum armis fortalitia non intrabunt. Habebant tamen inde, et sibi ministrabuntur victualia ipsis necessaria, solvendo precium condecens pro eidem. Quo circa vobis et vestrum singulis praecipimus et mandamus quatinus in dictos Talayrandum et Rogerium et gentes suos ac ipsorum loca, castra, terras et tenement et inhabitants in ipsis ac eorum res et bona aliquam guerram vel dampnum aliquod de cetero nullatenus faciatus seu inferatis fieri seu inferri minime permittatis, durante regio et nostro praesenti pacifico seu suffrencia, quam volumus duraturam in forma praemissa a die datae praesentium, usque ad festum purificationis beatae Mariae virginis proximo venturum. Datum Burdegala sub sigillo nostro XXa die octobris anno Domini millesimo CCCmo L° sexto, constat de interlineari super vocabulis locum de Insula et alias et sunt sub sigillo datum ut supra.

Cette charte qui me paroit avoir été ecrite en encre verte, maintenant un peu ternie et tirant sur le brun, est en parchemin. Le sceau pendoit au bas à une lemnisque decoupée à la partie inferieure, mais cette bande de parchemin paroit avoir été arrachée et dechirée, en sorte qu’il n’en paroit que la trace.

Ces actes n° 1, 2, 3, 4, 5, 8 et 9 ont été copiés depuis 8 à 10 ans, les brouillons des copies sont joints aux originaux.

______________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE XLII – MONTIGNAC

Plaintes des habitants de Montignac contre les officiers du duc d’Orléans (en occitan) (1400).

In dossier E 778 aux AD 64 (avec la transcription de J. Roux de Ribérac).

Ce son las causas que s’en seguen de que la gen de la vila e de la chastelania de Montinhac, nobles e autres se planhen dels officiers de Mossenhor d’Aurlhenx … qua cum nuls no deia estre près ni arrestat de drech sen connoyschensa de causa laqual s’apert[en] fan solamen al jutge de Mossenhor d’Aurlhenx, que so non obstant plusors officiers, sirvens e autres que non an nulha conoyschensa de causa ni de far drech de partida a partida, prendren e arrestan et metten en preyo al chastel et de fach los habitans del loc è castelania de Montinhac, e lor emposen finansas a lor voler

page n° 23 / Chap. 42

sen so que nulhs no es auvit a justicia, que plassa a vos, mossenhor lo jutge, de far tala ordenansa cum se aperte a vos de drech que nuls no sia près ni arrestat sens conoyschensa de causa e enformacio drech afi que d’essi en avan los dichs corelhans no aian que planher de vos.

On reproche aux officiers du duc … que aulcuns de lor, contra tota justicia, rauben e forsen e baten de jorn en jorn la gen de la vila e de la chatellania, e lor rompen lors hostals e lors archas e prenden so que ès dedins, linsols, toalhas, e prenden los liechs, e los linsols de las bujadas, aussi com si eren enamix, (viennent [ensuite] 19 articles contre divers officiers du duc, spécifiés etc. revenant aux choses ci-dessus). En papiers, vers 1400. (article 2, on parle des violences … de pluzors habitans del chastel de Montinhac. On en nomme plusieurs, qui demorava el castel am lo capitani … Ainsi le château n’avoit été bien endommagé en 1398 [-----][122]).

______________________

Acte par lequel maître Aymeric de Chabanes chevalier, lieutenant du sénéchal de Périgord requiert le capitaine de Montignac de lui faire justice de plusieurs personnes, qui étoient allées avec Archambaud comte de Périgord, démolir le château des Chabanes, et avoient emporté les meubles, etc. (1400)

In dossier E 712 aux AD 64.

Noscant cuncti quod constitutis personaliter hodie datae presentium in ecclesia Del Pla loci de Montinhaco nobili viro Philippo de Mesnil Renart cappitano castri et loci de Montinhaco pro domino duce aurelianens. comite petrag. et domino Gerardo de Peraco judice dicti comitatus, ex parte una, et P. de Podio Malto, baccallario in legibus, Aymerico de Bosco, Geraldo Bertrandi, Guill. de Caslario, Hugone Servientis, Bertrando de Rupe, Raymundo de Faya, et Aymerico de Podio Petroso domicellis, huc habitatoribus castellaniae de Montinhaco necnon Bernardo Bonaldi mercatore dicti loci de Montinhaco. Dicti domini cappitaneus et judex in praesentia mei notar. etc. suprascriptis nobilibus et aliis verbo exposuit nunc quod verum erat quod dum honorabilis vir magister regi Reginald. de Sans conciliarius domini dominus et gubernator comitatus de Bloy, pro dicto domino nostro duce se ad hunc comitatum transtulerat de mandato dicto domini nostris ducis propter refformationem comitatus ipse audita quaerela domini Aymerici de Chabanis milite locum tenente  senescall. petrag. conquerentis quod plures habitantes dicti comitatus tam nobiles quam alii fuerant cum Archambaldo Petrag. in demolitionem castri sui de Chabanis[123] et bona dicti castri fuerant depradata, frangendo salvam guardiam domini nostri regis et contra prohibitiones regias, quodque ipse miles in curia parlamenti plura arresta obtinerat contra dictum Archambaldum et suos complices pro reformatione dicti loci, et pro restitutione bonorum mobilium de quibus arrestum eidem fidem fecerat, et cum requisiverat ut de dictis habitatoribus sibi justitiam ministrari faceret alias contra dictos habitatores procederet ut sibi videretur, ipsos in curia parlamenti et alibi ut viribus posset compellendo hiis attentis dictus baylivus commiserat dicto domino judici ut vocatis secum dicto cappitaneo de hiis quos culpabiles reperiret fuisse in destructione dicti loci et dicta bona cepisse faceret justitiae complementum, quodque dictus miles post recessum dicti gubernatoris requisiverat dictos cappitaneum et judicem ut juxta dictam commissionem eidem justitiam ministrarent, et dicti domini cappitaneus et judex dictos magistro Petro et jam dictis nobilibus praemissa demonstrassent requirendo ab eis concilium qualiter haberent in praemissis procedere ad utilitatem subditorum dicti domini nostri, et juxta eorum concilium tractassent et dicto militi darent certa summa quae eis melius videbatur quam si in particulari quilibet componere habeat et quod esset minus gravamen subditorum, ut eis videbatur, hiis tamen non obstantibus requisiverant iterato jam dictos magistrum Petrum et nobiles ut eorum mediis juramentis eis dicerent quae habebunt pro meliori, necnon ipsos requisiverat sub juramento in quo domino nostro duce sunt astricti, qui eisdem reponderunt eorum juramentis mediis factis sacro sanctis Dei evangeliis quod eis videbatur pro meliori et ad majorem utilitatem subditorum dicti domini et illorum qui interfuerant aut in dicta destructione ut eidem militi donetur summa quam si quilibet pro parte conveniretur et componeret, quod major esset summa et minores expensae, et quod si dictus miles ipsos alibi faceret convenire esset subditis dampnum maximum, de quaquidem responsione dicti domini cappitaneus et judex requisiverunt me notarium

page n° 24 / Chap. 42

infrascriptum ut eis facerem publicum instrumentum, acta fuerant hac coram me Petri de Quercu, notario dicti domini nostri ducis praesentibus dictis magistro Petro de Podio Mallo, in legibus bacall., Aymerico de Belcorel, Aymerico de Podio Petroso domicellis, testibus etc., prima die mensis novembris, anno Domini millesimo quadringentesimo, ainsi signé : (… Petro de Quercu sic est). Signé, en parchemin.

______________________

Privilèges de la ville de St Lyons sur Vézère (copie de 1490).

Référence non connue aux AD 64.

[124]Les articles … extraits … privileges de la ville de St Lyons par mess. … P. de Pelisses juge de Montignac. Il y a XVI articles, peu importans, les 1, 2, 3, 4 regardent les criées, le 4e dit : que ladite criée est quite de tail et de toute servitude. Le 5e, les peages accoutumés à lever audit lieu et terre tant par aigue comme par terre se doit lever par mr le comte et des autres gentilshommes par indivis. Le 6e, que les gentilshommes appelés les officiers mr le comte peuvent regarder les mesures de vin et bled, aunes, coudes et toutes autres mesures et se il si trouve faulte, les peuvent ardre et annuler comme fausses.

Le VII , que les gentilshommes et chacun d’eux, appelle un servent ou aultre officier de mr le comte peuvent despicer le pain des boulangers s’il n’est trouvé le pain suffisant.

Le Xe, que nul habitant ne doit au dit lieu peage.

Le XIe, que nul habitant de St Lyons ne doit peage de nul cause à Montignac, guet ne maneuvre, ne autre servitude, car St Lyons n’est point de la chastellenie de Montignac et ceux de Montignac doivent peage par eau et par terre à St Lyons.

XII., Que la fete de Pasques jusqu’à la St Michel est acoutumé à St Lyons de mettre gardes aux portes que bestail ne saille pour donner dommage et si porc ou truye est trouvé donnant dommage, on le peut tuer et le garde est tenu de mander le porc au …

XIII., Le commun de mr le comte se doit compter à St Lyons … XIV. Chacun gentilhomme de St Lyons peut retenir et excepter ung de ses hommes dudit commun.

XV. Que chacun peut pescher à la Vezere hors des dictz (dex) de la peschiere de Sargeac sans licence, non faisant prejudice [-----] voulant passer par ladite eaue.

Le XVI, a deux fours communs qui cuire le pain aux habitans dudit lieu de St Lyons en payant le droit accoutumé. (Suivent les depositions qui prouvent ces articles, en papier fort gâté, ecriture vers 1490 - quand P. de Pelisses estoit juge à Montignac).

______________________

Lettres de Charles duc d’Orléans, par lesquelles il nomme Pierre de Verdelon, juge de Montignac, à la place de Girault Baille. (1429)

In dossier E 641 aux AD 64.

[125]Lettres de Charles duc d’Orleans, comte de Perigord, par lequel il nomme pour juge de Montignac Pierre de Verdelon à la place de Girault Baille, lequel avoit été interdit de ses fonctions pour ses crimes et après une enquête et jugé par le conseil du duc d’Orleans. Ces lettres sont données à Blois  le XVII mars M CCCC vingt neuf, prestatae per Petrum de Verdelon, domicellum ac judicem … praesentibus nobilibus dominis Johanne et [--------][126] dominis de Colongiis, Geraldo de Bonis receptore, magistro Johanne Hervey, notario, Ademaro Pyro, Johanne Bonaldi filio Heliae Bonaldi, Johanne Veyssiere et pluribus aliis. Acta fuerunt hac in capite Pontis Montinhaci dioc. petrag., die tertia mensis aprilis, anno Domini M° quadringentesimo vicesimo nono. Palhardi. (sur vidimus en parchemin, scellé).

[127]Lettres de Charles duc d’Orleans pour faire le procès à Giraut juge de Montignac, datté du XVI mars 1429 par mgr le duc à la relation de son grand conseil auquel vous les gens des comptes, le tresorier, le prevost d’Orleans, et maitre Girard Boileaue et autres etiez. (vidimus n° 2, liasse n° 45).

Lettres de Charles duc d’Orleans comte de Perigord, adressées au cappitaine de Montignac et au juge de sa comté de Perigord, attendu que en la fortification de notre ville de Montignac et es portes, pons, murailles et autres reparacions d’icelles[128] si aussi ez pons et chemins publiques d’environ de notre dite ville sont de present et peuvent etre de jour en jour à faire plusieurs grands reparations necessaires, et combien que de raison escripte toutes personnes quelconques, soit gens d’esglise nobles, nos officiers et autres demeurans ou ayant maison, terres, heritages, rentes, ou autres possessions en ladite ville et partenances d’icelle doivent et soient tenus de contribuer, sont refusans et delayans de y contribuer … vous mandons … que toutes personnes quelconques soit gens d’esglise, nobles, nos officiers ou autres vous contraignez … rigueureusement et sans deport à contribuer auxdites reparations chacun par la portion selon la faculté de sa chevance et des maisons, terres et heritages qu’il tient etc… Donné à Blois, le V fevrier l’an de grace M CCCCC dix et neuf (sur vidimus n° 3 de la liasse).

Charles duc d’Orleans comte de Perigord, de la partie de nos bien amés les bourgeois et habitans de ma ville de Montinhac, nous avoir esté expousé … nous par certaines autres lettres leur eussions octroyé de grace speciale que pour en parer et soutenir [en estat convenable le pont estant sur la riviere passant de notre dite ville et aussi les fortificacions de la dite ville][129], qu’ils puissent cueillir et lever ou faire cueillir ou lever par les commis et deputés jusques à ce certain temps qui est expiré sur les choses cy après declarees qui viendroient hors des mettes de notre dite ville et chatellenie de Montignac passeroient dessus ledit pont un aide pour la manière que s’ensuit, c’est à sçavoir sur chacune beste chargée 4 deniers tournois etc … leur avons accordé que jusques à dix ans à compter du jour de ladite decision presente … ils puissent cueillir la dite aide … pour lesdites reparacions … pourveu toutes fois que ce fust du consentement

page n° 25 / Chap. 42

de la plus grand et saine partie des habitans de ladite ville de Montignac, que notre domaine n’en soit autrement diminué … Donné à Blois, 1er octobre M CCCC dix neuf.[130]

Vidim. autres lettres en parchemin par lesquelles noble homme P. de Fleury cappitaine de Montignac declare innocent du crime de faux Pierre Frayssineti, qui en avoit été accusé etc..., in introitu januae villae Montinhaci, en 1412, die ultima mensis septembris indictione quinta[131], pontificat. sanctissimi in Xpo patris et domini nostri domini Johannis, divin. provid. papae XXIII, anno tertio, praesentibus magistro Geraldo Banisi baccalario in legibus, Petro de Feleto et Guillelmo de Caslario domicellis testibus … et me Petro de Verdalone cleric. lemovic. dioces., auctoritate imperiali notar. public. etc., (sur vidimus scellé,en parchemin, n° 6 de la liasse)

______________________

Lettres par lesquelles Charles duc d’Orléans comte de Périgord, accorde une aide aux habitans de Montignac, pour réparer leur pont et leur ville.

In dossier E 778 aux AD 64.[132]

Sur les représentations que les habitans de Montignac font à Charles d’Orleans comte de Perigord que le pont estant sur la riviere passant près d’icelle ville de Montignac et aussi la dite ville ayant besoin de reparer, ce prince leur accorde une aide … Donné à Bloy, le X may 1410 (sur vidim. en parchemin, n° 7 de la liasse 45).

______________________

Vente faite par Lambert de Vals, chevalier, coseigneur de La Roche-St Christophe et de Plazac, à Jean de Galard chevalier, seigneur de Limeuil et de Borrel, de tout le droit qu’il avoit sur les châteaux et terres de La Roche-St Christophe et de Plazac (1355)

In dossier E 770 aux AD 64.

[133]Acte en papier (original) ecrit avec une ancre verte, par lequel :

Actum super iter publicum quo itur de Miramonte versus Petrag. extra totum locum de Miramonte in plateis supradictis iter publicum die martis in festo nativitatis Domini, anno Domini M° CCC° LV° regnante domino Johanne Dei gratia Francie rege etc… personaliter constitutis nobili et potenti viro domino Johanne de Galardo milite, domino de Limolio et de Borrello, ex una, et nobili viro domino Lamberto de Vallibus milite, condomino Ruppis Sancti Christofori diocesis sarlatensis, et de Plazaco, dyocesis petragoricensis, ex altera. Dictus Lambertus, gratis etc. pro suo commodo et utilitate cum alia bona non habeat ut dixit, quae sine suo majore in commodo vendere possit pro suis creditoribus solvendis nisi bona infradict. vendidit dicto Johanni … omnes res, bona hered., pedatgia jurisdiction. et jurisdictiones altas et bassas et merum et mixtum imperium et omnimodam jurisdictionem et dominium et omne deverium et jus et jura quem seu quod dictus Lambertus habet … quoquo jur. in castro Ruppo et loco Sancti Christofori diocesis sarlatensis et in parrochia, honorio, jurisdictione, districtu et castellania ejusdem nec non in fortalitio loco honorio, jurisdictione, districtu et parrochia de Plazaco dyocesis petragoricensis et pertinent. eorumdem et cujuslibet eorumdem sive sint domus, turres, ruppes, cazalia, orti, vinae, grangiae, boriae, cursus et aquae fluentes et deffluentes Veserae et aliorum fluminum, stagna, piscaria, prata pascua landae, bruciae, garenae, nemora, forestae, homagia census redditus colonatgia, questae, talhiae, bladi, vini, cere, jornalia, caponum, volatilium, pecuniae nostra feudi accaptamenta, arreyratgia, gatgia debita et omnia bona, res mobil. et immobil. … ubicumque sint … et consistant in dictis castris locis jurisdict. district. honor. et parroch. Ruppis Sancti Christofori et Plaziaci et pertinentiar. dicti domini Lambert … nec non et duas borias suas quarum una vocatur Landrivia et alia vocata Larrocheta, necnon et omne jus ad habendum etc…. praecio trium millium scutorum auri bini ponderis et legalis cugni domini regis Franciae primi cugni regis Philippi[134] … nichil sibi neque suis retinens in praemissis nisi homag. et dever. exinde debit. domino episcopo petragoricens. cui supplicavit et tenore praesentium requisivit ut ipso praesente vel absente praemissa eadem placeant et in eis laudare[135] velit et dictum dominum Johannem recipere ut dictus dominus Lambertus vult et superius disposuit et ordinavit ac dedit quo tempore presentium in mandatis tenentiariis debitoribus omnibus suis baiulis hominibus feodatariis emphiteot. colonis in colon. tenenc. et omnibus suis subditis et quorum interest …. dicto nobili domino Johanni et suis … de cetero hobediant pareant, et intendant … promisit facere garentiam in totum et in parte se et sua omnia, et heredes et successores suos et specialiter bona quae habet petragor. et locum de Ladoza, se et sua mobilia supposuit foro cohercioni domini senescalli petrag. et caturc. et fuit condempnatus et monitus auctoritate officialis petrag. … testibus religioso viro domino Gaufrido Morcello preposito de Palnato, domino Amalvino de Sioraco, Helia Morcelli, Bertrando de Miromonte, domino Petro Fabri rectore ecclesiae Sancti Supplicii de Albugia, domino Ademaro Delpi presbytero, et pluribus aliis ad praemissa vocatis et rogatis, au dessous, Helia Fabri de Limolio cum Guidone Maurelli notariis regiis et Guillelmo de Safronh notario auctoritate imperiali retulit contractum. Cet acte est en papier, d’une eciture du temps, et me paroit original.

______________________

Assignation de 120 livres périgourdines de rente faite à Pierre de Laporte damoiseau, et à Marguerite de Pons sa femme, par Renaud de Pons seigneur de Bergerac, sur plusieurs lieux, assis en la châtellenie de Montignac (1304)

In dossier E 774 aux AD 64.

[136]Assignation de 120 livres perigourdines de rente faite à Pierre de La Porte, domicell., par Regnault de Pons seigneur de Montignac sur plusieurs terres de cette chatellenie de Montignac jeudi après la St André 1304. Ce Pierre de La Porte domicellus est dit filius domini Aymerici

page n° 26 / Chap. 42

de La Porta militis, ac maritus nobilis dominae Margaritae de Ponte maritae dicti Reginaldi de Ponte domicelli, domini Brageraci et Montinhaci, et filiae quondam felicis recordationis domini Reginaldi de Ponte et dominae Margaritae de Turena conjugum defunctorum progenitorum quondam bonae memoriae domini Heliae Rudelli patris quondam ipsius Reginaldi de Ponte. Cette assignation de rente est faite par Helias de Pelorgas senescallus terrae nobilis viri Reginaldi de Ponte et de Montinhaco, datum Montinhaci, sabbat. 19 octob. festi Pentecost., anno Domini M° CCC° quarto. Cet acte en parchemin scellé, sigillo regio Montis Domae (1304).

______________________

Mandement de Lettres de Charles duc d’Orléans pour faire rendre et mettre entre ses mains, ou de son commis le château et ville de Montignac, occupés et détenus au nom du bâtard d’Orléans par Richard de Badefol, écuyer. (1437)

In dossier E 780 aux AD 64.

[137]Charles duc d’Orleans et de Valois comte de Blois et de Beaumont et seigneur de Coucy à tous ceux qui ces presentes lettres verront, salut. Comme par nos autres lettres patentes pour aucuns regard et considerations à ce nous mouvans, nous eussions japieça donné, cedé et transporté à notre aimé et feal frere le bastard d’Orleans notre comté de Pierregort avec toutes ses appartenances, dependances, et nagueres pour aucunes autres causes aions eu en propos et voulenté d’icelui comté reprendre et remettre en notre main, et à nostre requete et petition ce nous ait, nostre dit frere bastard rendu et restitué pour en joir et faire comme du nostre, à notre pure volonté, scavoir faisons que nous confians à plein des sons loyauté, souffisance prudomie et bonne diligence de notre amé et féal conseiller et chambellan Hue de St Mars gouverneur de nos comtés de Blois et de Dunois icellui nostre dit conseiller et chambellan avons aujourd’huy par l’advis et deliberation des gens de notre conseil commis et ordonné, commettons et ordonnons par ces presentes à la garde et administration de notre ville et chastel de Montinhac, en notre comté de Pierregort lesquels notre dite ville et chastel occupe de present un nommé Richard de Badefol escuyer, commis à la garde d’icellui par nostre dit frere bastard et voulons que notre dit conseiller et chambellan en ait la garde et administration tant comme il nous plaira si donnons en mandement par les presentes au dit Richard Badefol et au juge et autres officiers de nos dits ville et chastel de Montinhac, qu’ils mettent et instituent de par nous en notre nom notre dit conseiller et chambellan duquel nous avons  reçu le serment en possession et saisine de la garde et administration d’iceulx nos dites ville et chastel de Montinhac en ostant du tout de l’administration d’iceulx ledit Richard Badefol lequel nous en deschargeons par les presentes ou par la vidisse d’icelle, donné à Blois le Xe jour de juing l’an de grace mil CCCC trente et sept, et sur le repli, par mgr le duc à la relation du conseil ou quel le bastard d’Orleans, vous garde des sceaux, Hue de St Mars, Jehan de Saliensis, maistre Jehan Fuzelier, maistre Jacques Perier, maitre Simon Fillouil et autres etiez. Et pend à une double queue le sceau du duc.

______________________

Acte par lequel la ville et le château de Montignac furent rendus par Richard de Gontaut, damoiseau, capitaine dudit Montignac pour le bâtard d’Orléans, aux commissaires députés par le duc d’Orléans (1437).

In dossier E 780 aux AD 64[138].

[139]La piece cottee 50 est un acte public par lequel il est prouvé que Richard de Badefol, qu’on appelle aussi Richard de Gontaut, domicellus, a restitué la ville et château de Montignac, comme il lui avait été ordonné par le bastard d’Orleans. Ces lettres du batard d’Orleans sont ici inserées, sic : Jehan bastard d’Orleans comte de Vertus, seigneur de Romorentin grand chambellan de France, à tous ceux etc. salut. Comme mon très redoubté seigneur monseigneur le duc d’Orleans nous ait nagueres donné la comté de Vertus en Champagne aves toutes ses appartenances (et) deppendances moyennant et premyre que lui rendons et delaissons le comté de Perigord, appartenances et deppendances d’icelles que nagueres mon dit seigneur nous avoit donné, et il soit ainsi que despuis avons rendue, remise, et delaissée es mains de mondit seigneur le duc, ladite comté de Perigord et appartenances d’icelle, et nous en soyons desaisi et desmis et semblablement de la foy et hommage en quoy nous en estions entrés devoir le roy notre sire et avecques, en aions rendues et restituées les lettres du don que en avons eu de mondit seigneur aux gens du conseil de celuy seigneur et ne reste ni demeure plus de notre part que à rendre ou faire rendre et mettre ez mains de mondit seigneur le duc ou de ses gens ou officiers pour luy les villes, places et forteresses d’icelle comté de Pierregort. Ensuite il mande à son amé et féal Richard de Badefol escuyer cappitaine de la ville et chastel de Montignac le Comte audit comte de Pierregort et aux cappitaines de Bordeilles et de toutes ses autres places et forteresses de ladite comté et à son juge et autres officiers de notre dite comté et appartenances de Pierregort, qu’ils remettent à messire Raymon Fricon chevalier et Hue de St Mars escuyer gouverneur de Blois, conseiller et chambellan dudit duc d’Orleans les ville et et chastel de Montignac, le chastel et ville de Bordeille, et toutes les autres places de ladite comté. Ces lettres du dit bastard sont signées : J. bastard d’Orleans[140], et données à Blois le 12 juin M CCCC trente et sept[141] (sur vidimus en parchemin de l’an 1447, en parchemin).

___________________________________

page n° 27 / Chap. 42

Acte par lequel le mas de la Bachelerie, assis en la jurisdiction du Pouget, fut assigné par les tuteurs de Françoise de Bretagne, au seigneur de Vilhac, pour 20 sols, un sextier de froment, etc. (1462)

(référence non connue aux AD64)

[142]Actum in loco de Perinhaco, die prima decembr. anno M CCCC LXII, praesentibus Guischardo de Valletur.[143] et domino Bertrando, capp. de Vilhaco, et domino Johanne de Absaco cappitaneo de Peyrinhaco, cum debatum esset inter nobilem et potentem virum dominum Guidonem de Albaconio militem condominum de La Folhada et de Vilhaco et filium et procuratorem ac nomine nobilis Johannae de Roffinhaco dominae de Vilhaco ex una parte et nobiles et potentes viros dominos tutores illustres ... Francescae de Britannia ex (altera) super eo quod dictus Guido de Albaconio dicebat dictos tutores sibi teneri nomine praedict. ad recompensationem ab una parte XXti solidos etc. ex apunctamento facto inter illustrem domicellam Ysabellam de Turre matrem dictae Francescae domicellae et dictum dominum Guidonem et ex XV sol. pro eo quod gaudere non poterat de bordaria de Bosco existente in pertinentiis de Meleto, escante de orio dominae Margaritae de Lhomaco quae per integrum tenet castellaniam de Ayhento et quae dicta bordaria pertinere debet eidem dominae de Vilhaco ad causam escambi facti de castellania de Vernh … cum ita sit quod dicta domina de Vilhaco gaudere non potest de villagio de Thel non obsante impedimento domini abbatis de castris … illi tutores … nolentes dictam dominam de Vilhaco in aliquo esse deperdentem de assignationibus sibi debitis voluerunt dictas asignationes fieri super tenentiarios maynamenti de La Bachalaria jurisdictionis de Pojeto pro qua fienda commiserunt nobilem virum magistrum Petrum de Pelisses cancellarium vicecomitatus lemovicensis qui die dicta venire fecit coram ipso Johannem Leymonia, Johannem de Petra, Steph. de Cumbis, et Johannem de Chounaco filium Michaelis de Chounaco conterrarios et proprietarios dicti loci de La Bachalaria, qui ad praeceptum dicti cancellarii … recognoverunt dictam dominam de Vilhaco … et ita dominus Guido de Albuconio se tenuit pro bene contento … Signé n’Guers avec paraphe sic est.

______________________

Sentence donnée par le sénéchal de Périgord, ou son lieutenant au siège de Sarlat, entre le procureur du roi en ladite sénéchaussée, demandeur et accusant, contre Bernard Pradel de Montignac, accusé d’avoir arrêté un sergent royal, qui faisoit quelques exploits en la ville de Montignac, et l’avoir empêché de faire ses exploits, etc. (1333)

In dossier E 775 aux AD 64.

Universis Bernardus Gervasii domini nostri Franciae regis clericus et judex major et locum tenens …. domini Petri de Marmanda militis senescal. petrag. et caturc. pro rege Franciae, noveritis quod causam perventionis seu denuntiationis agitatam fuisse in curia … senescalli … inter procuratorem regis dictae senescalliae seu ejus substitutum pro jure regio ex parte una et Bernardum Pradelli de Montinhaco habitatorem seu Heliam Pradelli ejus fratrem ut deffensorem …. Bernardi Delati perventi seu denuntiati ex altera super eo quod discretus vir magister Bernardus de Bernadone procurator regius dictae senescalliae pro jure regio … proposuit contra dictum denuntiatum … quod ipse anno in processu dictae causae declarato, quadam die malitiose et injuriose irato animo sua propria auctoritate manu et hore arrestaverat Hugonem de Bemors servientem regium exercentem officium sergentariae et exequentem quod mandata regia a curia dicti …. senescalli emanatu et eidem praecepit et injuxit ut non esset ausus suum arestum tenerat et non exiret villam Motinhaci item et quemdam roussinum et quemdam ensem quos deferebat sibi cepit et secum adduxit et adportavit ita dicto arresto dictus Bernardus dictum servientem regium abire non permisit quo usque promisisset sibi quod dicta mandatio mandaret exequitioni … et dicta promissione facta dictum servientem recedere permisit plures enormos excessus … dictus Bernardus fuit inibi ipso serviente existente ut alii servientes et officiales regii in salva gardia … domini nostri regis eandem infrangendo … quare cum tot et tanta crimina … remanere debeant impunit., petiit dictus procurator regius [su---litutus][144] eundem Bernardus in persona et bonis suis taliter corrigi et puniri quod ejus pena et punitio ceteris talia ostentare volentibus transiret in exemplum. Et super eo etiam quod ex adverso dictus deffensor deffensorio nomine quo supra salvo et potestato per eundem quod pro non responso habeatur nisi de jure esset respondendum et quod posset factum contrarium proponere et probare et salvis suis rationibus et deffensionibus loco et tempore exponendis et salvis suis aliis legitimis excusacionibus, proposita contra ipsum litem contestando negavit fore vera in pertinencia et ineptitudinis salvo jure … post juramentum

page n° 28 / Chap. 42

(dictus deffensor) stetit in responsione sua lite igitur contestata … pluribus testibus … regii procurator. ad firmandum intentionem suam productis ipsisque juratis et diligenter examinatis[145] … quibusdam rationibus seu deffensionibus quarum tenor sequitur sub his verbis super hoc quod procurator regius in sequitur Bernardum Pradelli de Montinhaco dicendo et proponendo contra eum quod ipse arrestaverat manu et hore Hugonem de Bomers exercentem sergentariae officium ut dicebat et eidem servienti dixit quod si utebatur officio suo apud Montinhacum quod ipsum duci faceret captum et ligatum apud Montem Domae dixit et excipiendo proponuit et probare intendit dictus Bernardus ad sui innocentium intendandam contra procuratorem regium et imposita per eundem … et ad finem quod appareat ipsum Bernardum esse penitus inculpabilem a praemissis et aliis impositis contra ipsum quod ad emendam aliquam nullathenus teneatur coram vobis magistro Raymundo Fabri jurisperito commissario in hac causa, dato per curiam domini senscalli petrag. et caturc. ea quo sequitur primo quod olim sub certa forma ordinationis regiae factae et ordinatae fuerunt et per dominum senescallum sui ejus locum ten. exhibita in quadam assisia de Sarlato dicti domini senescalli quod aliquis serviens dicti domini senescalli seu ejus curiae suo non uteritur officio in terris baronum[146] altam et bassam jurisdictionem habentium nisi prius gentibus seu officialibus dictorum baronum requisitis. Item quod dictus Hugo accessit apud Montinhacum et contra ordinationes regias temere veniendo non requisitis ut dicebatur et recognoscebat, gentibus seu officialibus dicti domini Montinhaci quam plures personas apud Montinhacum commorantes citavit seu adjornavit ut apud Sarlatum coram magistro Bernardo de Cornu comparerent ad certam diem et ex eo quia idem serviens faciebat contra ordinationes regias dictas citatione faciendo absque requesta officialium dicti domini Montinhaci et in prejudicium ejusdem domini dictus Bernardus tanquam praepositus dicti domini de Montinhaco praedictum Hugonem tanquam excedentem et excessu commitentem in dicto loco Montinhaci ore in dicto loco Montinhaci arrestavit eundem et ibidem quasi paulo post ipsum servientem ad honorem et reverentiam dicti domini senescalli a dicto arresto relaxavit et ex causis et rationibus praemissis dicit dictus Bernardus se esse innocentem et inculpabilem a praemissis impositis contra ipsum petens in super per dominum senescallum seu ejus curiam absolvi, protestans tamen quod non astringit se ad omnia praemissa probanda sed adeo que probare poterit divisim vel conjunctim, quibus quidem rationibus fuit per commissarios dictae causae ex officio suo pro jure regio responsum ipsas inquantum pro jure regio faciebant admittendo, inquantum vero intentioni ejusdem domini regis adversabantur negando fore veras … producto etiam per eundem Bernardum ad intentionem suam fundandam quid.[147] acto a curia domini senescalli praedicti emanato cujus tenor talis est.

page n° 29 / Chap. 42

Actum assisiis de Sarlato domini senescalli quae fuit et incepit teneri die martis ante festum asssumptionis beatae Mariae virginis anno Domini millesimo tricentesimo tricesimo primo quam tenuit discretus vir Raym. Ricardi vices gerens [----][148] parte ven. et discreti viri domini Radulphi La Frera legum doctoris et locum tenentis nobilis domini Jordani de Lubercio … Franc. regis militis ejusque senescalli petrag. et caturc. Cum litteris domini Radulphi quorum tenor sequitur sub hac forma Radulph Lafrera leg. doctor. et locum ten. nobilis et potentis domini Gord. de Lubercio militis domini nostri Franc. regis ejusque senescall. petrag. et caturc. discreto viro Rdo Berandi jurisp., salutem. Cum nos ad assisiam regiam de Sarlato instantem interesse requiremus … mandamus[149] vobis quathen. ipsam assisiam teneatis … die 12 aug. anno 1331, in qua quid assisia comparuit Helias Pradelli burgensis de Montinhaco praepositus dicti loci pro nobil. Viro domino Reginaldo de Ponte, domino Pontis, Brageraci, Montinhaci et Podiol. … qui … praesentavit curiae praesenti quasdam patentes litteras regias quarum tenor sub his verbis, Philippus Dei gratia Franc. rex, petrag. xanton. et carcasson. senescallis aut eorum locum tenent., salutem. Conquerente nobis Reginaldo Pontis, Brageriaci et de Podiollis domino quod in terra sua in qua omnimodam altam et bassam habet justitiam nostri senescalliarum vestrarum servientes contra statuta regia super hoc edita officia sua indifferentes exercerent in ipsius conquerentis grave prejudicium et non modicum suorum oppressionem subditorum, mandamus vobis et vestrum cuilibet ut ad eum pertinuerit quatinus dictis servientibus inhibeatis expresse ne ipsi in terra dicti conquerentis in qua ipsum omnimodam altam et bassam [liqu.--][150] habere justitiam sergentariae officium vel quecumque alia explect. justitiae nisi in casibus ad nos spectantibus exercere praesumant et contra facientes taliter puniatis, statuta praedicta servando, quod sit aliis in exemplum, datum Paris., decima sexta die julii anno Domini millesimo tricentesimo tricesimo primo quibusquidem litteris sic exhibitis et praesentatis, procurator praedictus ad faciendum fidem de statutis regiis praedicto exhibuit ibidem in judicio et praesentavit quamdam publicationem habitam et factam de praedictis litteris in assisiis de Petrag.[151], dicti domini senescalli novissimo praeterita tenorem dictorum statutorum inter coetera per hunc modum continen., item inhibemus ne servientes faciant adjornamenta seu litationes sine praecepto senescallo baillivi au praeposito vicarii vicecomitis aut judicis, et si praepositus forte faceret au fieri praeciperet falsum aut injuriosum adjornamentum dampna et gravamina [---ti][152] quam sic gravarent, ressaissiret, et cum hoc paena decenti cognosceret quam graviter deliquisset, item interdicimus servientibus nostris ne justicient aut officium suum exerceant in terris praelatorum, baronum, aut aliorum vassalorum seu subditorum nostrorum in quibus habent justitiam altam et bassam seu merum et mixtum imperium, nisi in casibus ressorti aut alio ad nos de jure spectante neque nisi de praecepto senescalli baillivi aut praepositi vicecomitis vicarii sive judicis et continebitur tunc mandatum seu praeceptum ipsorum casum ad nos ut praemittitur pertinentem inhibentes in super ne moventur seu larem foveant in dictis terris seu locis in locis vicinis in fraudem absque voluntate dominorum[153] nisi sint oriandi de loco aut ibidem matrimonium contraxerint et in hiis duobus casibus non poterunt servientes officium exercere in locis illis, et si casus ressorti aut alii ad nos spectantes in eisdem terris evenirent, volumus quod de illis nullathenus intromittant ymo casus ille executioni mandabitur per alios servientes praelati vero et barones et alii fideles nostri poterunt praedictos servientes

page n° 30 / Chap. 42

nostros judicare et contra eos uti jurisdictione sua spirutuali et temporali prout justum fuerit, sine fraude, sicut contra alias privatas persones in hiis quae ad eorum officium non spectabant poteruntque eos punire de excessibus et commissis quae fecerint non tamen nostrum regium officium exercendo quibusquidem litteris regiis statutis et acto praedicto continent. praedictos articulos ibidem in praedicta assisia lectis et etiam publicatis praedictis juxta continentiam ipsorum firmiter observari et inhibuit ex parte regia ibidem palam et publice ne contra formam et tenorem litterarum regiarum, statutorum et articulorum praedictorum. Servientes regii in terra et jurisdictioni Brageraci, ubi habet altam et bassam jurisdictionem omnimodam aliqua praesumerunt attemptare vel ibidem sua officia exercere contra intentionem … litterarum statutorum articulorum praedictorum, et ibidem discretus vir magister Stephanus [G---i][154] procurator regiis substitutus a procuratore regio senescalliae praedictae pro jure regio dixit et protestatus fuit quod dominus noster rex ejusque praedecessores et servientes sui regni Franc., ante concessionem dictorum statutorum et post[155], erant et sunt in pacifica possessione vel quasi per tentum temporis quod sibi jus est acquisitum exercendi libero et pacifice in terre baronum et praelatorum regni sui officia sergentariae etiam ante concessionem dictorum privilegiorum seu statutorum et post, nec est verisimile de jure quod dominus noster rex voluerit suo juri praejudicare et ideo littera regia est et videtur esse subreptitie impetrata ac tacita veritate de praemissis qui si praemissa expressasset nullatenus dictas litteras obtinuisse quare dicit idem procurator regius substitutus quod dictus dominus vices gerens salva sui gratia servien. regiis apud Brageracum commorantibus nec aliis aliquam inhibitionem facere non debebat, quin in dicto loco uterentur juxta usus et possessiones praedictas in quibus petiit dictum dominum nostrum regem servari et tueri, petens nichilominus et requirens dictus procurator regius substitutus dictis servientibus injungi ut in dicto loco more solito utantur non obstantibus litteris et privilegiis supradictis et dictus vices gerens propter dicta allegata et protestata per dictum procur. Regium substitutum, nichil in mutavit in ordinatis et inhibitis suterius per eundem. Tandem [con---so][156] et renuntiato in dicta causa pluribusque diebus eisdem partibus ad diffiniendum in dicta causa assignatis dieque hodierna ipsis partibus ad audiendum in dicta causa diffinitivam peremptorie et pacifice sententiam ... comparentibus in judicio coram nobis locum tenent. praedicto die hodierna subscripta discreto viro magistro Guillermo de Grandissono domini nostri Franc. regis clerico procur. regio dictae senescalliae pro jure regio, ex parte una, et Helia Pradelli deffensorio nomine dicti Bernardi alias in dicta causa comparuerat ex altera cum vehementi instantia in praesenti tam definitiva et summarie postulant. Unde nos, locum tenens praedictus, visis et diligenter inspectis actis et processu in dicta causa habitis ... habitaque deliberatione super ipsis cum peritis sedent. pro tribunali nec judice facto stante, Dei evangeliis positis coram nobis ut nostrum de vulta Dei prodeat judicium nostrique oculi videant equitatem, in nomine Patris et Filii et Spiritus sancti amen[157], deffensorem quo supra nomine sententialiter in hiis scriptis in gatgio bajuli

page n° 31 / Chap. 42

condempnamus ipsum d. preventum seu denuntiatum a majori emenda tangnte dominum nostrum regem eadem sententia causa cognita absolventis in quorum fidem et testimonium nos locum tenens praedictus sigillum regium dictae senescalliae praesentibus litteris apponi fecimus et appendi. Acta fuerunt haec Sarlat. die sabbato post yemal. festum beati Michaelis in et durante assisia ipsius loci, die domini senescalli quae fuit et incepit teneri, ibidem die sabbati post dictum festum anno Domini millesimo tricentesimo tertio … et plus bas : Johannes Fabri, de fever sic est. En parchemin, grande peau.

______________________

Transaction passée entre Geoffroi de Pons seigneur de Montignac, et Renaud de Pons, son fils aîné d’une part, et Raimond, abbé de St Amand d’autre part, sur un différend qui s’étoit élevé entre eux, au sujet de quelques pièces de terre. Par cet acte, le seigneur de Montignac cède à l’abbé de St Amand tous ses droits sur les objets contestés.

(1251 v. st. / vidimus de 1362)

In dossier E 776 aux AD 64.

Transaction entre Geoffroy de Pons sgr de Montignacet Raymond son fils ainé, et Raymondus abbé de St Amand pour quelques fonds de terre, sur un vidimus du mois de mars 1362, indict. 14, pour une piece de terre, juxta clausam ecclesiam de Brenac[158] qui clausus situs est juxta fossatum villae de Brenac unde terre in qua est cimiterium prope portam de Brenac per quam itur apud Montinhacum … et in duobus sextariis frumenti quae debentur de quadam terra quae appellatur … de Montinhaco quam dedit Gaubertus Lagasconia in helemosinam domui Sancti Amandi et hereditatem quae quondam fuit Bernardi …… quam tenent homines del Bosquet et jus quod habere dicebamus in paxeria abbatis et conventus Sancti Amandi, le sgr de Montignac cede tous ses droits sur les objets contestes, à l’abbé de St Amand, salvo nostro majori dominio. L’abbé et convent cedent de leur côté quelques droits et une vigne, sitam prope domum leprosor. de Peyrusolas[159]. Actum hoc in cappella castri de Montinhaco die mercurii post circumcis. Domini, anno Domini M° CC° L primo … sur vidimus fait à la requisition de religiosus vir dominus Raymundus Umharoti canonicus ac procurator reverendi patris in Xpo domini Heliae monasterii Sancti Amandi[160] sarlatensis diocesis. Actum coram porta monasterii praedicti, praesentibus … Sur parchemin fort gaté de vétusté, rompu au milieu.

______________________

Lettres par lesquelles Roger-Bernard, comte de Périgord, donne au cardinal de Taleyrand son frère, la terre de Montignac, pour son appanage (1340 v. st.)

In dossier E 776 aux AD 64.

[161]Notum sit quod anno a nativitat. Domini M° CCC° quadragesimo, decim. octava die mensis marcii circa ortum solis in capite Pontis Rodani a parte regni Franc. regnante Philipp. … specialiter constit. spectabili viro domino Rogerio Bernardi comite petrag. et domino Brageraci ex parte una ac venerabil. viro domino Barthol. Marchi … canonico bajon. procurator. reverendi … domini Thaleyrandi miseratione divina tituli Sancti Petri ad vincula presbyteri cardinalis ex alia, praedictus comes attendans et considerans quod ipse dederat, cesserat et concesserat, ediderat et assignaverat praefato domino cardinali ratione personae suae non dignitatis seu ejus certo procuratori vice et nomine ipsius recipienti pro legitima et jure legitimae eidem domino cardinali jure naturae debitae in et super bonis [pa---][162] mille libras turonentium parvorum perpetui et annui redditus in et super locis suis et terra de Montinhaco et de Vernio, et eorum pertinentiis sub modis et formis ac retentionibus contestis … in duobus publicis instrumentis ibidem exhibitis quorum unum confectum … Avenioni … sub anno a nativitat. Domini M CCC° tricesimo quarto XIa die mensis septembris, aliud vero confectum in loco de Maseriis castrensis diocesis … die mercurii in crastinum festi Purificationis beatae Mariae virginis, sub anno Domini M CCC tricesimo octavo quae quidem loca per eundem dominum comitem dicti domini cardinali trad. et assignata sibi ad invincem distant. instantum quod receptio reddituum praedictorum locorum non est adeo facilis nec adeo commode fieri potest ac si dicta assignatio et reddituum perceptio esset in uno et eodem loco seu in locis contiguis et non separatis, consideransque ea quae dantur et assignantur pro legitima juris natura debita absque omni onere debent dari et esse assignat., et desirans utilem et commodam perceptionem dictarum mille librarum per dictum dominum cardinalem seu ejus gentes et quoscumque successores universales et singulares laicos vel clericos, unum vel plures, ecclesiasticam seu ecclesiasticas vel religiosas personas utricumque status ordinis vel religionis exempte vel non exempte in futurum faciend., non recedens ac intentis in duobus dictis instrument., sed potius ratificans …, dedit, cessit et concessit et assignavit praefato domino cardinali ratione suae personae non dignitatis licet absenti, per has praesentes litteras

page n° 32 / Chap. 43

omn. jura actiones reales et personales , mixtas utiles et directas et rei persecutorias pretorias et civiles et jura remedia et exilia jure quo libet introducta quae sibi competunt vel competere possunt … in super seu pro castro de Montinhaco cujus terram et pertinentias dicto domino cardinali assignaverat in alio instrumento. Ita quod ipsis ut … agere consequi excipere, replicare valeat tanquam verus dominus et procurator in rem suam necnon et ipsum castrum, territorium et districtum dominium directum et utile merum et mixtum imperium juridiction. omnimodam altam et bassam cum omnibus fortalitiis, dominibus, officinis, casis, appenditiis, terris, possessionibus, pedagiis, juribus, hominibus, vassalis, feodis, et retrofeodis et emphiteotis et cum pleno jure et integro statu ejusdem castri prout ad ipsum dominum comitem pertinent, etc. etc. Le reste de pure formalité est d’une longueur effroyable, ce titre est en parchemin fort gaté, avec une grande ouverture au millieu, ave le paraphe ou sigle du notaire Gaufridus de Marteli[163] cleric. auctoritat. regia notar. A la fin est la procuration que le cardinal de Taleyrand donne à Barthelemy [-----][164] Jehan de Bayonne pour l’acte ci-dessus, et cette procuration est faite à Avignon, in hospitio habitationis praedicti domini cardinalis decima octava die mensis martii anno Domini millesimo CCC° quadragesimo ante solis ortum (meme date que l’acte ci-dessus, à l’heure près, le cardinal est dit absent dans l’acte de Roger-Bernard, aux portes d’Avignon où etoit le cardinal, c’est sans date … en parchemin, en forme).

______________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE XLIII – LIMEUIL

Donation faite par le roi Jean à Roger-Bernard, comte de Périgord, des terres et châteaux de Limeuil, Miremont et Clarens, qui avoient été confisqués sur Jean de Galard, à cause de sa rébellion et de son adhésion au partis anglais (1350 v. st.)

In dossier E 737 aux AD 64.

[165]Johannes Dei gratia Francorum rex universis praesentibus et futuris, exaltatur nomen regnantium et augetur devotio subditorum si ad illos in quibus prurae fidei constantia jugiter et inviolabiliter experitur celsitudo regia dexteram liberalitatis extendens eos casibus ad hoc se offerantibus condignis muneribus prosequatur. Ad nostram igitur ne dum semel sed pluries devenit fama publica referente notitiam quod licet erga Johannem de Galardo dominum de Limolio militem carissimi domini et progenitoris nostri dum viveret nostrique subditum hominem litgium et vassalum qui jam pridem guerris inter ipsum genitorem nostrum et regem Angliae procurante pacis emulo suscitatis fidei terminos, qua genitori nostro supradicto atque nobis tenebatur imprudenter et infideliter transgrediens regi Angliae praefato ipsius que sequacibus nunciis rebellibus et praeditoribus nostris ad … consilium et auxilium eisdem contra nos et regem nostrum multis modi impendendo misericorditer agens ipsi poenas quas ob hoc demeruerat, remisisset, ipse nichilominus in errorem pristinum recidens et adhaerens, iterato regi Angliae praefato ipsi ac nostris aliis rebellibus inimicis et praeditoribus contra nos et regnum nostrum nec non et nostros devotos subditos et fideles consilium et auxilium multipliciter praestitit et impendit prestareque et impendere non cessat, modis omnibus quibus potest, et sunt ista adeo notoria quod nulla possit tergiversatione celari, propterque non est dubium ipsum crimen lesae majestatis incurisse bonaque sua omnia et singula nobis confiscata esse et ad nos ut confiscata pertinere. Nos attendentes devocionem sinceram et verae fidelitatis constantiam quam erga nos et progenitores nostros dilectus et fidelis noster Rogerius Bernardi comes petragoricensis et antecessores sui, totis hactenus transactis temporibus

page n° 33 / Chap. 43

habuerunt, necnon grata auxilia quae nobis et praedecessoribus nostris servitia guerris nostris durantibus et alias fecerunt et impenderunt, volentes propter ea Rogerium praefatum gratia prosequi speciali, castra de Limolio, de Miramonte et de Clarentio omnesque villas et loca, terras, possessiones, ac bona feudalia, et alia quaecumque mobilia et immobilia universa et singula quae memoratus Johannes de Galardo habet, tenet et possidet ubicumque in petragoricinio scilicet in diocesibus petragoricensi et sarlatensi infra illas consistentia, quocumque titulo seu nomine censeantui cum honoribus jurisdictionibus et aliis juribus et pertinentiis omnibus et singulis eorumdem quae propter crimen praedictum de praefato Johanne commissum, nobis confiscata sunt et ad nos pertinent, ut est dictum supradicto Rogerio Bernardi pro se heredibus ac successoribus suis in perpetuum dedimus concessimus atque donavimus damusque et concedimus per praesentes et mera liberalitate nostra certaque scientia et gratia speciali, cedentes et transferentes omnino in eundem Rogerium comitem petragoricensem heredesque et successores ipsius omne jus et omnem actionem dominium proprietatem possessionem et saisinam quae et quas ratione dictae confiscationis in rebus praedictis sic donatis. Habemus seu habere quomodolibet possumus et debemus dantes ipsi comiti et heredibus et successoribus suis eorumque et cuilibet licentiam et auctoritatem, plenamque et liberam potestatem castrorum villarum locorum jurisdictionum et pertinentiarum bonorumque aliorum praedictorum omnium et singulorum corporalem possessionem et tenutam auctoritate propria, per se vel per alium seu alios capendi, recipiendi, intrandi et obtinendi, nostra aut alterius superioris cujuslibet licentia minime requisita ad ipsorum donatariorum omnimodam voluntatem et quia decet beneficia principis esse mansura ita ut nullius varietatis casibus alteritur, volumus et auctoritate regia, de nostra plenitudine potestatis decernimus atque statuimus quod donatio et concessio nostrae hujusmodi valeat et robur obtineat perpetuae atque inviolabiliter firmitatis, supplentes, tenore praesentium, auctoritate regia, et de potestatis nostrae plenitudine praedictis, omne defectum solemnitates juris siquis interveneret in eadem, inhibentes senescallo petrag. et caturc. cunctisque justitiariis et officialibus nostris aut eorum locatenentibus et eorum cuilibet eundem supradictum comitem vel ejus gentes in praemissis aut eorum aliquibus impediant aut pertubent seu impediri et perturbari faciant quoquomodo. Quod ut firmum et stabile perpetuo perseveret praesentes litteras nostri quo ante regni nostri[166] susceptum regimen utetamur sigilli fecimus munimine roborari[167], nostro in aliis et alio in omnibus jure salvo. Datum in villa Aquarum Mortarum anno Domini millesimo trecentesimo quinquagesimo mense januarii. Et sur le reply, per dominum regem praesent. domino comitis Monte Fortis, et au dessous Blanchet[168]. Et pend au bas en cordon non tressé, de fils de soye rouge et verte, un sceau en cire verte dont il ne reste qu’un fragment par lequel on juge qu’il étoit beaucoup plus grand que nos ecus de six francs, on ne distingue rien du type ni du revers, mais seulement en lettres l’inscription les lettres NORMANOR (Normanorium). Cette charte est en parchemin assez bien conservé. Au commencement près, qui est un peu pourri, mais tout se lit facilement. Elle est ecrite en lettres bien formées (long d’un pied 1/2, large 1 pied 8 pouce.)

______________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE XLIV – MUCIDAN

Vente d’une rente, faite par Pierre de Mauri, de la paroisse de St Silain, à Archambaud (IV) fils du feu comte de Périgord (1316)

In dossier E 717 aux AD 64 .

[169]Notum sit universis et singulis praesentes litteras inspecturis quod domino Philippo regis Franciae filio regna Franciae et Navarre … anno Domini millesimo trecentesimo

page n° 34 / Chap. 44

sexto decimo die mercurii post festum beati Licae evangelistae apud Petragoras in praesen. … personaliter constitutus Petrus de Mauri parrochianus ecclesiae Sancti Silani Petrag. tutor Petri de Mauri nepotis sui filii quondam et heredis ut dixit AZymerici de Mauri patris quondam ejusdem tutoris, datus per curiam consulatus petragoricensis[170] prout fidem fecit per quamdam litteram sigillo ejusdem curiae sigillatam cujus tenor inferius est … vendidit, concessit nomine tutorio quo supra … venerabili et discreto viro domino Archambaldo nato felicis recordationis quondam domini comitis petragoricensis praesenti … quinque solidos petrag. monetae renduales … Petro de Mauri reddi consuetos ab Helia Colho de burgo de La Torna Picha … sitam in loco vocato Lo Castel Landric inter vineam Johannis Regis ex parte una et vineam Johannis de Cachirets quodam itinere medio … pretio centum solidorum petrag. monetae etc. …….. tenor vero dictae tutelae sequitur in haec verba : Nos Dansel de Platea, tenens jurisdictionem consulatus villae petragoricensis ad manum regiam[171], notum facimus universis, etc., quod citatis perhemporie ad hoderniam diem martis post festum beati Luchae evangelistae horae primae in domo consulatus coram nobilis … et nomine patruo Petri de Mauri filli quondam Aymerici de Mauri deffuncti et Armandae relictae dicti deffuncti et non nullis amicis … quibus auditis … et promisit dictus Petrus Mauri quod in tutela hujusmodi fideliter se habebit etc. … Et nos super praemissis et singulis juris sollemnitate super hoc habita et ut decuit observata, auctoritatem nostram huic praesenti tutelae interponimus et decretum et sigillum ejusdem curiae duximus apponendum. Acta fuerunt haec in domo et curia consulatus praedicta die martis post festum beati Luchae ev., anno Domini M° trecent. decimo sexto. Nos vero Arnaldus de Verzinis custos in dicta villa sigilli curiae communis praedicti ad relationem dicti actus dictum sigillum praesentibus litteris apponimus jure domini regis et ecclesiae praedictae et cujuslibet alterius in praemissis semper salvo. Avec paraphe, et pend au bas au cordon de fil blanc et verd un sceau très bien conservé de la cour commune, en cire [-----][172].

__________________________

Lettres de Charles, duc de Guyenne, par lesquelles il fait saisir féodalement, pour hommage non rendu, la terre de Mussidan, tenue par Marguerite, veuve du seigneur de La Rochefoucaud. (1471)

In dossier E 798 aux AD 64.

Charles duc de Guienne fait saisir feodalement par le seneschal de Perigord, pour homage non fait la chatellenie de Mussidan, tenue alors par Marguerite veuve du sgr de La Rochefoucaut qui tenoit cette chatellenie à cause de sa femme. Ces lettres de Charles sont du XXII jour de decembre mil … soixante onze (1471). Charles fut empoisonné en 1472, avec sa maitresse (la dame de Monsoreau) la dame de Mussidan fait repondre par noble homme Goufray Desivier fils naturel de noble home Jehan Desvier cappitaine dudit Mussidan[173], et que le dit chastel et chatellenie de Mussidan sont tenus de toute ancienneté par hommage du comte de Perigord et non dudit seigneur duc de Guienne (copie en papier fort gaté).

______________________

Saisie de Mussidan faite par Pierre de Lalande, sénéchal du comte de Périgord (1319 v.st.)

In dossier E 798 aux AD 64.

[174]Saisie de Mussidan etc. par Pierre de La Landa senescallus domini comitis petragoricensis, et au dessus il est appelé : senescallus seu locum tenens dominae comitissae … 1319, le samedi jour de la Purification.

______________________

Mandement de Brunissende de Foix comtesse de Périgord, pour saisir et mettre à sa main les terres de Raimond de Montaut, seigneur de Mussidan. (1319)

In dossier E 798 aux AD 64

Brunissendis de Fuxo comitissa petrag. dilectis nostris Heliae Pic gardiatori nobis dato per dominum nostrum Franciae regem[175] et Heliae Ademari baiulo nostro de Monte Pavone salutem vobis … mandamus quathinus castrum et castellaniam terram redditus Raymundi de Montaut domini de Muyschidano ad manum nostram ponatis et teneatis donec a nob. aliud super hoc recipiatis in mandatis … Datum Brageraci sub sigillo nostro proprio die jovis post festum epiphan. Domini anno ejusdem M° CCC° decimo nono … La saisie est faite par les susdits, in praesentia nobilis viri Heliae de Blanhaco domini Sancti Frontonis et Geraldi Lamberti de Muschidano in dicti castri platea … postque dictus gardiator in praesentia Geraldi Lamberti praedicti emparavit ex causa et saisina omnia Raymundi Lamberti filii dicti Geraldi Lamberti si quae habet et utrobique sint, et ad manum dictae dominae comitissae et dicti domini comitis posuit … anno supra (sur vidimus en parchemin avec paraphe).

______________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE XLV – AUBEROCHE

Vente de la terre et seigneurie d’Auberoche faite par Jean roi de Navarre à Alain seigneur d’Albret, son père, pour 2000 écus d’or au soleil (1512 v. st.).

In dossier E 691 aux AD 64.

[176]Le XV jour de fevrier l’an mil Vc et douze en la ville de Nérac personnellement établi très excellent et très illustre prince Jehan à la grace de Dieu roy de Navarre de lequel de son bon gré a vendu, cedé, quitté et transporté et par ces presentes vend etc. à haut et puissant prince et seigneur messire Alain sgr d’Albret son père present etc. la terre et seigneurie d’Auberoche situee en la seneschaussée de Perigord avec toute justice haute moyenne et basse mere et mixte impere droit de chastellenie et tous chacuns les cens, rentes etc. d’icelle seigneurie appartenans etc. sans aucune chose y reserver pour deux mille escuts d’or au soleil etant en valeur de XXXVII sols VI deniers tournois piece … present noble homme Estienne bastard d’Albret seigneur de Myoulcenx conseiller dudit seigneur roy de Navarre etc. (extrait signé de 2 notaires, en papier)

______________________

Lettres du roi Philippe de Valois, par lesquelles il mande au sénéchal de Périgord de contraindre tous ceux qui possèdent des biens dans la châtellenie d’Auberoche, d’en rendre hommage au cardinal de Périgord, acquéreur de cette terre, de la même manière qu’ils le rendoient ci-devant au vicomte de Limoges (1346 v. st.)

In dossier E 691 aux AD 64.

[177]Philippus Dei gratia Franc. rex senescallo petragoricensi vel ejus locum tenenti, salutem. Cum nos castrum et castellaniam de Alba Rupe carissimi nepotis vice comitis lemovicensis

page n° 35 / Chap. 45

et Johanne ejus consortis olim per inimicos nostros occupata et posr ad hobedientiam nostram redactum, pro nobis et dictis conjugibus carissimo nostro Taleyrando sacro sanctae romanae ecclesiae cardinali petragoricensi cum omnibus juribus, homagiis, et aliis deveriis ad dictum castrum et castellaniam certo precio in venditione hujusmodi composito, voluerimusque et concesserimus quod dictus cardinalis et sui teneant, possideant et explectent dictum castrum cum forma quibus dictus dux et vicecomes et praedicta ejus consors aut alii eorum praedecessores tenere, possidere et explectare consueverunt, prout haec in litteris dicto cardinali concessis plenius continetur, mandamus vobis quatinus omnes et singulos bona tenentes in dictis castro et castellania quos … seu rebelles noveritis ad praestendum et faciendum homagium praedicto cardinali modo et forma quibus olim vicecomiti lemovicensi praestare et facere consueverunt, detentione bonorum suorum et alio juris remedio viriliter et rigide compellatis, appellationibus et recusationibus frivolis litterisque in contrarium sub trandis non obstantibus quibuscumque. Datum Vincennae die XXIIII januarii anno Domino millesimo CCCmo quadragesimo sexto. Sous le repli, per dominum regem praesente domino bellovacens P. Dannoy, en parchemin et pendoit un sceau à une lemnisque simple decoupée du bas qui seule reste.

______________________

Procuration donnée par Talayrand cardinal évêque d’Albe, et seigneur d’Auberoche et de la bastide de Bonneval, à Roger-Bernard, comte de Périgord, son frère, pour se faire rendre hommage par tous ses vassaux dans les terres d’Auberoche et Bonneval. (1350 v. st).

In dossier E 691 aux AD 64.

Universis et singulis praesentes litteras inspect., Taleyrandus miseracione et divin. episcopus albanens. sanctae romanae ecclesiae cardinalis ac dominus castri et castellaniae Albae Rupis et bastite Bonevall. Petragoricensis diocesis[178], salutem in Domino. Noveritis quod nos carissimum germanum nostrum magnificum virum dominum Rogerium, comitem petragoricensem, licet absentem tamque praesentem citra revocationem aliorum procuratorum nostrorum per nos alias constitutorum facimus, constituimus et ordinamus procuratorem nostrum generalem et specialem ad recipiendum et prestari faciendum, nostro nomine, homagia necnon fidelitatis et alia quaecumque consueta servitia ac juramenta a quibuscumque nobilibus et innobilibus, ecclesiasticis vel secularibus in nostro castro Albae Rupis et ejus castellania ac bastita Bonevall. petragoricensis diocesis etc. ... quae nobis ad predicta praestanda tenentur ratione et causa castri et castellaniae Albae Rupis et bastite Bonnevallis predictorum, ad nos spectantium ex causa emptionis et traditionis corporalis, de eis nobis factarum per serenissimum principem dominum Philippum Dei gratia regem Franc. illustrem, pretio et modo contentis plenius in quibusdam ipsius domini Regis litteris per eum nobis ... et modo et forma quibus dictae personae homagia et fidelitatis ac alia quaecumque consueta servitia et juramenta praestare et facere hactenus domino vicecomiti Lemovicensis debuerunt ac consueverunt. ... Actum et datum in bastita nostra prope Avinionem[179], anno a nativitate Domini M° CCC° quinquagesimo die vicesimaquarta mensis januarii, indictione .III. Pontificatus ... Clementis … VI anno octavo, praesentibus … Bertrando de Campnhaco archidiacono de ultra Dordoniam in ecclesia Petragor. et magistro Nicolao de Francavilla, scriptore penitentiario dicti domini nostri papae, familiaribus nostris testibus, etc. Et me Helia de Lascouts de villa Podii Sancti Frontonis Petragoricensis, clerico apostolica et imperiali auctoritate notario publico praefatique domini mei cardinalis notario et familiari, avec sigle, en parchemin scellé, à une lemnisque, le sceau tombé. La portion de la lemnisque blanche sans [------][180] qui etoit dans le sceau d’ailleurs porte ces mots : Pell. faciendum (Etoit ce pour[181]

______________________

Autre vente du même château d’Auberoche et de la bastide de Bonneval, pour le prix de 24000 florins d’or, promettant de faire ratifier cette vente à Charles duc de Bretagne vicomte de Limoges et à Jeanne sa femme, auxquels la châtellenie d’Auberoche appartenoit. (1346)

In dossier E 691 aux AD 64.

[182]Philippus Dei gratia Franc. rex notum facimus universis tam presentibus quam futuris, quod, cum olim castrum de Alba Ruppe carissimi nepotis nostri Karoli, ducis Britanniae, vicecomitis lemovicensis, ac Johannae, ejus consortis, ducissa Britaniae et et vicecomitissae lemovic. in Petragorcinio situatum, per quosdam inimicos fuisset preditorie et alias indebite et injuste occupatum, et captum et per ipsos inimicos diu detentum ac tendem procurantibus quibusdam fidelibus nostris fuisset postmodum ad hobedientiam dictorum inimicorum nostrorum substractum, prout etiam nunc ab hujusmodi hobedientia nostrorum inimocorum substractum existat, ac per nos et nostri nomine tenetur, attendentes sollicite et plenarie [inf--orti][183] toti circumpositae regioni ac nobis et patriae plurimum esse proficuum et etiam expedire quod castrum ipsum ad nostram hobedientiam plenarie redigatur et redactum fideliter custiodatur et teneatur et maneat jugiter et in concessi sub nostra hobedientia memorata et propter ea cupientes dictum castrum et ejus castellaniam ac bistidam Bonae Vallis existentem infra castellaniam eandem venditionis titulo transferre in personam aliquam nobis fidelem quae castrum ipsum possit commode sub fidelitate et hobedientia nostra tenere ac considerantes puritatem atque constantiam devotionis et fidei dilecti et fidelis nostris comitis

page n° 36 / Chap. 45

petragoricensis et suorum quam ad nos et praedecessores nostros reges Francorum et regnum nostrum ab antiquis temporibus, habuerunt et servant etiam inconcussi, et quod ipsis castro castellaniae et bastidae contiguatur terra comitis supradicta propter quod probabiliter per ipsius et suorum curam operam atque solertiam castrum castellania atque bastida hujusmodi commode poterunt sub firma obedientia nostra teneri quamquam multi ex nostris fidelibus intenderent ad emptionem castri, castellaniae et bastidae praedictorum, reputavimus et reputamus valde utile expediens atque totum dictum castrum vendere venditionis titulo justo praetio tradere carissimo nostro Taleyrando tit. sancti Petri ad vincula sanctae roman. ecclesiae presbytero cardinali germanos comitis supradicto et ad hoc etiam pro ipsius comodo patriae, dictum induci fecimus cardinalem qui tanquam nostris utilitatibus et honori intentus nostrisque precibus assenstiens animosius ad emptionem dicti castri majorisque precii oblationem accedit. Ideoque ex praemissis et aliis causis legitimis nos moventibus de valore tamen castri bastidae et castellaniae praedictorum meri et mixti imperii, jurisdictionis, omnimodae altae mediae et bassae justitiae, feudorum, homag., fortalitiorum, edificiorum nemorum, sylvarum moncium, collium, planiciarum, vallium, molendinorum, furnorum pratorum, pascuarum, terrarium, vinearum, ortorum, posessionum, jurium realium, personalium etc., et omnibus et singulis aliis circa haec attendentis primitus plenarie informarti, nostrorum et successorum omnium regum Franciae ac dictorum conjugum et ipsorum in perpetuum heredum et successorum nominibus quatinus quemlibet tangit vel tangere potest de eorum consensu expresso ac omnimodo jure et forma quibus melius possumus et quibus melius de jure tenere et valere potest castrum, bastidam et castellaniam praedictam cum fortaliciis, domibus, muris, aedificiis, homagiis, feudis, retrofeodis ad vicecomitem lemovicensem in dictis castro, bastida et castellania pertinentibus et ei fieri consuetis ratione bonorum et rerum infra castrum, bastidam et castellaniam praedictam … consistentium terris vineis ortis jardinis pratis pascuis piscariis introitibus exitibus et terminis eorumdem venationibus aquis aquarum decursibus molendinis etc… dicto Talayrando cardinali ut privatae personae licet absente et Ebrardo de Rupe militi procuratori suo ad huc ab eodem cardinali plenam potestestatem habent. … suisque heredibus et successoribus et ab eo causam habentibus et habituris universis legitime recipienti ace menti tenore praesentium vendimus tradimus, cedimus, concedimus in perpetuum … pro precio viginti quatuor milium florenorum auri boni legis  ponderis et cugni Florentiae quam quidem viginti quatuor milium floren. Auri summam confitemur et recognoscimus habuisse et integre recepisse a dicto Talayrando cardinali licet absente et dicto ejus procuratore praesente tradente numerante et solvente nobis integre nomi dicti Talayrandi cardinalis et suos exinde perpetuo absolvimus … quaequidem castrum bastidam castellaniam et alia supradicta res et jura vendita … ex nunc precario jure nomine dicti Talayrandi cardinalis nos et quoslibet tenentes constituimus possidere quousque dictus Talayrandus cardinalis eorumdem omnium et singulorum possessionem seu quasi acceperit et intraverit et adeptus fuerit corporalem quam accipiendi adipscendi intrandi auctoritate sua propria per se vel per alium et retinendi deinceps damus eidem ex nunc plenariam potestatem promittentes nostro et successorum nostrorum praedictorum ac conjugum praefatorum suorumque in perpetuum heredum et successorum omnium nominibus bona fide et per pactum solempne solempni et valida stilpulatione vallatum dicto Talayrando cardinali licet absenti et praefato ejus procuratori praesenti etc…. super castro bastida castellania et aliis praedictis rebus … dicto cardinali vel suis … litem et quaestionem per nos

page n° 37 / Chap. 45

vel submissam personam ullo tempore non inferre nec inferenti consentire promittent. etc. In super promittimus bona fide nos facturos et curaturos cum effectu omni exceptione remota quod dux et vicecomes, ducissa et vicecomitissa conjuges supradicti hujusmodi venditioni possessionis traditioni, precii, solutioni et omnibus aliis supradictis et infrascriptis expresse consentient et ea rata, grata et firma habebunt et tenebunt, attendent et servabunt, approbabunt, ratificabunt etc. Nos enim de nostra regia potestate quocumque jure nostro non obstante praemissa omnia et singula ad bonum publicum et terrae fecimus, roburque perpetuum ex nostra certa scientia lege, statuto vel consuetudine patriae non obstante volumus obtinere dictas legem, statutum vel consuetudines quatenus praemissis obviare possent de nostra regia potestate supradicta cassantes omnem deffectum solempnitatis siquis forsan in praemissis existeret, ex eadem potestate supplentes quod ut firmum et stabile maneat perpetuo nostrum praesentibus litteris fecimus apponi sigillum, salvo in aliis jure nostro et quolibet alieno. Datum apud Malum Dunum prope Pontisaram[184], anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo sexto mense novembris. Et sur le reply, per dominum regem praesente domino episcopo Bellavasen. P. Dunoy. Sic tradita (en parchemin, d’où pend un cordon en soye rouge et verte, le sceau est perdu, de 1 pied et demi de long sur 1 pd 10 pouces en largeur).

______________________

Vente du château d'Auberoche par Philippe de Valois à Taleyrand, cardinal de Périgord (1346)

In dossier E 691 aux AD 64.

La charte cotée n° 11 (XI) est du même prince, pour le meme sujet et de meme date. Mais ce n’est qu’un extrait du precedent dont on a conservé presque les termes, et cependant l’acte est suffisamment long. Philippe y dit … quod cum castrum de Alba Rupe carissimi nepotis nostri Karoli, etc… per inimicos nostros furtive et proditionaliter fuisset occupatum, et postmodum quibusdam fidelibus nostris procurantibus ad hobedientiam nostram reductum quod et pro nobis et nostro nomine tenetur. … Quod ut firmum permaneat nostrum praesentibus litteris fecimus apponi sigillum. Actum et datum apud Malum Dudum prope Pontisaram, anno domini 1346, mense novembris. Ce sceau pend à des cordons de soye rouge et verte. Ce sceau en cire verte est tel le type, qui occupe tout le champ du sceau lequel est fort grand. Il presente un homme assis ce semble sur le dos de deux beux acculés l’un à l’autre, couverts d’un voile et dont on ne voit que la tete, la personne dont la tete ne se voit pas (rompu) a une robe qui est un peu courte, les manches jusques à la moitié de l’avant-bras, et tenant de la main droite une grande pique, dont le haut se distingue mal, peut etre est-ce l’oriflamme, le cercle en dedans de l’inscription, qu’on ne peut lire, est grenneté. En parchemin. Le roi dit dans cette charte n° XI qu’il a vendu au cardinal de Talayrand le chateau et chatellenie d’Auberoche et la bastide de Bonnevallis, praecio viginti milium florenorum auri de Florentia boni et legitimi ponderis quod ab eodem habuimus et recepimus et in utilitatibus et comodis nostris applicavimus et convertimus et applicatos et conversos recognoscimus, et de eodem ipsum cardinalem et suos solvimus et quittamus. (La charte n° X porte « viginti quatuor milium libr. floren. auri » et ici « viginti milium » en toutes lettres.

______________________

Lettres de Charles de Blois duc de Bretagne et vicomte de Limoges et de Jeanne duchesse de Bretagne, sa femme, par lesquelles ils ratifient la vente de la châtellenie d’Auberoche, faite par le roi au cardinal de Périgord (1346)

In dossier E 691 aux AD 64.

[185]Philippus Dei gratia Francorum rex notum facimus nos carissimi nepotis nostri Karoli ducis Britanniae, vicecomitis lemovicensis ac Johannae ejus consortis, ducissae Britanniae et vicecomitissae lemovicensis infrascriptas ipsorum ducis et vicecomitis ac ducissae et vicecomitissae … vidisse litteras formam quae sequitur habentes : Karolus, dux Britanniae, et vicecomes lemovicensis et Johanna, ducissa Britanniae, vicecomitissa lemovicensis, notum facimus … nos infrascriptas litteras excellentissimi principis domini et avunculi nostri carissimi regis Franciae vidisse, formam que sequitur, continentes : Philippus, Dei gratia … (Ici est rapportée la charte supra n° XI), et le vicomte continue : Nos autem, visis et plenius intellectis litteris supra scriptis et contentis in eisdem certiorati de jure nostro ex nostris certis scientiis ex nostra mera, libera et spontanea voluntate, etc… omnia et singula in dictis litteris contenta approbamus, rattificamus et confirmamus … pactum que facimus pro nobis et nostri praedictis dicto cardinali pro se et suis oraedictis expressum perpetuum validum et solemne de non petendo quicquid amodo in praemissis seu eorum altero et de non monendo seu faciendo sibi vel suis aliquem quaestionem. Salvo et retento quod dictus cardinalis et ejus heredes seu causam habentes ab ipso de castro, bastida, pertinentiis eorum et aliis suprascriptis facient homagium ubi et ad quem pertinebit. Quod ut firmum et stabile perpetuo perseveret has litteras presentes sigillis nostris fecimus appensione muniri. Actum et datum sub sigillis nostris, anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo sexto, mense Januarii. Nos autem sigilla praedicta tanquam vero ducis et vicecomitis ac ducissae ac vicecomitissae praedictorum approbantes omniaque et singula in dictis litteris contenta rata et grata habentes ea volumus laudamus ratificamus approbamus et auctoritate nostra regia

page n° 38 / Chap. 45

tenore presentium de certa scientia et speciali gratia confirmamus in eisque nostrum interponimus decretum, et ea efficatiam omnimodam undique perpetuo obtinere ut ob bonum publicum et terrae facta volumus cujuscumque jure ac lege statuto ordinatione prohibitione aut consuetudine patriae non obstante quas legem, statutum ordinationem prohibitionem jus et consuetudinem nolumus locum super hiis aliquathenus vindicare quin ymo eas et ea quathenus praemissis ... prejudicare velobriare possent in toto vel in parti tollimus perpetuo revocamus cassamus et irritamus omnino ... ut autem ... nostrum praesentibus litteris fecimus apponi sigillum salvo in aliis jure nostro et quolibet alieno. Actum et datum apud Moncellum prope Pontisaram sanctae Maxentiae anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo septimo mense augusto. Et sur le reply per dominum regem presente domino ... Signé P. Daunoy, collatio facta est, en parchemin d’ou pend le cordon en soye rouge et verte dont le sceau est perdu . Cette charte est fort gatée, mais on y lit facilement l’essentiel. Dans l’acte de vente ici inséré absolument conforme à la charte cottée XI supra, il y a aussi que la vente est faite pour le prix de vingt mille florins, et que cette somme a été convertie au profit du roy, comme je l’ay transcrit dans la marge de l’autre part.

______________________

Lettres de Charles de Blois duc de Bretagne et vicomte de Limoges et de Jeanne duchesse de Bretagne, sa femme, par lesquelles ils ratifient la vente de la châtellenie d’Auberoche, faite par le roi au cardinal de Périgord (1346)

In dossier E 691 aux AD 64.

La charte n° 13 est la ratification du vicomte et vicomtesse de Limoges, telle qu’on la suit dans l’acte precedent cotté n° 12, à la différence que c’est l’original même, commençant par ces mots: Karolus dux Britanniae vicecomes lemovicensis et Johanna, etc., puis il rapporte le contrat de vente ut supra n° XI, où le roy marque encore le prix de vingt mille florins d’or qu’il declare avoir converti à son usage, ut supra, les vicomte et vicomtesse exceptent aussi l’hommage ... salvo et retente homagio quod dictus cardinalis et ejus heredes seu causam habentes ab ipso de castro et bastide pertinentiis earum, et aliis supradictis facient homagium ubi et ad quem pertinebit quod ut firmum et stabile perpetuo perseverat has praesentes litteras sigillis nostris fecimus appensione muniri. Actum et datum sub sigillis nostris anno Domini M° CCC° quadragesimo sexto mense januarii (en parchemin, d’une belle ecriture).

Au bas de la charte pendoient deux sceaux qui ne subsistent plus, mais à la gauche, on voit encore le cordon maillé à quatre faces de fil de soye verte, à droite se voit encore les deux trous d’où pendoit le cordon du second sceau, ce 2e cordon est perdu. Il y a à faire de plus une remarque importante pour la diplomatique, c’est que quoique l’annonce du sceau dans le corps de l’acte porte que ces sceaux ont été suspendus, appension., il s’en voit encore un troisieme[186], dont l’acte ne parle point, il est placé sur le parchemin même, au bas de l’ecriture, et aux trois quarts de la ligne vers la droite. C’est un sceau plaqué sans incision cruciale ou autre, près de la moitié entre sous le reply. Ce sceau est en cire rouge de la grandeur d’un de nos ecus de trois livres ou un peu plus grand. Tout son champ est semé de fleurs de lys sans nombre, ce qui est le sceau de France, il est presque detruit (ce pouvoit etre celuy du vicomte Charles qui etoit neveu du roy. Le sceau est trop gaté pour y remarquer s’il y a quelque brisure.

______________________

Autre ratification par le duc de Bretagne et vicomte de Limoges et par Jeanne duchesse de Bretagne, sa femme, de la vente de la châtellenie d’Auberoche, faite par le roi au cardinal de Périgord (1346)

In dossier E 691 aux AD 64.

La charte n° 25 est encore la ratification faite par les vicomte et vicomtesse de Limoges de la vente supra faite par Philippe de Valois dont le contrat est rapporté, mais plus conforme au n° 10. Le prix énoncé est de viginti quatuor millium floren. que le roy declare avoir reçu sans specifier qu’il l’a employé à ses usages. A la fin les vicomte et vicomtesse parlent semblablement de la reserve de l’hommage comme cy-dessus, salvo et retento ... homagio ubi ... pertinebit ... Actum et datum apud Jugonem sub sigillis nostris anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo sexto mense januarii, en parchemin, il n’y a aucun vestige d’aucun sceau y ait eté appendu, on ne voit aucun trou ni de coupure de lemnisque mais au bas de l’acte et sous l’ecriture au commencement de la ligne à la gauche est la marque d’un sceau plaqué encore rouge comme celuy de l’ecrit supra. C’est sans doute ce qu’on a voulu enoncer par ces mots : sub sigillis nostris, qui par consequen. sera l’annonce du 3eme sceau que nous avons dit etre à l’acte n° 13 supra.[187]

______________________

page n° 39 / Chap. 45

Acte de sommation fait par Guillem de St Aubin, lieutenant du capitaine de Montignac, en vertu d’un mandement du duc d’Orléans, présenté par Mondot Paute capitaine de Bourdeille, ladite sommation faite à Jean de La Cropte, de remettre la place d’Auberoche au commissaire du duc d’Orléans, ce qu’il refusa (1417 v. st.)

In dossier E 691 aux AD 64 (pièce en occitan médiéval).

[188]Actum ante locum Albae Rupis die quinta mensis martii, anno Domini M CCCC XVII, je Guill. de St Aubin loctenen et cappitaine de Montinhac ay requayre à John La Cropta par vertu d’un mandement de mgr d’Orleans, a my presenté par Mondot Paute cappitaine de Bordelha duquel mandement la tenor s’en suit ... Charles etc. ... et a questa requesta ay fayta una vets, II vets, III vets[189] et la quarta per sobre [habund---] et lo d. John la Cropta a resposa que el es home que el es aquels et sera de hobedir au mandement de mgr d’Orlens et per lo quar luy semble etc. lo d. John a debber al el assignat jorn au dit loctenen a dicus en VIII jorns se aquel jorn el ly fara resposta. Et la causan que per lo d. John s’appertendren de fas loctenen en fo consentit, disen que era perilh de anar et per so assignet jorns al dich Mondot et John la VIII de Paschas prochain venan per devant mgr ... Helias de Leyras recebedor de mgr protesterent contra lo d. John en ... et contra totz los qui son el dich chastel, John de Chalmon et aultres et lo dich John respos que el avia près lad. plassa d’Alba Roche en garda et ... de mgr d’Orlens per requesta et commedament fachs per lo dit recebedor al dich John loquel lo requerit et luy comdet comma a home et vassal de mgr ... en laqual plassa no avia blad ni vy ni nulha provisio quod lad. plassa fut [p---uda], lespau d’un mes a sos propris despens si XII gentilshomes et autres et que el no podia ... a la garda de la plassa en requeren que lo beligues praeviser(?) de la recepta de mgr d’aqui a tan quo per lo cosselh de mgr y sia facha autra ordonensa etc...

______________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE XLVI – VERNH

Vente faite par Alain d’Albret, père et administrateur de Jean d’Albret roi de Navarre, à Jean d’Abjac seigneur de La Douze, du lieu, château et châtellenie de Vernh, en toute justice, pour le prix de 2500 livres tournois (1484).

In dossier E 876 aux AD 64.

[190]In Dei omnipotentis nomine amen.Noverint … quod anno Domini M CCCC octuagesimo quarto die decima octava mensis decembris … illustris et potens princeps dominus Alanus de Lebreto comes ducatus Gaurae, et vicecomes Tartasii, tanquam pater et legitimus et administr. person. et baronum illustrissimi et potentiss. principis domini Johannis de Lebreto regis Navarrae & comitis Fuxi et Petrag. dominique castellaniae de Vernhio, in senescall. petrag. dixit quod procurasset cum omni diligentia matrimonium quod fuit contractum inter dictum dominum Johannem de Lebreto filium suum cum illustrissima et potentisssima domina comitissa Fuxi et Bigorrae, quo matrimonio contracto in praedictis terris et domnationibus et praecipue in comitatu Fuxi mota fuit questio maxima per dominum Johannem de Fuxo, vicecomitem Narbonnae, qui per viam facti dictas terras et dominationes occupere nititur et sata, et cum magna et copiosa multitudine gentium armorum, qui jamque certa loca dicti comitatus occupavit per viam facti ob quod pro deffensione et tuitione dictorum locorum et terrarum ac recuperatione locorum occupatorum ipse dominus Alanus de Lebreto in propria persona cum maxima potentia gentium armorum in armis die ac nocte se transferre habuit ubi de presenti existit in hac praesenti civitate Tholosae diversaque et varias expensis pro dicta deffensione sustinere habuit et multas pecuniarum summas exponere pro sustentatione suae armatae et comode dictam armatam non poterat sustinere nisi aliqua de bonis suis et dicti domini Johannis de Lebreto filii sui venderet pro majori comodo ipsorum et de bonis minus utilibus, hinc igitur fuit et est quod anno … existens et personaliter constitutus dictus Alanus … tam nomine suo proprio quam ut pater et legitimus administrator … regis Navarrae comites Fuxi et Petrag. … vendidit, cessit etc. nomine perfectae et irrevocabilis venditionis videlicet nobili Johanni de Abzaco alias de La Douza domino castrorum de La Doza, ac de Relhaco, diocesis senescall. praedict. petrag. licet ibidem absenti me notario infrascripto tanquam publica et authentica persona una cum nobili Johanne de Chaumonte rectore de Cazenis dioecesis Riventis[191], et senescall. tholosane, ejusdem nobilis Johannis de Abzaco emptoris et procurator. … videlicet locum, castrum et castellaniam existentem et situatam in diocesi et senescallia petrag. cum omnimoda jurisdictione alta et bassa et cum mero et mixto imperio ejusdem et cum exercicio omnimodae jurisdictionis altae et bassae et meri et mixti imperii ac jure communi pacis ejusdem senescalliae et homagiis feudorum nobilium

page n° 40 / Chap. 46

ejusdem senescalliae sive teneantur per nobiles sive innobiles necnon hospitia, omnia edificial et batimenta dictorum castri et castellaniae de Vernho et etiam terras, cultas et incultas etc. … reservato tamen dicto de Lebreto homagio fidelitatis supra dicta castellania, eidem de Lebreto praestando etc. necnon vendidit omnia jura voces et actiones eidem domino Alano de Lebreto et domino Johanni de Lebreto regi Navarraeque filio, pertinentia … seu competere et pertinere debentia in foresta vulgariter nuncupata la Foret de Pui Auriol, ac etiam mansi de la Realia (et infra de la Realia) in parrochia de la Cropta … pro precio … duorum mille et quinque centum librarum turon. quod quidem praecium dominus venditor realiter habuisse … recognovit et illud exposuisse et implicasse in dictis necessitatibus occasione dictae armatae et si praedicta vendita plus valent, vel in futurum plus valerent precio supradicto, totum illud plus, et omnem illam majorem valenciam quaecumque quantumcumque quandocumque sit et fuerit … dictus dominus Alanus … certa scientia benignoque [----][192] et libera voluntate dedit, cessit etc. donavit … dicto domino Joh. de Abzaco … tanquam benemerito et condigno, et pro pluribus et diversis serviciis gratuitis beneficiis equipollentibus que ipse Alanus recognovit eidem impensa fuisse etc., etc. Le reste des formalités, d’une longueur effroyable, avec la garentie, etc. Cet acte est dans un cayer en papier non signé, écrit vers 1500. A la suite de cette pièce suivent plusieurs autres qui y sont relatives, entre autres une transaction entre le sgr de la Douze et Alain d’Albret à cette occasion.

Alain d’Albret ayant marié sa fille Loyse d’Albret avec le prince de Chimay, pour trouver de l’argent, le dit Alain dit au sgr de la Douze : qu’il avoit acheté la terre de Vernh au-dessous du juste prix, et qu’il falloit qu’il en fournit la plus valeur, autrement il etoit en danger de la perdre et son argent. Pour quoy après prou allées et venues et craignant que [---][193] lui advint, s’efforca et pour leur faire plaisir de trouver encore de l’argent et leur bailler pour la plus valeur si aucune y en avoit la somme de six mille cinq cens livres tourn. Pour toute plus valeur et en transigerent ensemble, suit cette transaction passée entre Alain d’Albret et Jean d’Abzac escuyer fils naturel et legitime etc., comme procureur de noble home Jehan d’Abzac sgr de la Douze, 8 avril 1496. Signé per Jaubert de Valle, notaire de Bourdeilles, et Jacques Barete, pretre notaire, pretre recteur de St Michel. [194]Le roi de Navarre, Jean, approuve cette transaction, 200 avril 1496, et Gabriel d’Albret, le 20 may 1496, avec la quittance d’Alain, tous ces actes furent confirmés par le seneschal de Perigord et le parlement de Bordeaux, auquel Jean de la Douze presente requete, pour que ladite vendition soit decretée par arrest de ladite court, la requete est datée 18 juin 1496, signée de La Douze, suppliant, etc. Appointé en parlement 18 juin 1496.

Suit un mémoire du sgr de la Douze sur de nouvelles chicanes qu’on luy faisoit : il y fait voit la validite de l’aquisition de son père. Il donne un extrait fort long du testament de Françoise de Bretagne epouse d’Alain d’Albret, et met au long la disposition et ordonnance de ses enfans et biens, in nomine etc.[195] :

Item (apres avoir omis les legs), veut et ordonne qu’apres mon decès mon fils Gabriel d’Albret … y a pour tout droit de legitime ma seigneurie d’Avesnes, en Hainaut, avec toutes les villes, places, etc. pourvu que si mon fils Jehan d’Albret ne se voulit consentir que mondit fils Gabriel heust ladite terre et seigneurie d’Avesnes pour ce que fault que par la coutume de Hainault que le premier fils se consente à ladite donation, et de l’ordonnance desdites terres, et en ce cas je veulx et ordonne que mon fils Gabriel aye pour sa part et portion et pour tout de legitime jure institutionis et hered. particulaire toute ma comté de Perigord avec toutes les villes, places chateaux, lieux, avecque toute justice, moyenne et passse, mixte et impere, et avec tous droits seigneuriaux appartenant à la dite comté, laquelle je veux si est le bon plaisir du roy notre sire, qu’elle soit tenue à arriere feux[196] de mon fils Jehan mon heritier universel, lequel ne puisse autre chose demander.

[197]Item veux et ordonne ordonne que mon fils Pierre soit homme d’esglise et au service de Dieu, et que mes heritiers l’entretiennent au mieulx qu’ils porront à l’escolle pour apprendre, selon l’estat de la maison dont il est et jusques que il soit pourvu d’en l’eglise pour pouvoir entretenir son estat, et en ce cas, je luy donne pour tout droit de legitime jure institutionis la somme de mil cinq cens livres tourn. Une fois payées … qu’il ne puisse demander autre chose[198] et au cas qu’il ne voulsist estre homme d’eglise, je luy donne pour tout droit de legitime jure institutionis à prendre sur tous mes biens la somme de trois mille livres tournois à present ayant cours une fois payées et en icelle somme le fais mon heritier particulier.

Item veulx et ordonne que mon fils Amanieu[199] soit homme d’esglise et au service de Dieu, et que mes heritiers l’entretiennent à l’ecole pour apprendre

page n° 41 / Chap. 46

au mieux qu’ils porront ad ce qu’il soit pourveu en l’eglise pour entretenir son estat et en ce cas luy donne et laisse pour tout droit de legitime pure institutionis la somme de mil cinq cens livres tourn. une fois payés par mes heritiers et au cas qu’il ne voulsist estre homme d’eglise, je luy laisse pour tout droit de legitime jure institutionis à prendre et lever sur tous mes biens la somme de trois mil livres tournois de present ayant cours par une foy payées et en icelle le fais mon heritier particulier jure institutionis et qu’il ne puisse autre chose demander.

Item que ma fille Ysabeau … aye … pour tout droit de legitime quatre mille livres tourn. (une fois payées) … pour son mariage.

Item que ma fille Charlotte aye … pour tout droit de legitime la somme de trois mille livres tourn., une fois payées, … pour l’aider à marier etc.

Item pour ma fille Anne la somme de trois mille livres tourn., une fois payées, … pour l’aider à marier etc.

Item … veux et ordonne que mon fils Jehan d’Albret et aisné soit mon heritier universel, des comtés de Penthievre, de Perigord et de la vicecomté de Lymoges et de tous autres mes biens meubles et immeubles, presens et advenir quelquonques etc.

Item veulx et ordonne que les deniers dessus declarés en ce present testament avec toutes les deptes que mes exequteurs trouveront et cognoistront en quoy je porray estre tenue soyent payées par mondit fils Jehan mon heritier universel, et soient prinses et levées par mes executeurs sur toutes les rentes et revenus d’Exideuil et de Montpaon, de Ans et d’Auberoche, jusqu’à fin de paye reservé le denier que je laisse à mes fils et filles pour leur part et portion, lesquels seront pris par mon heritier universel, et par mes executeurs sur tous fronts, rentes et revenus de tous mes biens et heritages jusqu’à fin de paye.

Puis elle substitue à Jean son fils Gabriel, à celuy ci, Pierre, s’il n’est homme d’eglise, et à celuy-ci Amanieu (elle n’ajoute pas s’il n’est homme d’eglise) à celuy-ci ou aux males elle substitue sa fille Ysabeau, et de là de degré en degré.

Item veux et ordonne que monsieur mon mary demeure à sa fructuaire de tous mes biens tant qu’il vivra, et qu’il demeurera en veufvage, et au cas qu’il fit de secondes noces nobles, et que mon fils Jehan fut hors de age de tutelle, en ce cas je veux que mondit sgr mon mary demeure seigneur tant qu’il vivra de ma comté de Perigord, de Larche et de Ribeyrac, et après son decès retourne à mon fils Jehan, comme dit est.

Item et en ce cas que mon sgr mon mary allast de vie à trépas et mondit heritier universel demourast en pupillaire age ordonne les tuteurs de mesdits enfans c’est à scavoir mes freres Jean et Gabriel d’Albret sgr d’Orval et de Lesparre, et reverends peres en Dieu les eveques de Perigueux et de Lymoges, etc. Acta et retenta fuerunt haec apud Neyracum dioces. Condom., senescall. agennens. infra cameram dictae villae die prima mensis decembris anno incarnationis Domini millesimo quadrag. octuagesimo primo (1481).

______________________

Pierre d’Albret est decedé sans hoirs après sa mere Françoise, comtesse de Perigord et luy survivant son per Alain a la fructuaire des biens de sa femme.

Aussi est decedée la derniere fille Anne d’Albret sans hoirs, Alain a succedé à leurs (aux legitimes)[200] de Pierre et d’Anne d’Albret.

Gabriel d’Albret est aussi decedé sans enfans, et a fait son heritier par son testament le reverendissime messire Amanieu d’Albret cardinal, lequel : s’en pourte heritier et ja par manière de prouvision en a heu et tient Montignac-le-Comte et Moruscles[201], en Perigord et Limousin. Lequel mgr le cardinal avoit aussi sa legitime aux bien de sa mere, outre l’heritage de mr. d’Avesnes qu’il pretend avoir ez comté de Perigord et vicomté de Lymoges, et la seigneurie d’Avesnes a été baillée et ypothequée par messrs. D’Albret et son fils le roy de Navarre.

Les autres filles ont été mariées l’une au comte de Chimay, l’autre au duc de Valentinoys, et l’autre à mons. de Candale.

D’après tout ceci appert comment le sire d’Albret comme père et administrateur des biens de son fils le roi de Navarre pour les affaires et necessités, et pour la deffence de la comté de Foix et recouvrer ce que mgr le vicomte de Narbonne en avoit occupé, avoit vendu au sgr de la Douze la chatellenie de Vernh pour 2500 l., luy donnant la plus valeur s’il y en avoit, promettant, etc. jurant etc. après cela le sire d’Albret pretendoit qu’il y avoit une plus valeur, au prejudice de ses enfans, le sgr de la Douze transigea pour 6000 livres, et le sire Alain d’Albret declara que ces deniers avoient été employés aux necessités dudit Jehan et au mariage de sa fille accordée au prince de Chimay …. Le même Alain sire d’Albret

page n° 42 / Chap. 46

s’obligea de nouveau, jura etc. Jean roi de Navarre et Gabriel d’Albret rectifierent la premiere vente et tous ces actes furent decretés par le seneschal et le parlement de Bordeaux et neanmoins le sire d’Albret a fait obtenir lettres du roy et sa chancellerie à Bordeaux au nom d’Henri d’Albret roy de Navarre son neveu duquel il est tuteur testamentaire par l’ordonnance et disposition derniere de Jehan d’Albret  roy de Navarre quand il vivoit son père et fils dudit sgr d’Albret disant : par [----][202] que aux traité de mariage fait et accompli entre ledit Jehan d’Albret père et la reyne de Navarre mere dudit Henry fut accordé entre autres pactes que tous les biens obvenus audit Jehan par la succession testamentaire de sa mere Françoise Debret seroient et appartiendroient au fils ainé dudit mariage, qui est ledit Henry pour le traitement duquel et autres pactes y sont intervenues mesment obligation de tous et chascuns leurs biens, et puis trois ans en ça ledit Jehan est decedé, a delaissé ledit Henry et luy ont obvenus les biens de ladite Françoise en l’estat qu’etoient au temps dudit contrat de mariage, auquel temps dudit contrat de mariage du quel temps la terre de Vernh et autres seigneuries qu’il denombre par les lettres fussent des appartenances des dits biens, et succession de la dite clause et telles tenues et reputées, notoirement, neandmoins il reste adverti que deppuis ledit contrat le dit sgr de Ladouze s’est emparé de la seigneurie de Vernh et les autres nommées en ces lettres … que le dit de Ladouze occupe au prejudice dudit Henry de Navarre, c’est pourquoy ledit d’Albret demandoit au parlement que les dits biens etc. fussent restitués au roy de Navarre.

Sur ce, le sgr de Ladouze est ajourné au parlement, le XVe may prochain venant, pour voir interiner les dites lettres et c’est que tout ceci que le sgr de Ladouze a dressé tout ce que dessus, pour servir de mémoire qu’il presente dit-il au conseil, de six ou sept gens clercs et advocats qu’il assente à Perigueux pour scavoir comment il se doit gouverner dans cette affaire (cayer en papier de 56 pages in folio, petit format d’ecriture menue, sans signature)[203].

______________________

Donation de la justice de la paroisse de Saussignac, faite par Renaud de Pons seigneur de Pons et de Bergerac, en faveur de Fergand d’Estissac donzel, seigneur d’Estissac (1304)

In dossier E 862 aux AD 64 (pièce en occitan médiéval).

Nota : Transcription et commentaires de Jean Roux.

[204]Conoguda causa si aquel noble et le senhor en Raynaut de Pont senhor de Brager. et de Pont per la bona et agradabla voluntat … a donat et dona … En Ferguaut d’Estissac donzel senhor d’Estissac si cum es a sos hers et a son ordenh per l’amor et dilection que dis que portava al dich et per los agradables servicis que l’havia fachs tota la jurisdiction hauta e bassa quel dichs nobles et dichs En Ferguaut dissen quel dichs nobles avia et aver.[solia] en la parrofia de Salssinhac etc. Actum Failhac in die introitus novembris anno Domini M° CCC° quarto, regnan Phelip rey de Franssa, Audoy evesque de Periguers, Raynaut de Pons senhor de Brager.[205]. Testes sunt mossen G. Labenza cavaler, mossen W. Uguo cavaler, Ne H. Pelaguos donzel, Ne Helia de Blanhac donzel … En Ramon Buada, En P. de Vals donzel, et [---][206] Johan Burlier not. public. de Bragerac, etc. En parchemin au bas duquel est une paraphe ou sigle de notaire, et de plus cet acte est à la partie superieure, per alphabetum divisum, par les trois lettres A, B, C, et là coupé en zig-zag.

Remarques (Jean Roux) :

- Pont : vérifier sur l’original si c’est bien Pont ou Pons

- son ordenh = sa descendance ; l’expression sos hers e son ordenh est une redondance

- l’havia : mauvaise coupe (de Leydet ?) : l’original devait avoir  lhavia contraction de li avia

- avia et aver solia : formule habituelle (solia = avait coutume de) pour indiquer que cette possession n’était pas fortuite ni temporaire

- Audoy forme oc anc de Audoin

- note 3 : le mot non déchiffré est sans doute me ou mi en oc, ou ego en latin

______________________

Echange fait entre Jean de Bretagne comte de Penthièvre et de Périgord, et Guy d’Aubusson seigneur de La Feuillade, agissant au nom de Jeanne de Rofinhac dame de la Mothe et de Vilhac, par lequel cette dernière lui cède (à Jean de Bretagne) le château et terre de Vernh (1445).

In dossier E 644 aux AD 64.

Contrat d’eschange entre Jehan de Bretagne comte de Penthievre et de Perigord, vicomte de Lymoges, sgr de Clisson et de Avesnes, d’une part, et noble homme Guy d’Aubusson[207] seigneur de la Foilhade au nom et comme procureur de noble Jehanne de Roffinhac dame de La Mote et de Vilhac, veuve de feu [Golfern][208] Helies, en son vivant seigneur dudit lieu de Vilhac par laquelle dame a promis ledit d’Aubusson faire ratifier etc., d’autre part ledit Guy d’Aubusson au nom de ladite dame cede et transporte (par eschange) audit comte present … le lieu, terre, honneur, bailie, chastel, chastellenie et seigneurie de Vernh[209], qui jadis furent de feu monseigneur Archambaut, comte de Perigort membre et des deppendances d’icelle comté, avec tous les droits, honneurs etc. comme sont justice haute, moyenne et basse, mere mixte impere, et exercice d’iceluy droit, de patrommages, hommages, achaptes, cens etc., qui furent jadis dudit feu comte de Perigort appartenans à ladite dame et qui ont été adjugés aux predecesseurs d’icelle dame pour l’execution de certain arrest de la court de parlement donné à l’encontre dudit comte de Perigord

page n° 43 / Chap. 46

et au proufit desditz predecesseurs d’icelle dame pour plusieurs exces et delicte que le dit feu comte avoit commis et perpetrés contre eux, à present appartenant à la dite dame au tithre dessus dit … reservé que si la dite dame avoit heritages, cens ou rentes en la dite chatellenie à cause etc., son hostel de La Mothe, ils ne sont ne seront point compris en cet eschange ains en joyra la dite dame et les siens comme souloient faire d’ancienneté et en feront hommage à mon dit sgr le comte lequel en fera pareillement hommage de ce que dit est au roy nostre sire duquel ladite dame tenoit et accoutume à tenir tout ce que dit est, de son coté le comte de Penthievre laisse à la dame de Vilhac etc., ce qu’il avoit et pouvoit avoir ez parroisses de Vilhac et de Perinhac et leurs appartenances, item le demy quartier de la dime de tout le bourg et parroisse de Lubersac, franc et quitte de toute rentes et charges quelconques, item cent sols de rente et tous autre tel droit que le dit comte a au lieu et repaire de Melet, fondalité, propriété, cens, rentes, achaptes … reservé à mon dit sgr le comte et aux siens, toute la justice dudit lieu et repaire de Melet et ses appartenances, item plus 30 s. et seze quartons de bled de rente que les officiers dudit comte demandoient à la dite dame sur son hostel de la Mothe et sur ses fiefs et heritages … dans les formalités de l’acte, on trouve cette clause, pour être par routine, et ils ont (les parties) pour ce soubmys et soubmettent du tout au jurisdiction, forces rigueurs et contraintes des coubs les sceaux aux contratx au baillage de Limoges, et que nous gardons, du petit scel de Montpellier et de la cour de la chambre apostolique de nostre saint père le pape et de son auditeur en Avignon et des cours des officiaux de Periguers et de Lymoges, … donné au château de Segur, nobles hommes Gautier de Perusse sgr des Cars, Alexandre de Maumont sgr de Saint Vic, Alain de la Saussaye escuyers, messrs. Bernard de Montcheny chappellain de Vilhac, Pierre la Vaixiere bourgeois de Perigueux, maitre Jean du Chastaing notaire royal et apostolique, Jehan Ranconnet[210] et Jehan Benoist, clercs et secretaires de mondit seigneur le comte, tesmoings … le dix septiesme de de septembre, l’an mil quatre cens quarante et cinq (en papier, non signé).

______________________

(chapitre 47, St Astier et Montagrier [---][211])

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE XLVIII

MONTPAON

Enquête faite à la demande d’Hélie VII comte de Périgord, contre plusieurs personnes qui faisoient des attroupemens illicites, et des courses sur la terre du Fleix.

In dossier E 729 aux AD 64 (non trouvé dans nos clichés du dossier correspondant).

Nota : Transcription et commentaires de Jean Roux.

[212]Enquete faite par Helie comte de Perigord contre plusieurs personnes pour attroupements illicites avoient couru sur sa terre de Fleix (Fliechs). L’acte retenu par P. Epervier[213] clercs publics et notaris per nostre senhor lo rey de Fransa, en la bastida St Loy[214] et publics notaris en las terras del dugat de Guiena, en la senescallia de Pierregors et de Querci et del Limosi per nostre senhor lo rey d’Anglaterra, e duc de Guiana, e publics notaris per l’avan dich senhor comte (de Pierregort) en tot la comptat de Pierregort, qui aquesta carta prezens … regnante Philippo rege Franciae, et domino Audd. illustri rege Angliae et duce Aquitaniae, et domino Helia Talayrandi comite Petragor. Actum ut supra in domo et castro vocato La Raolfia, die sabbati ante festum nativitatis Domini anno ejusdem millesimo trecentesimo decimo, avec paraphe, et parmi mes témoins est un nommé de Fougalieyra cossol de la bastida de Vern[215].

Remarques (Jean Roux) :

Epervier est un nom français : Leydet a-t-il traduit l’oc esparvier, ou le personnage est-il d’origine française ? Plus loin  Querci et Pierregort sont aussi des formes françaises (oc Carci, Peiregort) …

 -  tot lo comptat ou tota la comptat (comtat peut avoir les deux genres)

__________________________

Arrêt pour les chartreux de Vauclaire

In dossier E 792 aux AD 64.

[216]Le sieur Jean de Puyguion se disoit en 1500 sgr de la Chappelle St Estienne et de Roussille, conseiller du sire d’Albret, et son gouverneur en la comté de Perigord. Arret pour les chartreux de Vauclaire 150, sac cotté 16.

__________________________

Enquete pour prouver que les pescheries des chartreux de Vauclaire sont prejudiciables aux moulins de Menesplet appartenant au sire d’Albret comte de Perigord.

In dossier E 792 aux AD 64 (supposition).

__________________________

Donation faite par Guillaume de Bretagne, comte de Penthièvre et de Périgord, aux chartreux de Vauclaire (1453 v. st.).

Référence non connue aux AD 64.

Guillaume de Bretagne comte de Penthievre et de Perigord, vicomte de Lymoges etc. savoir faisons que pour ce que le college des chartreux de Vauclaire en notre comté de Perigord a été fondé par nos predecesseurs comtes dudit comté et à cette occasion desirons le bien dudit college et des freres en icelluy faisant residence, afin qu’ils puissent faire le service divin ce quoy ils sont ordonne, pour ce que le pays à cause des grandes guerres et tribulations quelconquement enduré est devenu inhabitable et en friche, tellement qu’ils n’ont village près ne possessions dont puissent soubtenir leurs vies, nous meus de pitié informés aussi qu’ils ont de belles et notables lettres et enseignement de leur fondation, comment ils avoient … en tous deux et de leur eglise dsans ce qu’aucun y deust rien user fors que eux pour ces causes nous avons voulu et voulons par ces presentes que du jourd’huy

page n° 44 / Chap. 48

jusques à Saint Jean Baptiste prochainement venant ils jouissent et possedent usent entout d’eux et de leur eglise tant en leurs prés que labourages ainsi que bon leur semblera un quart de lieue de ça et deça tant seulement en large et en long … et que quinze jours après Pasques venant ils auront à apporter leurs lettres et enseignements … le XXV fevrier l’an mil CCCC cinquante trois, en parchemin signé sur le reply et scellé, n° 16.

__________________________

Requête des chartreux de Vauclaire par laquelle ils demandent plusieurs choses au comte de Périgord (1476 v. st.)

Référence non connue aux AD 64.

Requete des chartreux de Vauclaire par lesquelles ils demandent au comte de Perigord, la confirmation de certains decrets disant qu’un larron leur desroba et brusla une martre où estoient plusieurs joyaux d’or et d’argent, et lettres d’icelle votre maison de Vauclaire, dont sont grandemens endommagés et appauvris, les cartreux demendent 1° que ledit comte leur delivre les dismes de Saint-Martin le Peint près Ribérac que à present levés et tenés et faites lever per vos officiers lesquelles nostre saint père le pape qui pour lors etoit … ont perdu la possession et jouissance. 2° que quoi que leur ait été concedée la tierce partie de La Bartha entre Montpaon et Saint-Martial … les officiers de Montpaon s’efforcent des les troubles etc… 3° la pesche demie lieue au dessus, demie lieue au dessous de leur maison, sans que nul autre sans leur congé y peut pescher, ce qui leur avoit été accordé par privilege dudit comte. Cet article est le premier enoncé, au bas de cette requete est la reponse du comte et de son conseil. La pesche leur est accordee, mais à condition que ceux qui auront congé du comte pourront y pescher. 2° que il n’appert pas qu’ils ayent droit sur la disme de Saint-Martin du Peint et que le dit comte n’est point deliberé pour le present de s’en deffaire. 3° que quant au different pour la tenance de la …. qu’il sera fait enquete de leurs droits, etc. Cet apointement est daté de Montpaon, XV fevrier M CCCC LXXVI. Collationné, signé du notaire Seguynt. En papier dans le double du partage pretendu par les chartreux de la tenence appelée La Barthe, ann. 1465, signé d’Alain d’Albret à Montpon au caresme de l’an 1501, remontrance[217] que fit aux Chartreux de Vauclaire le sgr de Puyguion pour la tenance supra. Ils s’en deffendent en disant qu’ils n’avoient pas alors de prieur. C’est au 5 avril 1502 après Pasques. [218]

__________________________

Mémoire remis aux Chartreux par le seigneur de Puyguyon et les officiers de Montpon (1500)

In dossier E 792 aux AD 64.

Dans un mémoire contre le prieur de Vauclaire on donne la confrontation de la tenance de La Bartha, sit. parroisse de St Martial, entre le fleuve de l’Isle et le chemin public de Montpaon vers Mucidan, d’une part et le ruisseau dudit St Martial, et le ruisseau qui descend devers et par detras La Chappelle St Jammes audit fleuve de l’Isle d’autre part, et le prieur y est dit assurer que le monastere de Vauclaire avoit certaines tenances … dont l’une se nomme De Jauresty, l’autre la tierce partie de Barta. Il ne paroit pas qu’on conteste rien de la premiere. L’acte est du dernier mars 1500. (sac n° 16.)

__________________________

Plainte des gens du sire d’Albret comte de Perigord contre les religieux de Vauclaire (1501).

In dossier E 792 aux AD 64 (supposition).

Plainte des gens du sire d’Albret comte de Perigord contre les religieux de Vauclaire. En 8 articles. L’on s’y plaint de plusieurs voyes de fait exercées par Lecorrier à Montpon, d’avoir battu, avec Elusim de Sangou, fait battre, d’avoir mis en prison etc. dans le dernier article il est dit : Item est vraj que les dits religieux tiennent à leur service et par familiers gens incogneus bigarres et dissimulés à manière de lacays soubs [-----][219] de soy venger de leurs ennemis (ecrit vers 1501 – sac n° 16).

__________________________

Transaction passée entre les tuteurs de Françoise de Bretagne, comtesse de Penthièvre et de Périgord, et les religieux de Vauclaire (1458 v. st.)

In dossier E 790 aux AD 64.

Nos Johannes de Lebreto vicecomes de Tartas, socer faturus et Yzabellis de Turre mater, Johannes de Combornio, Johannes dominus de Perusse, Bernardus de Bona Valle, milites, tutores, illustris domicellae Franciscae de Britannia, comitissae Penthevriae et Petrag. etc., notum … quod ad cognoscendum de querela et petitione pro parte religiosorum virorum fratrum prioris et monachorum monasterii Vallis Clarae ordin. cartas. de fundatione recolendae et bonae memoriae quondam comitum[220] et cardinalis petrag. … dilectos et fideles nostros dominum Bertrandum de Lur militem dominum de Faxineto contutorem dictae domicellae Franciscae et senescallum dicti sui comitatus petragor. et magistrum … judicem appellationum dictorum comitatus et vicecomitatus, commisimus auditores cognitor. et ordinatores qui dictorum fratrum prioris et monachalium Vallis Clarae personaliter ad dictum monasterium … sanctum Martialem de Artensia si transferentis petitionem susceperunt continentem videlicet quod dictum monasterium Vallis Clarae ex domo petragor. et a comitibus comitatus ipsius fundatum existit et dotatum, et quod tam ex dono ipsorum comitum quam ex mutuo [-------tum][221] a fratribus dicti monasterii olim facto et ex alii donis et pro missionibus domus ipsa petragor. et comitatus in pluribus auri summis pie tenebatur obligata

page n° 45 / Chap. 48

et amplius quod ipsi quondam comites liberaliter plures liberalitates et privilegia … et hereditag. dimiserant quo liberius fratres inibi Dei servitio deputati intendere possent et quod multi utriusque sexus devoti fideles defuncti lapsi temporibus post ipsius monasterii aedification. eisdem monasterio et fratribus contulerant et don. … hereditagia census et deveria in terris de Montanhaco, de Benevento et de Monte Pavone et alibi in terra Dupla sita et dispersa, et quod olim per sedem apostolicam ecclesia beatae Mariae de Landia[222] alias de Gallo Asso cum suis omnibus juribus et dependentiis a monasterio beatae Mariae de Cancellata prope Petragoras ordinis sancti Augustini membrum dependens ipsi monasterio Vallis Clarae perpetuo vite unita fuerat ad quam ecclesiae beatae Mariae de Landia plura hereditagia et deveria in ipsis terris praedictis sita et existentia prout in uno libro … grossa littera scriptam et spectabant et pertinebant, tum ad causam dicti monasterii sui Vallis Clarae quam dictae ecclesiae beatae Mariae de Landia sibi compententibus non gaudebant  et libertates eorum eis non observabantur et multis dampnis et insolenciis afficiebantur unde … quod dicta sua hereditagia et deveria per singulas partes ob amissionem omnium litterarum eorum et antiquitatem temporis in quo ipsa heritagia et deveria concessa fuerant, et ex antiquae guerrae discriminae quae patriam ipsam petrag. vastaverat non po… pro Dei et ordinis eorum reverentia gratia et favore benevolis ipsius domicellae et pro ea intervenientium commissariorum deputatorum indigere se dicebant supplicantes iidem fratres ipsis largius subvenire … et auditis et visis ipsorum fratrum quaerela et petitione, idem dominus Bertrandus de Lur et magister Johannes de Domibus Novis auctoritate nostra … cum religioso fratre Johanne Cortoisia priore dicti monasterii concardaverunt et transigerunt … on y marque les bornes de l’enclos qu’on ne peut suivre aisement dans l’acte original de Pau, tant il est gaté, on y voit cependant qu’il s’y agit d’un pré, prato eidem terrae adjuncto prout circum itur brohalibus et fossata et uno itinero. Il y est parlé de : fossatis villae de Montanhaco. On leur accorde d’avoir : unam navem sive gabarram super fluvium Aellae, pour leur service, et pour ceux qui voudront passer et dont l’emolument sera pour les freres, quandiu ipsius domicellae et suorum placitum erit voluntati et non ultra … super eo vero quod supplicaverunt fratres praedictis commissariis eis in unum locum recompensationem fieri pro omnibus hereditagiis et deveriis ipsis competentibus ad causam dictae ecclesiae beatae Mariae de Landia de quibus documentum per dictum librum antiquem et quadam alia documenta quibus ipsi commissarii fidem et religionis contemptatione adhibuerunt ac dictis fratribus quod apud nos instarent fideliter ut praemissa territoria et facultatis per eos cessas, dimissas et concessas laudaremus, approbaremus et confirmaremus eisdem fratribus pro competentibus et per eosdem fratres dictae domicellae Francesiae de Britannia et suis successoribus ex nunc cessis et dimissis et perpetuo ipsi Francesiae et suis remanentibus et mansuris compensatione… (2 ou 3 mots rompus) congruam juxta et prope parrochiam Sancti Martialis de Artensia et in eadem sic quod comodo amplo cederent fratrum ipsorum faceremus fieri promiserant et praemissa omnia et singula nostri praedicti commissarii apud Vallem Ebram cum praedicto priore dicti monasterii … stipulante egerunt et transigerunt die vicesima secunda mensis marcii anno Domini millesimo quadragenti quinquagesimo octavo. Et le 24 juin 1459 à Chaslus Chabrol les tuteurs de Françoise de Bretagne ratifient ce qui a été fait par leurs commissaires, et le prieur de son coté promet de le faire ratifier par son chapitre et par le chapitre general de l’ordre et il est dit plus bas : et pro eadem recompensatione (de Jarrousti)[223] eisdem perpetuo assignavit et dimisit duo territoria in dicta parrochia Sancti Martialis de Artensia, prout inferius confrontatur, videlicet eundo de Sancti Martialis de Artensia ad Montem Pavonem a rivo de Sancto Martiale … (3 ou 4 mots rompus) Montis Pavonis territorium quod est inter magnum iter et flumen Aellae, eo dictos vivos Sancti Martialis et Montis Pavonis tendentes secundum dictum magnum iter ad dictum flumen Aellae dividetur aequaliter

page n° 46 / Chap. 48

in tres partes, quarum trium partium pars media ipsi …. et duae extremae partis sive laterales ipsi domicellae Francesiae et suis remanebunt … et [----------][224] arbitrio expertorium proborum agrimensorum virorum. Item a dictae ecclesiae beatae Mariae de Landia sive de Gallo Assato territorium quod est inferius declaratas videlicet inter iter quod itur de molendino … ex una parte, et iter quadrigale[225] quo itur de Liborna ad Mussidanum. … ex alia parte et unum vallatum quod procedet a dicto itinere de Monte Tavelli ut protenditur dictum vallatum versus Sanctum Martialem et Mussidanum … ipsis fratribus … perpetuo remanebit.

Au bas, est l’approbation de frère François prieur de la Grande Chartreuse et les autres definiteurs du chapitre general, du 18 may [14--][226], et au bas les lemnisques de 9 sceaux, celuy de Vauclaire est le dernier à droite, quoique les sceaux ne subsistent plus, on lit sur le repli, d’où pendent les lemnisques les noms de chacun de ceux qui les ont suspendus. Ex autographo, in pergam., mult. detritam[227]

__________________________

Dénombrement du bétail des habitants de La Double (1464)

In dossier E 790 aux AD 64.

[228]S’ensuit, le nombre du bestailh des manans et habitans de la terre de Double, jurisdiction de Montpaon tant gros que menu, de l’an mil quatre cen L XIIII.

Et premierement Pierre de Lagaillardie, parroisse de St Laurent ha de gros bestailh XXVIII chiefs, item V veaux qui tetent VII chiefs, item pour ceux grans et petits XXIII chiefs, item plus ces beux et ung cheval.

Item Guill. Dechouseau gros bestailh LX chiefs, ainsi des autres et ce rolle contient 16 pages en papier grand in 4°. La somme du gros betail que j’ay fait à part, y compris le Puy de Chaslus, Benevent, etc. est de … gros betail …[229] de pourceaux, sans compter les veaux qui tetent, le brebis les chevres, les chevreaux, etc., de beux, etc., entre 102 personnes qui y sont nommées, de Montpaon, St Laurent, Aygurande, Puy de Chalus, Benevent, Menesplet, etc.

__________________________

Lettres du roi Philippe Le Long accordées à Archambaud IV comte de Périgord, au sujet du bourg de Puycorbier, situé dans la châtellenie de Montpon, dans la possession duquel il étoit troublé par les consuls de la bastide de St Louis, qui vouloient s’en emparer (1328).

In dossier E 790 aux AD 64.

[230]Philippus Dei gratia Fr. (rex), senescal. Petrag. aut ejus loc. ten., salutem. Conquaestus a nobis Archambaldus comes petrag., quod licet locus sive burgus de Podio Corberii sit et ab antiquo fuerit in et de honore castri Montis Pavonis ipsius comitis, idemque comes sit et ejus praedecessores fuerint ab antiquo in possessione pacifica exercendi omnimodam altam et bassam jurisdictionem in dicto loco sive burgo de Podio Corberii, nihilominus procurator noster senescalliae petragor. ad suggestionem consulum bastidae Sancti Ludovici, jurisdictionem praedictam ipsius loci de Podio Corberii fecit et procuravit ad manum nostram poni ipsum comitem in jure ac possessione suis praedictis impediendo indebite et de novo in ipsius praejudicium, non modicum, quare mandamus vobis quatinus se dicto procuratori nostro cum coeteris … constiterit de praemissis, dictum impedimentum et manum regiam praedictam de dicta jurisd. amov. dictumque comitem et ejus gentes sua possess. praed. uti faciatis etc. Datum Parisiis XVI die julii anno Domini M° CCC° vicesimo octavo. (scellé, in pergam.)

__________________________

Bail de cens du ténement de Chabanes, situé dans la paroisse du Pisou, châtellenie de Montpon, fait par Archambaud III comte de Périgord, en faveur de Pierre Tabernier (1274 v. st.)

In dossier E 789 aux AD 64 (il en existe aussi une copie au sein du cahier récapitulatif constituant le dossier E 601).

[231]Archambaut, comte de Perigord, donne à cens perpétuel, Petro Tabernarii homini nostro et suis heredibus et successoribus … maynamentum de La Chabanes cum suis pertinentiis quod maynament. Helias Fabri defunctus quondam habuit et est situm in castellania Montis Pavonis in parrochia ecclesiae del Pizo inter Podium Estremont etc. Datum mense januar. in vigilia beati Ylarii anno Domini M° CC° septuagesimo quarto. En parchemin, reste les trous d’une lemnisque (ex authentico).

__________________________

Accord fait entre Archambaud III comte de Périgord, Pierre de Castillon, Auger de Gurson, Pierre-Auger du Fleix, etc., au sujet du Puy de Chalus, qui demeura au comte de Périgord (1276 v. st.).

In dossier E 789 aux AD 64.

[232] Sur enquetes faites par : P. de Castellione cum partionariis nostris videlicet cum domino Augerio de Gorson milite, et cum Petro Augerio del Fliets cum Augerio de Gorsonio et cum pluribus aliis nobilibus fide dignis etc… ac senibus de honoribus de Gorsonio et de Ponte Pavonis, vus les documents anciens, montrés par maitre Guillaume de La Poiada notaire public bastidae Beneventanis, ce P. de Castillon et ses consorts (partionarii) reconnoit que Podium de Chasluz avec toutes ses appartenances est situé in honore Montis Pavonis, et est proprium praedicti domini comitis et heredum suorum. Et nos eidem comiti remittimus et quitamus et ejus heredibus per nos et per successores et heredes nostros, Podium cum suis pertinentiis … Datum mense januar., anno Domini M° CC° septuagesimo sexto. En parchemin, pend une lemnisque.

__________________________

Bail à cens fait par Archambaud III comte de Périgord, à Arnaud Giraud du Pisou, de l’écluse au rivage d’un moulin, situé sur le ruisseau appelé La Laycha. (1272)

In dossier E 789 aux AD 64.

[233]Archambaudus comes Petrag., donne à cens perpetuel à Arnaldo Giraudi de la parroisse del Piso, chatell. de Montpaon et à ses successeurs … unum esclusagium[234] seu viparium unius molendinarii siti in rivo vocato publice La Laycha inter maynament. Girardiae parrochiae del Piso et maynament. antiquitus vocat. Podium Estremont … pro una emina frumenti etc., si vero in dicto

page n° 47 / Chap. 48

molundinario seu mosnario a praedicto Arnaldo Girardi ne suis hered. aut successoribus stagnum fieret nos retinemus nobis et nostris hered. et successor. quod in illo stagno licite piscare seu facere piscari possimus contradiction aliqua non obstante. Actum et datum apud Montaniac, IIIIe aprilis in vigilia Paschae anno Domini M° CC° septuagesimo secundo. Et pend une lemnisque, le sceau est tombé. C’est celuy du comte enoncé dans l’acte. (La lemnisque est une coupure d’un contrat ecrit en langue vulgaire. En parchemin).

__________________________

Arbitrage et compromis entre Archambaud III comte de Périgord, et Jean de Grailly chevalier, sur le procès qu’ils avoient au sujet du Puy de Chalus (1284 v. st.)

In dossier E 789 aux AD 64.

[235]Archambaut Dei gratia comte de Perigord, et Johan. de Greili milit., sur le differend qu’ils avoient pour le Pui de Caslus, prennent pour arbitre noble homme G. Dei gratia comitem, Armand et … Datum apud Sanctam Fidem die jovis ante festum Paschae, anno Domini M° CC° LXXX IIII, en parchemin, et pendent deux lemnisques.

__________________________

Requête présentée au sire d’Albret contre les chartreux de Vauclaire, par plusieurs particuliers de Montpon, fermiers de la tenance de La Barte (1496).

In dossier E 792 aux AD 64 ? (à vérifier).

Requete presentée vers 1496 contre les chartreux de Vauclaire, au sire d’Albret par plusieurs particuliers de Montpon, (Bernard Pichon etc.) fermiers de la Barthe, dans laquelle ils disent qu’il y avoit une trentaine d’années que Bertrand de Lur … tuteur de Françoise de Bretagne delivra aux chartreux la tierce partie par indivis du territoire nommé la Barthe de St Marsal, parr. de St Marsal d’Artensa, lequel marqua et boyna (mit des bornes) … les commissaires se transportarent sur ladite Barthe laquelle pour lors etoit en grand absine et boys tant et tellement que l’on n’y pouvoit bonnement passer ne dedans entrer et commençarent les dits commiss. A limiter ladite tierce partie et mesmement devers le chemin par lequel l’on va devers ladite eglise dudit Saint Marsal d’Artensa vers ledit Montpaon et plantarent sur ledit chemin deux boynes de piaire … et devers ledit fleuve de l’Isle et autres chouses n’y plantarent point de boynes mais demoura la chouse en l’estat qu’elle estoit pour lors sans y mettre ne faire aucunes limites aussi n’etoit il possible pour la grand absine qui y estoit pour lors … on se plaint que les chartreux ont beaucoup envahi sur les deux tierces parties restées au comte de Perigord, on demande la jouissance, etc. (requete originale), en deux feuilles de papier cousues bout about, ecrites d’un seul côté.[236]

__________________________

Lettres d’Odet d’Aydie, seigneur de Ribérac, à M. de Puyguion, au sujet d’un étang (1505)

In dossier E 109 aux AD 64 (à vérifier).

[237]Lettre du seigneur de Riberac au sgr de Puyguyon, à l’occasion d’un estang qu’il faisoit faire. Il paroit par une lettre (ibid.) d’Alain d’Albret audit de Puyguyon que le sgr de Riberac, qu’il appelle le seneschal de Carcassonne, s’etoit venu plaindre à luy à Nerac, de ce que luy Puyguion avoit des parolles qui n’estoient honestes à la seneschale (femme du sgr de Riberac), si ainsi etoit, je n’aurois cause d’en etre content, dit Alain à Puyguion, Alain avoit ecrit pour qu’on donnat satisfaction au sgr de Riberac, et dit à celuy-ci : qu’il n’entendoit à le traiter sinon comme son bon serviteur, le sgr de Riberac dans la lettre au sgr de Puyguyon, se signe Hodet d’AYDYE mande à Puyguyon, apres le jour des roys, m’en faut aller à la cour, ecrit à Riberac cestuy tiers jour de janvier (c’est dans l’année en traité de Nantes en faveur d’Alain, que celui-ci dit dans la lettre où il parle du seneschal de Carcassone qu’il envoye à Puyguion). Odet s’excuse sur les plaintes qu’Alain disoit dans la lettre à Puyguyon luy avoir été faites par le seneschal de Carcassone.

Dans une autre lettre à Puyguion, Odet d’Aydye met ainsi l’adresse à : Mr le maistre et le plus grand de mes amis, monsr de Puyguion.

Dans une autre lettre au meme, Odet d’Aydie se plaint de ce que les officiers du sire d’Albret : avoient mandé à ce conte qu’il faisoit faire un moulin et etang au prejudice du sire d’Albret, lequel en a été mecontent, il n’a raison, dit Odet, car quand je saurois qu’il y eut homme vivant qui voulut entreprendre de fere mettray poyne d’y remedier en son absence[238] sauf reservé le roy mon souverain sgr et maistre, jeudy darnier montay à cheval pour aller devers lui à Perigeux, mais mr Duza me dit qu’il s’en etoit retiré dont il m’a desplu que ne l’ay pu voir … quant au molyn et estang, il dit qu’il y a deux cens ans et plus qu’il y en avoit, et qu’il ne fait que les redresser, … ma personne et mes biens sont à mondit sgr et au roy de Navarre, que si l’estang et molyn les prejudicioit en rien, la chose bien veue et cogneue, je les mettray par piece et bruler à l’eau, si fere ce pouvoyt. Ecrit à Riberac cestuy dimanche XXIII juillet … votre bon ami de long temps, Hodet d’Aydye.

Autre lettre du meme au meme ecrite de Riberac, jeudy 1er avril. Il s’y plaint qu’il a une jambe en escharpeDans une autre du IX septembre il l’invite de venir le voir à Riberac et ajoute : ne craignez point à venir pour le mauvais bruyt de Riberac, car Dieu mercy tout ce passe, et aussi je suis lougé en une grange à l’escart, là où vous aurez votre part de mauvais logis, et y prendrez la patience comme ung bon amy doit fere à la maison d’un des plus grands amys, dont je m’en suis reputé l’ung priant Dieu etc… Escript chez vous à la grange nommée la Maynardie, cestuy IX jour de septembre le plus que tout vostre bon amy, Hodet d’Aydye.

__________________________

page n° 48 / Chap. 50

Enquête faite par autorité de Charles de Talayrand, seigneur de Grignols, lieutenant du comte de Périgord, sur le droit de péage que le seigneur de Montpon prétendoit avoir sur le grand chemin appelé La Rebière, contre le seigneur de Gurson (1446 v.st.)

Référence non connue aux AD 64.

[239]Enquete à futur faite à Vauclaire, die ultima januar. anno Domini mil. CCCC° XLVI, eadem die fuit facta informatio ad perpetuam rei memoriam per me notarium etc. de mandato nobilis et potentis viri Karoli Taleyrandi domino de Granholio locum tenentis domini comitis petragoricensis[240] moderni super pedagio magni itineris vocati de la Ribieyra quo itur de Mussidano versus Podium Normanni versus villam Libornam quod pedagium illi de Caneo, nomine domini de Pons moderni, asserunt habere seu sibi deberi in mercatoribus transeuntibus . Suivent les depositions, d’abord Jean Palmoneda prieur de Vauclairz, et un de ses religieux. Sans autre religieux, et plusieurs marchands de Mucidan etc. Sur le revers de cet acte il est dit que cette enquete est contre mr de Gurson pour le peage qu’il pretend sur le grand chemin de Montpon à Puy Norman, la piece est une expedition signée, en papier.[241]

__________________________

CHAPITRE XLIX, L’Arche, (presque tout deficit)

CHAPITRE L- RIBERAC

Lettres royaux, impétrées par Odet d’Aydie seigneur de Ribérac contre le roi de Navarre (1505)

In dossier E 792 aux AD 64 (à vérifier).

[242]Loys par la grace de Dieu etc., au seneschal de Guienne ou à son lieutenant, salut. De la partie de notre cher et bien amé Odet d’Aydie chevalier seigneur de Ribeyrac, nous a esté exposé que par lmes bons et agreables services que ledit exposant durant la guerre du royaume de Navarre et comté de Foix auroit fait de ses personnes et biens à nos très chiers et très amés cousins Jehan roi de Navarre et Alain sgr d’Albret père et fils iceux roy de Navarre et sgr d’Albret pour recompense, satisfaction et remuneration desdites seigneuries donnarent, cedarent et transportarent audit exposant tous le droit et action qu’ils avoient ez chateaux, chastellenies, places et seigneuries de Riberac et vicomté d’Espeluche avec toutes et chascunes leurs appartenances ainsi que plus à plain apert et est contenu en l’instrument de donation et remuneration sur ce fait etc., et depuis iceux roy de Navarre et sgr d’Albret [s---ant][243] ladite donation et remuneration, cession et transport avoir eté faites par bonnes et justes cause l’ont ratifié et approuvé et promis et juré en presence de notaire et temoings dignes de foy de faire jouir ledit exposant desdites donation, cession, etc. lesquelles donation etc. ont été auctorisées par arrest de nostre court de Parlement à Bordeaux, lequel arrest a été mis en due execution par vertu duquel ledit exposant a esté vray seigneur desdits chateaux, chastellenies, places etc., et en a joui paisiblement … l’espace de vingt ans et plus, … sachans et non contredisans lesdits roy de Navarre et sgr d’Albret … ce nobostant nostre dit cousin le roy de Navarre, sous couleur de certaines nos lettres qu’il dit avoir obtenues touchant le dit arrest, par force trouble et empesche ledit exposant en ses dits chateaux etc., et se livrer en procès par devers le juge mage de Perigort, … requiert sur ce notre provision convenable pour ce est et que nous ces choses considerées vous mandons et pour copies estes etc. Le roy renvoye la connoissance de ce proces devant le seneschal de Guienne comme plus prochain juge royal, et l’ote au juge mage de Perigord, où le sgr d’Albret avoit trop de pouvoir à cause de sa dite comté etc., Donné à Thoulouse le XXIIII M Vc et cinq, de notre regne le huitieme. (Odet de Foix, sgr de Barbasan, grand seneschal de Guienne, en janvier 1505).

__________________________

Lettres royaux impétrées par Isabeau de La Tour, mère de Françoise de Bretagne, pour contraindre les habitants de la châtellenie de Ribérac à faire le guet et garde au château de Ribérac, ou payer certaine somme d’argent (janvier 1454 (v. st.)).

In dossier E 844 aux AD 64.

Lettres royaux impetrés par par Isabeau de la Tour comme ayant le bail et gouvernement de Françoise de Bretagne sa fille pour obliger les habitans de la chatellenie de Riberac à faire le guet et garde au dit château, ou de payer certaine somme d’argent … pour l’entretenement de ses captaines et autres gens et officiers qui ont accoutumé garder ladite place qui est en pais de frontiere et par especial du temps que nos anciens ennemis et adversaires les Anglois estoient en notre pais et duchié de Guienne, durant lequel temps ils ont occupé par aucune espace de temps ladite place et chatellenie , etc. et un jour de manœuvre etc… Donné à [---hun][244] sur Yonne, le XX janvier M CCCC cinquante quatre (signé et scellé en parchemin).

__________________________

Lettres royaux de François Ier, adressées au Parlement de Bordeaux, impétrées par le roi de Navarre, pour le recrutement de plusieurs terres et seigneuries en Périgord et Limousin, aliénées par le feu sire d’Albret (1518 v. st.).

In dossier A 1 aux AD 64 (à vérifier).

[245]Lettres royaux de François adressantes au Parlement de Bordeaux, dattées de Perigueux

page n° 49 / Chap. 50

le 22 janvier 1518. Le roy y dit sur l’exposé du roy (Henry de Navarre) que par le contrat de mariage des père et mere dudit Henry roi de Navarre, il avoit été accordé que les biens obvenus audit roy de Navarre (Jean) par la succession testamentaire de feue Françoise de Bretagne sa mere, seroient et appartiendroient au fils aisné dudit mariage (qui est le dit Henry) … néanmoins depuis ledit contrat fais, nos amés François de Bourdeille, Odet d’Aydie et Bernard de Salignac, Jehan de Gontault dit de Salignac, … Jehan d’Abzac sgr de la Douze Poncet de Marqueyssac, Jehan d’Aubusson sgr de Vilhac, Estienne bastard d’Albret, Jehan Chat sgr de Rastinhac, … Jehan de St Astier, … Dauphin Pastoureau etc., Mondot de la Marthonie, Germain de Bonneval et Pierre de Lavergne sgr de Cauderoue, se sont emparés des seigneuries à scavoir ledit feu de Bourdeille de la seigneurie et baronie de Bourdeille, de Celles et Vertric, ledit d’Aydie des seigneuries de Riberac et d’Espeluche, ledit de Salignac de la seigneurie de Larche et Terrasson, ledit de Leoncel de la seigneurie de Lisle, ledit de Badefol de la parroisse de Badefol, ledit de Gontault dit de Salignac de la parroisse de Vallegats, ledit de la Douze de la seigneurie de Vernh, ledit Dubosquel de la seigneurie du Poget, ledit de Marqueyssac (de) trois parroisses etant de la chatellenie d’Ans, le sgr de Vilhac des parroisses de Beauregard, St Loze et une autre parroisse etant dans la seigneurie d’Ans etc., ledit de St Astier des parroisses de Sarrallac et Anthone en la jurisdiction d’Auberoche, ledit Estienne bastard d’Albret de la seigneurie de Moruselles (ou Moruscles), ledit Chat de la parroisse de Crognac avec les appartenances de la jurisdiction de Thiviers, ledit des Arrets de la parroisse de Saint Meard de Dronne, ledit de Cougnac de Château-Chervis et de la parroisse de Sarrazac en la chatellenie d’Exideuil, ledit Dauphin Pastoureau de onze parroisses en la chatellenie de Nontron, ledit Mondot de la Martonie de la prevosté de Thiviers, et de la parroisse de Milhac, la jurisdiction de Nontron, Germain de Bonneval de la parroisse de Cossac et autres appartenances, ledit seigneur de Lavergne de la paroisse de St Prich de Ligourre , l’enclave de de Javerlhac, le tout etant des appartenances, biens obvenus audit roy Jean de Navarre de la succession de Françoise de Bretagne sa mere … pour ce le consideré, ce vous appert, etc. (copie en papier, écriture du temps, non signée)

__________________________

CHAPITRE LI – ROUSSILLE

Donation faite par Jean de Bretagne comte de Périgord, etc., lieutenant pour le roi en Guyenne, à Maurigon de Bideran et Garci Arnaud son fils, de la terre de Roussille (1451).

In dossier E 847 aux AD 64.

Jehan de Bretagne comte de Penthievre et de Perigord, vicomte de Limoges et seigneur d’Avesnes lieutenant pour mgr le roy en Guyenne, à tous ceulx qui ces presentes lettres verront et orront, salut. Comme à la reduction de la ville de Brageyrac que nous mismes en l’obeissance de mondit seigneur eussions promis donner à Maurigon de Biderene et à Guy Charnault de Bideran son fils[246] nostre chastel terre et seigneurie de Roucille à leur vie tant seulement sans rien y retenir, reservé l’hommage et souveraineté eux faisans françoys et rendant et mettant la place de Biron en l’obayssance de mondit sgr le roy ainsi que plus à plain est conteneu ez articles sur ce faits et passez entre nous et les dits Maurigon et Guy de Charnault son fils scavoyr fesons à tous presens et advenir que pour ce que lesdits Maurigon et Guy Charnault son fils se sont faits françoys et ont ladit place de Biron mise et reduyte en l’obeissance de mondit sgr le roy et nous ont teneu loialement ce que avoyent promis et en convenance à iceux Maurigon et Guy Charnault son fils avons donné et octroyé, donnons et octroyons par ces dites presentes nostre dit chastel, terre et chatellenie de Roucille [f--nt][247] cens, rentes, droits, devoyrs, molins, garennes, estangs, prés, boys, mesons, coullonbiers, justice, haute moyenne et basse, que autres chouses quelquonques sans rien y retenir, saufs hommages et souveraineté et ce durant le cours de leur vie dudit Maurigon et Guy Charnault son fils tant seulement, et voulons que eux et ung chescun de eulx en joyssent et en usent comme de leur propre chouse sans nul empaschement quelquonque, mandons à vous sgr de la Douze T[248] . que notre dit … s’ailhes mettre en possession et saysine et commendons aux manans

page n° 50 / Chap. 51

et habitans de ladite terre qu’ils luy obeyssent diligemment comme feroyent à nostre dite personne, car tel est nostre plaisir. Donné à Segur le septieme jour de may l’an mil IIIIc cinquante et ung T. et autres nos officiers Ranconnet, ainsi signé au marge desdites lectres patantes par monseigneur le comte, presens Olivier de Biron escuyer gouverneur de Penthievre, et Jehan Sautier secretaire. J. Ranconnet, serralies (ou peut-etre sceelees) en cire rouge.

Collation faite avecques le vray original au lieu d’Estissac le Xeme jour de juillet, l’an mil cinq cens ez presences de noble homme Gasia Arnault Girard et mestre Jacques Goumet notaire tesmoings à ce presens par moy De Domybus, notaire [----].

Nota : cette piece me paroit authentique. La signature de Domibus est seule au bas, et est d’une ecriture plus grosse, mieux formée que le reste de l’acte. Dans le meme acte se trouve une autre piece collationnée du meme acte exactement la meme, de meme ecriture et signée de la meme main, aussi en papier. Cette ecriture paroit bien etre du temps dans cette 2e copie, au lieu de Puycharnault, qu’on lit dans la premiere, on lit Grasiarnaud de Bideren, encore Graciarnault, 2e fois, à la 3e avant-derniere ligne, « ez presences de noble homme Gasiarnault ».

__________________________

Transaction passée entre Archambaud IV comte de Périgord, sous l’autorité de Brunissende de Foix sa mère, et Archambaud d’Estissac, damoiseau, au sujet de la justice des paroisses de Roussille, Le Pont-St Mamet, La Sauvetat et Galmarès. (1321)

In dossier E 847 aux AD 64.

[249]Transaction entre Archamb. comte de Perigord sous l’autorité de Brunissende de Foix sa mère, et Archambaud d’Estissaco domicello, sur (le) procès meu à l’occasion de la justice haute, moyenne et basse des parroisses de Dosvilla, Pontis Sti Mameti, de Salvestata et de Galemares, enfin le comte reconnoit que le sgr d’Estissac a la justice h., m., et basse sur les confrontations indiquées, exceptis feudis deus Cagut et de Vallebeonis etc…. locis de Rosilla, Pontis Sancti Mameti et decos Pontis Sancti Mameti, … le comte reconnoit encore … quod pro nullo forefacto sive mesfach si dictus domicellus vel sui facerent quod absit vel committerent ubicumque delinquerat[250], nos dictus comes nichil habemus nec possimus habere incursum sive incorremen de hereditagio excepto in casu proditionis domini et negationis foedi quod in illo casu essent nobis dicto comiti et nostris ipsa integre habeamus et ex inde faciamus nos dictus comes nostram perpetuo voluntatem et nostri. Item si contingeret dictum domicellum in aliquo tempore emere vel acquirere in locis praedictis, quod dictus domicellus non habeat aliquod dominium nisi solummodo totum dominium per integrum sicut ille seu illi a quo seu a quibus praemissa seu res fuerint acquisita salvo dicto domicello et suis dominia feodalia in omnibus sicut habent nobiles viri in honorio de Mushidano et omnia alia dominia erunt et remanebunt nobis dicto comiti et heredibus nostris de locis praedictis et est sciendum quod dictus domicellus debet habere totum dominium in manso de Valbaret et ejus pertinent. usque ad septem solidos. Datum die lunae post festum beat. Quiteriae virginis anno 1321. En parchemin, scellé de l’official.

__________________________

Assense faite par Garci-Arnaud de Bideran damoiseau, seigneur de Roussille (1470 v. st.)

In dossier E 723 aux AD 64.

[251]Assense en parchemin, die nona mensis januarii anno mill. quadrag. septuagesimo, signé de Poyolis notaire et scellé par Graciarnaldus de Biderene domicellus, dominus de Rossilhe à Jehan Muragorso le repayre de Balbeyro etc.

Bail à nouveau fief, par nobili viro Garsiarnaldo à Jehan de Castanet etc. des maynes de la Rengardia etc., parroisse de Roussille etc., anno Domini … decimo tertio (1473), regnante domino nostro domino Ludovico, Dei gratia Francorum rege etc. (en parchemin, signé, de cotte 11).

__________________________

ARMOIRE DE PERIGORD

CHAPITRE LII – BORDEAUX et BLAYE.

Echange fait entre Edouard, fils aîné du roi d’Angleterre, et Jean duc de Bretagne, par lequel ce dernier cède sa comté de Richemont, assise au royaume d’Angleterre, pour récompense de laquelle, le prince Edouard lui assigne 10 000 livres tournois de rente sur la coutume de Bordeaux, St Macaire, Blaye et Bourg (1325).

In dossier E 132 aux AD 64.

[252]Philippe par la grace de Dieu roy de France à tous ceux qui ces presentes lettres verront et orront, salut. Nous avons veu certaines lettres de nostre tres cher nepveu Edouartz fils ainzné du roy d’Angleterre scellées de son scel en las de soie et en cire verte contenantes la forme qui en suit : Edouart ainzné fils du roy d’Angleterre duc d’Aquitaine et de Cornouaille, et comte de Cestre, salut. Nous faisons scavoir à tous que comme nostre très cher et très amé cousin Jehan duc de Bretaigne ait eschangé à nous, et pour cause d’eschange, baillé, quitté et livré perpetuellement et habitablement à touziours, à nous, nos hoirs et à ceulx qui auront cause de nous toute sa comté de Richemont assize du royaume

page n° 51 / Chap. 52

d’Angleterre, les villes, chasteaux, chastellenies, justices, seignories et tous autres droits appartenanz à la dite comté avec toutes les autres appartenances et appendances d’icelles, ores qu’elles soient en quelque lieu que elles soient assises saiz compter ne priser aucuns edifices tous pour dez mille livres tournois petits de rente annuel et perpetuel que nous lui devons et avons promis a assavoir en nostre duché d’Aquitanie ou ailleurs, en lieux convenables au roy ayme de France avec toute justice et seignorie haute et basse, nous apponens, agreans et acceptans ladite eschange pour nostre profit avident, avons baillé, assis et assigné, quitté, delaissé et livré, baillons, quittons, assignons, delaissons, et delivrons perpetueliment et habitablement à touziours à nostre dit cousin et à ses hoirs et à ceux qui auront cause de luy pour ladite comté et ses dites appartenances dez mille livres torn. petits de rente annuel et perpetuel à prendre recevoir dores en avant pour luy et pour ses hoirs et pour ceux qui auront cause de luy sur toutes nos rentes, revenues touz profiz et esmolumenz de nostre duche d’Aquitanie de toutes ses appartenances et especialement sur la coustume, les coustumes ou les rentes de nostre ville de Bourdeaux et de nos autres villes et chasteaux de Saint Machaire et de Saint Melion, le bourg de Blaue et de leurs appartenances desquelles dez mille livr. tourn. de rente il prendra la moitié chescun an en terme de Pasques à Pasques prochaines venant jusques à tout que nous ayons assis et assigné ces choses à nostre dit cousin en terres et en domaines à prendre par sa main en lieux convenables au royaume de France lesquelles dez mille livres de terre ou de rente annuel nous suymes tenus et promettons par nostre serment fait pour ce à sainctes evangiles à asseoir, assigner, bailler et delivrer en terres, en domaines et  en autres rentes au us ancien et selon l’antianne coutume du pais gardée en assiete de terre ou de rente anciennement avecque toute justice et seigneurie haute et basse à nostre dit cousin et à ses hoirs et à ceux qui auront cause de luy … en lieux convenables et à nostre dit cousin profitables et au plus près que nous pourront en la cité de Xaintes et de la terre de Xaintonge sans priser en ce edifices de chasteaux ne mesons, lesquels nous si quittons, donnons, delaissons, … excepte foy hommage souveraine et ressort … desquelles choses nous avons déjà recu nostre dit sousin en nostre foy et en nostre hommage … avons obligé et obligeons nos biens et especialement nostre dit duché et nostre comté de Pontieu, etc. et supplions nostre dit seigneur le roy de France que toutes les clauses dessus dites et chescune d’icelles il veuille louer et et approuver en … de nostre mineur age par l’interposition defendre et confermer de son auctorité real en suppleant de sa pleine puissance tous les deffauts qui y pourroient etre trouvées ou opposées en ce cas mettre nostre scel en ces presentes lettres. Ce fut fait le dimanche avant Noel l’an de grace mil trois cens ving et cinq. En tesmoing de laquelle chose nous avons fait mettres nostre scel en ces presentes lettres, donné en la Blaye don des camps le tiers jour de may mil trois cens trente quatre.

Cette piece d’un ecriture du temps est en parchemin, mais n’est ni signée ni ne presente aucun vestige de scel, quoiqu’il soit enoncé dans l’acte. Ainsi c’est une copie non en forme judiciaire.

__________________________

Assignation faite à noble Jeanne de Périgord, dame de Laverdac, etc., de 300 livres de rente, que Pierre de Bordeaux son mari lui avoit donné pour son douaire, à prendre sur le péage et coutume de Bordeaux. Le roi d’Angleterre avoit fait saisir ces 300 livres, parce qu’elle était du parti du roi de France (1340).

In dossier E 736 aux AD 64.

[253]Conoguda causa sia que en l’an de nostre senhor mil tre cents e quarante so es a saber lo XXIIII jorn de mes de setembre regnant excellentz princep Edward per la gracia de Diu rey de Anglaterra et duc de Guiayna e P. archebesque de Bordeu en presensa de mi notaire e deus temoins desus escrits …… ensuite est référée la pièce suivante :

Bernard Ezii dominus de Lebreto, Hugo de Genera[254] domicellus de Vares[255] et de (Hantona)

Remarques (J. Roux).

-mi (et non min, mais peut-être le scribes’est-il trompé dans le nombre de jambages…)

 - temoins : la francisation doit être de Leydet ; peut-être l’original comportait-il une abréviation  t.emonis pour testemonis

- Ezii : latinisation tardive du nom oc Aiz. ; Hantona est Antonne, mais je ne vois pas ce que peut représenter Genera  et Vares …

page n° 52 / Chap. 52

Hantona milites locum tenentes … generales serenissimi principis domini nostri regis Angliae ducis Aquitaniae, in ipso ducatu et Oliverius de Ingham miles dicti ducatus senescallus viro prudenti Antonio Usus Maris (Us de Mar) locum tenenti de mandato especiali domini nostri regis Angliae ducis Aquitaniae in ipso ducatu prudenti viro Nicholay Usus Maris constabul. Burdegal. in partibus agentes salutem. Licet alias constuma quam nobilis vir P. de Burdegala vir quondam nobilis dominae Johannae dominae de Laverdato et de Cauderoa defunctus habebat tempore quo vivebat super quolibet dolio vini et aliis rebus in castro burdegalar. Et etiam venda quam dictus Petrus habeat et habere solebat tempore quo vivebat in et super piscibus et aliis rebus quae asportantur in foro burdegal. super quibus constuma et venda ipse Petrus tempore contractus matrimonii inter ipsos praefatus Petrus de Burd. dedit et assignavit eisdem in dicto contractu matrimonii tres centas libras monetae cursibilis burd. percipiend. annis singulis a die obitus ipsius Petri in antea in perpetuum, per dictam dominam Johannam de Petragoras seu deputationum ab ipsa ut praedicta clarius in instrument. dotali dicuntur continere et quia dicta domina Johanna de hobedientia regis Franciae existebat de nostro mandato posita fuerunt[256] ad manum dicti domini nostri regis et ducis et nostram nuncque pratis ipsa domina Johanna ad fidelitatem et hobedientiam et servitium praefati domini nostri regis et ducis cum dictis suis locis et quibusdam aliis et habitantibus in illis his diebus venerit et juramentum fidelitatis et hobedientiae nobis dicto Hugoni nomine dicti domini nostri regis et ducis fecerit, et praestiterit et sciatis nos eidem dominae Johannae reddidisse et restituisse dictas tres centas libras redditus de primis denariis ex dictis constuma et venda annis singulis percipiendis etc. … Datum Burdeg. sub sigillis nostrorum locatenentium et curiae Vasconiae XVIII die septem. anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo. (en parchemin, avec paraphe).

__________________________

Ratification faite par Edouard II roi d’Angleterre, de l’accord fait par Guillaume de Montagut, ou son lieutenant au duché de Guyenne, au nom dudit roi d’Angleterre, avec Archambaud IV comte de Périgord, Brunissende de Foix, sa mère, et autres, sur les droits que ce dernier prétendoit (avoir) sur le château et terre de Blaye, que le roi d’Angleterre avait mis sous sa main (1321).

In dossier E 702 aux AD 64.

[257]Edwardus Dei gratia rex Angliae dominus Hiberniae et dux Aquitaniae constabulario suo burdigal. qui nunc est vel qui pro tempore erit vel ejus locum tenentis, salutem. Cum nuper, per litteras nostras patentes, dedissemus potestatem Wullno. de Monte Acuto tunc senescallo nostro ducatus praedicti transigendi, componendi et pacificandi nomine nostro cum illis qui in castro et castellania de Blavia et bonis quae quondam fuerunt domini de Blavia in manu nostra existentibus asserebant se jus habere et promiserimus per dictas litteras nostras quod transactiones, competitiones et pacta praedictum senescallum nostrum super praemissis iniendi, rata haberemus et grata, ac idem senescallus virtute potestatis sibi per nos in hac parte attributae, cum domino Archambaldo comiti petragoricensi et domina Brunissendi de Fuxo comitissa petragoricen. matre et curatrice ejusdem comitis et cum Amaneo Johanne et Guillelmo Raymundi Columbi, viribus burdigalens. Fratribus et domina Trenkaleonis eorumdem fratrum sorore super omnibus et singulis juribus deveriis debitis et obligationibus qui ipsi simul vel divisim habebant et habere se dicebant de consuetudine vel de jure in castro et castellania et bonis supradictis transactiones et pacta certa inierit et pro donatione, quictatione, cessione, concessione et remissione quas praedicti comes et comitissa curotorio nomine et praedicti Amaneus, Johannes, Guillelmus et Trenkaleonis nobis fecerunt de omnibus et singulis juribus, deveriis debitis et obligationibus quae per se et divisim habuerunt et habere se dixerunt in castro et castellania … bonis supradictis constituisset eis sex decim millia librarum turon. parvorum de exitibus customae nostrae Marmandae infra quatuor annos

page n° 53 / Chap. 52

a tempore transactionis, compositionis et pacificationis praedictarum numerandarum per manus constabularii nostri ibidem qui pro tempore fuerat percipiend. prout in instrumentis publicis inde confectis asseritur contineri et nos post modum videlicet XXmo die maii anno regni nostri tertio decimo volentes quod per praedictum Wllm. nomine nostro … observari mundaveramus constabular. nostri burdegal. qui tunc fuit  quod id quod praefatis comiti et curatrici et praedictis Amanevo, Johanni et Gillelmo et Trenkaleoni de pecunia eis super custuma praedicta per praefatum senescallum nostrum occasione praedicta constituta restaret solvend. ad terminos debitos solveret … et de eo quod solveret litteras acquietatiae recuperet competentes … ac jam ex quaerela eorumdem comitis et curatricis ac praedictorum Amenevi, Johannis, Guillelmi et Trenkaleonis acceperimus quod eis de praedicta pecuniae summa pro praedictis terminis … [---nandum][258] est satisffactum nos volentes mandatum nostrum praedictum executioni debitae demandari vobis mandamus … quatinus praefatis comiti et curatrici et praedictis Amanevo, etc., illud quod de praedicta pecuniae summa pro praedictis terminis constare poterit adhuc a [ca----][259] esse, et etiam pro terminis futuris prout decet de exitibus custumae praedictae … sine dilutionis in commodo satisfieri faciatis de summis quas eis sic solveritis litteras sufficientes acquitancia recipientes ab eisdem. Et nos vobis in compoto vestro debitam allocationem habere faceremus. Datum apud Westm. vicesimo die augusti anno regni nostri quinto decimo. En parchemin, et pendoit un sceau à une lemnisque, laquelle est dechirée.

__________________________

Mandement de Philippe de Valois, roi de France au sénéchal de Périgord et Quercy, pour faire payer à Jeanne de Périgord, veuve de Pierre de Bordeaux, la somme de 300 livres que son mari lui avoit laissé par son testament, et qui étoient assignées sur le revenu de la coutume et marché de Bordeaux (1336)

In dossier E 622 & E 736 aux AD 64.

[260]Sur la plainte que Jehanne de Perigord presente au seneschal de Perigord et de Querci, sur ce que Jehan de Greylino, captali de Bogio, Guillelmus Augeriis successori Petri de Burdegal., Johan l’Angles (anglico), Guillaume Augerii, Raymond de Marolio, Jean de Samodeto, et quelques autres, avoient violé la sauvegarde du roy en sa faveur et l’empechoient de lever les 300 livres de rente qu’elle avoit, super costuma castri et mercati Burdigal., qui avoient appartenu à Pierre de Bordeaux son mari, et que celui-ci luy avoit donné pour contrat de mariage, seu alias in osculum[261] seu donationem propter nuptias . Sur cette plainte, dis-je, Pierre de Mirmanda, miles senescal. petrag. et caturc. pro domino nostro Franciae rege[262], addresse des lettres de commission aux baillis royaux de Petrag., Dosito Ludovico de Podonio (ou Credonio ou Crodonio), vel eorum loca tenentibus, Gaucelino de Levinhaco, Petro Pages, Colino Pace, Vithali de La Casa, Guillelmo Thomae et omnibus officialibus et servientibus regiis, pour qu’ils conservent ladite Jehanne dans ses droits et qu’ils fassent observer la sauvegarde du roy, et nichilominus eundem Johann. de Graylino si et prout ipsum ad hoc obligatur inveneritis et alias perceptor. et arrendator. dictae costumae mercati ad solvendum et reddendum eidem conquerenti vel ejus certo mandato retenta et subtracta per eos de tempore praeterito de dictis trecentis libris dictae conquerenti debitae et satisfaciendo in futurum, et promittendo ipsam praedicta levare et percipere per captionem et venditionem bonorum suorum compellatis prout justum fuerit, et ad nos et jurisdictionem regiam noveritis pertinere, et nisi sit aliud leg. quod obsistat cognition. causae vobis servientibus amota. Datum Petragor., VIII die augusti, anno Domini millesimo CCCmo XXX° sexto. En vertu de ces lettres[263], Gaufridus Bernardi, le sergent royal se transporte in claustro [-------------------][264]ex parte regis Franciae et senescalli petrag. et caturc., et somme, Guillaume Augerii, Raymond de Marulh et Jehan de l’Angles etc… de cetero responderent nobili et potenti viro Johanni de Graylino de costuma et de pedagio quod tenent ab ipso nobili

page n° 54 / Chap. 52

in assensa in et super castro Burdig. et mercato Burdig. donec fuerit satisfactum nobili mulieri dominae Johannae de Petragoris relictae quondam Petri de Burdegal. defunct et quod de percept. per ipsos citatis ad XIII die mensis maii proximo praeteriti reddiss. computum ipsi dominae Johannae vel veniss. allegere causam rationabilem si quem veram dicto magistro Guill. Bonnaffasi commissario in hac parte ut est dictum deputat. die veneris proxima in claustra Salvitatis burdegal. in fratertiam si quam haberent. Qui Willelmus et Raymundus et Johannis Langles dictam inhibitionem et mandatum humiliter receperunt. Tamen dixerunt se velle dare aliquas rationes ad eorum deffensionem[265] … hodierna die mercurii ante festum nativitatis beatae Mariae virginis, anno Domini ut supra infra vesperas, deinde idem serviens accessit ad locum dicti Johannis de Greylino apud Podium Paulini pro inhibendo et citando ipsum super praemissis et invenit portam clausam quare ipsum citare non potuit postque invenit praefatus serviens in umbreria Burdigal. Johannem de Tamadato clericum et fecit sibi inhibitionem et mandatum et assignavit sibi dummodo et forma ut alias praenotatur etc. En parchemin avec paraphe, Guillelm. Praepositi, notar. public.

Nota : j’ay mis au long cette bagatelle parce qu’elle prouve, ce me semble, que la ville de Bordeaux etoit dans la seneschaussée de Perigord.

__________________________

Acte par lequel Archambaud IV, comte de Périgord, cède au roi d’Angleterre les droits qu’il avoit sur la terre de Blaye, provenans de feu Geoffroi Rudel, pour la somme de 16 000 livres une fois payée (1319).

In dossier E 702 aux AD 64.

[266]Noverint universi hoc presens instrumentum publicum visuri et audituri quod cum nobilis vir Archambaldus comes petrag. petiisset in judicio coram senescallo Vasconiae castrum et castellaniam ac totam terram Blaviae quam dudum tenebat dominus Gaufridus Rudelli dominus Blaviae ut jus et hereditatem suam sibi liberari atque tradi a manibus excellentis principis domini nostri regis Angliae ducis Aquitaniae impedimentum appositum amoveri ad quas praedicta castrum et castellania et terra posita fuerunt, ut dicitur, pro quibusdam criminibus et excessibus quasi notoriis contra dictum dominum nostrum regem et ducem et ipsius subditos, commissis per dictum dominum Gaufridum ac etiam pro multis pecuniarum debitis, in quibus dictus dominus Gaufridus dicto domino regi et duci tenebatur dum viveret, parte dicti comitis praemissorum contrarium asserente, dicerent etiam dictus comes et Amaneus, Johannis et Guillelmus Raymundi Columbi fratres et domina Trencaleonis soror eorum, dicta bona sibi fuisse obligata pro sexdecim millibus libr. turon. ac procurator dicti domini regis et ducis econtra se opposuisset, et dicta castrum, castellaniam, terram et omnia bona ipsius domini Gaufridi propter crimina et excessus praedictos dicto domino regi et duci petiisset confiscari et ipsa bona ut propria ipsius domini regis et ducis jure sibi competenti ex causis praedictis dicto comiti restitui non debere, nec dictum dominum regem et ducem praedictis comiti, Amanevo, Johanni et Guillelmi Raymundi Columbi fratribus, et dominae Trencaleoni, in praedicta pecunia non teneri eo quod instrumenta si quae sint de praemissis certis de causis inutilia viderentur ut dicebantur licet pro parte dictorum comitis, Amanevi, Johannis et Guillelmi Raymundi et dominae Trencaleonis dicta instrumenta dicerentur fore sufficientia et efficacia, cumque nobilis domina Aelivia dominae de Craone (ou mieux de Ornone) filia et heres ut dicitur dicti domini Gaufridi ac dominus Boso de Petragoris frater nobilis viri Heliae Taleyrandi defuncti comitis petragoricensis

page n° 55 / Chap. 52

ac nobilis domina Eustachia de Mastacio partem ipsam contingentem in castro, castellania et bonis praedictis ut jus suum ex diversis causis in judicio similiter, ut dicebatur, petiisset, tendem considerato et consilio habito cum peritis per nobilem virum dominum Guillelmum de Monte Acuto militem ducatus Aquitaniae senescallum et magistrum Albertum Medici clericum procuratorem dicti domini nostri regis et ducis ac dictos comitem petrag., Amanevum, Johannem et Guillelmum Raymundi Columbi fratres et dictam dominam sororem eorumdem quod ambigua sunt facta earum et ipsarum prosecutiones nimium honerosae super omnibus hinc inde petitis et propositis per modum transactionis et compositionis prout sequitur convenerunt et convenire gratanter voluerunt, videlicet quod praedictus comes pro se et Helia Talayrandi[267] et Rogerio Bernardi fratribus suis ac Margareta, Agnete, Johanna et Emborqua sororibus ejusdem comitis necnon pro patruis suis videlicet dominis Archambaldo et Bosone et domina Guilharda uxore quondam Gualhardi de Lalanda (La…anda) et praenominati Amanevus, Johannes et Guillelmus Raymundi Columbi et dicta domina Trancaleonis soror ipsorum pro se et suis cedent, quittabunt, remittent et donabunt dicto domino regi et duci, ac dicto senescallo et procuratori ipsius domini regis et ducis nomine stipulantibus et recipientibus ejusdem domini regis et ducis nomine totum et quidquid juris habebant seu habere poterant aut debebant in et super castro, castellania et terris praedictis ex successione dominae Agnetis[268] [aviae][269] dicti comitis, sororisque dicti quondam domini Gaufridi et dominae Trenqueleonis ac sororis dicti domini Gaufridi quondam domini Blaviae, et totum jus suum praedictim in ipsum dominum regem et ducem et dictos dominum dominum senescallum et procuratorem ejusdem domini regis et ducis nomine pro et se et dictis fratribus et sororibus et patruis dicti comitis et omnibus aliis personis ex successione dictae dominae Agnetis aviae (aviae bien lisible) dicti comitis et dictae dominae Mabiliae matris dictorum fratrum et sororis de Columbi sibi jus vendicantibus et vendicare volentibus transportabunt et etiam dictum debitum sexdecim mill. librarum turon. dicto domino regi et duci ac domino senescallo et procuratori praedictis ejus nomine totaliter remittent, cedent penitus et quittabunt pro sex decim millibus libr. turon. eisdem comiti, Amanevo, Johanni et Guillelmo Raymundi Columbi et dictae dominae Trenqueleonis sorori eorumdem infra quatuor annos proximos sequentes solvendis de exitibus costumae Marmandae quolibet anno dictorum quatuor annorum pro quarta parte dictae summae per manus receptoris regii assistente dicto receptori regio uno probo viro per dictos comitem et Amanevum, Johannem, etc., deputando ad expensas dicti domini regis et ducis, etc.  … Dictus vero comes cum voluntate et auctoritate nobilis dominae Brussinendis comitissae matris et curatricis dicti comitis promisit bona fide se curaturum et acturum quod dicti Helias Talayrandi

page n° 56 / Chap. 52

Talayrandi] et Rogerius Bernardi fratres sui qui sunt[270], ut dicitur, aetatis quatuordecim annorum, et dicta Margarita est aetatis duodecim annorum, ut dicitur, infra instans festum beati Petri ad vincula et aliae sorores suae videlicet Agnes, Johanna et Emborgis infra annum postquam fuerint etatis duodecim annorum quittationem, cessionem, transactionem, donationem et remissionem praedictas ratificabunt, confirmabunt, cedent, donabunt, remittent et quittabunt quantum ipsos tangit et tangere potest ut idem comes faciet et esse facturum promisit per litteras vel instrumenta sub poena trium milium libr. sterlingor. … Dictus comes cum auctoritate dictae matris suae et curatricis suae et dicti Amanevus, Johannes et Guillelmus Raymundi Columbi, et dicta domina Trenkaleon. eorum soror omnia bona sua mobilia et immobilia terras, res redditus ubicumque existentis, exceptis[271] terris dicti comitis in districtu dicti domini regis et ducis existentibus sicut praemittitur ac etiam ut subsequitur dicto domino regi et duci tantum modo obligatus cohercioni et distructioni serenissimi principis domini regis Franc. ac etiam dicti domini regis et ducis et officialium et ministrorum suorum quorumcumque etc… et requisierunt me infrascriptum partes praedictae quod de praemissis omnibus et singulis eisdem facerem duo publica instrumenta per indenturam[272] ejusdem tenoris quorum unum habere voluerunt … et dictus comes et dicta domina mater curatrix ipsius, et dicti Amanevus, Johannes etc… promiserunt apponere sigilla sua propria in pendenti. Et dictus dominus senescallus, instrumento penes dictos comitem et Amanevum et suos fratres et sororem praedict. remanente sigillum curiae Vasconiae promisit apponere in pendenti, in testimonium praemissorum et ad majorem roboris firmitatem volueruntque et concesserunt partes praedictae quod dicti sigillis appositis[273] vel non appositis integris vel fractis praedicta instrumenta vel contenta in eisdem perpetuam et inviolabilem obtineant firmitatem ac si praedicta sigilla in eisdem apparerent. Actae fuerunt haec Burdegulae IIJ die introitus mensis aprilis, anno Domini M° CCC° decimo none Philippo rege Franciae regn. et Edwardo regn. in Anglia duce Aquitaniae, Arnaldo archiepiscopo burdigalensi praesentibus domino Elsofeld decano Sancti Martini Magni London., constabulario burdigal., magistro Helia de Pomeriis, magistro Helia[274] de Hisdesle clericis jurisperitis, Helia Vigerii milite, Arnaldo Calhau senescallo xantonens.[275] pro dicto domino rege et duce, Bernardo d’Escossano domino de Laguoyrano … testibus … Arnaldus de Brivali notar. de Burdigal. ducatus Aquitaniae notar. publicus etc… avec sa paraphe ou grille au bas et pend un cordon tressé de soye rouge, dont le sceau est perdu et au bord supérieur de cette charte qui est en parchemin sont les moitiés des lettres « D », « = », « A », « = », « D », « = », neuf lettres majuscules coupées en zigzag[276].

__________________________

Lettres par lesquelles Bertrand Boniface, professeur en droit et chanoine de Paris, et Arnaud Payen, licencié en droit et chanoine de Bordeaux, commissaires députés par les rois de France et d’Angleterre, ordonnent de payer à Jeanne de Périgord dame de Laverdac, les 300 livres que Pierre de Bordeaux son mari lui avoit laissé pour son douaire, et qu’il avoit assigné sur la petite coutume qui se lève au château du roi à Bordeaux, etc. (1334)

In dossier E 736 aux AD 64.

[277]Universis etc. Bertrandus Bonifacii utriusque juris professor canonicus parisiens et Arnaldus Paquani in utroque jure licenciatus canonicus Burdigal. auctoritate dominorum nostrorum Franciae et Angliae regum ducisque Aquitaniae pro certis restitutionibus in ducatu Aquitaniae faciendis et cum certis nostris in hac parte collegis electi et deputati, salutem in Domino. Notum facimus quod audita supplicatione nobilis mulieris dominae Johannae de Petrag. dominae de Lavardaco relictae nobilis viri domini Sausanerii de Pinibus militis domini Talhaburgi[278] asserentis se tenuisse et habuisse pacifice tempore hobedientiae per dictum dominum Sausanerium de Pinibus virum suum praestitae domino Karolo comiti Valesii nomine domini regis Franciae redditae quae sequntur videlicet trecentas libras burdigal.

page n° 57 / Chap. 53

annui redditus apud Burdegal. ratione contractus inhiti inter dictam … et ratione obligationis dotis et osculi per dictum de Burdegala virum suum super constumam quae dictus Petrus  levare et percipere debebat seu alii summae in castro Burdegal. domini regis Angliae in et super qualibet venda, de aliis rebus delatis in castro Burdegal, ipsasque CCC libras burdegal. renduales post obedientiam praedictam et ante pacem inter dominos Carolum Franciae et Edwardum Angliae jam deffunctos reges subcequtam, per gentes regis Angliae captas et occupatas fuisse et esse, etc. Les commissaires, après les instructions prises, ordonnent que ces 300 livres seront payées à Jeanne de Perigord dame de Lavardac, etc… Datum Linguonii (Langon) XIIIa die madii, anno Domini M CCC° XXXmo quarto. En parchemin scellé d’un sceau pendant à une lemnisque en parchemin, en cire rouge mais couvert des deux cotés d’un papier[279] sur lequel le cachet a été appliqué.

__________________________

CHAPITRE LIII

Dunois - Blois

Lettres du roi Charles VI, impétrées par Olivier de Bretagne, comte de Penthièvre et vicomte de Limoges, pour faire rescinder et déclarer nulle la vente des seigneuries de Blois et de Dunois faite à bas prix par feu Guy de Chatillon à Louis duc d’Orléans, frère du roi (1416).

In dossier E 638 aux AD 64.

[280]Lettres du roi Charles VI perpetrées à la requete d’Olivier de Bretagne comte de Penthievre, dans lesquelles il est dit en substance que : Guy de Chastillon comte de Blois et de Dunois possedoit des grandes terres et seigneuries qui avoient toujours été dans sa famille et qu’il ne pouvoit vendre, que nobostant feu le duc d’Orleans (son frere Louis) dernierement trespassé, que Dieux absoille, qui avoit molt grand affection et desir de avoir lesdites terres (de Dunois, Blois, etc.) fit tres fort sollicier le dit de Chastillon qu’il a induit par des fraudes, inductions, circonventions et divers moyens et voyes subtiles et exquises, et tant par nostre dit frere comme par interposites personnes à luy vendre ou transporter  par argent et pour vil et petit prix lesdits comtés, terres et seigneuries. Ledit Gui de Chatillon etant mort sans hoirs, Jean de Bretagne comte de Penthievre son heritier plus prochain habile à luy succeder laissa cet Olivier de Bretagne son fils qui sollicita ces lettres de rescession, ce que le roy Charles accorde dans ces lettres, en parchemin, scellées et dattées du 3 sept. 1416 (par vidimus de la prevoté de Paris du 6 sept. 1416).

__________________________

Lettres royaux par lesquelles le roi Charles VI vendit, et en tant que besoin étoit, donna et céda à Olivier de Bretagne, comte de Penthièvre, vicomte de Limoges, les villes et comtés de Blois et Dunois, que Guy, comte de Blois, oncle d’Olivier avoit vendu en 1391, à Louis duc d’Orléans, etc (vidimus de 1411).

In dossier E 638 aux AD 64.

[281]A tous ceux qui ces lettres verront Pierre des Essarts, chevalier seigneur de Villernal et de la Mote de Tilly, conseiller chambellan du roy nostre sire et garde de la prevosté de Paris, salut. Scavoir faisons que nous, l’an mil quatre cens onze et le jeudi vingt-quatriesme jour du mois avant Pasques, vismes mes lettres du roy nostre dit seigneur scellées de son grand scel, en laz de soye et cire verte desquelles la teneur s’ensuit : Charles par la grace de Dieu roy de France, si nostre magnificence extend et eslargist voulentiers la grace et largesse à ses bons et loyaulx subgietz encors plus gracieusement plus voulentiers et plus favorablement doit elle amplier sa main destre envers ceulx qui nous appartiennent en degré de lignage, qui nous ont prestez et faiz grands aides, plaisirs et services, et lesquels avons trouvé par experience envers nous bons subgietz et feaulx lesquels aussi devons non mie seulement en leurs heritages et droits maintenir et conserver ains de nos bienfaits liberalment garredonner, scavoir faisons à tous presens et avenir que comme feu Loys duc d’Orleans nostre frere eust environ l’an mil trois cens quatre vingts et unze acheté et acquis de feu Guy comte de Blois nostre cousin les villes et comtés

page n° 58 / Chap. 53

de Bloys et de Dunoys avec leurs droits et appartenances pour certain prix et somme au grant prejudice, desheritement et dommage de nostre chier et amé cousin Olivier de Bretaigne comte de Penthievre et vicomte de Lymoges qui devoit succeder audit comte de Blois vendeur comme son propre nepveu et heritier seul, et pour le tout et à cause d’icelluy tiltre nostre dit feu frere durant sa vie ait tenu et exploité lesdits comtés, et après son trèspas et aussi despuis les detienquent et occupent Charles d’Orleans et ses freres enfans et heritiers de nostre feu frere lesquels, ensemblement avec luy Jehan de Bourbon, Jehan d’Alençon, Charles de Lebret nos cousins, Bernard d’Armignac leurs alliés faulteurs et complices meus de propos pervers et damnables[282] ont l’année derniere passée et ceste presente contre nos ordonnances prohibitions et deffenses et leurs feaultés et serement en quoy ils nous étoient tenus, assemblé grands compagnies et multitude de gens d’armes et de trait en nostre royaume, en y prenant nos subgiez et occupent villes et forteresses, desrobant esglises, ravissant femmes, eux efforcant entrer et assaillir nostre bonne ville de Paris où nous estions, à nous et nostre generation soustraire nostre royale majesté et faire nouveau roy en lieu de nous et commettant en diverses manieres crimes de leze majesté et autres innumerables à l’encontre de nous leur souverain seigneur qui par ce les avons declaré et decerné nos ennemis desobeisseurs et rebelles et eulx et chacun d’eulx avoir envers nous commis et forfaiz corps et biens quelquonques par quoi les villes et comtés de Bloys et de Dunoys devant dites avec leurs appartenances, nous compottent et appartiennent et en pouvons disposer et ordonner à nos voulenté et plaisir nous ayans egard et consideration à ce qui dit est aux grands frais, pertes et dommaiges que les feus comtes de Blois ont enduré et soustenu pour nos predecesseurs roys de France et par especial feux Jehan et Guy comtes de Blois noz cousins qui demourerent hostoiges en Angleterre pour nostre très chier seigneur et ayeul le roy Jehan, que Dieux absoille, pour laquelle cause ledit feu Guy vendit la comté de Suessons , et aux grans, bons, notables et proufitables services que lesdits feux comtes de Blois et les autres predecesseurs de nostre dit cousin de Penthievre ont faiz à nos dits devanciers roys de France et avons fait et aucun pour icelluy nostre cousin en plusieurs manieres et esperons que face au temps avenir et pour certaines autres causes … à nostre dit cousin de Penthievre avons pour luy ses hoirs et successeurs et ayant cause octroyé, baillé cedé, delaissé et transporté et par la teneur de ces presentes octroyons, etc. de noz auctorité royal etc., les villes et comtés de Blois et de Dunois devant dites ensemble les chasteaux, etc. … et autres choses, appartenances, etc. perpetuelment et à toujours. Sy donnons en mandement à nos amés et feaulx les gens tenans nostre present parlement à Paris et qui tiendront ceux avenir les gens de nos comptes et tresoriers à Paris, aux baillis de Chartres et d’Orleans … que les villes et comtés etc., dessus nommés ils baillent et delivrent etc., … donné au mois de mars l’an de grace mil quatre cens et unze et de nostre regne le XXXII, et au premier bout de la marge des dites lettres etoit escript de la main du roy nostre sire comme il apparoit, ce qui suit Clavelli[283] scellées ces lettres, lesquelles sur ledit ply etoit après ainsi signé : par le roy en son conseil auquel le roi de Sicile monsieur le duc de Bourgogne et autres etoient presens, … et nous à ce present de Maneyart visa contentor[284], ainsi signe Freron, et nous à ce present transcript avons mis le scel de la presente prevôté de Paris, l’an et jour ci-dessus premiers dis. (En parchemin d’où pend une lemnisque en parchemin, le sceau est tombé. Cette charte est fort endommagée de vetusté mais encore très lisible).

__________________________

page n° 59 / Chap. 53

ARMOIRE DE PERIGORD

CHAPITRE LIV

Laverdac, Feugarolle, Cauderoue, Brassalem, Laumon.

Procuration donnée par le cardinal de Talayrand de Périgord, à Corbarand de Vigier, Bernard de Caumont, et Hélie de La Roche, chevaliers (1342).

In dossier E 736 aux AD 64.

Procuration donnée par le cardinal de Talleyrand, dominus de Laverdaco condomiensis diocesis, anno incarnat. 1342, die cecimo … regnante Philippo rege … à Corbayrandum Vigerii, Bernard. de Claromonte et Heliam de Ruppe milites etc. pour prendre possession des biens qui avoient été de feu Jehanne de Perigord, amitae suae, qui luy avoient été donnés par son testament … Actum in Villanova prope Avenionem, in hospitio quondam domini avenion. cardinal. in quo tunc dictus dominus cardinalis habitabat, praesentibus etc…. en parchemin avec paraphe.

Sur le revers de ce titre, on lit, d’une ecriture du XIVème siècle, ce qui suit :

In pace facta inter reges videlicet inter dominum Philippum regem Franciae et Edwardum regem Angliae fuit per regem Franciae tradita terra Agennesii[285], quae fuerat Johannae comitissae Tholozanae, regi Angliae, sub data XXIIIa die maii anno Domini M° CC° LXXIX°.

Prima pax inter Ludovicum et Enricum fuit anno Domini M° CC° LIX mense octobr.[286]

__________________________

Donation faite par Alfonse, frère du roi St Louis, comte de Poitiers et de Toulouse, et la comtesse Jeanne sa femme, en faveur de Marie, femme d’Archambaud III comte de Périgord, des châteaux de Laverdac, de Cauderon et de Laumont, avec leurs dépendances, sous la réserve de l’hommage-lige (1270)

In dossier E 149 aux AD 64[287].

[288]Universis … notum sit … nos vidisse litteras sigillis magnifici et potenti viri domini Alfonsi filii regis Franciae comitis pictaviensis et Tholosae et egregiae dominae car. consortis suae dominae Johannae Tholosae et pictav. Comitissae … quarum tenor est talis : Alfonsus filius regis Franciae, comes pictavensis et Tholosae universis praesentes litteras inspecturis salutem in Domino. Libenter ad ex auditionis gratiam admittimus porresta nobis praecamina[289] pro personis praecipue quae nobis quasi quadam [ass--itate] [qu----te][290]… Notum itaque facimus quod nos ad … carissimae consortis nostrae Johannae Tholosanae ac pictav. comitissae pro nobis et eadem consorte mea, heredibus et successoribus nostris, damus, concedimus nobili et dilectae nostrae Marie[291] nunc comitissae petragoricensi consanguineae dictae consortis nostrae, castrum de Lavardaco (Lavarzaco in original) et riparium de Cauderon et illud quod habemus apud Leumont, cum omnibus juribus et jurisdictione et justitiae et pertinentiis quibuscumque, cujusmodi castrum et riparium et quod habemus in loco de Leumont supradicta pro trecentis libris turon. annui redditus quas dictae nobili dedimus et pro ea nobili Archambaldo, comiti Petragoricensi ejus marito, in dotem concedimus, constituimus et tradidimus, et tempore inter ipsos contracti matrimonii eisdem duximus assignanda, volentes suppleri defectum, si quis fuerit, et assignari residuum quantitatis dicti redditus in terris, possessionibus quas tenemus in villa de Gontaldo, de Altisvineis et de Grateloup[292] et de Fenoilheto, quae ad manum nostram ratione incursus hereseos devenerunt. Volumus etiam et concedimus quod tam ipsa, quoad vixerit, quam, post ejus decessum, heredes sui de proprio corpore suo et de legitimo matrimonio quod contraxit cum eodem Archambaudo, comite Petragoricensi procreandi, castrum et riparium predicta, … possideant et explectent, etc. … in perpetuum, pacifice et quiete. Si vero dicta comitissa petragoricensis sine prole de dicto comite, viro suo, genita decesserit, volumus et concedimus ut dicta comitissa de praedictis trecentis libris turon. annui redditus in sua ultima dispositione suam possit facere voluntatem, donando, seu alias alienando, dum tamen id quod alienaverit transferat in personam quae possit et debeat deveria seu servicia facere consueta : hoc salvo quod, si dictus comes petragoricensis dictae uxori suae supervixerit, castrum predictum, cum ripario et loco de Leumont, cum rebus et possessionibus quae in praedictis villis de Guontaldo et aliis supra expressis assignata fuerunt, quoad vixerit, teneat, possideat et explectat. Praefatus autem comes nobis, ratione uxoris suae, fecit homagium ligium pro praedictis, haeredesque sui, si quos de dicta nobili, nunc uxore sua, procreaverit, nobis, heredibus et successoribus nostris, similiter homagium ligium facere tenebuntur. Retinemus autem nobis, heredibus et successoribus nostris, in predictis castro et riperio etc., unum militem pro excercitu, seu cavalcata, appellationem et omnem ressortum, secundum usus et consuetudines agenen., incursus heresum, qui incursus, si ibidem obvenire contigerit, infra annum et diem tenemur ponere extra manum nostram et transferre in feudatarium competentem, qui dictae Mariae, petragoricensi comitissae, et suis heredibus de dicto comite procreandis reddat, servitia consueta. In cujus rei testimonium, (praesentibus litteris) sigillum nostrum apponi fecimus… Et nos autem, Johanna, Tholosanaa ac Pictavensis comitissa, donationem, … traditionem, assignationem predictas, … ut superius sunt expressa, grata et rata habemus, etc. … sigillum nostrum, una cum sigillo karissimi domini nostri, comitis supradicti, viri nostri, praesentibus litteris duximus apponendum. Datum apud Armazanicas prope Aquas Mortuas, anno Domini millesimo ducentesimo septuagesimo, mense junii.

Cujus visionis etc. … Nos officialis petragoricens. sigill. petrag. curiae praesenti sumpto seu transcripto de vero originali extracto duximus apponendum … Datum die mercurii ante festum Penthecostas, videlicet decima octava die introytus mensis maii[293] anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo quarto, en parchemin, effacé en plusieurs endroits, retiré en plusieurs autres pour avoir été presenté au feu, etc. et pend le sceau de l’official de Perigueux.

__________________________

Acte de prise de possession des terres et seigneuries de Laverdac, Cauderon et Laumont, par le sénéchal d’Agenois, au nom d’Archambaud III comte de Périgord et de la comtesse Marie sa femme (1270).

In dossier E 736 aux AD 64.

Nota : Transcription et commentaires de Jean Roux.

Notum sit, que li senhor mestre Johan Ceffer clerc del noble senhor N’Amfos comte de [Peitieus] et de Tholosa et mestre Bartholmeu jutge

page n° 60 / Chap. 54

d’Agenes recognogro et confessero et fermament auctregero que ilh an mes en plena e entera corporal possessio per expres mandament del senhor en Johan d’Augervillers cavaler senescal d’Agenes (e) de Caerci loqual senescals n’avia[294] mandamen del digh senhor compte segon que diss o lo noble baro lo senhor Archambaut compte de Peiregort per nom e en persona de la nobla dona na Maria sa molher dels castels de Lavardac et de Caudairan et de totz lors appartenemens, et digs maestre Johann. totz sols per li et per lo dig maestre Bertolmeu de la part quel digs senor coms et sa dona comptissa avian el castel appellat de Lighmont e en sos appartenemen, et per mandamen del digh senescalc aisso fo fac a Agen VII dias a l’issit del mes de Guilh, testim. son lo predigs senhor senescals, frair Armengau d’Aguilier cavaler comandador de l’Ospital de Salvanha, etc. … maestre Ramon Talon, maestre P. de Leders[295], monges de la gleia Sen Caprazi d’Agen[296], N’Esteve de la Fita, etc.

Et ego Stehanus Vigerii not., hoc presens instrumentum scripsi, … eidem signum meum apposui anno Domini M° CC° LXX° regnante domino Alfons. com. Thol. et reverend. patr. domino episcopo agennen., en parchemin, avec paraphe.

Remarques (J. Roux)

- la forme oc de Alphonse est Amfos, celle de Poitiers Peitieus mais qu’a transcrit Leydet ?

- reconogro, confessero et auctregero sont des 3e pers du pluriel du parfait, terminées normalement en –on : reconogron, confesseron, auctregeron, avec –n final prononcé (non « caduc ») et noté dans les graphies anciennes, mais il est souvent remplacé par une « tilde » au-dessus du –o, que Leydet n’a sans doute pas transcrite

- en Johanna :   en est la particule honorifique (il vaut mieux y mettre une majuscule), mais Johanna, au féminin est sûrement une mauvaise lecture : peut-être pour Johanno (-n caduc non noté p. Johanon, diminutif masculin)

- n’avia : Leydet a mis en note « n’avia est affirmatif, l’n est une lettre paragogique / dans le gascon, n’Archambaut », ce qui est doublement faux : ce n’ n’est pas une « lettre paragogique », et n’a rien à voir non plus avec la particule honorifique de N’Archambaut : c’est le pronom neutre ne = en, élidé : n’avia mandamen = il en avait mandement

- segon que = selon que, comme , et disso : soit -o final est une mauvaise lecture, comme dans segono, soit disso en un sel mot pour dis (3e pers sing du parfait) + o (pronom neutre) : segon que dis o = comme le dit…

- Cauderoa : -oa est à coup sur une mauvaise lecture ; il s’agit certainement de Caudéran, dont la forme oc est normalement Caudairan, variantes graphiques possibles Caudeiran /-day- / -dey-

- si la graphie est bien Guilh (ce qui est possible), il faut l’interpréter : g- à valeur de /j/ et ilh var. de lh notant [lj] pour julh = juillet

- il s’agit ss doute de Leders (avec –s de cas sujet singulier), de leder, variante gasconne de ledier (cf cavaler / cavalier) = percepteur de la leda (redevance féodale) devenu patronyme

- monges = moines

- l’agleia : mauvaise coupe pour la gleia (var. loc. de gleisa) = église

- Cabrari est sans doute une mauvaise lecture (de Leydet ?) : le nom oc est Caprasi (forme sav.) ou Caprais ; une variante pop *Cabrasi (par attraction de cabra…) n’est pas impossible

__________________________

Lettres de Louis, frère du roi de France, et son lieutenant général au pays du Languedoc, par lesquelles il ordonne qu’Archambaud V, comte de Périgord soit maintenu en possession des lieux de Laverdac, Fouguerolles, Cauderon, etc., comme si ces terres étoient de son vrai et ancien héritage (1368).

In dossier E 736 aux AD 64.

[297]Ludovicus … regis Francorum filius domini regis germanus … notum facimus … audita supplicatione dilecti et fidelis consanguinei nostri Archambaudi comitis petrag. super eo quod idem comes et ejus praedecessores … essent et fuissent in pleno … possessione tam locorum de Lavardaco, de Falgayrollas, de Caudayroan et quorumdam aliorum locorum patrimonio ipsius supplic. in corporato, quam quorumd. aliorum locorum es largitione et titulo atque donation. tam recolend. et beat. memor. domini genitoris nostri quam aliorum suorum praedecessorum Francorum regum, cum omnimoda alta et bassa jurisdicione et mero et mixto imperio primoque ressorto et cum feudis atque homagiis atque juribus aliis diveris usque ad tempus adeptae possessionis ducatus Aquitaniae cum certis aliis terris per dictum dominum genitorem nostrum, appellationibus et ressorto in praedicto ducatu et aliis terris praedictis semper retentis consanguineo nostro regi Angliae ratione redemptionis personae dicti domini genitoris nostri datis in Douranio[298]. Nichilominus post dictam adeptam possessionem per dictum regem Angliae seu per principem Galarum factum post modum ducem Aquitaniae, ipse rex Angliae seu dictus princeps Galarum velut dux Aquitaniae, dicta loca, villas atque castra cum ceteris juribus atque jurisdictionibus honoribus et dominationibus ad dictum comitem pertinentibus et pertinere debentibus pleno jure rationibus et ex causis supradictis de facto inciviliter et indebite et absque alia causa rationabili et nulla causae cognitione precedente ad manum suam posuisse dicitur[299], dictumque supplicantem in possessionem eorumdem pertubavit propter sui poten. licet de jure hoc sibi fieri minime et asseritur permissum fuisset neque foret praesertim cum sint infra dictum ducatum subjectum immediate super ressorto et superioritate dicti domini mei regis super quibus nostro juris auxilio implorato per modum supplicis quaerelae praemissis attentis et consideratis, et actento quod dictus comes seu dictus Taleyrandus miles ejus frater ejusdem comitis nomine ad dictum dominum meum regem tanquam ad dominum superiorem dicti ducatus Acquitaniae seu ad nos nomine et vice ejusdem in modum appellationis et alias eo meliori modo et forma quibus sibi facere licitum est, recurrit pro praemissis attentoque dictus comes veram et debitam hobedientiam ac etiam fidelitatem domino meo regi debitam semper agnovit et agnoscere non definit in casibus supradictis et in signum appellationis et aliorum jurium

page n° 61 / Chap. 54

atque libertatum ad eum pertinen. pro praemissis pro quibus exemptus existit ab omni jurisdictione criminali vel civili ducis supradicti et alterius cujuscumque a qua de stilo et consuetudine ipsius ducatus Acquitaniae notoriis propter appellationem supradictam ipsa causa appellationis durante est et esse noscitur exemptus et ex certis aliis de causis penuncellos regios in terris, villis, locis, castris atque jurisdictionibus suis quibuscumque aponi vult patenter publiceque et aperte dicta loca, jura et homagia ac etiam feuda et alia quaecumque ad dictum comitem pertinen. et competen. seu pertinere aut competere debent quoquomodo non obstante quod dicta loca atque jura ad hobedientiam dicti domini mei regis deventa de novo seu reducta fuerint et quae in futurum reduci quacumque ratione sive causa continget, recognoscendo ipsum dominum meum in dominum superiorem suum terrarumque locorum et subditorum suorum voluimus atque volumus auctoritate regia qua fangimur in hac parte remanere ad dictum comitem pro ut erant ante tempus adeptionis ducatus supradicti ipseque comes et ejus gentes atque successores remaneant in eodem jure quo ad proprietatem possessionem et et usumfructum atque regimen locorum et jurium praedictorum in quo erant sui praedecessores seu fuerunt modo et forma supradictis, omnem nichilominus regiam aut impedimentum quodcumque si quod appositum sit vel fuerit in praemissis per quoscumque contra formam praesentium tenore praesentium amovemus et pro amotis habere volumus et jubemus de nostra certa scientia etc… mandantes nichilominus comictendo per praesentes dilectis et fidelibus consiliariis nostris magistris Arnaudo de Auriolis licen. in legibus judici Ripperiae et Bartholomeo Vitalis procuratorio regio senescalliae Tholos. et eorum quilibet quathenus praefatum supplicantem in possessionem realem et corporalem omnium et singulorum praemissorum de quibus summarie et de plano et sine strepitu et figura judici contiterit ipsum comitem seu ejus gentes … tueantur, conservent et deffendant etc. Datum Tholosae die ultima marcii anno Domini M° trecentesimo sexagesimo octavo, et sur le reply, per dominum ducem etc. J. Bestour, et pendoit un sceau perdu (en parchemin).

__________________________

Lettres patentes d’Alfonse, frère du roi St Louis, comte de Poitiers et de Toulouse, contenant la donation précédente, faite à la comtesse de Périgord, pour lui tenir lieu de 300 livres tournois de rente (juin 1270).

In dossier E 736 aux AD 64.

Lettres patentes d’Alfonse fils du roi de France contenant la donation que ce prince fait en faveur de Marie comtesse de Perigord de sa terre de Laverdac, Cauderoue, etc. Datées, apud Amazanicas prope Aquas Mortuas anno 1270, mens. junii. En parchemin scellé de deux sceaux, le premier à gauche etoit celuy d’Alfonse. Il n’en reste que le cordon de soye verte, tressé, le second qui subsiste entier en cire verte suspendu à un cordon tressé ou maillé en fils de soye jaune. D’un côté est représentée la princesse, de face, l’avant bras droit et les doigts de cette main levés, elle porte une ceinture et un grand manteau long qui ne revient pas meme jusques aux epaules. On lit autour : … JOHANNAE COMITISSAE PICTAV. Le revers ou contre scel est une empreinte plus petite aussi en ovale represente la croix de Languedoc, et pour inscript. … que je n’ay pu lire (Ce n’y est aussi un original semblable).

__________________________

Procuration donnée par le cardinal de Périgord, pour prendre possession en son nom, des terres et seigneuries de Laverdac, Cauderon et Fauguerolles. (1361)

In dossier E 736 aux AD 64.

Procuration du cardinal de Talayrand pour prendre possession des terres de Laverdac, Caudeyran de Brezalem et de Farguerolis. Noverint universi quod nos Talayrandus miseratione divina albanensis episcopus sanctae romanae ecclesiae cardinalis. Actum et datum Avenioni in hospitio habitationis nostrae, die VI mensis decembris anno Domini trecentesimo sexagesimo primo, indict. XIIII, pontificatus … Innoc. VI, anno nono, praesentibus venerabili in Xpo patre domino Raymundo Dei gratia archiepiscopo Nicosiensi et prudentibus viris Luciano de Sens, priore de [Con…dio][300] et Taleyrando de Vernodio domicello familiaribus nostris etc…. (en parchemin, scellé d’un petit sceau du cardinal, trois lions grimpans, en cire rouge).

__________________________

page n° 62 / Chap. 54

Lettres d’Edouard fils aîné du roi d’Angleterre duc de Guyenne, par lesquelles il mande d’enquérir du droit que le comte de Périgord avoit ès terres de Laverdac, etc. (1365)

In dossier E 736 aux AD 64.

[301]Edwardus regis Angliae primogenitus princeps Aquitaniae et Walliae, dux Cornubiae et comes Cestriae senescallo nostro agenensi aut ejus locum tenent., salutem. Conquaestus est nobilis, dilectus et fidelis noster comes petrag., quod licet locus de Lavardaco et loco de Falgairoles de Caudeyrea et de Brasalem in vestra senescallia eidem comiti pertineant et pertinere debeant cum eorum pertinen. pleno jure et successione parentum suorum a quibus causam hereditatis nichilominus idem comes de possessione dictorum locorum et pertinen. eorumdem per gentes nostras extitit et ad huc detinetur spoliatus indebite et injuste, sicut dicit, qua propter vobis mandamus quathinus vocatis receptoribus et procuratoribus nostris vestrae senescalliae cum coeteris evocandis super praemissis de jure titulo et possessione dicti comitis et et de jure et possessione nostris et alias in praedictis cum diligentia veritatem inquiratis et inquestas sic per vos factas una cum causa quare manus nostra fuit in praedictis apposita sub vestro sigillo fideliter interclus. dilectis et fidelibus gentibus nostri magni concilii remittatis ut exinde super praemissis ordinatu quid fuerit rationis. Datum apud Engolam., XXVIIa die novembr. anno Domini millesimo CCC° sexagesimo quinto. En parchemin d’où pendoit un sceau à une lemnisque decoupée au bas. Signé : Fregaudus.

__________________________

Lettres du roi d’Angleterre au sénéchal de Gascogne, pour faire rentrer le cardinal de Périgord en possession des terres de Laverdac, Feugarolles et Cauderon, que feue Jeanne de Périgord, sa tante, lui avoit léguées par testament (1360 v. st.).

In dossier E 736 aux AD 64.

Lettres de Jehan, dominus de Cheverston. miles, senechal de Gascogne, dat. de Bordeaux I. septembre 1360, pour l’execution des lettres suivantes :

Edwardus Dei gratia rex Angliae et Franciae, et dominus Hibern., senescallo suo Vasconiae, etc… supplicavit nobis venerabilis pater Talayrandus episcopus albanen. sanctae romanae ecclesiae cardinalis, ut cum Johana de Petrag. amita sua defuncta in testamento suo (ou ultima voluntate) … voluisset, praecipisset quod quandiu guerra inter nos et adversarium nostrum Ffranc. Duraret, loca et gentes de Laverdaco, de Ffeugairoliis et de Cauderone quae fuerunt praedictae Johannae, sint et remaneant obdientia nostra et suum heredem universalem in omnibus et singulis bonis et rebus suis mobilibus et immobilibus, redditibus, castris, locis, etc. … jurisdictionibus altis, bassis, meris, etc. … praefatum cardinalem fecisset et instituisset, …edimus ei dicta loca de Laverdaco et Cauderone … obedientia nostra jam subjecta sibi liberi jubere, nob. ob. affectionem quam ad praedictum cardinalem gerimus et habemus, volentes ipsum favore prosequi glorioso, volumus et concedimus[302] quod loca praedicta … in manus dilecti et fidelis nostri Bertrandi domini de Montefferandi liberentur nomine dicti cardinalis regenda et custodienda ita quod idem dominus de Montefferandi durante guerra praedicta eidem cardinali de omnibus proficuisset emolumentis de eisdem castro et locis ac pertinen. ejus provenientibus, de ductis oneribus et aliis necessariis castro et locis praedictis ac custodiae eorumdem incombentibus interim respondeat quodque idem dominus de Montefferandi castrum, loca praed. cum suis pertinentiis universis dicta guerra cessante et pace inter nos et dictum adversarium nostrum reformata dicto cardinali vel ab eos… a dicta Johanna causam tunc habenta vel habentibus factis prius nobis vel heredibus nostris, aut senescallo nostro Vasconiae qui pro tempore fuerit nomine nostro homagio et aliis deveriis consuetis nobis debitis in hac parte restituere libere teneatur, salvis semper in omnibus juribus quibuscumque. Et ideo vobis mandamus quod praefato domino de Montefferandi castrum et loca praedicta cum omnibus juribus, etc. liberari faciatis regenda et custodienda nomine dicti cardinalis in forma praedicta. Datum apud Westm. prima die marcii, anno reg. nostr. Angliae tricesimo tertio, regni vero nostr. Ffranc. vicesimo. Per regem. Ce vidimus est en parchemin et scellé.

__________________________

page n° 63 / Chap. 55

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE LV

Mont-de-DOME et La TOUR-BLANCHE

Lettres du roi Charles Le Bel, présentées au lieutenant de Domme, de la partie du procureur du comte de Périgord, par lesquelles il est mandé au sénéchal de Périgord, ou à son lieutenant, de faire jouir le comte de Périgord des terres et seigneuries que le feu roi lui avoit donné dans le Quercy et le Toulousain, ainsi que de la connoissance des violences faites sur les chemins, ports d’armes, etc. (1323 v. st.)

In dossier E 723 aux AD 64.

[303]In Dei nomine etc., noverint quod anno incarnationis ejusdem M° CCC° XX° quarto die veneris post festum annuntiationis beatae Mariae virginis videlicet die penultima mensis marcii, in castro regio Montis Domae regnante principe domino Karolo Dei gratia rege Franc. et Navarrae in mei notar., etc. … personis constitutis …. Johanne de La Bivalle procurator magnifici viri domini comitis petrag. coram coram nobil. Aymerico Decroso milite, dicti domini nostri regis senescallo ejusdem petrag. et caturc. ibid. dictus procurat. … praesentavit litter. … quarum tenor … Karolus Dei gratia Francorum et Navarrae rex senescallo petrag. et magistro Petro Bernerii judici ordinario caturc. et Montis Albani salutem. Conqueritu dilectus et fidelis noster comes petrag. quod licet carissimus dominus genitor noster certa loca in Caturcino et Tholos. in escambium ratione vicecomitatus Leomaniae et Altivillaris defuncto patri suo tradideret cum mero et mixto imperio jurisdictioneque omnimoda et ea condicione et nobilitate quibus comes ipse vicecomitatus praedictos tenebat in dictisque vicecomitatibus de primis appelationibus cognosceret et haberet punitionem violationis[304] itinerum et portationis armorum ipseque et dictus pater suus praedict. cognitione et punitione in locis sic sibi traditis ab excambiis tempore sint et fuerint in pacifica possessione vel quasi exercitu jure dictorum. Nos nichilominus et quidam alii de gentibus nostris non permittitis quod hujusmodi cognitionem primarum appellationum violationemque itenerum et portationis armorum horumque punitione videlicet explectam hujusmodi facientes et turbantes cum in hiis prejudicialiter et injuste. Quare mandamus vobis quatenus de conditione et nobilitate quibus dictus comes vicecomitatus praedictos tenebat de conditioneque et nobilitate quibus dicta loca fuerunt et tradita ex permutatione praedicta et qualiter hiis hacthenus usus est … sollicite inquiratis … inquaestam quam inde feceritis curiae nostrae judicandam … eandem clausum sub sigillis vestris fideliter missari ad diem senescalliae Carcassonae nostri futuri proximo parlamenti. Datum Martell XXa tertia die febroarii anno Domini M° CCC° XX° tertio. Le procureur du comté somme le seneschal d’executer ces lettres, ce que celuy promet de faire, et on en prend acte. En parchemin, signé.

__________________________

Donation faite par le roi Jean, à Roger-Bernard, comte de Périgord et aux siens, des terres de Domme et de La Tour-Blanche, pour 500 livres de rente (1356).

In dossier E 626 aux AD 64.[305]

[306]Karolus regis Francorum primogenitus regnum regem dux Normaniae et dalphinus Vienen. … notum facimus … quod nos dicti genitoris nostri infrascript. vidisse litteras … formam quae sequitur continentes : Johannes Dei gratia Francorum rex universis … notum igitur facimus … quod in nostrae mentis examine debite revolventes sincere devotionis et verae fidelitatis constant. quam dilectus et fidelis noster Rogerius Bernardi comes petrag. suique praedecessores ad nos et coronam Franciae totis exactis temporibus, hactenus habuerunt grataque et utilia servicia quae praedecessoribus nostris impenderunt ac inumerabilia dampna et deperdita quae sicut notorium est occasione guerrarum praedictarum sustinuit et sustinet dictus comes propterque sibi et suis nos plurimum obnoxios reputamus,

page n° 64 / Chap. 55

NOS obtentu praemissorum villam castrum et castellaniam Montis Domae, senescalliae Petragoricensis et Caturcensis, nec non villam et castrum et castellaniam de Turre Alba senescalliae Petragoricensis et Caturcensis, nec non villam et castrum et castellaniam de Turre Alba petragoricensis diocesis, quatenus ad nos spectant et pertinent, cum omnibus et singulis domibus, edifficiis, fortalitiis, maneriis, hospitiis, terris, pratis, vineis, furnis, molendinis, rippariis, stagnis, viviariis, aquis, forestis, nemoribus, censibus, redditibus, pedagiis et coustumiis, feodis, retrofeodis, vassallis, vassalagiis, emphiteotis, hominibus, homagiis juridictionibusque, et justitia alta, media et bassa, mero et mixto imperio, et cum aliis universis et singulis nobilitatibus, redditibus, juribus, et deveriis quibuslibetque ad praedictas villas, castra et castellanias et eorum quodlibet spectantibus et pertinentibus, et quae in eisdem et eorum quolibet, ante datam praesentium habebamus et habere poteramus, quoquomodo, quae, prout intelleximus, valent aut valere possunt circiter videlicet villa, castrum et castellania Montis Domae, cum juribus et pertinent. suis supradictis, trecentas libras turonenses, renduales et dicta villa, castrum et castellania de Turre Alba cum ejus juribus et pertinen. praedictis quathenus ad nos spectant et pertinent, ducentas libras renduales juxta patriae consuetudinem assituandas, castris, domibus, edificiis, fortalitiis et homagiis pro nihilo computatis, praefato comiti tanquam bene merito pro se et suis heredibus et successoribus in perpetuum dedimus et concessimus, damus et concedimus, per praesentes, auctoritate nostra regia, ex certa scientia etc., … nihil penitus in eisdem retinentes exceptis dumtaxat superioritate et ressorto qui nobis et successoribus nostris in praemissis perpetuo remanebunt, salvis et remanentibus dicto comiti et suis praedictis, ressorto et cognitione primarum appellationum dictarum villarum et castrorum per nos mediantibus nostris aliis litteris sibi concessis cedentes et transferentes pro nobis et successoribus nostris in comite memorato pro se et suis heredibus et successoribus, omne jus actionem omnimodam dominium proprietatem, possessionem saysinam, quos et quas in dictis villis, etc., usque ad valorem dictarum summarum, annui redditus habebamus etc., ante datam praesentium litterarum. … non obstante quod sint vel fuerint de regio domanio et quod forsan personis et habitatoribus villarum, castrorum et castellaniarum predictarum seu aliquibus eorumdem, seu eorum singulis per nos aut praedecessorum nostrorum aliquos de gratia speciali concessum sit aut fuerit, quod non possint a manu nostra regia separari, vel alienari, aut alias quomodolibet amoveri. Quam concessionem … de nostra certa scientia ex plenitude nostrae regiae potestatis, revocamus, et adnullamus, in quantum possent, praedictis concessionibus et donationibus per nos factis saepedicto comiti et suis heredibus et successoribus, seu causam ab eisdem habentibus vel habituris, in aliquo contrariare aut consuetudine[307], usu, stilo aut observantia nostrae camerae compotorum, per quos asseritur donationes patrimonii nostri non valere, nisi primo facta informatione de valore rerum donatarum, et post modum dictae camerae reportata, et aliis non obstantibus

page n° 65 / Chap. 55

quibuscumque donisque, seu graciis aliis, dicto comiti et suis per nos et predecessores nostros factis et ordinationibus ad praemissa contrariis nequaquam obstantibus quibuscunque, quod ut firmum etc. … Actum et datum in obsedio ante Bertholium, anno Domini millesimo trecentesimo quinquagesimo sexto mense augusti. Quasquidem litteras etc. Le regent les confirme autant que de besoin. Actum in castro de Luppura prope Paris., die XXV januar. anno Domini millesimo trecentesimo quinquagesimo octavo.[308] Sur le reply : Per regem, etc. et pend le cordon en fils de soye verte et rouge. Le sceau est perdu.

L’original meme de cette donation, ou la charte du roi Jean, se trouve dans la même liasse n° 3, et de meme teneur (vérifié), et pend un cordon de fils de soye rouge et verte. Le sceau est perdu (en parchemin).

Le n° 4 est un vidimus du n° 2 par le garde dela prevoté de Paris, du VIII fevrier 1356.

__________________________

Lettres du roi Charles VII par lesquelles il donne au seigneur de l’Aigle, comte de Périgord, le gouvernement et capitainerie de la ville et château de Domme (1438).

In dossier E 723 aux AD 64.

[309]Décret de Charles (VII) roy de France, par lequel il donne, à son chier et amé cousin conseiller et chambellan, le seigneur de l’Aigle vicomte de Mimoges, comte de Pierregort la garde, gouvernement et capitanie de ses ville et chastel de Dome en son pays de Guienne … aux gaiges droits profits et emolumens acoutumes et qui y a appartiennent pour iceluy office de chastel tenir (dit le roy) tant qu’il nous plaira … Donné à St Aignan, le deuxième jour de septembre, l’an de grace mil CCCC trente et huit et de son regne le seizieme. Sur le reply, par le roy, le duc de Bourbon, l’arcevesque de [Thle][310], l’eveque de Maguelonne, le mareschal de la Fayette … (en parchemin, scellé).

__________________________

Lettres d’Edouard, fils du roi d’Angleterre, adressées au sénéchal de Périgord, au sujet de la restitution des seigneuries de Mouleydier, Maurens et La Tourblanche, que le comte de Périgord demandoit, disant qu’il en avoit été dépouillé pendant les guerres, et de la demande que faisoit Hélie de St Astier seigneur de Montréal d’être remis en possession de son château de Montréal. (1363)

In dossier E 768 aux AD 64.

[311]Edwardus, primogen., illustrissimi Dei gratia regis Angliae, princeps Aquitaniae et Wallie, dux Cornubie et comes Cestriae senescallo petrag. et caturc. vel ejus loc. tenent., etc. salutem. Cum dilectus et fidelis noster comes petrag. dicat et asserat loca de Monte Leyderio, de Maurenco et de Turre Alba occupata fuisse occasione guerrarum tunc vigentium et quod virtute pacis factae et inhitae inter dictum dominum genitorem nostrum et carissimum avunculum nostrum regem Franciae debent sibi restitui atque reddi, super quibus nos volentes scire veritatem, commisimus certis commissariis ut vocato procuratore regali nostro super hoc se informarent, et dicat etiam et asserat quos super eo quod Helias de Sancto Asterio filius quondam domini Heliae de Sancto Asterio militis petebat castrum de Monte Regali, quod dictus comes tenet et possidet occasione guerrarum ut asserit occupatum sibi restitui atque reddi quindenam festi beati Michaelis proxime praeteriti sibi fuisse assignatam, ad quam quindenam dictae informationes apportari et recipi debebant, et ad procedendum ulterius ut jus esset, notum vobis facimus quod nos dictas assignationes ad primam diem judicam post instans festum Epiphaniae Domini prorogamus, et causas praedictas et etiam terram et omnia et singula loca quae dictus comes tenet ex assignatione, donatione, vel alias, cum omnibus et singulis dependentibus ex eis usque tunc, in statu ponimus et ex causa mandantes vobis et vestrum singulis in solidum quatinus et debitum reducatis seu reduci indilate faciatis … nichilominus tamen volumus et ordinamus quod si dictae informationes de quibus superius est facta mentio de locis Montis Leyderii, de Maurenco et de Turre Alba citius factae et complete fuerint, et dictus comes ante dictam diem uti voluerit quod interim apportentur et recipiantur ad finem ut videantur, et super contentis in eisdem fiat justitiae complementum. Datum Pictavae, teste me ipso die

page n° 66 / Chap. 55

prima octobris anno Domini millesimo CCC sexagesimo tertio. En parchemin, scellé d’un sceau pendant à une lemnisque decoupée.

__________________________

Lettres des officiers du roi, portant qu’ils ont eu mandement et commission du roi, de rendre et restituer en son premier état, au comte de Périgord, le lieu de Montignac, attendu la promesse que celui-ci avoit faite de mettre les forteresses de sa comté ès mains du roi

(1394)[312]

In dossier E776 aux AD 64[313].

Nota : Transcription, notes et commentaires de Jean Roux, à partir du document original.

[314] N’Obleri de Bethune viscomte de Meaux luecten. de mon senh. Decoucy cappitani general de part lo rey nostre senhor es pays d’entre Loyre e Dordonne Johan (mot effacé) senescalc de Pierregort, Guilh. de Trignonvila conservador de las presens trevas el pays de Guienne, cavaliers, … salut. Cum ne a gayre lo rey nostre dich senhor nos a ja trouves deber lo comte de Pierregort per l’esplech de certana com… de part lo dich senhor e sia en eychi que apres plusors requestas lo dich comte a ja mesas o promessas de mettre las fortalessas elli (mot effacé) rey eychi cum per lettras sageladas de son sagel pot apareycher, nos dessus nommats et cascun de nos prometten per las fè et sagramen de … las lettras don dessus es facha mensio a nos beyladas de vogar estar vogar lo luec de Montinhac et tota la terra del dich comte sens fr… barat mal et gruch ses far dampnage ni suffrir esser fach per nulh mandamen que nos ajam o nos o alcun de nos et si alcu baudimen … (3 mots effacés) ella persona del dich comte de sas gens o de sas terras per nos, e nos las decasserem et mettrem al prumier estat e am aysso promettem (3 mots effacés) los servidors e hoficiers del dich comte que volvan aber gracia de remicio del rey nos la lor faren haber a nostre poder, am (3 ou 4 mots effacés) de lor juraven de esser tos tems mars bos e leyals enber lo rey e autra eysso. Nos dessus dichs e cascun de nos prometten de (3 ou 4 mots effacés) a ja lo dich comte en sa bona gracia lhi fassa ajuda per guardar sas dichas fortalessas, e per maior fermetat aven a questas (2 ou 3 mots effacés) de nostra propr. sagels, lo XV jorn de may, l’an M CCC IIIxx e XIIII.

En parchemin, d’où est decoupée au bas une large lemnisque et celle-ci en trois autres plus petites d’où pendoient trois petis sceaux (perdus), et au revers d’une ecriture fait vers 1520 (quand le titre etoit sans doute plus lisible), on lit : lettres des officiers du roy [---tant][315] avoir heu mandament dudit seigneur roy de tenir et mettre au premier estat le comte de Perigort ez lieux de Montignac et toute sa terre.

__________________________

Chapitre 56 . Terre de Bordos et de Labour, rien. Papiers modernes.

__________________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE LVII - MARMANDE

Lettres du roi Charles V, adressées au sénéchal d’Agenois, pour faire délivrer au sire d’Albret la terre de Marmande, pour 4 000 livres de rente (1374).

In dossier E 767 aux AD 64.

[316]Charles par la grace de Dieu roy de France au seneschal d’Agenois, etc. Comme en recompensation de mille livres d’esterlins de rente par an à l’heritage que nostre tres cher et amé frere le sire d’Albret avoit et tenoit despieça du roi d’Angleterre et lesquelles a perdues pour cause de la guerre mene entre nous et le dit roy d’Angleterre, nous par nos autres lettres ayant sur les milles livres d’esterlins dessus dis lesquelles valent six mille livres tourn. de rente par an baillé, cessé et delivré à nostre dit frere pour la somme de quatre mille livres tournois de rente par an, le chastel, ville et chastellenie de Marmande en la seneschaussée d’Agenois et les deux autres deux mille livres tourn. de rente demourans des dites six mille livres ayans voulu, promis, accordé à asseoir en la terre de Caumont que tenoit le sire de Caumont quand il vivoit, laquelle toutes voies ne seroit comprise au don de nostre amé et feal Nicolas de Beaufort sire de Limeuil et se elle y estoit comprise ou tant [---alloit][317] ladite terre nous se surplus qui en faudroit ayans accordé or promis asseoir à nostre dit frere en autres lieux et terres plus prochaines de ladite terre de Caumont … nous vous mandons etc. Donné à Paris en nostre chastel du Louvre, le XXI jour d’avril M CCC soissante et quatorze et le onzieme de nostre regne. En parchemin, scellé.

__________________________

page n° 67 / Chap. 57

Registre du compte des rentes de Montpon, dues au sire d’Albret (1473).

Référence non connue aux AD 64.

[318]Vieux inventaire d’Albret cotté R 6 Montpaon, information de Montpaon est au registre [--], compte des rentes de Montpaon, du 20 fevrier 1473. François de Challon et Jacques de la Ferriere escuyers, commissaires du sire d’Albret comte de Perigord en font le proces verbal (autre piece semblable de l’an 1473).

__________________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE LVIII – AIRES et PUY-NORMAND

Lettres patentes du roi Philippe Le Bel, contenant l’échange fait entre ce prince et Hélie VII de Talayrand comte de Périgord, par lequel ce dernier cède au roi les vicomtés de Lomagne et d’Auvillars, et reçoit en récompense le château de Puynormand, Villefranche, St Astier, Estissac, Beauregard, Clermont, Lalinde, Longa, le château de Grignols, etc. (1301)

In dossier E 202 aux AD 64.

[319]Philippus Dei gratia Franciae rex notum facimus universis tam praesentibus quam futuris quod inter nos ac dilectum et fidelem nostrum Heliam Talayrandi comitem petragoric. ex certa scientia et unanimi et spontanee voluntate facta est permutatio seu escambium de infra scriptis rebus prout in sequentibus continetur videlicet, quod idem comes nobis dat, cedit et in nos et heredes et successores nostros transfert vicecomitatu Leomaniae et Altivilaris bona et redditus eorumdem pro mille CCC XLIIII librarum et IX denariorum morlanorum annui redditus qui valent[320] duo milia C L libras IX sol. et II den. turon.[321] sub modo forma partibus divisionibus et declarationibus quae secuntur, videlicet[322] quidquid habet apud Lectoram pro octoginta VII libr. et V sol. morl., castellan. Lecturen. pro LVI libr. et IX sol. morl., castrum de Capella pro XXXta libr. et XV sol. morl., castrum et villam de Pogas pro C tribus libr. XIX sol. morl., castrum et villam de Gaudenvilh in Leomania pro XX IX libr. de Morla., castrum quoddam cum castello in Leomania pro LXI libr. VI sol. et IX den. morl., castrum Ruben. in Leomania pro XVII libr. X sol. et VI den. morl., castrum de Miranda in Leoman. pro pro LXXVI libr. X et … sol. et II den. de Morl., bastidam de [Mo---][323] pro XXXV libr. et X sol. morl., bastidam de Camic pro septem viginti libr. et X sol. morl., boatam quam idem comes habebat ab hominibus bastidarum Leomaniae videlicet Podii Davini, Podii Alaudis, de Bordiliis, de Pinu de [--][324] Astariaco, de Chaure, de Almeto Gaycheriis, et de Sancta Rometa, de Asquis, de Benqueto pro XV libr. et XV sol. morlan., castrum seu villam de Ralhac pro XXXta octo libr. duobus solid. et VI den. morlan., castrum Altivilaris deductis LX libr. et XII den. arnalden. quos solvere annuatim debemus pro legatis et helemosinis praedecessorum suorum personis quibus debent. pro mille CC XXti libr. X et IX sol. arnalden. valent sexcen. novem libr. IX sol. et VI den. morlan., villam de Berdergas pro XXX tribus libris arnalden. valent[325] XVI libr. et X sol. morl., guidanagium calavar.[326] pro XV libr. morl. [327]Nos vero in recompensationem praemissorum damus et tradimus, assignamus et assideamus eidem comite pro se et heredibus et successoribus suis et ex nunc transferimus res infra scriptas videlicet pro dictis duabus milibus CL libris, IX sol. et II den. tur. (ou cur.) modo qui sequitur videlicet castrum Podii Normandi pro CCLX et tribus libr. et X sol. chipoten., valent CC X libr. et XVI sol. cur., bastidam de Lopchaco dictam Villam Francam[328] centum et tribus libr. et tribus solidis chipoten. valent quater viginti duas libras decem solid. et V denar. turon., item totum quod habemus apud Sanctum Asterium et honore dicti loci sine communi, et cum incurs. Grimoaldi de Chasenxs pro quater viginti libr. XI sol. petragoric. valent[329] LX IIII libr. octo sol. et XV denar. tur., Estissacum cum incursibus Fegaudi d’Estissaco reservato nobis communi pro XXXV libr. XIII sol. et II den. petragor. valent XXti VIII libr. X solid. et VI den. tur., bastidam Belli Regardi[330] cum Claromonte cum incurs. G. de Claromonte et ejus fratris et Guillelm. Peregrini sine communi pro LX tribus libr. petrag. valent L libr. VIII sol. tur., bastidam de

page n° 68 / Chap. 58

Lindia et paxeriam dicti loci et locum de Longcal (ou Loucgal) qui est de petinentiis dictae bastidae retent. (un mot déchiré) pro octingentis LXXa libr. X sol. petrag. valent sexcent. quater viginti et VIII libr. tur., castrum de Granholio cum incursibus dicti Grimoardi de Chaseuxs sine communi pro (un ou deux mots déchirés)[331] libr. IX sol. IIII den. petragor. valent CCL sex libr. septem solid. et VI den. turon., castrum (un ou deux mots déchirés) bastidam Mirabelli cum hiis quae fuerunt apus Cayracum et in honore de Cos quae sunt de (un mot dechiré) dictorum locorum pro septingentis L IIII libr. octo solid. uno den. caturcen.[332] quingintas duas libr. XVIII sol. et octo denar tur. ducentas vero quinquaginta sex libr. IX sol. et III denariorum turon. parvorum restantes ad assignandum et assidendum eidem comiti de summa duorum millium CL libr. IX solid. et II denar. tur. assignamus et assidemus eidem pro se suisque heredibus et successoribus percipiendas in thesauro nostro Paris., donec eas alibi in certis et competentibus locis duxerimus assignandas. Quae quidem bona et res cum omnibus juribus et pertinentiis locorum praedictorum cum fortalitiis, edificiis, nemoribus, pascuis, alveis, jurisdictionibus feodis retrofeodis hominibus nobilibus et ignobilibus, jurisdictione alta et bassa, mero et mixto imperio et aliis juribus quibuscumque in dictis bonis et rebus nobis a dicto comite prout ea tenebat et a nobis eidem comiti prout ea tenebamus et gentes nostrae consueverunt pro nobis tenere vice mutua traditis ac superius expressatis pleno jure ad invicem unus in alterum transferentes nichil nobis ex nostris successoribus retinentes nisi tantum modo supperioritatem et ressortum et alia quae sunt nobis superius reservata. Dictus comes pro bonis et rebus praedictis nobis ab ipso traditis, ut est dictum, guirentiam (pour garentiam) et emittenam. promittimus facere et procurare pro nobis et successoribus nostris cumque in rebus et bonis praedictis nobis per ipsum comitem traditis forent edificia extimata valere sex mille libras tur. parvorum et in bonis seu rebus per nos eidem traditis, ut superius est dictum, essent edificia extimata duo millia octoginti quater viginti VII libr. et XII sol. tur. in pecunia numerata pro majori valentia aedificorum praedictorum quae omnia et singula pro nobis et successoribus nostris promittimus tenere quantum in nobis est, complere et inviolabiliter observare quod ut firmum et stabile perseveret nos praesentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum. Actum apud Sanctum Germanum in Laya, anno Domini M° CCC° primo mense novembris.

J’ay transcript cet acte sur un vidimus en parchemin scellé (la lemnisque pend au bas mais le sceau est perdu) fait par Philipus de Fontanis vayletus domini nostri regis, vicarius Tholosae, du lundy apres la fete de l’Assomption de la Ste Vierge, anno domini M° CCC° tertio.

__________________________

Lettres du roi Philippe Le Bel par lesquelles il ordonne au sénéchal de Toulouse, de mettre le comte de Périgord en possession des terres de Verlhac et d’Angeville (1305).

In dossier E 202 aux AD 64.

[Exequatur][333] Reception de lettres patentes de Philippe le Bel par le seneschal de Thoulouse et d’Alby datée : Luzeti, die jovis ante festum nativitatis Domini 1305. Ces lettres de Phil. le Bel transcrites au long portent en substance que le roy y dit, [loco terre vicecomitatuum Leomaniae et Altivilaris, la terre de Puynormand, et aliorum locorum in][334] …. Nos in recompensationem terrae redditualis Podii Normani et aliorum locorum in ducatu Aquitaniae loco terrae vicecomitatuum Leomaniae et Altivillaris per nos dilecto … comiti petragor. dudum pro certa estimatione etc. (ut infra sequitur),

page n° 69 / Chap. 58

dudum pro certa estimatione terrae redditualis assignata et per pacem inter nos et regem Angliae initam ipsi regi Angliae restitut.[335] facta inquesta diligenter de mandato nostro super valore reddituum terrae ducatus praedictae per J. de Hospitali dilectum clericum nostrum et Petrum de Villa Bloana senescal. pictav. pro certa estimatione terrae redditualis tradidimus et assignaverimus nostris aliis litteris patent. sub cera virid. domino comiti traditis villam de Verlhaco et villam de Angevilla, le roy ordonne au seneschal de Thoulouse de mettre le comte de Perigord en possession de ces dernieres terres. La charte est datée, actum Lugduni die IX decembris anno Domini millesimo trecentesimo quinto. Le seneschal ordonne à un sergent royal de mettres ces lettres à execution …, en parchemin, scellé. Cette pièce est attachée à la precedente n° 2.

__________________________

Procès-verbal de visite de la seigneurie de Rions, fait par Jacques Dupré écuyer, seigneur de La Mabilière.

In dossier E 214 aux AD 64.

Proces verbal de la visitation de la seigneurie de Ryons fait le 13 juillet 1542 par Jacques Dupré escuyer seigneur de la Mabilière conseiller et maitre d’hostel ordinaire du roi et roine de Navarre commis par les dits seigneur et dame pour visiter toutes les places, terres et seigneuries d’Albret, Perigueux, Limoges et pourveoir aux abus, etc.

__________________________

[336]Acte du dimanche avant la fete de la ------- de St Pierre de l’an 1350. Regnaud de Pons se qualifie seigneur de Blaye et de Riberac, Reginaldus de Ponte Blaviae et de Riberaco.

L’ile de Jordani donnée par Alduin comte d’Angouleme à l’abbaye de ……………… etoit ….. de Fronsac. Cette ile ne subsiste plus parce que la riviere s’est …. De l’autre coté c’est le lieu ……. apartenant aujourd’huy au duc de Richelieu. Les titres du XIVe siecle font mention de cette ile.

Les comtes d’Angouleme etoient seigneurs de Fronsac et de Blaye (de Benauges de St Macaire)… Voyez sur les guerres du comte d’Angouleme pour Blaye etc., l’Art de verifier les dates, anciennes editions (et la nouvelle) aux comtes d’Angouleme. Les anciens seigneurs de Fronsac au XIIIe siecle descendoient des comtes d’Angouleme. Voyez l’Art de verifier les dates. Sans doute que Geraut de Blaye et les seigneurs particuliers de cette ville en venoient. Les seigneurs de Pons y eurent des pretentions et s’en dirent seigneurs (peut-etre …. Par quelque mariage). L’abbé Bauroin croit qu’une heritiere de Blaye porta cette ville dans la maison des P. de Burdigala. Les comtes du Perigord y eurent des pretentions qu’ils …. Au roy d’Angleterre. (Voyez mes recueils de…)

_________________________

In dossier E 848 aux AD 64.

N° 4. Dans une transaction entre l’abbé de Guitres et le seigneur de Puy-Normand. Charles d’Albret seigneur de Ste Bazeille. On y apprend qu’en 1461, 27 aout, Pierre eveque de [-----ery][337] etoit aussi abbé de Guytres, est inseré l’acte par lequel Charles d’Albret institue son procureur et receveur dans les terres de Puy-Normand, Gensac, etc., François de Challons escuyer cappitaine de Puy-Normand.

Du 21 juin 1460, autre procuration du meme à messire Bernard d’Espramont docteur ez lois, abbé de Blasymond, diocese de Bazas, qu’il fait son lieutenant general et gouverneur general. 20 juin 1470.

Le 24 jan. 1471, ces commisaires transigent avec Seguin abbé de Guitres et 3 autres religieux sur les droits, possessions, confrontat. de cette abbaye dans la chapelle de Puynorm. Cette abbaye est dite située dans la vicomté de Fronsac. Signé, etc. Les parties y distent qu’elles bistambient[338], permuttent, transportent, transigent, eschangent et delivrent (et le 1er mot est repeté plusieurs fois et bien ecrit).

__________________________

In dossier E 233 aux AD 64.

Copie en forme des privileges et franchises de Vayres, en patois gascon confirmés en 1464 par le sgr d’Albret etc.

__________________________

Echange fait entre Archambaud III comte de Périgord, et Hélie Delsol clerc, par lequel celui-ci cède au comte tous les cens et rentes qu’il avoit à Laubrière et Sirvental, en la châtellenie de Puynormand (1291).

Référence non connue aux AD 64.

Le n° 13 contient 3 instruments d’eschange et acquisitions faites par le comte de Perigord Archambault en la chatellenie de Puynormand.

Dans le 1er acte, en gascon, on voit (il est dit) que : foren n’Arnaut Delsol, clerc tant per nom de li quam per nom de so nebotz filh qui foren n’Arnaut Delsol eschampnha [--] a mosen Archambault noble compte de Pierregors … le dret que avia … en  laubriera sirventa … que tenia et avia Helias Beneyh beney lo forestiers. Et le dit Helias promet garentir tres deniers que deviam à l’ayglieyga de Sen Laurens en enquela partida que eychampnha te n’Helias Beneyh lo forestiers … el dich mosen Helias a reconogut et senes autre dever las chausas avant dichas[339] an los autres fiez que an la honor de Montpao des dictz monsenhor lo compte en testimoni de las quals causas deven esser fachas doas cartas sembans, una a mon senhor lo compte e autre al ditz mosen Helias e a son nebots. Constat de cancellatura aychampnha. Datum quarto nonas octobr. anno Domini M° CC° nonagesimo primo, testes sunt dominus Guillelmus Laforest miles et ego Gill. Seguini clericus communis notarius de Benavent qui hanc cartam scripsi … regnante dicto domino comite et domino Raymundo episcopo. Dans ce que le comte de Perigord cede, il est dit qu’il quitte tous ses droits et il ajoute : ay exceptat que en a cesquuna partida rete sa dreythuriera sinhoria[340].

On voit ici que :

(1)          dans le meme titre on mettoit avant les noms propres l’n paragogique, n’Arnaut, n’Helias (en toute lettre), et qu’on l’omettoit aussi, Helias, ut supra. Ce qui sert à lire les abbreviations nH, nAr, etc.

(2)          que les points mis sous un mot tenoit lieu de cancellation, puisque le notaire en avertit expressement ici.

(3)          que les francs alleux etoient connus en Perigord en 1291 etc.

__________________________

Vente faite par Marguerite Expletat, femme d’Etienne de Malayoles donzel, à Archambaud III comte de Périgord, de tout le droit qu’elle avoit en la dixme du Pisou, pour le prix de 90 livres (1288 v. st.)

Référence non connue aux AD 64.

Le second acte porte que, na Margarida filha de mosen Itier Expletat chavalier a molher de n’Eysteve (Estienne) de Malaholas donzel vendat, dat, quitat … a mosen Archambaut noble compte de Peyregors to lo dret et drethurage[341], possessio et proprietat que ha ni aver det ni pot en la dema de la parofia del Piso[342] per quatre vins et X lioras de la moneda corable que recognoys la dicha donzella et lo dits son marits que n’agut et resaubut en bos deniers comptat o lor planiera volontat del ditz mon senhor lo compte e l’en a promes … bona … garentia de si et de son payre et dels ayssendens dels, e no de degun autre persona ni d’eyglicya … Datum tertio nonas marcii anno Domini M° CC° LXXX° octavo. Testes sunt etc., regnante praefato domino comite et domino Raymundo episcopo.

page n° 70 / Chap. 58

N’a dans l’acte [-----][343] le mot ni, n’agut n’est pas negatif, l’n est paragogique.

__________________________

(dans le même dossier aux AD 64).

Semblablement dans le 3e acte il est dit que n’Arnaus Caubers de Monfalco … a vendut a mosen Archambaut noble compte de Peyregors … tots lo drets et drethurage possessio et proprietat e tot autre dever que avia ni aver podia ni decria el mayne de Leydoyria ni en las a pertinensas ni per vazo dels dichs mayne etc. Datum VI non. martii anno Domini M° CC° nonagesimo … regnante praefato domino comite, et domino Raymundo episcopo.

__________________________

Serment de fidélité fait à Arnaud-Amanieu seigneur d’Albret par les chevaliers, bourgeois et habitants de Milhan-sur-Garonne (1359).

Référence non connue aux AD 64.

[344]Conoguda causa sia que l’an de nostre senhor mil CCC LIX fo est asaber XIX dies en l’antran del mes de decembre[345] en presentia etc. a instat e congregat a present en l’agliza de Sent Bars de Milhan davant l’autar de monsenhor Sent Bars, mossen Augir Mota, mossen Amaniu de Noalhan, mossen Johan du Sent Saubador, mossen Helias de Granhols, mossen Augir de Pelagrua[346] cavoirs, mossen [----][347] de Cunhos segrestan et Calongers de Sent Andrieu de Cordel … Wlm. Arn. de Pelagrua, Galhars de Pelagrua, Johan Mota … Johan dels Angols filh den Wlm. Aramo qui fo Bertran de Pompeiac, Peys Bertran de Peyralongua prior de Milhan etc. … et plusiors autres borgues et habitans deldit loc de Milhan per lo noble et poderos baron lo senhor mossen Arnauz Amanieu cavoir senhor de Labrit et del dit loc de Milhan requeren lo medict senhor de Milhan que ad a lor fes c. de los recebos segrament de fizantat en la maniera que era acostuma far et recebre sagrement etc. … Actum [----][348] die etc. supra regnante domino Edwardo rege Angliae duce Aquitaniae Raymundo Vasaten. episcopo. En parchemin [------][349].

__________________________

Acte par lequel le roi Jean ôte à l’archevêque de Bordeaux ses châteaux et châtellenie de Montrevel, et les donne à Roger-Bernard, comte de Périgord (1355).

In dossier E 796 aux AD 64.

[350]Johannes Dei gratia Francorum rex judicibus majoribus senescalliae petragor. et caturc., salutem. Cum olim nos consideratos (pour considerantes) dampna et incommoda quae per castrum de Monterevello in Petragoricinio olim archiepiscopo burdegalensi in fronteriis [plusieurs mots rayés] proximis inimicorum nostrorum [2 mots rayés] situatum quod per dictos inimicos nostros fuerat occupatum et detentum ab eorum manibus ejectum et ereptum, mediantibus magnis pecuniarum summis ut nostrum detentum et de nostro non sine magnis sumptibus custoditum pervenerunt et quae sperantur majora etiam si quod absit in futurum in eorum manibus recideret provenire consideratis premissis nisi in manibus nostris et de domanio nostro remaneret vel per nos in potentiorem nobisque devotiorem quam sit verissimiliter praesumend. archiepiscopum fore supradictum[351] indempnitat. nostrae et rei publicae providendo, dictumque castrum cum suis pertinentiis et dependentiis in secura custodia perpetuo remanere taliter quod non esset ex hoc de coetero dubitandum nec ob hoc opporteret ulteriores facere misias[352] vel expensas praedictas, omnibus et singulis attentis et circumspectis et aliis quampluribus nostrum animum inducentenbus in hac parte, super hiis deliberatione matura cum nostro consilio praehabita diligenti senserimus, ordinaverimus ac declaraverimus dictos castrum et castellaniam cum eorum pertinentiis universis et omnia praedicta perpetuo esse nostra[353] ac legitimo jure nobis acquisita, nosque posse facere et ordinare de eis ut de nostris juxta nostrae libitum voluntatis, ipsumque castrum tanquam nostrum ex causis praedictis cum tota castellania sua, juribus et honoribus, jurisdictionibus, mero ac mixto imperio, hominibus, homagiis, feodis, retrofeodis, hereditagiis et aliis possessionibus, fructibus, redditibus, proventibus, emolumentis comodis ac

page n° 71 / Chap. 58

deveriis omnibus et aliis universis et singulis eorum pertinentiis quaecumque sint et quocumque nomine esse noscantur cujuscumque valoris etiam existerent vel esse possent aut debeant, dilecto et fideli nostro Rogerio Bernardi comite petragoricensi de cujus fidelitate et devocione sincera plenarie confidimus et quem ad praeservandum ipsum castrum ab omnibus insidiis et insultibus et hostibus si necesse fuerit deffendendum ydoneum procul dubio reputavimus et potentem potissime cum ipsius comitatus et terra juncti sint et contigui dicto castro seu ejus limitationibus tradiderimus, dimisiremus et concesserimus pro se et heredibus ipsius ac causam ab eo habituris auctoritate nostra regia de speciali gratia et ex certa scientia cesserimus et transtulerimus penitus in dictum comitem et ejus heredes a ipsoque causam in perpetuum habituris, dictum castrum et castellaniam cum omnibus et singulis suis juribus et pertinentiis universis sub certis formis et modis contentis et declaratis in litteris per nos dicto comiti super hiis datis et cooncessis, cujusmodi castrum cum ejus castellania juribus et pertinentiis praedictis promisimus pro nobis et successoribus nostris dicto comiti heredibusque et successoribus suis garentizare et liberare perpetuo contra omnes nostris propriis sumptibus et expensis prout hoc in dictis litteris per nos dicto comiti  contineri dicuntur. Nos nocentes quod dictus archiepiscopus burdigalensis habeat conqueri futuris temporibus de praemissis et ecclesiam praedictam burdigalensem super hoc volentes servare illesam, dictumque comitem et suos praedictos, dictum castrum de coetero perpetuo habere et tenere sine debato quocumque, saepe cogitationes nostri animi super praemissis revolventes voluimus volumusque recompensationem debitam dicto archiepiscopo de praedictis fore faciendam de terra ipsius comitis petragoricensis quam habet in Caturcinio quod ad requestam nostram ipse obtulit nobis traditurum usque ad concurrentem valorem castri et castellaniae praedictae. Quo circa vobis et vestrum cuilibet in solidum committimus et mandamus quatinus de valore dictorum castri et castellaniae de Monte Revello et eorum pertinentiarum et de valore dictae terrae dicti comitis quam recipere volumus pro recompensatione praedicta facienda usque ad consimilem valorem vos informetis, vocato et praesente dicto archiepiscopo vel ejus procuratore si interesse voluerint, alioquin in abstentia eorumdem, et facta informatione hujusmodi de terra praedicta dicti comitis quam habet in Caturcinio usque ad summam seu valorem quam  dictos castrum et castellaniam valere reperiritis dicto archiepiscopo et ejus sedi praedictae tradatis et liberatis, et de traditis et liberatis ipsum archiepiscopum et ejus successores in archiepiscopatu praedicto gaudere

page n° 72 / Chap. 58

et uti libere faciatis et mandamus nostris subditis et vobis et vestrumcuilibet in solidum ut in praemissis et ea tangentibus pareant efficaciter et intendant diligenter et … nobis semper retenta superioritate et ressorto. Datum Parisiis, die XVIII septembr., anno Domini millesimo CCCmo quinquagesimo quinto, et plus bas, per regem vobis praesen. J. Royer, à une lemnisque decoupée au bas pendoit un sceau qui est perdu (nota : la date Paris., die etc. est d’une ecriture et encre differente mais du meme temps) en parchemin.

__________________________

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE LIX – MONCUCQ près Bergerac

Commission d’Edouard, fils aîné du roi d’Angleterre, pour faire ajourner le comte de Périgord et le sire d’Albret, comme détenteurs du château et châtellenie de Moncuq, près Bergerac (1363)

Référence non connue aux AD 64. Peut-être E 129 ou E 772 ?

[354]Edward fils du noble roy d’Angleterre prince d’Aquitanie et de Galles duc de Cornoailles et de Cestres à nostre seneschal de Pierregort et de Caorcin ou à son lieutenant, salut. Oyes et entendues certaines requestes à nous faictes de la partie de nostre amé et feal le comte de Pierregort afermant le chastel et chastelnie de Moncuc près de Bragerac à luy apartenir et devoir estre bailles et delivrés en partie de la recompensation à son feu pere comte de Pierregort duquel il est hoir universal occiouré à cause du transport jadis par son dit pere fait de nostre ville de Bragerac au feu roy Philippe pere de nostre très chier oncle le roy de France parmi lequel transport nostre dit oncle duquel nous avons cause et le chart en ceste partie si comme l’en dit estoit tenu et devoit bailler et delivrer audit comte ou à ses succeseurs les dits chastel et chastellenie de Moncuc pour certaine somme de rente es dit transport et renumeration declarée. Par ainsi que tandis come la baille et delivrance desdits chastel et chastellenie demoroit à fere ledit comte et ses successeurs eussent et puyssent chascun an des emolumens de nostre dite ville de Bragerac certaine somme de monoye en lieu et recompense des proafis et emolumens des dis chastel et chastellenie de Moncuc et nientmoins cependant les officiers d’icelle ville à la nomination du dit comte ou de ses successeeurs et non autrement, les quels choses dessus dites ledit comte requiert à li estre attendues et accomplies par nous. Pour ce est-il que nous voulons que parties oyes lesquelles touche ou puet toucher soit sur les choses dessus dites soit ce que sera de raison et de droit gardant et observant la forme de la paix, vous commettons et mandons que vous adjornez ou faites adjorner au quinzeme jour apres la fete de St Michel prochain venant devant nous a quelque part que nous serons ycelle journée ledit comte de Pierregort et le sire de Lebret detenteur desdits chastel et chastellenie, et aussi nostre procureur de vostre seneschaucie pour aller avant sur le fait desdites requestes et dire et proposer chascun pour soy ce que dire et proposer voudront au contraire enjoignat leur et à chascun d’eulx que ez dis jour et lieu monstrent facent foy chacun pour soy et nostre procureur pour nous de tout et cel droit come ils ont ou cuident avoir et nous povons avoir ez choses dessus dites dont restitutions et satisfactions nous est requise à faire come dit est et voir et oyr l’ordonnance que sur ce nous ferons, intimans aux dessus

page n° 73 / Chap. 59

dessus nommes et à chascun d’eulx que en contumace de celuy [----][355] ne comparoistrant au dis jour et lieu nous yrons avant et procederons si come fere appartiendra de raison, certifiant nous aux dis jour et lieu de tout ce que fait aures des dites choses. Donné à Pierreg. le XV jour d’aoust l’an de grace mil trois cens soixante et trois, signé plus bas Barnet (en parchemin, pend une lemnisque decoupée au bas, dont le sceau est tombé).

__________________________

Acte par lequel Philippe de Valois assigna à Roger-Bernard, comte de Périgord, la somme de 262 livres, 10[356] sols, 8 deniers, sur le château et seigneurie de Moncuq, pour partie de récompense de la ville de Bergerac, que le comte avoit cédée au roi pour la somme de 1600 livres de rente (1343).

Voir dossiers E 772 & E 624 aux AD 64 (voir aussi ci-dessus pp. 20-21 de ce même recueil.

Vidimus fait par le garde de la prevoté de Paris l’an 1347, le lundi trois aout, es lettres patentes accordés par le roi Philippe à Roger Bernard comte de Perigord par lesquelles ce prince assigne audit (comte) la somme de deux cens soixante deux livres deux sols huit deniers, terrae ad tur. boni et perpetui redditus qu’il assigne sur le château et seigneurie de Moncuc et de Montinhac, in locis, castris et et castellaniis Montinhaci et Montiscuti, et les supplements de ce qui manquait pour faire la somme totale fut assignée in locis et parrochiis de Insula videlicet medietatem ad nos pertinentem pro octo libris turon. et emolumentum quartae partis jurisdictionis dicti loci et parrochiae de Insula, cum jurisdictione quam occasione dictae quartae partis in dictis loco et parrochia habebamus et aliis juribus et deveriis pertinentibus ad praemissa pro novem libras turon. necnon et emolumentum jurisdictionis de Campanhaco cum ipsa jurisdictone quathenus ad nos pertinebant pro duodecim libris turon. assignaverunt (commissarii regii) comiti praedicto et ei dictae parrochiae Campanhaci tradiderunt possessionem et medietatis communis debiti et levari consuet ut praedicitur in burgo et parrochia de Insula praedictis emolument. Quae quartae partis jurisdictionis loci et parrochiae de Insula praedictorum ac jurisdictionis praedictae aliorumque jurium et deveriorum ad praedicta ut dictum est pertinentium post modum dictus noster locum tenens (episcopus bellovacensis) per certum commissarium ab eo super hoc deputatum possessionem hujusmodi eidem comiti fecit/fuerit liberari, assignation que le roy confirme par cette charte, donnée à, datum Parisiis anno Domini 1343 mense julii sine financia justitiae, ces fonds cedés par le roy sont pour l’eschange de Brigerac aliaque terra quae fuit quondam defuncti Reginaldi de Pontibus, Roger Bernard pretendoit jouir à cause de Jeanne  de Pons fille de feu Reginaldi de Pontibus et femme d’Archambaud comte de Perigord son frere auquel il avoit succedé . Ces CVI l. etc. faisoient partie de 1600 livres terrae ad tur. pro terra et redditibus omnes parrochias totam quae terram quas dictus comes tenet vel Archambaldus praedictus ex causam quondam Johannae uxoris suae tenebat dum viveret in honorio castrorum Montinhaci et Montis Lederii prope Bergeracum praedictum cum juribus et pertinentiis eorum universis ratione assignatione dotis quondam Johannae praedictae facto de terris et parrochiis praedictis a Archambaldo praed. in matrimonio suo cum Johanna praedicta pro summa quadringentarum librarum tur. redditualium etc. (en parchemin, scellé et fort gaté).

Nota : Il paroit que le roy assigna 1600 pour toute la dot de Jeanne, laquelle consistoit en Bergerac, Montignac et Montledier ; pour la cession de Montinhac et Montleydier en particulier le roy assigne 400 #, dont ces 262 l. 2 s. 8 d. font partie et c’est ces 262 # etc., que le roy assigne  sur Moncuq pres Bergerac, Montinhac et Lisle, Campagnac et Lisle. Il faut donc que le roy ait d’abord reçu les parroisses de Montinhac, puis qu’il les ait remises posterieurement au comte de Perigord, le but dessous ces eschanges etoit principalement que la terre de Bergerac qui etoit en contestation entre le comte de Perigord et le seigneur d’Albret restat entre les mains du roy.

__________________________

page n° 74 / Chap. 61

ARMOIRE DU PERIGORD

CHAPITRE LXI – Les comtés d’Armagnac et Gaure, vicomté de Beaumont, Auvillars, Lomagne.

Lettres patentes du roi Louis XII portant commission adressée à Antoine d’Esting seigneur d’Aubrac, son conseiller en son grand conseil, et en sa cour de Parlement de Toulouse, de mettre sous sa main royale la comté d’Armagnac (1498 v. st).

Référence non connue aux AD 64.

Lettres patentes du roy Louis XII dattées de Nantes le XIIII janvier mil IIIIxx et XVIII, de son regne le premier, portant commission adressée à Antoine Desting seigneur d’Aubrac conseiller en son grand conseil et en sa court de parlement de Toulouse de mettre sous sa main royale la comté d’Amagnac.

Il est dit au commencement de ces lettres, que le feu roy Charles (VIII) par deliberation des estats du royaume lors assembles en la ville de Tours avoit ordonné que les comtés villes et places du feu Jean comte d’Armagnac seroient baillées et livrées à feu Charles d’Armagnac son frere pour par luy en joyr, sou la main dudit roy Charles. L’execution fut commise à Bernard Lauret lors 1er president de Toulouse, ce qu’il fit en livrant audit Charles cette comté et places, à la garde desquelles furent des lors commis cappitaines qui peu de temps après furent baillés curateurs aux personne et biens dudit Charles d’Armagnac, lesquels par plusieurs fois ont été changés dont se murent plusieurs differens et proces entr’eux et autres parties et, après le trepas dudit Charles d’Armagnac, le roy Charles VIII commit aux dites seigneuries sous la main l’eveque d’Alby qui a eu cette charge jusqu’à ce que puis nagueres pour consideration de sa grande occupation qu’il avoit à la conduite et direction des plus grande et principaux affaires du roy, et du royaume, le roy Louis declare qu’il en a donné la charge au sier [-----][357] d’Amboise si ce d’Aubijoux qui la tient de [----][358], lequel nous a remontré que au moyen des changements desdits gouverneurs et curateurs dudit feu Charles d’Armagnac, et des dits differens mus à [-----][359] de plusieurs personnes tenant sans titres valable grande partie des meubles et parties du domaine d’icelle seigneuries que tenoit ledit feu Charles d’Armagnac demeuroient et demeurent indecis et en outre plusieurs personnes voyant la confusion desdits gouverneurs et curateurs et de temps prefits et convenable pour cex ont trouvé moyen de entrer dedans aucunes places et appartenances de dites seigneuries qu’ils ont detenues et occupent et [s-rpent][360] encore de [p---][361] sans les vouloir rendre, ni mettre ez mains dudit gouverneur, ces cappitaines ont fait augenter leurs gages et iceux cappitaines ou les aulcuns d’eux ont prins par leurs mains et d’autres se sont fait créer nouveaux cappitaines et ordonner gages en aucuns lieux ou n’avoit accoutumé pareillement ont ete faites de grandes surprinses sur les droits des dites seigneuries et domaine tens en justice, jurisdiction et ressorts que autrement, de sorte que les revenus peuvent suffire à peine à payer les charges et surcharges etc., et qu’il est impossible audit d’Aubijoux de les regir s’il n’y etoit pourveu. C’est pour quoi le roi ordonne que tous les biens, seigneuries, domaine etc., tels qu’ils etoient sous le comte d’Armagnac seront reunis et remis entre les mains dudit d’Aubijoux pour qu’il les regisse sous la main du roy etc. Copie en papier de 8 ½ pages d’ecrit., p. in folio, non signée.

__________________________

Lettres patentes du roi Philippe Le Long, portant commission au prieur de la Charité, et au sénéchal de Toulouse, pour informer de la circonvention faite en l’échange de certaines terres que le feu roi son père et le comte de Périgord avoit fait entr’eux (1316 v. st.).

Référence non connue aux AD 64.

Philippus Dei gratia Franciae et Navarrae rex, dilecto et fideli nostro priori de Caritate et senescallo nostro tholosano, salut. et dilect. Cum [p---][362] vicecomitatibus Leomaniae et Altivilaris carissimo genitori nostro per comitem petragoric., cum aedificiis, feodis et aliis redditibus exitibus, juribus et deveriis sive per viam permutationis dudum traditis plura loca cum eorum aedificiis, forestis, feodis, et aliis deveriis

page n° 75 / Chap. 61

(deveriis) suis in escambium ac ipsorum vicecomitatuum compensationem, factis per diversos inquisitores non semel sed pluries (2 mots rayés) de valore locorum et reddituum ipsorum (une ligne et demie rayée), idem dominus et genitor noster eidem comiti in Tholosano, Caturcino et Petragoricinio fecerit assignari, in quorum traditionibus et assignationibus tam nos quam dictus comes dicimur esse caesi committimus et mandamus vobis quod ad loca tam dictorum vicecomitatuum quam rerum per dictum dominum et genitorem nostrum dicto comiti assignatorum vos personaliter conferentes de valore aedificiorum forestarum feodorum ipsorum nobilitate judice appellationum fractione caminorum portatione armorum exercitu et calvacata et aliis juribus et deveriis ac redditibus et exitibus quos dictus comes ut asseruit ante praedictorum traditionem nobis factam in eisdem vicecomitatibus habebat necnon de aedificiorum, forestarum, feodorum ipsorum nobilitate reddituum, proventuum, exituum omnium et singulorum per dictum dominum genitorem nostrum eidem comiti traditorum valoribus, temporibus quibus praedicta omnia et singula hinc inde assignata et liberata fuerunt et de valorem omnium et sngulorum ut praedicitur eidem comiti assignatorum ob causam praedictam in Petragoricinio in parte ducatus Aquitaniae postmodum per pacem inter carissimum dominum et genitorem nostrum praedictum et ipsum initam restitutorum, duci praedicto, modo, forma et temporibus praedictis veritatem ad expensas nostras proprias cum diligentia inquisatis. Inquaestam ipsam sub sigillis nostris, quamtocius poteritis remissari inclusam et si forsan nostris aliis negotiis impediti praemissis vel eorum aliquibus vacare commode non poteritis, illaque remanserint ad implenda quae per vos compleri non poterint certis personis ad hoc ydoneis neutri parti suspectis de potestate nostra committatis ad expensas nostras modo et forma praedictis facienda et in qualibet sui parte complenda in praemissis omnibus et singulis et ea tangentibus a quibuscumque nostris subditis quorum interesse potest vobis aut a vobis super hiis deputatis poveri efficaciter volumus et mandamus . Datum Parisiis, die tercia marcii anno Domini M° CCC sextodecimo (en parchemin duquel etoit decoupée une lemnisque aujourd’huy arrachée. Dans le n° 7 est un acte en parchemin mot à mot semblable mais daté ainsi : Datum apud Vouson in Sagalonia die VIII aprilis anno Domini M° CCC° [-----][363], avec une lemnisque, etc.

__________________________

Acte par lequel Marquèse de Périgord, sous l’autorité de son curateur, déclare que les biens de Lomagne, constitués en dot pour 10  000 marcs d’argent et 6 000 livres tournois, par Philippa de Lomagne sa mère, étoient acquis avec la terre d’Auvillars, à Hélie Talayrand son père, parce que la dite Philippa sa femme étoit décédée avant lui (1294).

In dossier E 269 aux AD 64.

Noverint universi hoc praesens publicum instrumentum inspecturi, quod constituti in praesentia nobilis viri domini Johannis archiepiscopi vicarii Tholosae pro tribunali sedentis nobilis domina Marquesia filia emancipata egregii viri domini Heliae Taleyrandi[364] vicecomitis Altivilaris filii domini comitis petragoricensis quae quidem domina Marquesia ex aspectu, etc. major duodecim annorum apparebat et etiam se majorem esse

page n° 76 / Chap. 618

duodecim annorum asseruit corporaliter juramento et Bernardus de Mote domicellus procurator dicti domini Heliae Taleyrandi consenserunt in dictum dominum curium et in judicem etc. La dite Marquese demande à ce juge de luy nommer un curateur et Bernard de Sancto Genesio jurisperito, luy est donné pour curateur … post quae dicta domina Marquesia cum procuratore dicti domini vicecomitis requirente patente et recipiente nomine domini vicecomitis antedicti confessa fuit ex certa scientia quod dictus dominus vicecomes ex donationibus per nobilem dominam Philippam matrem quondam dictae Marquesiae legitime dicto domino vicecomiti factis, est dominus in solidum et pleno jure castri et villae Altivilaris et totius vicecomitatus Altivilaris cum omnibus juribus et pertinentiis recognovit etiam et concessa fuit in judicio et in figura judicii dicta domina Marquesia cum auctoritate dicti cur. sui etc. totum vicecomitatum Leomaniae et singulas res ipsius vicecomitatus quae ad dictam dominam Marquesiam pertinent seu pertinere possent esse obligatum et abligatas dicto domino Heliae Talayrandi pro decem millibus marcharum argenti et pro sex millibus libris turon. tam pro dote per dictam dominam Philippam uxorem quondam dicti domini Heliae quam dotem lucratus est dictus dominus Helias ex pacto dotali per mortem dictae dominae Marquesiae ex vigore substitutionis factae per dictam dominam Philippam matrem quondam dictae dominae Marquesiae ad dictum dominum Heliam reverti debere. Quasquidem obligationes et donationes omnes et singulas praedicta domina Marquesia de jure et facto plene certificata suo proprio motu etc. firmavit, approbavit et ratificavit, quam ratificationem et approbationem praedictus procurator dicti domini Heliae Talayrandi recepit nomine et vice dicti domini Heliae. Item praedicta domina Marquesia … in recompensationem praedictorum debitorum et jurium quae dictus dominus Helias vicecomes habet in vicecomitatu Leomaniae supradicto et in remunerationem multorum servitiorum quae dictus dominus Helias praefatae dominae Marquesiae impendit, propterque consideratis omnibus supradictis per quemcumque extraneum dictus dominus Helias mereretur recipere et hinc infrascripta dedit pura et irrevocabilia donatione inter vivos facta in perpetuum valitura dicto domino Heliae Talayrandi et ejus successoribus totum vicecomitatum Leomaniae et omnes res mobiles et immobiles vel …. et omnia jura ubicumque et qualiacumque sint quo ad dictum vicecomitatum Leomaniae pertinent vel pertinere possunt et debent quocumque jure et modo sive sint civitates, castra, villae, cum omnibus et singulis territoriis

page n° 77 / Chap. 61

(territoriis) eorumdem seu earumdem cum omni mero et mixto imperio et jrisdictioni omni, sive sint feoda vassali homines, homagia, nemoa seu forestae et omnia alia jura etc. dans praedicta Marquesia praefato domino Heliae … plenam et liberam potestatem auctoritate propia non requisita cujusque alterius licentia accipiendi et retinendi per se vel per alium possessionem vel quasi seu detentationem corporalem omnium rerum et jurium praedictorum et recipiendi et exigendi homagia et fidelitatis et omnimodae jurisdictionis sacramentum a quibuscumque hominibus et vassalis … quae dictae dominae Marquesiae juramento seu homagio vel alias erunt astricti seu astrictae etc… retinuit tamen dicta domina Marquesia cum auctoritate dicti curatoris ante dictam donationem et in ipsa donatione et post, consentiente et volente dicto procuratore praedicto domini Heliae Talayrandi pleno jure et liberum ab omni obligationis genere pro omni voluntate sua et successorum suorum facienda castrum, villam seu locum de Capella et de Popas quod totum est in supradicto vicecomitatu Leomaniae cum omni jurisdictione, mero et mixto imperio et cum territorio suo et homagiis et vassalis hominibus et omnibus aliis juribus etc. prout melius utilitatem dictae dominae Marquesiae et successorum suorum universalium et singularum intelligi possunt renuntiavit in super … omni exceptioni etc… Acta fuerunt haec septimo die introitus mensis madii … regnante Philippo rege Francorum, Hugone episcopo tholosano, anno ab incarnation. Domini millesimo ducentesimo nonagesimo quarto, hujus rei sic gestae sunt testes vocati et rogati per dictam dominam Marquesiam, dominus Guillelmus de Menilio judex curiae dicti domini vicarii … mgr Stephanus Descalquuneis[365] judex Verduniae in partibus Vasconiae pro dicto domino rege Franciae … Aymericus Narbona notarius publicus Tholosae, avec sigle et scellé, en parchemin[366].

__________________________

Donation faite par Philippe de Lomagne, comtesse de Périgord, à Hélie Talayrand son mari, des vicomtés de Lomagne et d’Auvillars (1286).

In dossier E 269 aux AD 64.

[367]Notum sit quod nobilis domina Philippa vicecomitissa Leomaniae et Altivilaris ac nobilis vir dominus Helias Talayrandi cujus nobilis viri domini comitis petragoricensis (2 ou 3 mots effacés) ad aliquid inferius contentorum dixerunt et … asseraverunt quod ipsi credebant omnia et singula infrascripta ess sibi de jure licita et permissa nec credebant nec intendebant aliquid in sui … et injustitie seu aliquid illicitum seu aliqua poena digna … ordinare seu tractare in contentis inferius … Item praefata domina Philippa et dominus Helias praedictus dixerunt et protestati fuerunt quilibet in totum et in solidum quod per ea quae continentur seu describuntur, continebuntur seu describentur inferius in hoc praesento publico instrumento vel in aliqua parte ejus, non intendunt, nec volunt modo aliquo, dicta domina Philippa seu dictus Helias praedictis auferri vel minui aliquid jus vel aliquam utilitatem dicto nbili domino Heliae Talayrandi si forte dominus Helias praedictus  haberet vel habere sperat ipse vel

page n° 78 / Chap. 61

dicta domina Philippa vicecomitissa Leomaniae et Altivilaris constituta in praesentia mei notarii etc., non vi nec metu etc., dedit, concessit in dhotem et ex causa dhotis castrum Altivilaris agennensis diocesis et terram vocatam de Riperia et de Barcodano et de Ciutadesio[368] diocesis Convenarum cum mero et mixto imperio, et cum omni jurisdictione alta et bassa et cum honore territorio et districtu suo et cum integro et cum omnibus juribus et pertinentiis suis nobili viro Heliae Talayrandi praedicto viro suo ibidem praesenti et dictam donationem et concessionem dhotis recipienti, dans et concedens ex nunc praefata domina Philippa praedicto domino Heliae viro suo plenam et liberam potestatem et [---][369] et facult. accipiendi vel quasi autoritate propriam et detinendi vel quasi et possidendi vel quasi et recipiendi et habendi libere et integre castrum praedictum et totam terram praedictam cum integro statu et cum omnibus juribus etc., obligans se etc. … Postque in incontinenti praefata domina Philippa pro se et pro quibuscumque tam universalibus quam singularibus successoribus suis etc., renuntians etc., voluit etiam et concessit praedicta domina Philippa quod si contingat praemori ipsam dominam Philippam supradictam ante videlicet quam dictus dominus Helias moriatur, lucretur et habeat praedictus dominus Helias Talayrandi pro se suisque successoribus quibuscumque … pleno jure dictum castrum Altivilaris ac totam terram de Riperia et de Barcodano et de Ciutadesio cum integro statu et cum omnibus juribus … Postque ibidem statim et in incontinento dictus dominus Helias Talayrandi donavit et concessit donatione propter nuptias a titulo donationis propter nuptias factae, dictae dominae Philippae uxori suae praesenti stipulenti et recipienti viginti millia marcharum argenti cum pacto apposito quod si contingeret dictum dominum Heliam praemori ante videlicet quam dicta domina Philippa moriatur, lucretur et habeat praedicta domina Philippa in perpetuum donationem propter nuptias supradictam … juraverunt dictus dominus Helias Talayrandi et praefata domina Philippa vicecomitissa atc. … Actum fuit hoc apud Altum Villare in castro vicecomitali quarto die introitus mensis aprilis regnante Philippo rege Francorum, Edwardo rege Angliae duce Aquitaniae, Helias Talayrandi praedicto vicecomite Leomaniae et Altivilaris, Johanne agenensi episcopo anno ab incarnatione Domini M° CC° LXXX sexto, hujus rei testes sunt etc. et ego Hugo Aymerici notarius publicus Altivilaris etc. avec son sigle, en parchemin, le commencement est presque pourri.

__________________________

Requête présentée au roi par Archambaud IV comte de Périgord, contenant plusieurs griefs, et la demande de le faire jouir de la récompense que le roi lui devoit assigner, pour raison de l’échange fait avec sa majesté des vicomtés de Lomagne et d’Auvillars (circa 1320)

Référence non connue aux AD 64.

[370]A sa real majesté signifie le comte de Pierregort que comme son père eust changié o le roy les viscomtés de Lomagne et de Haut Villars, ladite majesté a baillé en eschanhe en caorsin

page n° 79 / Chap. 61

plusieurs chasteaux et villes de son droit a possede et tenu par le dit compte comme les viscomtes devant dit et iclluy comte ait donné en fié à Ratier de la Caussade et ses freres la jurisdiction dou chastel de Puy Cornel o certain terroir retenu à luy homage et ressort des dits fiors, le procureur dou roy de la seneschaucie de Caorcin mot ... mins … a aucun nobles dudit terroir demandent à la court de France la jurisdiction devant ditre estre commise et faire for à la dite royal majesté et dient que le dit comte ne pooit pas faire la dite infeudation seulement pour les choses devant dites, ycelui Ratier demande de par la court de France le dit comte à lui faire garentie de la dite infeudation et sur de en la dite court ai esté meu … luy supplie le dit comte que comme il eust droit d’infeuder  et retrofeuder ez dites viscomtés chascune jurisdiction au temps dudut chan…. Que les plais meus encontre ledit comte pour les choses dites face cesser jusque tant que [------][371] fut infourmée ce le dit comte pooit faire infeudation desdits chastiaux jurisdictions au temps des eschange fait les diz vicomtés emprès laquelle information faite ledit comte recqueroit que li [-----][372] face hastive justice et pour l’occasion des choses dessus dites ledit comte ne face molester per nulli et que il le pourvoie sur les choses dites de remede convenable.

Item signifie ledit comte que comme son père jadis comte de Pierregort les vicomtes d’Autvillar et de Lommagne aiant transporté à la dite royale majeste par manière d’eschange pour aucuns autres certains chastiaux et terres e ez diz vicomtés plusieurs droits appartenans au dit son père de ladite royal majesté et sur ces droits certains commissaires aient esté deputés de par le roy, c’est ascavoir le seneschal de [P----][373] et maistre Jehan de l’Hospital desquels la commission a esté retenue au prochain parlement passé [pro-----][374] et pour ce le droit dou dit comte se pert e en damage de lui demeure supplie ladite commission li fere rendre et [–ouste][375] la fourme d’icelle lui renouveler et de ce a offert la coppie à la court si supplie pourveoir lui sur ce de convenable remede.

Item signifie que de la terre baillie par ycele royal majesté à son père en Thoulousan en permutation des viscomtés de Lommagne et de Hautvillar baillés pour son père à la dite royal majesté pour despens fais outremesure par ledit son père en poursuivre le roy que il li asseist terre en recompensation desdites vicomtés desquelles terres à lui bailhies ledit son père vendit en [th----][376] à maistre Benaut de Hautvillar et à maistre Pierre de Pradines et à plusieurs autres certains lieux et certaines rentes desquelles choses vendues les officiers dou roy de Tholose n’en ont voulu vestir les dits acheteurs à la requete doudit son père ançois lesdites rentes et lieux soit mis en la main dou

page n° 80 / Chap. 61

roy laquelle y est encore tenue et ensi ledit comte n’a joy ne ne joist encore des dites rentes ne de leur pris pour quoy les dis acheteurs par deffaute de la dite vesture n’ont voulu faire satisfacion entierement pour les choses devant dites[377] pour quoy supplie mander au seneschal de Tholose et son lieutenant que les choses dessus dites li face delivrer et oter la main dou roy satisfacion faite aus dis achetours de ce que son pere en a eu de eus et les rentes levées entre deus face restituer et rendre au dit comte et se ce ne plaist à faire à la dite royale majesté que ils face les dits achetours revetir des dites rentes, et face satisfacion dou remanent qu’ils n’ont paié, mais que les rentes qui ont esté levées le temps que le roy y a tenu sa main soient rendues audit comte comme le comte ne soit tenu à faire la garentie.

Item signifie le dit comte que comme le maire et les consuls de Pierrigueus tiegnent de cellui comte en fié anciennement la jurisdiction de la ville dou Pui Saint Front de Pereguers et les barries d’icellui jusques à certaines bornes et pour aucuns exceps fais si comme on dit par commission dou maieur et des consouls de la dite ville en la personne de Lambert Porte bourgeois de la dite ville et aucuns autres officiers dou roy pour aucuns jugements de la court de France la dite jurisdiction aient mis en la main dou roy[378], et a esté ladite jurisdiction tenue en la main dou roy IIIJ ans et plus et encore y est en prejudice et en grief dou dit comte et de son fief et ensi ledit comte porroit avoir perdu son fief et sa jurisdiction et ensi estre tenue en la main dou roy comme ce soit le plus noble fié de sa comté, supplie ledit comte ladite main du roy oster et remettre en sa main et en la main de ceuz qui de lui le tiennent et à luy faire sur ces choses gracieuses justice.

Item signifie ledit comte que comme entre son père d’une part et le chapitre del eglise Saint Front de Pierreguers d’autre, eust esté faite aucune composition en laquele composition fu accordé que l’esglise en lor terre et en lor hommes auroient pleine justice sauf ce que le dit comte retint en ycele composition la volenté de nostre sire le roy ou quel fié par moien pour la gregure partie et arriere fié pour l’autre partie et l’eglise devant dite a ses hommes et sa terre et la volonté

page n° 81 / Chap. 61

de notre sire le roy (2 mots rompus) eue ne seue jusqu’à maintenant et comme ledit comte ait eu en sa terre et en ses hommes toute haute justice et basse seuls et pour le tout et ensi en a exercité et encore exercite pour raison de sa comté et le devant dit chapitre se pourforte à faire contraindre ledit comte par le seneschal de Pierregort à tenir et garder ladite composition pour lesquelles choses debat peut entre eulx devant ledit seneschal et se la dite composition estoit tenue en sa forme ce seront grant prejudice à nostre sire le roy comme cele jurisdiction soit en voie de venir en plus grande main a decertes comme ladite eglise comme la dite eglise ne se dit nient avoir ne ne cognoist avoir de nosotre sire le roy supplie ledit comte au dit nostre sire le roy que la dite composition ne se consente, [e--çois][379] le contredie pour raison de son fié de la devant dite comté et le debat meu par ycele eglise encontre ledit comte devant ledit seneschal face [c-sser][380] dou tout, et sur ce pourvoie audit comte de remede convenable.

Item supplie ledit comte que l’arrest fait pour lui en la court de France sur la possession de la jurisdiction de la parroche de Treillac soit rendu audit comte et que il soit mandé au seneschal de Pierregort que ycelui arrest mete à execution deue.

(L’article suivant, d’une main differente de celle qui a ecrit les articles precedens est la meme qui a mis à ces derniers des interlignes et corrections car cette piece n’est pas un authentique mais un projet de requete, quoique d’une ecriture du commencement du XIVe siecle).

Item supplie ledit comte que comme il ait tout haute justice en la ville de Ville Françoise, ung juif, au temps que le juif furent mis hors du royaume, eust et tenist en la dite ville en la jurisdiction et seigneurie du dit comte[381] dous mesons lequels selon resons furent requis au dit comte et les a tenus jusques à hore et maintenant, le procureur, le roy deputés sur ses foz depuis volent fere vendre les dites mesons que non valent pas plus de soisante livres et tournent l’argent devers le roy au prejudice du dit comte, requiert que il soit mandez que les dites maisons soit cessées au dit comte comme cele qui sunt en la justice, etc.[382]

En parchemin sans signature ni signe, mais les requetes n’en avoient pas.

__________________________

Lettres du roi Charles VIII par lesquelles il cède au sire d’Albret la comté de Gaure et la ville de Fleurance (1494).

In dossier E 162 & E 163 aux AD 64.

Le n° 13 est un double en papier des lettres de CharlesVIII par lequelles il cede et transporte au sire d’Albret les comtés de Gaure et ville de Fleurance moyennant ce que le dit sire d’Albret consentit à la moderation de 25.000 # tournois de rente que luy avoient été promises par le traité de Nantes (lorsque Alain d’Albret remit à  Charles VIII cette ville, et fit entrer le roy en possession de la Bretagne lors remplie d’Anglois, Espagnols, Allemands et autres etc.) à la somme de six mille livres. Ces lettres sont dattées de Vienne, au mois d’aout 1494.

__________________________

page n° 82 / Chap. 61

Commission donnée par le roi Philippe de Valois à Pierre Aurehet et à Pierre de Castillon( ?), de rendre au comte d’Armagnac, la possession des vicomtés de Lomagne et Auvillars (1343).

In dossier E 269 aux AD 64.

Double en papier de commission du  roy Philippe, Dei gratia Francorum rex, donnée à maître Pierre Aurehet, cantori ambianensi consiliario et magistro Petro de [Cas--tone][383], judici majori et citra Garumnam agennensis, de delivrer, rendre et restituer, carissimo et fideli consanguineo nostro comiti Armanhaci, la possession des vicomtés de Lommagne et Auvillar, et villae Montis Securi (Montsegur), avec leurs appartenances et dependances. Datum apud Castrum [--onum][384] supra Ligeriam decima octava die augusti anno Domini millesimo tricentesimo quadragesimo tertio. Per dominum regem in consilio. ([------][385] lit 1443, il y a 1343 en toutes lettres) (Au bas sans motifs expliquées).

__________________________

Généalogie des comtes d’Armagnac

In dossier E 254 aux AD 64.

[386] Genealogie des comtes d’Armagnac (pour la maison d’Albret)

(Le repertoire ajoute qu’à cette piece est jointe un abbrégé ou extrait des deptes par ledit comte d’Armagnac deubs au sire d’Albret, mais cet extrait manque)

__________________________

Accord entre le roi Philippe de Valois, et le comte d’Armagnac, au sujet des vicomtés de Lomagne et Auvillars (1336).

Référence non connue aux AD 64 (voir in E 1 ?).

[387]Copie en papier d’un accord ou composition passée entre Philippe roy de France et le comte d’Armagnac, fait au Bois de Vincennes l’an de grace mil trois cens trente six au mois d’octobre, par laquelle le comte d’Armagnac cedoit au roy les vicomtés de Lommagne et Hautvillar et Montsegur et autres lieux et chateaux quelques elles soient en la seneschaucée de Bourdeaux et en l’eveché de Bazas, le roy de son coté luy cedoit la comté de Gaure pour le prix de 2000 #  de rente annuelle.

Mais après, le dit comte disant ladite composition etre faite, en grand domaige et lesion de son droit … nous a humblement supplié que du droit à luy appartenant pour cause des dites vicomtés de Lomagne, d’Auvillar et Montsegur et des autres choses données par le roy [---terre][388], nous vousitions eformer nostre conscience et ladite composition annuler, et luy rendre et restituer toutes les choses dessus dites et le dit comte nous rendroit la comté de Gaure avec 2 mil livres de rente assises au dit comté par vertu de la dite composition … sur ce … avons voulu et voulons les dites vicomtés de Lommagne et Hautvillar et la ville de Monsegur et les autres choses dessus données[389] par le roy d’Angleterre lesquelles il (le comte) disoit à luy appartenir avant ladite composition etre rendues et restituées audit comte pour lui et ses hoirs et ayant cause de luy avec

page n° 83 / Chap. 62

tous leurs droits etc. sans rien y retenir en la maniere que ledit Bertrand de Gout les tenoit et que à present les tenons etc… (la date manque à ce dernier acte qui doit etre immediatement après le precedent).[390]

__________________________

CHAPITRE LXII – DREUX.

Privilèges, franchises et libertés accordées par le comte et la comtesse de Dreux aux maire, pers et commune de la ville de Dreux (1180 & 1220).

In dossier E 155 aux AD 64. Voir aussi le dossier E 610.

 

[391]Ce sont les privileges, franchises et libertés appartenan aux maire, pers et commune de la ville de Dreux à yceulx donnés et octroyés par les feuz comte et contese d’icelle ville de Dreux, lesquels privileges sont contenus, compris et declares en certaines chartes desquelles la teneur s’ensuit, l’une empres l’autre.

[392][393]In nomine Sancte et individuae Trinitatis, amen. Quoniam inter coeteras humanae fragilitatis deffectus labilitatem et fluxum memoriae incurrimus decrevit divina providentia ad istius in commodi recompensationem faciendam diuturnitatem litterarum reperiri. Ut ea quae propter crebas rerum variationes solita erant singulis momentis permutari litterarum innacitas[394] immutata conservaret hanc igitur diuturnitatem litterarum considerans, ego, Robertus Dei patientia comes Drocarum et Brane frater Ludovici illustri regis Francorum per apices litterarum paesentibus et futuris volui notificare quod, cum inter me et burgenses meos de Drocis orta fuisset discordia, in hanc tandem convenimus concordiam esse communiam quam in diebus patris mei habuerant eis habendam concessimus et concessam ego et Agnes comitissa Branae uxor mea et Robertus filius meus inter petitione sacramenti confirmavimus. Juravimus etiam praedictis burgensibus quod … praedictis burgensibus nec nos nec heredes faciemus nec eis vim aliquam inferamus sed omnes eorum discordias pace, si fieri poterit, dirimemus si autem eorum qualiscumque discordia pace dirimi non poterit judicio sapientum virorum et fidelium nostrorum eam in curia nosta terminabimus.

Ipsi vero juraverunt se michi et uxori meae et haeredibus meis fideles existere et castrum nostrum Drocarum contra omnes custodire et deffendere et jura nostra et consuetudines nostras in [---] et justitias nostras semper et ubique conservare et on celare neque aliquo modo contra ea se opponere sed si opus fuerit ea proposse suo perficere.

Nos autem eisdem burgensibus concessimus esse ad molendinos nostros capiendos aut ad alias baillias nostras neminem de eorum communia cogeremus

Bannos nostros de vino ad hoc [resti---imus][395] de uno mense inter natale Domini et initum quadragesimae et alio mense inter Pascha et nativitatem beati Johannis bannum nostrum ita etiam quod vinum non ememus et ipsum ad bannum vendamus tertiam etiam accinorum retalliam concessimus non fieri.

Praeterea quotiescumque in expeditionem regis me aut heredes ire oportuerit tres quadrigas quarum quaelibet erit trium equorum ad expensas meas postquam de villa exierint michi et heredibus meis parabant, alio autem tempore praedictos burgenses

page n° 84 / Chap. 62

de quadrigis capiendis aut accomodandis aut de equis cogere non potero. Ipsi vero si voluerint aut praecum mearum intuitu aut amoris mei respectu equos suos et quadrigas suas mihi praestare poterunt.

Ex debito autem praedicti burgenses in torcataribus[396] meis preinere compellentur.

Ut autem haec omnia perpetua stabilitatis obtineant firmitatem ea testium subscriptione et sigilli mei appositione volui roborari sunt autem hujus rei testes Petrus de Caturnaco, Simon de Aneto, Berardus [Nautr--][397], Simon de Sancto Dionisio, Milo de Melfa, Johannes de Fontaneto, Guacho de Puisiaco, Garmundus Drocensis, Petrus Morel, Fulco Pretor, Bernerius Paratus, Gaufredus Morel, Robertus Morin, Christianus Comenedi. Actum publice apud Senonis anno incarnati verbi millesimo centesimo LXX° decimo[398], regnante Philippo rege Franciae, Alexandro papa, Guidone senonensi episcopo, Johanne episcopo caturnensi, datum per manum Renaudi clerici.

Apres s’ensuit la teneur de la declaration d’une autre chartre.

Ego, Robertus comes drocensis et dominus Sancti Valenti notum facio tam praesentibus quam futuris quod ego garenniam quam habebam in vineis drocen. et in terris eisdem adjacentibus infra metas a me et ipsis constitutas propter communem ejusdem villae[399] villae et meam meorumque successorum utilitatem hominibus ejusdem villae heredibus et omnibus ex parte eorum se se reclamantibus et aliis tam clericis quam laicis ibidem terras vel vineas habentibus dedi et quittavi et in perpetuum amoveri concessi, itaque liceat hominibus ejusdem villae et omnibus aliis praenominatis cuniculos lepores et alias bestiolas et quaque volatilia capere et fugare usque ad metas [pra--tas][400] impugne, et absque columpnia emendae et forefacti quod ut tatum et stabile etc. Actum anno Domini incar. millesimo ducentesimo vigesimo mense marcio.

Apres s’ensuit la teneur et declaration d’une autre chartre.

A tous ceulx qui veront ces presentes lettres, nous Robert Cuens de Dreux et de Montfort, et nos Beatrix sa femme, salut en nostre Seigneur. Sachent tuit que nous octroyons et baillons à toujours à nostre maire et à nostre commune de Dreux la justice des cas soit mesfait ou mesdit ou chastel, dont l’amende par la coustume de la ville monte à LX sols ou à moins. Et pourront exploicter et cougnoistre ez cas dessus dits et justicier, et pour les amendes et put tout eux us et aux coustumes de la ville, c’est à scavoir de ceux et de celles qui seront de la commune et aussi sera il se aucun ou aucune dehors de la commune avoit mesfait ou mesdit à aucun de la commune et fust prins à present forfait le maire et la commune les justiceront ez cas de LX sols et de moins et est à scavoir que en tous les cas dont l’amende monte oultre soixante sols lesquels tous nous demeuront à exploicter et à justicier le maire et la commune ont en l’amende soixante sols que nous ne pouons quitter se celuy qui doit l’amende a de quoi, il les puisse paier, et le remaignant de l’amende est nostre à faire nostre vollonte., etc.

Et est à scavoir que le maire et la commune peuvent avoir leur prison en la ville à mettre leur prisonnier pour plus seurement garder

page n° 85 / Chap. 62

leur prisonnier c’est à scavoir un cep en la maison commune et o tout ce ez cas dont l’amende monte plus de soixante souls en quoy le maire prent LX s., le maire ou son commendement peut prendre le malfaiteur se il vient avant que nous gens, et le doit rendre à nos gens et encore sera-il censé etc.

Et se il advenoit que aucun de la commune ou que il ne fust mie de la commune fouse plaintif à nous ou à nostre commendement du maire ou de celui qui seroit en son lieu, que il en eust fait gaigier amende ou eust levée qui ne fust advenant que nous ou nostre commendement rappellisson que nous ne nostre commendement n’en puisson lever amende du maire ne de celuy qui seroit en son lieu ne de la ville. Mais se nous ou nostre commendement voyons que le maire ou cil qui seroit en son lieu eust ce fait par convoitise ou par malice, le maire ou celui qui seroit en son lieu s’en espurgeroit lui douzieme[401], etc.

Et pour ces choses devant dites le maire et la commune sont tenus à rendre à nous et à nos hoirs à toujours chacun an quatre vingts hores à la feste de Toussaints, etc.

Et ces choses devant dites nous et nos hoirs sommes tenus à garder et garentir en bonne foy au maire et à la commune et sommes tenus à paier les fief et les aumosnes, et que ce soit ferme et stable etc., en l’an de grace mil deux cens soixante et quatorze au mois de novembre après la Saint Clement.

Apres s’ensuit la teneur et declaration d’une autre chartre.

A tous ceulx qui verront et oirront ces presentes lettres, nos Robert Cuens de Dreux et de Montfort, et nous Beatrix sa femme nous faisons savoir à tous que nous avons donné et octroyé pour le comun de nostre ville de Dreux à nos bourgeois de la commune de Dreux ces articles ces franchises qui sont ci dessoubs contenues et escriptes, c’est à scavoir quiquonque est de la commune de Drex, il est franc de coustume de toute maniere de marchandise de vendre et acheter en nostre ville de Dreux et de ce il ne puent etre accusé.

Derechief quiquonques de la commune soit prins ou tenu pour fait où il n’ait peril de vie il sera reçu s’il est requis, se ce mesfait n’est fait à la personne du seigneur ou de son bailly ou de son prevost ou à la gent de son houstel.

Derechief quiconques de la commune ou ne soit mie de la commune use faussement de son mestier ou de sa marchandise en la ville de Dreux, la connoissance et la justice appartient au maire etc.

… Derechief se le sires fait bannie en la ville de Dreux, le maire sera nommé en la bannie.

Derechief le maire gardera les mesures et les bauldra au seigneur ou à son commendement quand il vendra nouvellement à terre, et si sires ou son commmendement est tenu de les lui rebailler tantost et d’illecques en après le maire aura la garde et l’adjustement et livrera la mesure adjustée.

… Derechief le maire et son conseil puent faire les gardes des vignes et des autres biens fruictiers, etc.

Derechief quant aux gardes de la ville et des murs et des portes l’ancienne coutume sera gardée.

page n° 86 / Chap. 62

Derechief quiconques de la commune hors les boulangiers peuent mouldre à quel moulin que il vouldra et son pain cuire à quel four il voudra et four faire se il veut et peuent les boulangiers four faire sans ceux qui sont baniers du four au seigneur, et nuls ne puet pain vendre qui ne soit en l’amende au seigneur si les bleds moulus [----][402] aux moulins ou seigneurs dont le pain seroit fait et se il n’a loué estat.

[403]Derechief quiconques est de la commune, il a l’ousement des voyes et des chemins sans l’empeschement du commun usage.

… Derechief la maniere de faire le maire est telle. Le maire et son conseil douient mander et prendre par sarrement cent ou six vingts bourgeois de la commune si que y en ait de chaque rue de la ville, et li maire et les cent ou les six vingts esliront les quarante d’eux ou d’autres par leurs sarrements et les quarante esliront les douze par leurs sarrements et iceux quarante esliront le maire par leur sarrement, et se il advenoit que aucun du conseil mourust ou [forf--t][404] par quoy il feust mis hors du conseil ainçois que le terme fust de faire le maire, que le maire y peult mettre autres jusques au nombre de quarante.

… Derechief la ville de Dreux est tenue de refaire les portes et les murs de la ville et les pavements et curer les fossés.

… Derechief le cas de eschance appartient au seigneur de qui l’heritage muent.

Derechief la taille de la ville de Dreux doit estre faite par le maire et son conseil toutes les fois que ils verront que mestier sera.

… Derechief si aucun des pers qui sont jusques au nombre de quarante ne vient en la maison de la commune quant le tocsaing de la ville sonnera, … il payera 2 s. etc., pour le deffault pour mettre au profit de la ville.

(meme peine pour celuy qui sera mandé par le maire, quoiqu’il ne soit mie du conseil)

… Derechief quiquonques de la commune se plaint à justice de chastel ou de heritage ou de mesfait se il n’est tel, dontl’amende doie monter plus desoixante sols, il puent laissier sa plainte se il lui plaist, les gaes ne sont donnés, et se gaiges sont donnes l’amande est pour les 2 parties, de sept sols et demi, et se gaiges sont renforcés, l’amende est pour les deux parties de vingt cinq souls, et se bataille est jugée[405] l’amende est pour les deux parties de LX s.

… Derechief quiquonques est de la commune de Dreux, il puent echanger monnoye[406] et autres choses toutes les fois qe luy plaira sans congié de justice.

Derechief nul ne puent demourer à Dreux an et jour se il ne plaist au seigneur et au maire et à son conseil.

Derechief le seigneur ou son commandamant fera crier à la requete du maire ou de celuy qui sera en son lieu toutes les fois que en sera requis pour peril de feu[407], que l’en mette de leve devant les huys et ez houstieulx près des huys et que l’en oste les sermens et les escraus et les choses pecillences etc. dedans les murs de la ville et se nelz ostoient, que le maire les peuent desgater ou faire desgater (sous peine d’amende) etc. (en tout 47 articles).

__________________________

Fondation de la chapelle de Fermencourt, par Robert, comte de Dreux, et Beatrix sa femme (1282).

Peut-être dans le dossier E 610 aux AD 64 ?

Le n° 4 (et dans le n° 5) est la copie non signée de la fondation de la chapelle de Fermencourt par Robbert comte de Dreux et Beatrix sa femme, pour eux deux, son pere Jehan jadis comte de Dreux, Marie sa mere, etc., pour 7 chan. [----][408] de l’eglise de N. D. de Braine, dioc. de Soissons, ordre de Premontré, en 1282, mardi devant la Saint Remy.

__________________________

FIN DE L’EXTRAIT DES TITRES DE L’ARMOIRE DU PERIGORD

__________________________

page n° 87

Apres avoir parcouru tous les titres de l’armoire du Perigord, dans une seconde revision su repertoire sur lequel il a fallu revenir pour faire quelques recherches que je n’avois pas prévues d’abord, j’ay eu l’occasion de reprendre quelques pieces que je mets ici en supplement.

__________________________

Lettres d’Archambaud III comte de Périgord, par lesquelles il ratifie une obligation de 30 000 sols arnaudens, consentie par Hélie Talayrand  vicomte de Lomagne et d’Auvillars son fils, en faveur de Lembore, sa fille, et sœur de ce dernier (1290).

In dossier E 770 (ou E 737 ?) aux AD 64.

[409] Notum sit quel noble bar lo senhor Arcambaud per la gracia de Deu comte de Petragore et aministraire lo vescomtad de Lomanha et d’Aut Vilar oist et entendus lo deute (la dette) de XXX sol. d’arnaudenx lo quan Helias Talairan sos filhs vescomps de Lomanha e d’Aut Vilar avia reconogud si dever a la dona na Lemborc sor del dit vescomte e filha del sobe dich senhor comte per causa de prest per lo quaut deude lo dich vescomps avia obligads a la dicha dona Lemborc lo castel de Miradors, el castel de la Capela, el castel de Popars et la bastida Lavit, el castel apelat Lo Castelo, el castel apelat a Sen Martii e castel a Roch ab bars apartenensa e dreht et devers e bailhads et livrads [en p---fs entr---][410] que la dicha dona fos pagad no plenamen … lo dich senhor Comps … Lauzet e aproet e ratefiquet e confirmet la dicha obligatio … et fo fach a la capela en Lomanha VI dies en l’issid del mes de madio regnant Phelip rey dels Francs, Audoard rey d’Angleterra e duc d’Aquitania, Helias Taleyran vescompte de Lomanha et d’Autvilar sobredich, en Johan avesque d’Agen, en l’an de l’incarnacion de nostre Senhor, M° CC° LXXXX° etc., en parchemin, avec paraphe et scellé.

__________________________

Mémoire pour répondre par forme d’additions aux écritures baillées de la partie de la dame de Montrésor, contre le seigneur d’Albret (1480).

In dossier E 663 ou E 669 aux AD 64.

[411]Memoire pour repondre par forme d’addition aux escriptures baillées de la partie de damoiselle Charlotte de Brethanie à l’encontre de (h)aut et puissant prince Mr de Lebret ez noms qu’il precede.

Charlotte de Br. demandoit la tierce partie des biens et successions de feu Guillaume de Bretagne et dame Isabeau de Bollonie (Bollogne) ses pere et mere avec les fruits et profits etc., ou au moins XV mille escus avec le supplement de la valeur de ladite tierce partie. On dit ici qu’elle n’est recevable touchant cette tierce partie.

[-------][412] est expedient, voir les lettres du traité de mariage fait entre ledit monsr. Guillaume et la dite dame Isabeau par lequel fut dit et traité que l’aisné ou l’aisnée de leurs enfans leur succederoient et seroient heritiers universeaulx[413] et que les autres filles seroient mariées des biens de mon dit seigneur selon leurs qualités etc., par quoy ne pourront demander part en ladite succession fort seulement que sondit mariage.

En marge de cet article est ecrit de la main de celuy qui a ecrit le commencement du memoire, des officiers des chatellenies, etc., n° 71.

Les lettres du mariage dudit Mr Guillaume ont esté vues ez quelles ne fait mention sinon du premier enfant masle descendant dudit mariage, s’il est habile porter le nom et les armes et ai (aura) en advantage des autres enfans la seigneurie de l’Aigle apres le decès dudit Guill., et si ce non le second masle s’il est aussi habile.

Item par autre moyen car ledit feu Guill. a fait testament par lequel est institué heritiere universelle feu damoiselle Françoise de Bretagne sa fille ainée et la dite damoiselle Charlotte heritiere particuliere en la somme de dix mil ecus d’or ayant cours au royaume, du coing du roy., et voluit quod nichil aliud petere posset in rebus, bonis et successione suis, et pareillement fit ledit feu Guillaume, en son dernier testament, heritiere particuliere aussi damoiselle Jehanne son autre fille naturelle et legitime en la somme de 2000 escus d’or.

Laquelle damoiselle Charlotte s’est bien contentée et tenue pour contente

page n° 88

(contente) [p---t][414] au present dudit legat, ladite Charlotte ne peut ausy demander part en la dite succession de son dit feu pere, et solum posset agere ad legatum et supplementum legitimae.

Item ladite Charlotte autemps de son traité de mariage avec leseigneur de Montresor etoit majeure de 14 ans voire de quinze et jura de ne venir contre ledit traité par quel luy fut constitué en douaire grande somme de deniers de laquelle somme se contenta et renanonça à la succession de ses pere et mere etc., ce qu’ele a pu faire suivant le texte du droit qu’on cite ici, quia juramentum ---talibus etiam per puberum minorum 25 annis.

Que la dame de Montresor et son mary ont reçu ladite somme et baillé quittance et juré de ne venir à l’encontre etc.

Que le sgr de Lebret au noms qu’il precede ne autrement n’a point recueilli ne detient point lesdits biens et succession de ladite feu mere d’icelle demoiselle qu’il ne doit profiter à la dite demoiselle de dire que feu Guillaume et Isab. de Bollonie eurent trois filles, Françoise, Jeanne et ladite Charlotte, et que ledit Guillaume à l’heure de son trepas tenoit les comtés de Perigord, de Penthievre, la vicomté de Lymoges, les seigneuries donnees valans ensemble 20 à 30.000.

Repond ledit seigneur d’Albret que ledit Guillaume ne jouissoit point de ladit comté de Penthievre ains celuy occupoit le duc de Brethanie et aussi ne tenoit point ladite vicomté de Lymoges entierement mais en tenoit la plus part feu Marguerite de Chaueny relicte de feu le comte Jehan de Bretanielequel comte Jehan fust vray seigneur desdits comté, vicomté, terres et seigneuries en son vivant et tout ce que ledit feu mr. Guillaume tenoit ne valoit XV mille livres de rente deduites les charges, etc.

A ce que ladite Charlotte dit que ledit Guillaume a delaissé ses trois filles heritieres, repond ledit d’Albret que ledit Guillaume par son testament institua ladite Françoise son heritiere universelle et les deux autres heritieres particulieres, par quoy ne peut demander que son legat, etc.

A ce que la dite Charlotte dit que ledit d’Albret et feu sa femme ont joy desdites terres et seigneuries et que les fruits d’icelle etoient de la valeur de plus ce IIIIc mil escus, repond qu’il n’a point joui de ladite comté de Penthievre, ne oucy paisiblement des autres terres et seigneuries [-ins][415] en pend procès entre dame Nicole de Bretagne et luy, et dits noms qui lui craste plus de 200.000 escus.

A ce quelle dit que Guillaume laissa grande quantité de biens meubles, repond que feu Guillaume, vivant ledit comte Jehan son frere, n’avoit aucunes seigneuries et seulement avoit le bien que lui etoit fait par ledit comte Jehan, lequel comte Jehan trepassa en l’an 1452 et le dit Guillaume deux ans après, par quoy en deux ans ne pourroit avoir aquis grands biens meubles … et ledit comte Jehan luy laissa de grans deptes.

A ce que la dite Charlotte dit que le sire d’Albret et sa femme eurent l’administration de la personne et biens, repond que au temps de son mariage avec Françoise il etoit mineur de 20 ans en la jouissance de son ayeul paternel et ladite demoiselle Françoise etoit aussi en bas age en puissance de sa mere et ses tuteurs.

A ce que la dite Charlotte dit que par sa renonciation elle a été déçue oultre moitié repond que le nombre des enfans, les deptes, les funerailles dudit Guillaume et aere alieno deducto, elle seroit bien aportionnée de sa legitime desdits XV mil escus, etc.

A ce que la dite Charlotte dit qu’elle est demeurée veuve et a fait remontrer audit d’Albret qu’elle avoit de grans affaires et que luy vousit subvenir de lui bailler sa legitime portion, dit le seigneur d’Albret qu’il est en de trop plus grands affaires que ladite dame mesmement au moyen des grands proces que ladite dame Nycole et aussi Mr le comte d’Angouleme et plusieurs autres luy faisoient

page n° 89

ez terres et seigneuries à luy obvenues par la succession de mondit seigneur Guillaume lesquelles etoient et sont encore toutes contentieuses quelque affaire qu’il ait eu il est toujours fait à la dite impetrante le mieux qu’il ait pû, et espere de faire encore.

A ce qu’elle dit que entre males a droit d’ainesse et que par la coutume generale de ce royaume gardée ez comté de Perigort, Penthievre, vicomté de Lymoges et seigneuries données entre filles n’est aucun droit d’ainesse et que par faulte de hoirs masles, filles succedent egalement.

Repond que les dits comté de Perigord et vicomté de Lymoges sont assis en pays de droit escript et de tous temps qu’il est memoire du commencement oust sont gouvernés par raison escripte par laquelle le pere peut disposer de ses biens à sa volonté et faire heritier universel l’un de ses enfans soit masle ou femelle et les autres faire heritiers particuliers, et gravare suos, liberos usque ad legitimam.

Item et par la coutume et observance notoirement gardés et tenus ez dits comté et vicomté en contrat de mariage fait entre nobles ad morganicam peut etre fait institution d’heritier de ung ou de plusieurs des enfans qui seront procrées de mariage, en instituant les autres et grevant jusqu’à la legitime.

[416]Item et alio medio ladite impetrante ne peult pretendre ne demender ez dites terres et seigneuries et mesmement ez comté de Perigord et vicomté de Lymoges car par l’usage et commune observance de la maison de messieurs les comtes de Perigort et vicomtes de Lymoges iceux comté et vicomté sont tenus et reputés seigneuries indivisibles lesquelles vont toujours à l’aisné ou à l’aisnée fille sans ce que se portent et divisent sont entre les heritiers ou heritieres.

Item et oussy ez dits comté de Perigort et vicomtés de Lymoges ensuivant raison escripte les pere et mere par contrat de donation peuvent faire heritier universel un de leurs enfans ou luy donner tous les biens tellement que les autres seulement pourront demander leur legitime, etc.

Item, nec est de hoc mirandum, car de jure aussi, feuda comitatus et vicecomitatus sunt feuda indivisibilia et quae non recipiunt diminutionem sic expresse deciditur in [------------][417] etc., et la dite impetrante est incapable à demander partage et division de si grands fiefs et mesmement tant qu’il y a enfans masles de l’ainée fille de la maison.

Item à ce que dit que par la coutume generale de France institution de heritier ne ast lieu, et que le pere ne peult avantager en succession l’un de ses heritiers presumptifs plus que l’autre et s’il le fait, telles dispositions ou avantages sont nuls etc.

Repond que le contraire est verité, mesmement ez pays de Perigord et vicomté de Lymoges qui sont pays de droit escript et son(t) gouvernés par raison escripte par laquelle institution de heritier a lieu, etc.

__________________________

Le n° 79 du chapitre 17 contient un memoire signé où sont (en latin) les raisons de droit d’Alain d’Albret contre Charlotte de Bretagne. Il n’y a rien d’historique à observer.

__________________________

Le n° 4 chapitre 17 contient les raisons [-------][418] le sire d’Albret pour demander le renvoy du principal devant le parlement de Bordeaux son juge ordinaire, contre l’appel et l’evocation au parlement de Paris qu’avoit obtenu Charlotte de Bretagne qui demandoit le tiers de la successionde ses pere et mere. Ce memoire ne contient que l’histoire des procedures, rien d’historique, etc.

__________________________

Commission donnée à Alain d’Albret à ses conseillers, Mrs de Chamboret, et Mr de Planeaux, pour transiger avec Jean d’Estouteville, son neveu (1510).

Référence non connue aux AD 64.

Lettres de commission données par Alain d’Albret datées de Nérac 2 aout 1510 à ses conseillers

page n° 90

maitre Antoine de Chamborel seigneur de Canboue et Pierre Mosnier seigneur de Planeaulx son auditeur des comptes, pour transiger avec Jehan d’Etouteville neveu dudit Alain (fils de sa sœur Loyle et de Jacques d’Etouteville) pour le restant de sa dot, etc. Dans le n° 128, ch. 16, feuillet avant dernier.

__________________________

Rolle des nobles du haut et bas pays du Limousin, du comté de La Marche, châtellenie de Montagut en Combraille et du Dorat, pour servir à l’arrière-ban (1470 v. st.).

In dossier E 651 aux AD 64.

[419]S’ensuivent les noms des nobles du Hault Limousin, qui ont été requis à monstre par nous Mathelin Brachet chevalier seigneur de Montagu, conseiller chambellan du roy nostre sire et commissaire par luy ordonné, lesquels et un chacun d’eux ont juré et fait serment aux Saints Evangiles, touché le livre, de bien et loyalement servir le roy envers tous et contre tous sans nully excepter et estre prets toutes fois que sera le bon plaisir dudit seigneur. Fait à St Leonard[420], le vendredy 4 janvier 1470.

·         Et premierement noble homme François de Chateauneuf seigneur dudit lieu et de Peyrac en l’etat et habillement de homme d’armes à lance garnie.

page n° 91

__________________________

[423]La monstre des nobles du Bas Lymousin faite par nous Mathurin Brachet chevalier seigneur de Montagu, conseiller chambellan du roy nostre sire et commissaire pour le dit ad ce ordonné, lesqueulx ont jure de bien et loyalement servir le roy nostre sire envers tous et contre tous sans nully excepter et estre prets etc., en l’estat et habillement luy emprès declaré ou mieux que possible leur sera. Fait en la ville de Leumoustiers ce mercredi second janvier 1470.

page n° 92

Fait en la ville de Henmoustier et reçus à la dite monstre par nous commissaire dessus dit, appellé les notaires royaux cy-dessoubs escripts et signé par notre commendement, le dit 2nd jour de janvier l’an mil CCCC soixante et dix.

__________________________

S’ensuivent les noms des nobles du pays et comté de La Marche, chatellenie de Montagu en Combraille et du Dorat dudit pays et comté passez aujourd’huy à monstre en la ville de Gueret etc., reçus par nous Mathurin Brachet, etc. 17 decembre 1470:

·         et 1° Jacques d'Aubusson escuyer, seigneur de La Borne et du Doignon monté et armé d’armes blanc accompagné de 5 hommes de tret armé de brigandines fournies.

·         Messire Loys de Saint-Julien escuyer, seigneur de Beauregard pour Royer de Saint Julien son pere seigneur de Saint-Marc et la Rochette Ancien, etc.

·         Messire Guillaume d'Aubusson chevalier, seigneur de La Folhade malade, aussi envoyé Leonet de Peyrat escuyer monté et armé d’arnois blanc

·         Messire Anthoine d'Aubusson chevalier, seigneur de La Villeneufve

·         Messire Guischard de Saint-Georges chevalier seigneur dudit lieu

·         Messire Marc Foucaud chevalier, seigneur de Saint-Germain

·         Messire Hugues de Chamborent chevalier seigneur dudit lieu

·         Jehan de Saint-Julien, seigneur du Breuil chevalier

·         Messire Jacques de Sainte-Amé chevalier seigneur dudit lieu

·         Messire Jean de Maleret chevalier seigneur dudit lieu

·         Messire J. de la Roche-Dragon chevalier, seigneur de La Boureille

·         Messire Anthoine Maurin chevalier, seigneur d'Arfeuilh

·         Messire Anthoine de Roche-Dragon, seigneur de Puyvial chevalier

·         Gillets de Mallesses

·         Guillaume de La Roche, seigneur de Saint-Maixent

·         J. de Luchapt, escuyer

·         Raoullin de La Celle escuyer, seigneur de Brent

·         Jean Esmoyn escuyer, seigneur de La Vaublanche

·         Foucauld de Riberys seigneur dudit lieu, armé d’arnoys blanc avec un homme armé.

·         Pierre Daguiest, seigneur de La Gueste escuyer

·         François de Leron escuyer, au nom du seigneur du Janig, son père, vieux

·         Ponnet de Chambarenc escuyer

·         Gilets Paneveire escuyer excusé par Jay son serviteur, monté et armé d’arnois blanc etc.

·         Pierre de Rochefort, seigneur de La Courtine pour le seigneur de Chasteaumont

·         Jean Morin escuyer, seigneur de Chastres etc.

et 93 autres nommés au rolle.

__________________________

Monstre des nobles des chatellenies Bellac Champagnac et Ranton par Colinet du Breyalehier seigneur de La Coste [au---][426] conseiller chambellan du roy commis à ce de par le noble et puissant messire Mathurin Brachet etc., fait au lieu de Dardenac le 26 decembre 1470 et 1° Johannet maistre d’ostel de mgr de Nemours etc. et 16 autres … la dame de La Corre de Bellac veuve a promis et juré de bailler un homme armé de brigandines.

__________________________

[427]Roolle de la monstre faite par chascune des personnes des chatellenies de Bourdeilles et Riberac et de leurs equipages pour la suite en armes qu’ils sont tenus faire à leur seigneur

Chatellenie de Bourdeille :

1° la parroisse de Bourdeille. Il y a 36 personnes (du peuple sans doute) nommés :

·         Helias Vessiere une arbalestre

·         Jean de La Mote une giferme

·         Pasquil Corey une colobrine

·         P. Poysson une lance et espée

·         Peyrau, javeline et costeau

·         Janicot Rougart espée et ponart etc.

·         Bonard Preissa une forche ferrale,

·         Naudon Lecatela une lance

sic de coeteris.

Parroisse de Bassac : 12 personnes (armées de même).

page n° 93

Parroisse de Biras : 13 personnes nommées etc.

Parroisse de Puy-de-Fourchas : 5 personnes

Parroisse de Valueil : 18 personnes

La parroisse de Paussac : Helias Taillafer 1 arbaletr. et 35 autres personnes. On y voit entre eux un P. de la Crouze 1 arbal. Pleyssac 1 jav. [----][428] une arb. et espée.

La parroisse de St Just 8 pers.

La parroisse de …ilhac 14 pers.

La justice et parroisse de Bertrix 33 personnes.

La justice et parroisse de Celles 61 personnes.

La chatellenie de Ribeyrac

Parroisse d’Allemans 58 personnes

Parroisse de Villetourreys 29 personnes

Parroisse d’Espeluche 7 personnes

La parroisse d’Avanxens 52 personnes

La parroisse de Festellens 14 personnes

Paroisse de Saint Privat 6 personnes

Bersac (parr.) : XI pers.

Le Bourg du Bosc 9 pers.

Faye (parr.) 29 pers.

Saint Martin :54 pers.

Saint Andrieu 34 personnes.

Sur un memoire sans date, ecrit vers 1470.

__________________________

[429]Monstres faites a. de la terre du pariage St Front lesquieulx serviront mgr de Lebret ez habillements qui s’ensuivent et reçues par moy Jehan de Ladouze par commission de mon très redoubté seigneur mgr de Lebret, au lieu de Vernh, le penultieme jour de mars (sans année) [----- 1460 --------][430] les habitans de Saint Mesme :

Noble homme Jean de Ververe seigneur de la Vaure servira en une cuyrasse et une salade. Helias Bibia une arbalestre et un puegnal et 10 autres, avec des armes semblables à la derniere.

La parroisse de Senilhac 5 personnes (vide)

La parroisse d’Asturs 6 personnes

La parroisse de Chignac 17 personnes

Les habitans de Marsanes 12 personnes

La parroisse de Brueil 5 personnes

Les habitans de la Chapelle Gounaguet lesquels n’ont point voulu comparoitre.

Monstres de la terre de Vernh lesquels serviront mgr de Lebret en habill. qui s’ensuivent reçus par moy Jehan de Ladouze par commission de m. d. sgr 76 personnes avec arbal. ou pugnal ou javeline ou guisarme. (sans date d’une ecriture du 15e siècle).

__________________________

Noms des secrétaires des comtes de Périgord et vicomtes de Limoges, et de ceux qui ont reçu les hommages de leurs terres (circa 1500).

In dossier B 1789 aux AD 64.

[431]Les noms des secretaires qui par cy devant ont esté de mesgrs les comtes de la comté de Perigord et du vicomte de la vicomté de Lymoges mesmemen de eux qui ont reçu les homages desdits comté et vicomté à scavoir :

Maitre Pierre de Pelisses de la ville de Thiviers et de bailler la charge à Mr de Planeaulx de savoir où sont les papiers ou registres pour en recouvrer le tout concernant lesdits hommages.

Item de recouvrer les papiers de Me de Quercu Deglanie notaire de Neyrac.

Item les papiers deJehan François, l’autre François etc.

Item Ranconnet en son vivant curé de Fallac habitant de la ville de Perigueux[432].

Item Me Jehan Gardette en son vivant habitant de la ville de Montignac … scavoir qui a les papiers… etc.

Item Me Guillaume Bouteilher de Juilhac le collationnaire de ses papiers est un nommé de Loberlhac demeurant à Benhaulx. L’une partie des papiers sont à Juilhac pres Segur … les retrouver, etc.

Item et aussi les papiers de ung feu Guytard qui etoit de Lubersac.

Item aussi les papiers de feu Me Jehan Beulice dudit lieu de Lubersac pres Segur, collationnaire des papiers de feu Me Jehan de Donnensues, en son vivant secretaire dudit Segur.

Item les papiers de Me Jehan Martret seigneur de Betue.

Item les papiersde Dupeyrat marié à Pau, où sont ses papiers, il etoit habitant de Tulle.

Item Me Guillaume de Nouviere habitant de la ville de Dreux, et là doivent etre ses papiers.

Item et les papiers de Me Jehan Guyot.

page n° 94

Item et les papiers de Me Jehan Soulanges habitant de la ville.

Item les papiers de feu Me Jehan de Quercu qui etoit au temps du feu comte Archambauld fut collationnaire d’iceux, Me Jean Verdelin habitant du lieu de Montignac-le-Comte ensemble les paiers de Me Jean Herveys Vergity et J. Valette et Me Jean Gardette son fils fut collationnaire de tous les dessus dits etc.

Antoine Vallade procureur d’Exideuil collationnaire des papiers de feus Me J. Chiaze et de Me P. Duret de Coueury. Voir s’il y a aucuns homages en leurs papiers.

Item les papiers de Me Jehan Sourny et autres Sournis de la ville Exideuil, voir s’il ya aucun homages … et retirer l’extrait.

Item les papiers de feu Me Bayru secretaire  lors habitant de Montignac-le-Comte parent du seigneur de Les Pissaries et les Vayres de Perigueux et les dits Les Pissarie luy ont succedé.

Item les papiers de Me François Mestayer habitant d’Exideuil.

Item les papiers de Me Jeha Saitier notaire d’Exideuil.

Item les papiers de Me P. Chaptard du lieu d’Abzac, chatellenie d’Auberoche.

Item et Me J. d’Abzac et de Madranges du lieu d’Ans et Me P. Pasquet dudit lieu d’Ans.

Item les papiers de feu Me P. Dumas et de feu Brunisseti de la Chapelle-Aubareilh et Me J. Debort de St Genies est collationnaire.

Item les papiers de Fairon habitant de Bouziac pres Casteljaloux, les papiers sont au dit lieu.

En papier et à la cote, lenom des vieulx secretaires qui ont reçu les hommages.

__________________________

Mémoire portant que le cardinal d’Albret vouloit qu’il plut à a reine et au seigneur d’Albret de donner la faculté de recouvrer les terres et seigneuries aliénées de la comté de Périgord et vicomté de Limoges (circa 1500).

Plusieurs réféerences possibles semblent correspondre aux AD 64.

[433] Du temps des predecesseurs des comtes et vicomtes de Perigord et Limousin, memoire que mgr le cardinal vouldra que le bon plaisir de la royne et de mgr fust de donner faculté de recouvrer les terres et seigneuries vendues et alienées de la comté de Perigord et vicomté de Lymoges et mesmement les terres et seigneuries de Hans que mademoiselle de Chimay tient pour 12 000 # et Poncet de Marquayssac trois parroisses de la dite seigneurie plus de ladite seigneurie dans la parroisse de Badefol que messire Gaultier de Badefol tient plus deux parroisses dependantes d’icelle seigneurie dans que le seigneur de Villac tient.

Item la terre et seigneurie de Château Chervix que le seigneur de St Jean Ligour tient.

Item 2 parroisses que le seigneur de la Mothe tient en la terre d’Auberoche.

Item la parroisse de Savignac-les-Eglises qui est de la seigneurie de Thiviers que le seigneur des Bories tient  et 2 autres parroisses Anthone et Sarraillac de la seigneurie d’Auberoche que le dit des Bories tient.

Item les heritiers de feu Daulphin Pastoureau tiennent cinq parroisses de la seigneurie de Nontron.

Item les heritiers de feu President de Paris tiennent la parroisse de Millac dependant de a seigneurie de Nontron.

Item la seigneurie de Celle et Bertric que tient le seigneur de Bourdeille.

Item la ville et seigneurie de Lisle que tient le cadet de (dechiré).

Item une parroisse dependante de la seigneurie d’Eyssideuil que tient le seigneur de Premilhac.

Item [Vi---] parroisse de ladite seigneurie que tient que tient le seigneur de Banes.

Iem la seigneurie de Vern que tient le seigneur de la Doze.

Item la seigneurie de Larche que tient le seigneur de Salaignac, de Moncuq que tient ledit seigneur de Salaignac.

Item deux parroisses de la seigneurie de Segur que tient le seigneur de Pompadour.

Item la parroisse de Cossac que tient le gouverneur de Lymosin de la seigneurie de Segur.

Item la seigneurie de [Hay----taysse][434] de la vicomté de Lymoges que tient madame la douairiere de Nemours.

Item la seigneurie de Ribeyrac que tient  le cappitaine Odet.

Item de luy bailler le terrier des documens de Montignac qui fut prins du tresor de Montignac (fin).

__________________________

Compte de recette par P. Durand, receveur des terres de L’Isle, St Méard, etc. (1484)

Voir in dossier E 848 (document 1 & document 2) aux AD 64.

Dans un compte de recepte par P. Durant receveur des terres de Lisle, St Meard, St Astier Champanhac et les enclaves d’Avanxens pour l’année 1484, il y est dit :

A scavoir que la mesure du bled ez parroisses et lieu cy dessoubs (St Astier, St Germain, Douzillac, Avantxanhs) est que la charge du froment vaut mesure de Perigueux VIII boisseaux mesure de Avantxenhs, qui est de Ribeyrac, vault X boisseaux qui valent les dits VIII[435], mesure de Perigueux, et ce de froment et de seigle en y fault IX boisseaux à la dite mesure de Perigueux et de avoine XVI boisseaux mesure de Perigueux et le tout fait la charge.

page n° 95

Dozillac …

Helias de Las Sanhas XIJ bx mesure de Ribeyrac, valet de la mesure de Perigueux IX bx 1/3[436] … somme toute de recepte per froment XXVII boisseaux mesure de Ribeyrac valent XXI boisseaux de Perigueux qui sont XXXVII bx de Perigueux valet à charges. IIII charges V boisseaux.

IIII boisseaux dudit (Ribeyrac) valet mesure de Periguuex III (ce rapport n’est pas le meme supra), il y manque 1/9. 2 boisseaux de la mesure de Mussidan valet de la mesure de Perigueux III 1/3, IJ bx 1/3 à la mesure de Mussidan valent de Perigueux 4 bx.

Avanxens : XX bx de Ribeyrac valet mesure de Perigueux XVI bx (ce rapport est trop fort de 1/9 car supposant le premier rapport donné que 27 bx de Ribeyrac = 21 boisseaux de Perigueux, et donnant ensuite 20 bx de Rib., on aura 27 : 21 :: 20 :15 x 5/9, ainsi 16 est trop fort de 4/9. Ce qui montre qu’on ne peut pas trop se fier à ces evaluations des receveurs.

On y evalue IIII charges III boisseaux froment à luyapreciées à XXXV sols charge, monte VII # VIII s. t.

La charge seigle à 30 sols, avoine, à 10 sols la charge. La geline 6 deniers, la livre de cire 3 sols. Tout le compte est clos à Montinhac le 30 juin 1486.

_________________________

Contrat de mariage de Guillaume de Bretagne, avec damoiselle Isabeau de La Tour de Boulogne (1450)

In dossier E 646 aux AD 64.

[437]Note que establés peronnellement tres haut … mgr Jehan de Bretaigne comte de Penth. et de Perigord vicomte de Lymoges et seigneur d’Avesnes … d’une part et tres noble … Guillaume de Bretaigne frere de mon dit seigneur le comte de Penthievre d’autre part, et noble homme Gaspard de Paygnac comme procureur de haut … mgr Bertrand de la Tour comte de Bouloigne etc. et noble homme Guillaume Gaufrid procureur de damoiselle Isabeau de La Tour etc. mond. seigneur de Penth. par la grande amour naturelle qu’il a pour mondit seigneur Guillaume son frere et affin qu’il puisse [-----er][438] honorablement et aussi pour tout le droit … partage eschoyte et legitime qui luy pourroit competer en toutes les terres seigneuries … qui furent des feux pere, mere, frere et sous mgr le comte de Penthievre a donné …. dès maintenant audit Guillaume de Bretagne son frere les choses qui s’ensuivent premierement le nom [----][439] terres et seigneuries que mgr le comte de Penth. … a au pays et duché de Normandie, item tout le droit qu’il a … en la terre et seigneurie de Montfaucon en Anjou, avec leurs droits que mondit seigneur comte de Penthievre a promis faire valoir par chaque an 4000# de rente et si plus valent tout sera et demeurera audit Guillaume et aux siens, et au cas que ne vaudroient les 4000 # mondit seigneur le comte de Penthievre sera tenu et a promis les acomplir … et au cas que icelluy mondit seigneur seigneur le comte de Penthievre au temps de son décès n’aura nuls enfans descendans et procréés de son propre corps de loyal mariage, dès maintenant et l’a fait et institué, fait et institue audit cas son heritier principal en et de son nom desdites armes et desdites comtés terres et seigneuries de Penthievre, Perigord[440] et vicomte de Lymoges d’icelle le dit Guill. monsr son frere se il est en vie sinon ses enfans descendus et procréés de luy de loyal mariage sauf et retenu à mondit seigneur de Penthievre de pouvoir eschanger donner ou aultrement aliener en sa presente vye les dites terres et seigneuries à son plaisir et vollanté, item et en tout cas que les dits comtés de Penthievre, Perigord et vicomté de Lymoges par vertu de l’institution dessus dite demeureront [-----][441] audit Guillaume mon sgr., il se departira et depart de toutes les autres donations et partages dessus dits. Item et au cas que icelluy mondit seigneur le comte de Penthievre au temps de son decès auroit enfans descendans et procreés de son loyal mariage et a donné et donne des maintenant au dit cas et par les causes susdites audit Guillaume Mr son frere et des siens parpetuellement huict mille livres de rente comprinses les quatre mille livres de rente dont dessus est fait mention … lesquelles autres 4000 # … il luy assignera lieux valables … icelluy

page n° 96

mondit seigneur le comte de Penthievre a obligé et oblige mondit Guill. mr son frere et aux siens tous ses biens et toutes fois a reservé et retenu le dit Mr le comte de Penthievre du [-----][442] et consentement dudit Guill. Mr son frere qu’en deffaut d’heritiers descendans du corps dudit Guillaume Mr de loyal mariage et de ces dits heritiers, que tous lesdits seigneuries rentes et revenus retourneront à Mr le comte de Penthievre s’il etoit en vye et si ce non, à ses dits heritiers en cas sont autrement ordonné … et permi ces dites donations … mondit Guillaume Mmr s’est tenu pour bien portionné … sauf et retenu à luy Guillaume et à ses enfans masles tous et tel droit qu’ils pourroient avoir ez terres et seigneuries par les usages et coutumes d’icelluy au cas que la succession dudit mgr de Penthievre eschoiroit en femelles, de droit et coustume du pays et pourroient et devroient succeder et non autrement, puis le comte de Boulogne constitue à sa fille en dot la somme de sept mille escus d’or moyennant quoi elle renoncera à tous autres droits sur les siens et ses pere et mere. Le comte de Penthievre assigne pour douaire le château de Paulnac en Poitou et avec ce mille livres de rente… Item acte convenu entre le dites parties et octroyé par ledit Guillaume Mr que le premier enfant masle descendant dudit mariage se il est habile à succeder et se ce non le second masle se il est habile portera le nom et armes et aura en principalité et avantage et aux enfans descendans dudit Guillaume Mr en loyal mariage la terre de l’Aigle après ledecès dudit Guillaume Mr., etc. Formalités de style. La date n’y est pas, ceci est pris d’une copie ancienne mais imparfaite en papier (8juin 1450).

__________________________

Contrat de mariage de Jean d’Albret, roi de Navarre, comte de Périgord, avec Catherine de Navarre (1484)

In dossier E 543 aux AD 64.

[443]In nomine Domini a quo procedit omnis boni datio etc… fuerunt tractati matrimon. … inter serenessim. dominam Katharinam gracia Dei reginam Navarrae, ducem Nemors, Gandiae, Montisalbi, Pennefielles, comitiss. Fuxi, dominam Bearni, comitissam Bigorrae Reyignarcie vicecomitissam Boni[444], Marsini[445] Gavardan, Nebozan dominamque civitatis Balaguerii, ex una, et illustr. virum dominum Johan. d’Albreto fil. natur. et legit. primogen. illustris principis et domini domini Alani d’Albreto comitem comitatuum Penthebriae petragoricensis, vicecom. lemovic. ac dominum de Aquila tanquam heredem universalem illustris quondam dominae Franciscae de Britan. genitricis suae. Voici les articles de mariage arretés à Orthès diocese d’Ay en Bearn, l’an 1484, 14 juin, 1° … quod dominus Alanus de Lebreto genitor praelib. dabit filio praedicto in donatione propter nuptias summam centum scutorum auri … videlicet ante solemnizationem matrimon., 50 000 libr. etc. 2° quod idem praefatus dominus Alanus dominus de Lebreto pater dicti domini Johannis filii sui in favorem et ad causam dicti matrimonii faciet et ex nunc instituit illustrem eundem Johannem primogenitum ejus filium suum heredem universalem in terra et dominio de Lebreto nec non in comitatibus Gaurae et de Dreux, in vicecomitatu de Tartasio, dominiis et barroniis de [---tragesoso][446], de Neraco, de Rioms et de Sancto Basilio, Mansi Anginnens., Castromauron, captalatu de Busch et de Maransico Guissem et aliis terris et castellanis ubicumque constitutis praesentibus et futuris in quibus jus habet seu praetendet habere cum eorum et singulorum jurium actionibus … reservato quod dictus dominus Alanus de Lebreto pater possit rationabiliter suis liberis providere juxta domus suae et patriarum in quibus dicta dominia sunt secundum consuetudine et quod dictus dominus Alanus poterit

page n° 97

disponere ad libitum suae voluntatis de quinque millibus librarum turon. redditus insuper et viceversa praefata domina Katharina constituit in dotem et nomine dotis dicto illustri Johanni viro suo videlicet summam centum millium scutorum solvendorum de summis infra etc., et si dictus Johannes vir suus praedecederat et sine liberis ex corporis eorum revertatur … item fuit conventum … quod filii et filiae ex corporibus praedictorum dominae Katharinae et domini Johannis oriundi, ab eisdem descendentibus servato ordine primogeniturae hoc est quod post primogenitum sine liberis masculini sexus descendentem succedat secundo genitus et deinceps tertio genitus et reliqui masculi suo ordine. Si vero primo genitus, secundo, tertio genitus et reliqui masculi [se---][447] deficerent, sine prolibus, filiae servatae ordine primogeniturae suo ordine succedant in omnibus terris et dominiis dicti domini Alani domini de Lebreto, sine tamen praejudicio provisionum factarum aut faciendarum suis liberis, ut superius est deductum, ac in aliis quae dicto domino Johanni obvenerint ex testamentaria successione dominae Franciscae de Britannia ejus genitricis et in quibus et ad quae jus sibi competit aut competere potest et similiter succedant in dicto regno Navarrae, comitatibus, vicecomitatibus et in omnibus aliis dominiis ad dictam dominam reginam pertinentibus quae possidet etc. … Si praedictus Johannes ab hac luce superstitit, dicta Katharina migraret non relictis liberis ab eorum corporibus procreatis vel relict. aliquibus liberis et supervivente eadem domina Katharina ipsi liberi rebus eximitur humanis quod eo casu vel si dicta domina ad secundas nuptias convolante liberos suciperet uterinos omnes praelibatae dignatates terrae et dominia ad fratres dicti domini Johannis, aut eis de mindo subtatis ad eorum proximiores in gradu parentes masculos portentes nomen et arma de Lebreto et sine quacumque detractione et in defectum masculorum ad mulierum successire propinquiorem ut supra revertantur … Item pro supportatione onerum matrimon. dominus de Lebreto juxta statum ac dignitatem et proarbitrio dicti domini de Lebreto annis singulis suppleret dicto filio suo necessaria quandiu erit minor aetatis viginti annorum, post vero etatem praedictam dabit eidem annis singulis pro sustentione status sui summam octo millium librarum , cum hoc tamen quod ipse dominus Alanus inter ea percipiet fructus hereditatis quae eidem filio suo ex successione dictae dominae suae Franciscae matris suae obvenerunt et casu quo dictus dominus Johannes ejus filius perciperet fructus et redditus terrarum sibi ex successione materna pertin., eo casu dictus Alanus non tenebitur dare eidem dictas octo mille libras tur. pro sustentatione status sui ordinatus, cum eo quod eo casu ipse dominus de Lebreto consentiet quod ipse dominus Johannes percipiet census et redditus praedict. non obstante usufructu sibi in testamento dictae Franciscae legato et assignato, exceptis tamen fructibus patriae et comitatus petragoricensis quibus fructus juxta clausam testamenti praedictae dominae et pro solutione dictae summae octo millium francorum seu librarum turon.

page n° 98

obligavit dictus Alanus … vicecomitatum Tartasii etc. … quo casu quo dictus Alanus … filium suum Johannem citra aetatem 20ti annorum constitutum non tractaret nec inter teneret juxta statum et dignitatem regum ad arbitrium et cognitionem super facto dominae Magdalenae (matris dominae Catharinae reginae Navarrae) quod eo casu precise compellatur et compelli possit ad solvendum integre annis singulis dictam summam octo millium librarum tur. … Donnum quod dictus dominus de Lebreto pro suis viribus conservabit tenebitur [pro---][448] deffendit et ampliabit personas statum et bona praenominatorum reginae et Johannis nati sui … dicta et gesta et concessa fuerunt haec in dicto castro Orthesii anno etc. ut supra praesent. [----][449] et nobilibus viris dominis Audeto d’Aydie comite Convenarum domino de Lescuro gubernatoreque ac senescallo Aquitaniae, Landarum et Bazati pro domino Franciae rege, Johanne de Fuxo vicecomite ac domino de Lautrico ac de Barbazano, P. miseratione domino episcopo Appamiar., Joh. episcopo [------ -----nen., ----ento episcopo -----][450] Pauli, Johanne de Chassanh., Aymerico Loberon in utroque jure licenciato presidentisque in parlamento Burdigalae pro domino Franciae rege, Primito de Hen-te abbato de Regula Pauto Guy judice lemovic. utriusque juris licenc., Rogerio de Acomonte domino de Acomonte, Bern. de Sancta Columba et de Ysesta, Raymundo de Cradilhaco, domino d’Escire[451], Joh. de Pompadour, L. .. de Montepozan Bernardo domino d’Estissac, baronibus et militibus de Barri, domino de Larmandie praeposito de Brom, ac pluribus aliis, et me Bertrando de Campanea cleric. notar.

En parchemin, non signé.

___________________________

Testament de Guillaume de Bretagne, comte de Périgord et vicomte de Limoges (1454).

In dossier E 648 aux AD 64.[452]

[453]In nomine sanctae etc., ego Guillelmus de Britannia comes Penthebr. et Petragor vicecom. lemovic. et dominus de Avesnes, sanus menti …. licet ager … testamenum … condo etc. … eligo sepulturam meam in conventu fratrum Minorum villae meae de Exidolio in tumulo ubi jasset sepultus recolendae mem. dominus frater meus carissimus dominus Johannes de Brit., dum vivebat, comes Penthevriae et petragor., vicecom. lem. … et corpus meum indui habitu dictorum fratrum casu quo contingerit me decedere in hoc meo vicecom. lem. vel comitatu petrag. et si alibi decedam etc. soselpeliri in tumulo parentum meorum in conventu fratrum de Guinguampo et in habitu dictorum fratrum, ... Item rogo et exortor heredes et successores meos quod ex toto conde et viribus suis velint intendere et vaccent ad prosequendum et perficiendum processum et canonizationem bonae memoriae domini mei avi beati Karoli de Blesiis, dum vivebat, ducis Britannia, quod ego adjutore Deo toto affectu meo, desidero et volo prosequi ut preficiatur … Item lego dilectissimae sorori et conjugi meae Ysabelle de Turre castrum et castellaniam meam de Manso Sereno … utend. ejus vita adurante cum hoc quod post decessum ipsius conjugis meae dict. castr. ad heredes meos illico revertatur et volo quod donarium sibi constitutum per dictum fratrem meum habeat … ut melius poterit secundum tractatum matrimonii mei et ipsius … instituo et facio heredem meum universalem filium meum posthumum qui mihi nascetur ex dicta uxore mea dilectissima si ea pregnante me contingerit decedere ab hoc seculo, quod si ex ea , si pregnans sit, non nascetur filius sed filia, instituo et facio heredem meum universalem dilectissimam filiam meam naturalem et legitimam, Franciscam de Britannia primogenitam, filias vero meas dilectissimas Johannam et Karolam de Britannia facio michi heredes meas particulares quamlibet earumdem in decem mille scutis auri novis nunc cursum habentibus … eis et earum cuilibet solvend. per dictam Franciscam de Britannia filiam et heredem meam universalem dum et quando maritabuntur et interim volo quod dicta filia mea

page n° 99

Francisca de Britania heres mea universalis teneatur fecere et tenere statum dictarum Johannae et Karolae. Et volo quod dicta Johanna de Britannia sit michi heres particularis in dictis decem mille scutis … et dicta Karola de Britannia sit michi haeres particularis in dictis aliis decem mille scutis etc. Et volo quod nichil amplius possint petere in bonis, rebus et successione meis … et si contingat dictam filiam meam Franciscam de Britannia decedere sine liberis ex suo copore descendentibus ei substituo dictam Johannam filiam meam et eo casu quo dicta Johanna filia mea erit heres mea universalis, volo quod dicta Karola habet et bonis meis jure institutionis quindecim mille scutos novos, et cum hiis sit contenta de omni jure quod possit habere in successione mea. Et si dicta Johanna de Britannia filia mea decesseret sine liberis ex suo corpore descententibus per legitimum matrimonium, volo quod dicta Karola de Britannia filia mea sit heres mea universalis, et quod mea filia posthuma si nascetur habeat viginti mille scuta pro omni jure quos sibi posset competere in successione mea et casu quo dicta Karola filia mea decesserit sine liberis ex suo corpore descendentibus, substituo ei filiam meam posthumam si mihi nascetur. Item facio nomine et ordino rectorem gubernatorem administratorem ac tutorem dictorum liberorum meorum et omnium bonorum meorum et dictarum liberarum mearum dictam dilectissimam conjugem meam Ysabellam matrem eorum quandiu fuerit in statu vidual. Et nolo quod teneatur facere aliquod inventarium de bonis et rebus meis … et non teneatur compotum aliquod de administratione sua dictis liberis meis et suis … reddere etc. … Sic tamen quod se regat et liberos meos et eorum bona cum consilio dilectissimorum fratrum meorum et suorum dominorum, Bertrand. dominum de Turre et Godefroy dominum de Montgaston milites et cum consilio executorum meorum infrascrit. aut sanioris partis ipsorum. Executores vero hujus testamenti… et administratores patrimonii et bonorum dictorum liberorum meorum, tutores donec ad aetatem legitimam pervenerint una cum praedicta dilectissima Ysabella conjuge mea quandiu ipsa existerit in statu vidual. Et post, si ipsa ad secundas nuptias transiret, solos facio, ordino et nomino tutores carissimos consanguineos et fideles meos dominos Johannem vicecomitem Combornii, dominum de Treygnaco, Johannem dominum de Petra Bufferia, Gualter. de Perusse dominum de Cadris milites, et dilectos et fideles meos Bernardum dominum de Bonavalle, Bertrandum de Lur dominum de Freyssinet milites, patrum meum spiritualem fratrem Stephanum Vereau ordinis Fratr. Minorum magistrum in sacra pagina et magistrum Johannem de Domibus Novis in legibus licenciatum, judicem appellationum comitatus mei petragoricensis et vicecomitatus lemovicensis … quod relevo ab omni factione inventarii et redditione compoti, et eis do et concedo plenam et liberam potestatem capiendi de bonis et rebus meis et de ipsis distrahendi pro complemento hujus mei ultimi testamenti, seu voluntatis extremae, tantam talem quantam et qualem ego nunc habeo et habebam per quadraginta dies aut aliud longius tempus ante factionem hujus mei ultimi testamenti … et liberos meos et uxorem meam commendo gratiae domini mei regis et dominae meae reginae et domino de Leomania et dominae de Bononia et dominae et sorori meae dominae Margaritae de Chauvygny viduae quondam domini fratris mei praedicti domini Johannis de Britania et dominos de Lievre et de Montgaston domino de Bossaco et domino de Bella Villa etc. Acta fuerunt haec praemissa in castro de Securio lemovicensis diocesis, videlicet in hospitio de la Penthenarie, anno ab incarnatione Domini millesimo quadringentesimo

page n° 100

quinquagesimo quarto … regnante Karolo ... Franc. rege, die vicesima quarta mensis augusti circa horam vesperarum paulo ante praesentibus … nobilibus et potent. viris dominis Gualter. de Perucia domino de Cadris, Bernardo domino de Bonavalle, Bertrand. de Lur domino de Frayssineto militibus, mgr Joh. de Domibus Novis in legibus licenciato et in decretis baccalario, Reginaldo Cotteti, Johanne de Peyssac, Johanne de Ponceau et Karolo Rosseau domicellis … et G. Bouliller notar. qui r. (transcrit sur un collationné signé, de Vaudetar, en papier, cotté n° 18, ch. XI).

A la fin de cette piece est attaché un acte en parchemin portant que damoiselle Charlotte de Bretagne, son procureur, ayant maintenu et maintient faulx per devant Me P. deVaudetar conseiller du roy au parlement de Parix et ez registres du Palais, et commissaire en cette partie, certain prothocole que s’en dit etre le prothocole de feu Me Pierre Lasmagras mesmemment certaine note appelée en icelluy laquelle maistre Anth. Leymarie a affermé par devant vous etre la vraye note originale du testamens ordonnee de derniere volunte de feu Guillaume de Bretagne comte de Perigord, vicomte de Lym … offrant de bailler ses moyens de fausseté. Cet acte est du 13 oct. 1502.[454]

__________________________

Testament de Françoise de Bretagne, comtesse de Périgord, vicomtesse de Limoges (1481).

In dossier E 607 aux AD 64.

[455]In nomine etc., noverint etc., quod ego inclyta … domina Francisca de Britannia comitissa Penthevriae et petrag., vicecomitissaque lemovic. ac domina Asvenorum, conjux inclyti principis ac domini Alani de Albreto militis domini de Allebreto comitis Drocarum, Gaurae, Penthebriae et petragor., vicom. Lemovic. … considerans etc. suum condidit testamentum, in hunc modum : Au nom du Pere, etc. … je veux que apres mon trespas si je trepasse deça la riviere de Dordoigne que mon corps soit ensevely en l’esglise du couvent des Freres Mineurs de Castelgaloux avec les predeccesseurs de Mr mon mary … et en cas que je trespasse au della de ladite riviere de Dordoigne, que mon corps soit ensevely dans l’eglise des Freres Mineurs d’Eyssideuil avecques monseigneur mon pere et messieurs mes oncles Jehan et Guillaume de Bretagne mes predecesseurs. Item veux etre vestue à l’heure demon trespas de l’abit de monsieur St François, affin que je meure et trepasse revestue dudit abit auquel mr St François ay fiance qu’il prie Dieu pour moy et qu’il serq mon advocat envers Dieu mon creteur pour moy pour moy impetrer grace et pardon etc. … Item je laisse pour la commanderie de St Anthoine d’Eyssideuil X livres tourn. pour la reparation de l’hopital de Montignac 20 #, de l’hopital de Nontron 10 # … veux que par mes executeurs soit fait chanter dix trentenaires de messes de S. Amador en l’année de mon trepas. Item veux et ordonne que mon fils Gabriel d’Alebret aye pour sa part et portion en tout ce qui pourra luy competer et apartenir à cause de mes biens meubles et immeubles, et pour tout droit de legitime jure institutionis ma seigneurie d’Avesnes en Hainault avec touts les villes etc. pourveu que si mondit fils Jehan d’Albret non se voulust consentir que mon fils Gabriel eut madite terre et seigneurie d’Avesnes pour ce qu’il faut que par la costume de Ainault que le premier fils se consente à ladite donation et delivrance desdites terres, en ce cas le veux et ordonne que mon fils Gabriel ait pour sa part et portion et pour tout droit de legitime et de institution heredis particulierement toute ma comté de Périgort avecques toutes ses villes, places, lieux, et avecques toute justice haulte, moyenne

page n° 101

et basse, mere mixte impere avec tous autres droits seigneuriaux apartenans à ladite comté laquelle je veulx, s’il est le bon plaisir du roy nostre sire, que soyt tenue arefief de mon fils Jehan mon heritier universal, et qu’il n’y puisse aucune chose demander. Item vueil et ordonne que mon fils Pierre soit home d’esglise et au service de Dieu et que mes heritiers le entretiennent à l’escole pour l’apprendre au mieulx qu’ils pourront selon l’estat de la maison dont il est et jusqu’à ce qu’il soit pourveu en l’esglises pour pouvoir entretenir son estat et en ce cas je luy donne pour tout droit de legitime jure institutionis la somme de mil cinc cens livres t., une foy payées par mes heritiers, et au cas qu’il ne vousist etre homme d’esglise, je luy laisse et donne pour tout droit de legitime jure institutionis à prendre sur tous mes biens la somme de de 3000 livres t., et en ycelle somme je le fais mon heritier particulier jure institutionis. Item vueil et ordonne que mon fils Amanieu soit homme d’esglise et au service Dieu etc. (comme pour Pierre). Item veux et ordonne que ma fille aisnée Loyse aye pour sa part de tous mes biens tant meubles que immeubles pour son mariage la somme de six mille livres t. … une foy payés par mon heritier, et en icelle somme la fais mon heritiere particuliere et qu’elle n’en puisse autre chose demander. Item veux et ordonne que ma fille Ysabeau ait la somme de 4000 # une fois payees … pour son mariage et en icelle somme la fais mon heritiere particuliere etc. Item veuls que ma fille Charlotte aye pour sa part la somme de 3000 # une fois payés, pour l’aider à marier, et en icelle somme la fais mon herit. particuliere. Item veux et ordonne que ma fille Anne ait … 3000 # t., une fois payés, pour l’aider à marier et en icelle somme la fais mon heritiere particuliere… Item pour ce que institution de heritier est chose et fondement de tout, veux et ordonne que mon fils aisné Jehan d’Allebret soit mon heritier universal des comtés de Penthievre, Perigort et de la vicomté de Lymoges et de tous mes autres biens meubles et immeubles quelque part qu’ils soient. Item vueil et ordonne que les deniers ci-dessus declarés en ce present mien testament avecques toutes les deptes que mes executeurs trouveront et connoistront en quoy je porroye etre tenue soient payés par mondit fils Jehan mon heritier universal, soient prinses et levées par mes executeurs sur toutes les rentes et revenus d’Eyssideuil et de Montpaon, de Ans et de Auberoche jusques à fin de paye reservé les deniers que je laisse à mes fils et filles pour leur part et portion lesquelles seront prinses par mon heritier et par mes executeurs sur les fruits rentes et revenues de tous mes biens et heritage, reservé la seigneurie d’Avesnes en Hainault jusques à fin de paye. Item vueil et ordonne qu’en cas que mondit fils Jehan d’Alebret mon heritier universal allast de vie à trespassement sans avoir hoirs, que mon fils Gabriel succede et viengue par entier sans aucune diminution et retention de trabellianique à la succession de mon fils Jehan pourveu que si mondit fils Jehan laissoit des filles après son trespas dessendant de son corps par loyal mariage, qu’en ce cas mondit fils Gabriel soit tenu de les marier et pourvoir, selon sa faculté au mieulx qu’il pourra. Item veulx et ordonne que si

page n° 102

(si) mon fils Gabriel alloit de vie à trespas sans hoirs masles descendens de son corps par loyal mariage, que en ce cas mondit fils Pierre d’Allebret s’il n’est point homme d’esglise succede et viengue par entier sans aucune diminution et retention de trabellianique à la succession de mes fils Jehan et Gabriel et en cas qu’ils soit homme d’esglise, je veux que mon fils Amanieu soit mon heritier universal et succede à mes dits fils et heritiers susdits pour entier sans aucune diminution ne retention de trabellianique et de là de prochan et proch. pourveu que si mondit fils Gabriel ou mondit fils Pierre laisseroient filles descend. de leurs corps par loyal mariage que en ce cas modit fils Amanieu d’Alebret soit tenu de les marier toutes et pour ce [---][456] selon sa faculté du mieulx qu’il pourra. Item vueil et ordonne que ou cas que mesdits enfans masles allassent de vie à trespas sans avoir hoirs masles descend. de leur corps par loyal mariage, en ce cas, je vueil que ma succession retourne à ma fille Loyse et au cas que ma fille Loyse n’eust enfans masles de loyal mariage, je vueil que ma succession retourne à ma fille Isabeau et de là de degré en degré, ainsi que dit est, et avec les conditions susdites. Item veux et ordonne que Mr mon mari demeure usufructaire de tous mes biens tant qu’il vivra et qu’il demeurera en veufvage, et au cas qu’il fit secondes nopses et que mondit fils Jehan fut hors d’age de tutelle, en ce cas je veux que mondit seigneur mon mary demeure seigneur tant qu’il vivra de ma comté de Perigord, de Larche et de Ribeyrac et emprès son decès qu’elle retourne à mondit fils Jehan comme dit etc. Item au cas que mondit seigneur mon mary alast de vie à trepas, mondit heritier universal demeurant en pupiller age, ordonne les tuteurs de mesdits enfans, c’est à scavoir mes freres Jehan et Gabriel d’Albret seigneurs d’Orval et de Lesparre et reverends peres en Dieu les eveques de Perigueux et de Limoges auxquels je prie que pour l’amour qu’ils ont toujours eue pour mondit seigneur et mon fils, qu’ils veuillent prendre la charité de la tutelle de mesdits enfans et par ce present testament, je leur donne puissance de pouvoir le soigner en toutes les façons … qu’ils verront et à faire, c’est à scavoir ez six ez sinc aux trois aux deux du [-----][457] auxquels je recommende mon ame de faire prier Dieu pour moy et pour chasser et garder le bien de mesdits (enfans) et aussi de mes subjets. Item je veux et ordonne pour mes executeurs testamentaires … nobles … Anthoine de Salignac seigneur de Salignac, Jehan de Pompadour chevalier, seigneur de Pompadour, Ramond de Cardilhac seigneur de St Cire, Arnault de St Amand seineur de Vissac, Ramond de St Morice et Charles de Bernes, auxquels je donne puissance … Quod quidem testamentum valere voluit etc. Acta et retenta fuerunt haec apud Neyracum diocesis condom., senesc. agin. infra cameram castri dicti loci, die prima, mensis decembris, anno ab incarnatione Domini millesimo quadragent. octuagesimo primo. Johan de Novavilla … Avec paraphes, en parchemin.

FIN DU RECUEIL N° IV



[1] en marge gauche : Cod. 4, n° 30.

[2] en marge gauche : Philippe regent de France, 1316.

[3] en marge gauche : consulat de Périgueux regi par un officier du roy en 1316, voyez les extraits de [non déchiffré] et les Olim supra.

[4] non déchiffré, écrit entre deux lignes, peu lisible.

[5] en marge gauche : l’eveque de Px attaqué pour la justice de Bassilhac.

[6] non déchiffré.

[7] en marge gauche : n° 32.

[8] en marge gauche : Gui de Bourdeille, 1320.

[9] en marge gauche : n° 40 / 1305.

[10] non déchiffré.

[11] en marge gauche : Jehan de l’Hopital, seneschal, 1305.

[12] en marge gauche : Helie comte de Pd père d’Archambault, celui-ci père d’Archambault et de Bozon, 1305.

[13] en marge gauche : Arreblay, seneschal,1305.

[14] ou Ernencuria ?

[15] en marge gauche : titre de Saint donné à St Louis à Perigueux, reponse à la chronique qui est à la fin de l’edition de [ nom non déchiffré].

[16] en marge gauche : voyez la note codic. preced. [--] le compromis [illis.] chapitre de St Front et le comte de Perigord.

[17] en marge gauche : guerre de Helie, comte de Perigord, contre la ville de Perigueux, vers 1240.

[18] en marge gauche : punition de l’adultere.

[19] en marge gauche : droit d’appeler l’arriere-ban.

[20] « Parisiis » dans le Recueil des titres de la ville de Périgueux, voy. :

 (http://guyenne.eu/Catalogue/Publications_Reeditions/Titres_Perigueux.htm)

[21] en marge gauche : allocati : gloss.

[22] texte entre crochets placé en marge gauche, en renvoi de l’asterique placée devant « dixit ».

[23] en marge gauche : revolte des habitans de Px contre le comte.

[24] en marge gauche : Helie de Talayrand va à la croisade, sous St Louis.

[25] non déchiffré

[26] en marge gauche : jurisdiction du consulat de Perigueux saisie, et supprimée, etc. voyez les extr. de Px à l’[illis.] et supra dans les Olim. / n° 43.

[27] en marge gauche : n° 44 / chapitre de St Front

[28] Le catalogue de Pau, pour le dossier E 830, donne la liste des noms suivantes : Jean de Montardit, seigneur de Faure, chanoine; Pierre Faure, grand archidiacre ; Jacques Des Prés, archidiacre de La Double ; Louis de Guirande, bachelier en droit; Foulcaud Teulier, archiprêtre de Pilhac ; Antoine Parni, curé de Sainte-Alvère ; Archambaud de Montouson, curé de Rouffignac ; Jean Tricard, archiprêtre de Montanceix ; Jean Thibaut le jeune, licencié ; Antoine Charron, notaire et syndic du Chapitre ; Hélie de Landric, curé de Chignac ; Pierre Boussaut, receveur du Chapitre ; Raymond Lambert, marchand de Périgueux; Jean Thibaut, archidiacre de Bergerac; Jean Robert, curé de Saint-Martin; Pierre Clément, secrétaire du Chapitre; Jean de Leymarie, bachelier en droit ; Bertrand Clément, prêtre ; Hélie de Laveyssière, bourgeois de Périgueux ; Hélie de Monbouchier ; Jean Fauron, notaire; Poncet de Chaumont, chanoine d'Aubeterre ; Guillaume Chaloupin, licencié ; Pierre Aubarbier, curé de La Cropte et du Breuil ; Dousset Baron , notaire ; Pierre Colombier ; Etienne Grasset ; Raymond Gentil ; Pierre de Boscmory ; Pierre de Brosse, chanoines de Saint-Front de Périgueux

[29] surnom non déchiffré.

[30] texte ici entre parenthèses : renvoi placé en marge gauche .

[31] en surcharge, entre les lignes.

[32] ibid.

[33] ibid..

[34] mot non déchiffré.

[35] en marge gauche : division du jour civil.

[36] mot non déchiffré.

[37] en marge gauche : grand nombre de chanoines de Perigueux dans le Parlement de Bordeaux en 1500.

[38] en marge gauche : plainte d’Alain d’Albret à cette occasion, Q. a en icelle deux oncles, l’ung abbé et l’autre chanoine d’icelle eglise ([mot ill.] marginal, ecriture du temps).

[39] en marge gauche : Eveché de Perigueux saisi par Philippe Le Bel, je ne sais encore à quel sujet, peut-etre à cause du differend entre le roy et Boniface VIII mort le 2 octobre 1303. Ces assises sont du 21 decembre 1303., et mourut 7 juillet 1304 ou le 8 juillet 1304. Clement V élu le 5 juin 1305. L’eveque d’Agen fut poursuivi par les officiers du roy à cette occasion, vid. Mart., Sti Capras. Agen. L’eveque de Perigueux le reconcilia avec Philippe Le Bel puisque nous le voyons chargé de grandes affaires à sa cour, en 13--, voy. mes extr. de l’évêché de Perigueux.

[40] abréviation non déchiffrée.

[41] en marge gauche : L’eveque de Px prend la qualite de tenant la place de l’abbé de St Front.

[42] non déchiffré.

[43] en marge gauche : abbé de St Astier / monoye / n° 48.

[44] en marge gauche : monoye d’argent.

[45] en marge gauche : le mot obole est pris dans un sens different de celui qu’il a communement, selon l’usage ancien l’obole etoit une monoye reelle. Dans cette …, ici ce n’est ni une monoye reelle, ni de compte, ni un , mais une certaine portion du tout. Comme le … pour l’or et le den. pour l’argent, le mot obole se doit entendre ici de la moitié du denier … pour la 12e partie du tout. Ainsi l’obole en sera la 24e partie, ou le denier etant divisé en 24 grains, l’obole sera de 12 grains.

[46] en marge gauche : les forts deniers le prends pour les deniers les plus pesans, ordinairement le mot forte monoye a rapport au titre.

[47] en marge gauche : quelle etoit l’ancienne marque des monoyes perigordines, 5 besans, ou quinque oculis.

[48] en marge gauche : en effet, à la 29e ligne le mot « monetam » est en interligne. C’est un des plus anciens titres que j’aye vu où les interlignes soient enoncés et autorisés.

[49] en marge gauche : bien lisible.

[50] en marge gauche : Symon de Meleduno seneschal en 1277.

[51] non reproduit ici.

[52] en marge gauche : n° 53

[53] mot non déchiffré.

[54] en marge gauche : fondation de la solemnité de St Cybar dans l’eglise de St Front.

[55] en marge gauche : n° 58 / dixmes d’Avancenx sont infeodées pour Vauclaire, 1272, voy. n° 2 du ch. 38.

[56] en marge gauche : Aimeric de Longueval abbé d’Aubeterre vers 1250.

[57] en marge gauche (peu lisible et taché) : Dans l’assence que Helie comte de Perigord fait à Grimoard domicellus de Grinhol, du château et chatellenie de Granholio, an 1301, vendredy avant la St Jehan. L’assence aussi … et talliam ejusdem loci, cum juribus obventionibus clamoribus guatgiis et emendis et toto lo faymidrech castri et castellaniae praedictae. … et si qua[taché]oramenta necessaria per dictum Grimoardum [taché et/ou rayé] idem comes … solvere tenebitur. N° 8 chap. 13, inventaire de Perigord, arch. de Pau.

[58] en marge gauche : n° 59 / indiction constantinienne usitée en Perigord. / comput.

[59] non déchiffré.

[60] en marge gauche : Archambault comte de Périgord etoit encore contre les Anglois en 1370, et associé au connétable Du Guesclin. Voyez l’histoire de Bertr. Du Guesclin, par Hay (du Chatelet).

[61] en marge gauche : Du Guesclin à Périgueux le 2 sept. 1370.

[62] en marge gauche : n° 2 / Bertrand de Born.

[63] texte en surcharge entre les lignes très peu lisible, non déchiffré.

[64] en marge gauche : n° 3 / Le cardinal de Talerand reçoit de Roger Bernard son frere le château de Bourdeille, 1343.

[65] non déchiffré.

[66] ibid.

[67] en marge gauche : n° 5 / differend entre l’eveque de Perigueux et Bernard de Maumont abbé de Brantome, bulle de Nicolas IV, 1289.

[68] en marge gauche : Raymundus, eveque de Perigueux ôte à Bernard abbé de Brantome le gouvernement de son abbaye, jurisdiction des ordinaires, etc.

[69] en marge gauche : ces mots : « ecclesia ubi … recepto » abbregés et equiv. à lire / biens communs à St Etienne de Perigeux [ill.] [collation.] [non déchiffré].

[70] en marge gauche : Nicolas IV élu le 22 fevrier 1288, meurt le 4 avril 1292. Le siege vaque 2 ans 2 mois 2 jours, et le 5 juillet 1294, S. Celestin V est elu. Il abdiqua le 13 decembre, même année. Boniface VII est elu le 24 decembre 1294, meurt le 2 oct. 1303. Boniface s’attribue une autorité supreme en 1301. Les disputes avec Philippe le Bel 1302. Benoit XI elu le 22 oct. 1303, meurt le 7 juillet 1304. Clement V elu le 5 juin 1305 siege 8 ans 10 mois 16 jours, meurt le 20 avril 1314 c.. Plus bas Dom Calmet le fait mourir le 17 mars 1314. [non déchiffré] mieux. Jean XXII est elu vers le 7 aout 1316, meurt le 4 decembre 1334.

[71] supposition, car illisible.

[72] en marge gauche : n° 6 / Arnaud de Bourdeille, 1450.

[73] en marge gauche : Jean de Penthievre paye les gages des capitaines aux depends des seigneurs et des eglises du Perigord. / Vernode encore subsistante en 1441.

[74] en marge gauche : n° 7 / Fait de Sourzac / monoye / Ranconnet.

[75] près de Mussidan, sur l’Isle.

[76] en marge gauche : n° 9. / Jean fils de Philippe de Valois charge le comte de Perigord de garder les places frontieres moyennant 10 000 livres, etc., 1345.

[77] en marge gauche : « remaneant » (Trésor des Chartes).

[78] non déchiffré.

[79] en marge gauche : n° 14. / sgrs de Bourdeille.

[80] en marge gauche : origine des communs de Perigord. Au duc de Guienne. Et en marge est ecrit : « semble au conseil de mons. le comte que la replique est juste et raisonnable ».

[81] n° de l’article peu lisible.

[82] en marge gauche : Perigord seroit-il non païs de [mot non compris] ? mais les alleux sont etablis par d’autres titres.

[83] en marge gauche : signatures des notaires avant l’edit de François Ier en 1539.

[84] en marge gauche : n° 17 / Bourdeille confisqué par les enfans de Tharis de Burdelia.

[85] en marge gauche : il n’etoit qu’un simple moine qui requit l’expedition de cet acte passé par B. abbé de Brantome. L’acte se trouve dans le recueil de Mr l’eveque de Soissons (Bourdeille), page 136 … Leydet.

[86] en marge gauche : je crois que ce sont les Maumont qui parlent ici.

[87] en marge gauche : ces mots sont suppléés d’après la copie de Mr l’eveque de Soissons p. 136 : « imposerentur ab aliquo super castro praedicto ».

[88] en marge gauche : « juvabimus eosdem de placito ».

[89] en marge gauche : crosse abbatiale, 1283.

[90] mot non compris.

[91] en marge gauche : Ameniou du Laux, noble de la parroisse de Biras en 1471 / Arnaud de Fayolle noble.

[92] en marge gauche : exemption de droit de commun pour les hommes d’Andrivaux et de Chancellade dans la parroisse de Bussac.

[93] non assuré.

[94] non déchiffré.

[95] mot tronqué en fin de ligne.

[96] en marge gauche : n° 1 / Don fait par Philippe de Valois au comte de Périgord de Montancès apartenant précedemment à Gaillard de Montancès.

[97] mot non compris en fin et début de ligne.

[98] mot non déchiffré.

[99] abréviation non déchiffrée

[100] fin du patronyme non déchiffrée.

[101] en marge gauche : n° 2 / Marguerite de Perigord, fille d’Archambaut, 1269.

[102] en marge gauche : ce mot est presque effacé.

[103] en marge gauche : on commence à entrevoir l’etude du droit romain sous St Louis (1269)

[104] en marge gauche : Pierre, abbé de Chancelade en 1269.

[105] non déchiffré.

[106] nom supposé, sans certitude.

[107] en marge gauche : Privileges de Lisle en Perigord, en parchemin, cayer de 6 pages d’ecriture (y est joint une copie faite il y a 8 ou 10 ans).

[108] en marge gauche : loy particuliere pour les testaments, l’emancipation.

[109] en marge gauche : deffezia, gloss.

[110] en marge gauche : sceau, fleurs de lys sans nombre encore en 1543, pour les seneschaux.

[111] en marge gauche : n° 3. / serment de fidélité des habitants de Lisle prêté successivement … / (marque de violence)

[112] en marge gauche : n° 4.

[113] mot non déchiffré.

[114] en marge gauche : n° 5 / Le roi Philippe de Valois cede les droits sur Lisle au comte Roger-Bernard à cause de la detention de la chatellenie de Moncuc par le sire d’Albret, laquelle chatellenie avoit été d’abord cedée au même comte pour partie du prix des droits de Regnault de Pons sur Bergerac.

[115] en marge gauche : Le sgr d’Albret ennemi du roy s’empare de Moncuc près Bergerac.

[116] document troué.

[117] en marge gauche : et heredes quousque pacifice habere et tenere valeant.

[118] non déchiffré.

[119] en marge gauche : n° 8. / Jean de Sermet, 1507.

[120] en marge gauche : n° 9. / Diplôme du prince de Galles, un mois après la bataille de Maupertuis, en faveur  du cardinal de Périgord et de son frere le comte Roger-Bernard. / Bataille de Maupertuis le 19 septembre 1356.

[121] en marge gauche : ces mots « locum de Insula ac alia » sont en interligne, meme main et meme encre.

[122] non déchiffré.

[123] en marge gauche : plusieurs gentilhommes et bourgeois de Montignac vont bruler le château de Aymeric de Chabans lieutenant general du seneschal de Périgord, 1400, conduits par Archambault comte de Perigord. (Je n’ay trouvé encore nulle part dans le Tresor du roy à Pau le siege de Montignac dont parle Juvenals de Ursins, sub anno 1398, Hist. de Charles VII, ni rien qui y ait le moindre rapport. Je serois tenté de soulemner son récit. A l’article où les officiers de Montinhac rendent compte de l’etat du château, n° 71, il n’est rien dit etc. Leydet). (Ceci n’est [illis.] negat encore pure conjecture, à suivre.

[124] en marge gauche : n° 40 / privilèges de St Lyons.

[125] en marge gauche : n° 45 / 2eme de la liasse.

[126] 2eme prénom et patronyme non identifiés.

[127] en marge gauche : n° 45.

[128] en marge gauche : reparations de la ville de Montignac, 1419.

[129] passage entre crochets placé en marge gauche 

[130] en marge gauche : n° 45, n° 5 de la liasse.

[131] en marge gauche : L’indiction de 1412 etoit 5 may, elle avoit du changer le 24 septembre si c’eut été la constantinienne, ou le 1er sept. Si c’eut été la pontific. Ainsi, celle-ci est l’imperiale.

[132] seul le verso de ce document a été numérisé (note Cl. R.)

[133] en marge gauche : pr l’eveque de Perigueux / Jean de Galard, sgr de Limeuil, achete, etc… / n° 46.

[134] en marge gauche : premier coin du roi Philippe (quid ?, gloss.).

[135] en marge gauche : laudare venditionem, gloss. (hinc laudemiae).

[136] en marge gauche : R. de Pons, seigneur de Montignac / n° 47.

[137] en marge gauche : n° 49 / le duc d’Orleans reprend la comté de Perigord, qu’il avoit cédée au bastard d’Orleans, et donne la garde du château de Montignac à Hue de St Mars. / ex authentico, en parchemin.

[138] avec la précédente ? à vérifier.

[139] en marge gauche : n° 50 / ex authentic., sign. et sigillat. / Le bastard d’Orleans, comte de Perigord.

[140] en marge gauche : le comte de Dunois se signoit Jehan, bastard d’Orleans.

[141] en marge gauche : publicé à Montignac, praesentibus nobilibus viris Bardino Coteli domino de Banayas et Johanne Paluel domicellis, die ultima febr. 1437.

[142] en marge gauche : n° 54 / Guy d’Aubusson seigneur de La Feuillade devient seigneur de Vilhac par sa mere Johanne de Roffinhac. / ex authent. in papiro

[143] peu lisible.

[144] mot non déchiffré.

[145] en marge gauche : temps obscur, mots peuvent etre lus.

[146] en marge gauche : les officiers des seneschaux ne pouvoient faire aucun acte de justice dans les terres du baron qui avoit la haute justice sans en etre requis. Sur les barons, voyez les etablissements de St Louis, les reglements pour le Perigord, mssc. Donnés par les rois Louis IX, Philippe le Hardi et Philippe Le Bel, voyez Beaumanoir le Conseil de Pierre de Fontaine et les ordonnances du Louvre par Secousse.

[147] fin de ligne peu lisible.

[148] mot en fin de ligne non déchiffré.

[149] en marge gauche : ordonnances de Philippe de Valois portant reglement sur l’exercice de la justice royale dans les terres des prélats et de barons.

[150] mot non déchiffré.

[151] en marge gauche : lettres royaux publiés et enregistrées aux assises des seneschaux etc.

[152] mot non déchiffré.

[153] en marge gauche : officiers royaux ne peuvent demeurer dans les terres des barons, exceptions.

[154] nom in complet dans le texte de Leydet.

[155] en marge gauche et sur une seule ligne tenant presque  toute la page : bataille de Crecy en Normandie 26 aout 1346. Philippe de Valois défait par Edouard III.

[156] mot non déchiffré.

[157] en marge gauche : forme des jugements solennels.

[158] en marge gauche : n° 57 / Raymond abbé de St Amand 1251. / Brenac ville près de Montignac.

[159] en marge gauche : léproserie de Peyruseles.

[160] en marge gauche : Helias abbé de St Amand 1362.

[161] en marge gauche : n° 59 / Roger-Bernard comte de Perigord, donne au cardinal de Talleyrand son frere la chatellenie de Montignac, 1340.

[162] mot non déchiffré.

[163] patronyme non assuré.

[164] nom non déchiffré.

[165] en marge gauche : n° 1 / Le roi Jean confisque les terres de Jean de Galard sgr de Limeuil, et les donne à Roger-Bernard, comte de Perigord. Dans la suite Galard fit un traité de paix particulier, par lequel il promettoit de quitter le parti anglois. Ce sgr paroit agir comme d’egal à egal avec le roy de France dans ce traité, dont Justel (Histoire de la Maison d’Auvergne) dans les Preuves [illis.]. Villaret, Continuat de Welly etc. ont donné l’extrait. Je l’ay transcript entier sur l’original à Ste Alvere, voy. mes extraits de Ste Alvere – Leydet. Comparer les dates etc.

[166] en marge gauche : Le roi Jean etoit parvenu à la couronne le 23 aout 1350 agé de 40 ans, sacré à Rheims le 26 septembre suivant.

[167] en marge gauche : Lettres royaux scellés d’un sceau privé et non royal. Diplomat.

[168] en marge gauche : Sur la cotte : regestrata.

[169] en marge gauche : n° 2 / Interegne apres la mort de Louis Hutin decidé à Vincennes le 5 juin 1316. [2 mots non déchiffrés] sa femme Clemence de Hongrie, en attendant qu’elle acouchat, Philippe le Long fut regent du royaume.

[170] en marge gauche : consuls de Perigueux nommoient les tuteurs.

[171] en marge gauche : cour du consulat de Périgueux saisie et mise sous la main du roy, voyez mes extraits de [texte masqué] Olim du [Parlement de Paris] (texte supposé).

[172] non déchiffré.

[173] en marge gauche : n Saisie [passage masqué] sur Marguerite de Larochefoucault (1471).

[174] en marge gauche : n° 4 / seneschal du comte de Perigord.

[175] en marge gauche : gardiens accordés par le roy, 1319.

[176] en marge gauche : Jehan roy de Navarre vend à son père Alain d’Albret la chatellenie d’Auberoche, 1512.

[177] en marge gauche : n° 8 / pour l’eveque de Perigueux.

[178] en marge gauche : bastide de Bonneval en Perigord, 1350.

[179] en marge gauche : Cardinal de Talleyrand avoit une bastide pres d’Avignon. Precaution. / n° 9

[180] mot non déchiffré.

[181] ainsi terminé par Leydet.

[182] en marge gauche : n° 10 / le château d’Auberoche livré aux Anglois puis repris sur eux est vendu avec la chatellenie au cardinal de Perigord, par Philippe de Valois.

[183] abréviation non déchiffrée.

[184] en marge gauche : Apres la bataille de Crecy donnée le 26 aout 1346.

[185] en marge gauche : n° 12.

[186] en marge gauche : voyez la note au bas du n° 25 infra / notediplomatique, sceaux plaqués, etc.

[187] en marge gauche : diplomatique.

[188] en marge gauche : n° 24 (ceci est une erreur, le document correspondant à Pau porte le n° 17 - note Cl. R.). / Chateau d’Auberoche possédé par le duc d’Orleans en 1417. / Mondot Paute cappitaine de Bordelha. / La Cropte refuse de remettre la place d’Auberoche au commiss. du duc, sous pretexte, etc.

[189] en marge gauche : I vets, une fois, gloss.

[190] en marge gauche : la chatellenie de Vernh est vendue à sgr de la Douze par Alain d’Albret, motif.

[191] Note Cl. R. : RIVENSIS (Rieux - Haute-Garonne): Evêché créé le 11 juillet 1317 par démembrement du diocèse de Pamiers. Source (en date du 25/10/2010) : www.fordham.edu/halsall/french/diocese.htm

[192] mot non déchiffré.

[193] ibidem.

[194] en marge gauche : pour luy et pour ses enfans, Jean d’Albret roi de Navarre, et Gabriel d’Albret seigneur d’Avesnes.

[195] en marge gauche : testament de Françoise de Bretagne vcomtesse de Lymoges, comtesse de Perigord se trouve plus détaillé d’après un titre original à la fin de ce 4e recueil.

[196] en marge gauche : comté de Perigord destinée à etre arriere fief tenu de Jehan roy de Navarre etc. … n’eut son effet, etc.

[197] en marge gauche : enfants destinés à l’esglise par la mere.

[198] en marge gauche (note peu lisible) : Ces sortes de destinations n’etoient pas absolues, du moins dans les derniers temps Code [----], vide notas Hugonis Menardi ad [reg--] S. Benedicti, in volumine quem edidit sub hoc titulo, Concordia Regularum, in 4°, gros. [----] bibliotheque de Chancellade [re----é] in indice.

[199] en marge gauche : Amanieu destiné à l’eglise par le testament de sa mere. C’est celuy qui fut depuis cardinal abbé de Brantome en Perigord, et tres mauvais sujet, voyez pour cela le testament de son père Alain qui fait un legs pour le bastard de son fils le cardinal (hinc male labes).

[200] texte entre parenthèses en surcharge au-dessus de la ligne.

[201] en marge gauche : Montignac au cardinal d’Albret, Moruscles en Limousin cause du procès entre le cardinal d’Albret et son père, seigneurie d’Avesnes, etc.

[202] mot non déchiffré.

[203] en marge gauche : n° I.

[204] en marge gauche : n° 6.

[205] en marge gauche : charte datée, regnant le roy de France, l’eveque de Perigueux, et le sgr de Bergerac. / Andoy eveque de Perigueux.

[206] non déchiffré.

[207] en marge gauche : Guy d’Aubusson, etc. / comment la maison d’Aubusson est entrée en Périgord.

[208] nom peu lisible.

[209] en marge gauche : Vernh passe au seigneurs de La Mothe, en vertu de l’arrest de condamnation etc.

[210] en marge gauche : J. Ranconnet, secretaire de Jehan de Bretaigne.

[211] fin de ligne illisible.

[212] en marge gauche : n° 7.

[213] nom douteux.

[214] en marge gauche : bastide de St Louis, 1310.

[215] en marge gauche : bastide de Vernh en 1310.

[216] Note (Cl. R.) : Le dossier E 729 contient une quittance datée de 1500, dans laquelle le sieur de Puyguyon se dit seigneur de Roussille (voir ce document sur notre site)

[217] in dossier E 792 aux AD 64 (supposition)

[218] en marge gauche : Note. Comput. Diplomat. On trouve souvent ces mots : avant Pasques, après Pasques, à la suite d’une datte, pour entendre cet usage, il faut remarquer qu’alors que l’année ne commençoit qu’à Pasques, le meme quantieme du mois depuis le 22 mars jusqu’au 24e avril pouvoit se trouver deux fois dans une même année. En voici un exemple dans cet acte, l’année 1502 commencée avec le jour de Pasques le 27 mars. Le 5 avril suivant appartient à l’année 1502, mais comme l’année 1503 qui suit ne commence que le 26 avril, le 5 avril étoit donc encore de l’an 1502, si donc on avoitdaté simplement le 5 avril 1502, on ne specifioit rien, on laissoit un embarras d’une année entiere, puisqu’on auroit pu prendre ou le premier 5 avril ou le second. Mais pour eviter l’embarras, on disoit 5 avril 1502, ce qui s’entend du premier, plus eloigné de la Pasque de 1503, si on avoit voulu marquer le second, on auroit dit le 5 avril 1502, avant Pasques, c'est-à-dire avant la Pasque de 1503, ainsi, le mot après Pasques, s’entend toujours de la Pasque de l’année courante, et le mot avant Pasques s’entend toujours de la Pasques de l’année qui va prochainement commencer. Leydet.

Toutes les années ne sont pas dans ce cas pour le même jour. Ainsi la chose n’auroit pas eu lieu supra si la Pasques de 1503 eut été entre le 22 mars et le 5 avril sic de [non déchiffré]. Quelquefois, les notaires le negligent et c’est une inadvertance, ainsi le dernier de mars 1500, n’indique rien, parceque l’année 1500 commence par le 31 mars [non déchiffré], et finit au 11 avril à [non déchiffré].

[219] mot illisible.

[220] en marge gauche : Vauclaire, chartreuse en Perigord, fondée par les comtes.

[221] illisible.

[222] en marge gauche : prieuré de Landia, autrement dit prieuré de Jarousti membre dependant de Chancellade, reuni à Vauclaire par l’autorité du pape (en ce cas la donation de ce prieuré est dans le cartulaire de Chancelade).

[223] en marge gauche : droits sur Jarrousti cedés par les chartreux pour le tiers de la tenance (Barta), 1458.

[224] fin de ligne non déchiffrée.

[225] en marge gauche : iter quadrigale, gloss.

[226] non lisible.

[227] en marge gauche : n° 17.

[228] en marge gauche : n° 20 / agriculture, commerce, 1464.

[229] espace à blanc ici, sans aucune donnée chiffrée.

[230] en marge gauche : n° 21 / Consuls de la bastide de St Louis troublerent le comte de Perigord etc., 1328.

[231] en marge gauche : n° 28.

[232] en marge gauche : n° 29 / Bastide de Benevent, 1276.

[233] en marge gauche : n° 30 / 1272.

[234] en marge gauche : esclusagium, gloss.

[235] en marge gauche : n° 34 / Archambaut comte de Perigord, 1284.

[236] en marge gauche : liasse n° 38.

[237] en marge gauche : liasse n° 39 / lettres d’Odet d’Aydie / Odet d’Aydie seneschal de Carcassonne.

[238] en marge gauche : tout ceci est immediatement apres le traité de Nantes.

[239] en marge gauche : liasse n° 39.

[240] en marge gauche : Charles de Talayrand, sgr de Grinhol, lieutenant du comte de Perigord, 1446.

[241] en marge gauche : (30 decembre 1771)

[242] en marge gauche : n° 5 / lettres royaux impetrés par Odet d’Aydie, sgr de Riberac contre le roi de Navarre, 1505 / 13 fevrier 1772.

[243] mot non déchiffré.

[244] toponyme non déchiffré.

[245] en marge gauche : n° 13.

[246] en marge gauche : n° 2 / Maurigon de Bideran et Guy Charnault de Biderene son fils (ces mots sont lisibles et en toutes lettres) / 1500 / copie collationnée et signée sur papier / Biron, Bergerac.

[247] mot non déchiffré.

[248] en marge gauche : Ce T espece [non décrypté] paroit tenir lieu d’un nom propre comme aujourd’huy la lettre N., et autrefois l’abbrev. [non décrypté] est encore de l’autre part, Leydet.

[249] en marge gauche : n° 5.

[250] en marge gauche : droit feodal ancien. / suites de la felonie restraintes. / incursum gloss. incorremen.

[251] cotté 10 dans l’inventaire de Jean Fabri (note Cl. R.)

[252] en marge gauche : n° 1 / Edouard duc d’Aquitaine cede à Jehan duc de Bretagne dix mille livres de rente sur Bordeaux et Blaye, 1325.

[253] en marge gauche : n° 2 / Bernard Ezii sgr d’Albret / n° 2 et 5 et 7, idem. / Bernard Ezii.

[254] patronyme douteux.

[255] en marge gauche et au bas de la page (peu lisible) : [peu lisible] dominus de Barey. / Cette piece qui commence en patois gascon, le mot latin Antonius Usus Maris est mis en patois n’Antoni Us de Mar., ainsi d’« n » initiale se mettoit avant les voyelles des noms propres etc., en 1340. (voir notamment à propos de ce personnage le Calendar of Patent Rolls, (Edward II & Edward III), sur le site de l’université d’ Iowa

http://www.uiowa.edu/~acadtech/patentrolls/ (note Cl. R.))

[256] en marge gauche : le roy d’Angleterre a fait saisir les rentes que Jeann de Perigord levoit sur le marché de Bordeaux, parce qu’elle etoit du parti du roy de France, il les fait restituer quand elle revient à son obéissance, en 1340.

[257] en marge gauche : n° 3 / droits du comte de Perigord sur Blaye cedés au roy d’Angleterre. / vide infra n° 6.

[258] mot incomplet dans le texte.

[259] mot non déchiffré.

[260] en marge gauche : n° 4.

[261] en marge gauche : dans l’acte n° 8 infra, pour cette meme rente, il est dit que ces trois cents livres luy avoient été assignées par son mary, ratione obligationis dotis et osculi.

[262] en marge gauche : Bordeaux compris dans la seneschaussée de Perigord en 1336.

[263] en marge gauche : ces lettres (prout ut in quibusdam litteris citatoriis papireis sigillatis in dorso sigillo magistri Guillelmi Bonaffasi, notarii publici ipsius domini nostri regis commissarii in hac parte deputati per  nobilem et potentem virum dominum Petrum de Mirmanda militem senescallum petrag. et caturc. pro dicto domino nostro rege (ainsi voilà l’usage du papier des le 8 aout 1336).

[264] passage en surcharge entre les lignes parteillement illisible (ratures, etc.)

[265] en marge gauche : Jean de Samadeto repond au sergent qu’il a payé le revenu de la coutume de Bordeaux à noble Jean de Grelyas, et au procureur de Jehanne de Perigord [peu lis.] diem XIII mensis maii anno 1336 ensuite au noble de Grely, exceptis sex libris [peu lis.] ipsi procuratori , et de cetero nol. magis me remittere. (Bataille de Crecy fut sans doute la cause de ce changement).

[266] en marge gauche : n° 6 / Le comte de Perigord cede au roy d’Angleterre ses droits sur Blaye. 1319. Vide supra n° 2.

[267] en marge gauche : Helias Talayrand comte de Perigord eut sept enfans de Brunissende de Foix, 3 garçons et 4 filles. Helie Talayrand depuis cardinal, dit de Perigord.

[268] en marge gauche : Agnès femme d’Helie Talayrand comte de Perigord.

[269] texte en surcharge entre les lignes : (presque effacé … [suite illis.]).

[270] en marge gauche : Le cardinal de Perigord et le comte Roger-Bernard etoient jumeaux, et nés en 1305. Le cardinal, ainé de Roger, mourut en 1364, agé de 59 ans / suit une note diplomatique sur l’écriture en 1319 des lettres « A », « b », « C » et « r » dans la syllabe « tra ». Le lecteur peut, à ce propos, se reporter au manuscrit original.

[271] en marge gauche : exceptions dans les renuntiations d’usage.

[272] en marge gauche : diplomatique, instrument fait per indenturam, quid ? en usage encore en 1319.

[273] en marge gauche : nouvelle formule introduite pour les sceaux.

[274] Johanne et non Helia dans le manuscrit (note C. R.)

[275] en marge gauche : Saintonge au roy d’Angleterre en 1319.

[276] en marge gauche : divisio per a, b, c, en usage en 1319.

[277] en marge gauche : n° 8.

[278] en marge gauche : Jehanne de Perigord epouse de Pierre de Bordeaux aussi nommé Sausanerius sgr de Taillebourg qui avoit preté le serment de fidelité à Charles de Valois.

[279] en marge gauche : sceau entre deux papiers de 1334.

[280] en marge gauche : n° 2 / caractere du duc d’Orleans, Louis, etc.

[281] en marge gauche : n° 3.

[282] en marge gauche : Charles VI se plaint des entreprises faites contre sa personne par Charles d’Orleans, Jehan de Bourbon, J. d’Alençon, Charles d’Albret, etc. qui avoient formé le projet de le detrôner, etc.

[283] ???, supposition, sans certitude.

[284] « CONTENTOR, (Jurisprud.) dans l’usage s’entend d’un droit de registre qui appartient aux audienciers des chancelleries. Ce terme tire son étymologie de contentare, qui dans la basse latinité signifioit contenter. L’officier écrivoit ce mot contentor comme une quittance de son droit, pour dire je suis content, on m’a satisfait, sans dire ce que l’on avoit payé ; et comme cette forme de quittance étoit propre aux audienciers des chancelleries, on s’est imaginé que contentor signifioit le droit même qui étoit payé. L’usage de ce droit est fort ancien, puisqu’on trouve une ordonnance du mois d’août 1363, à la fin de laquelle il y a ces mots, visa contentor ».

Source internet en date du 17/11/2010 :

 http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Diderot_-_Encyclopedie_1ere_edition_tome_4.djvu/117

[285] en marge gauche : Agenois cedé au roy d’Angleterre par Philippe le Hardy le 23 mars 1279.

[286] en marge gauche : paix entre St Louis et Henri III d’Angleterre en octobre 1279.

[287] « Deux chartes originales en parchemin qui étaient scellées, sur lacs de soie verte, de sceaux aujourd'hui disparus. Une copie de cette donation existe aussi aux Archives du département du Lot-et-Garonne. Elle est délivrée sous le sceau de l'official de Périgueux : «die; mercurii ante festum Penthecostem, videlicet decima octava die introytus mensis maii... anno.., 1344 ». Le sceau, en cire jaune, de forme ovale, est appendu sur cordelettes de fil blanc. Il représente, dans le champ, l'agneau portant la bannière et soutenu d'une fleur de lis en pointe. Légende : S. CURIE PETRACOR. » (A. Bosvieux, archiviste départemental de Lot-et-Garonne).

[288] en marge gauche : n° 2 / Ce vidimus de donation a été collationné par moy Leydet, sur l’original même cotté n° 5.

[289] en marge gauche : gloss. praecamen.

[290] passage peu lisible entre les lignes, fin de ligne illisible.

[291] en marge gauche : Don fait à Marie comtesse de Perigord par Alfonse comte de Thoulouse, 1270.

[292] en marge gauche : Grateloup, confiscations pour cause d’heresie.

[293] en marge gauche : comput. XVIII Introitus mensis …

[294] en marge gauche : n’avia est affirmatif, l’n est une lettre paragogique / dans le gascon, n’Archambaut.

[295] ou Leders (le « a » final semble barré)

[296] en marge gauche : beat. Caprais d’Agen.

[297] en marge gauche : n° 4.

[298] le toponyme entre parenthèses n’a pas été déchiffré.

[299] en marge gauche : Le prince de Galles fait saisir les terres du comte de Perigord en 1368.

[300] patronyme non complètement déchiffré par Leydet, manuscrit davantage détérioré aujourd’hui (Cl. R.).

[301] en marge gauche : n° 8 / ex autograph.

[302] en marge gauche : precautions du roy d’Angleterre avec le cardinal de Perigord, 1360. / voyez Acta Publica Th. Rymer, tome 2.

[303] en marge gauche : n° 1.

[304] en marge gauche : cas prevot. chemins, port d’armes, 1324.

[305] Cette charte est également présentée dans le tome 78 du Fonds Périgord de la BnF, f° 155.

[306] en marge gauche : n° 2 / diplôme du roi Jean du don fait au comte de Perigord, Roger-Bernard, du Mont-de-Dome et de la Tour-Blanche, 1356.

[307] en marge gauche : conditions pour un demembrement du domaine royal, suivant l’ancien usage de la chambre des comptes de Paris, 1356.  Voyez Mr Bouquet, droit public.

[308] en marge gauche : ex authentico in pergam.

[309] en marge gauche : n° 5 / Gouvernement de Dome donné par Charles VII au seigneur de l’Aigle, comte de Perigord, 1438, 2 sept.

[310] Toulouse.

[311] en marge gauche : n° 6 / lettres patentes Edward prince de Galles en faveur du comte de Perigord, 1363 / selon le traité de Bretigny, les chartres, le comte de Perigord doit etre retabli dans ses possessions, etc.

[312] Tentative de conciliation entre le roi de France et Archambaud de Périgord  (cf Dessalles « Histoire du Périgord, tome II p 346), après la prise et l’occupation de Montignac par Robert de Bethune et le sénéchal du roi. Il est étonnant, et particulièrement interessant, que ce document, émanant d’officiers royaux français, soit rédigé en occitan : est-ce la lettre d’origine, ou sa traduction à l’usage des autochtones concernés  et de leurs archives ?

[313] Note de Jean Roux : Ce document est la copie d’un original (ou sans doute, d’apès certaines différences, d’un autre exemplaire…) conservé aux AD de Pau, dossier E 776, pièce 7. Voici ici en gras les différences ; toutes ces fautes de lecture peuvent être de Leydet

- Ce que porte l’original :

Nobleri : mauv. lecture de Robbert –  el – Leyre –  Peregort – Tignonvila – Guienne est francisé, original effacé)- no a gaire – nos aja trames dever (= nous aie envoyé vers, auprès de )– aja mesas (aie mises)– metre sas fortalessas – elli ? mots effacés ds le manuscrit : ss doute [ella ma del] rey… – letras – dejus nomnatz – cascu – desus – vogar e far vogar – alcubandimen (bannissement) – decassarem (futur) e metremvolran aver (voudront avoir) – haver (l’original de Pau porte aver, mais la graphie ancienne avec h- du latin est courante – effacé dans l’orig. sauf la finale –an pour juraran – tostems mays, ou mais (toujours dorénavant)– enver – outra eysso (outre cela)(l’original de Pau porte otra, mais oltra /outra sont des variantes anciennes) –  ponctuation inexacte, la phrase est : …, et outra ceysso nos…= …, et outre cela nous…– prometem (le doublement des tt est un francisme de Leydet…) – aja en un seul mot, subj prés, = qu’il aie le dit comte en sa bonne grâce – e lhi – aquestas en un seul mot – de nostre propri sage

[314] en marge gauche : n° 7 / Lettres du roy Charles VI de remettre le comte de Perigord en son premier etat, de l’an 1394, 15 may.

[315] non déchiffré.

[316] en marge gauche : n° 3.

[317] non déchiffré.

[318] ici, 3 lignes peu lisibles en haut de page, sans guère de rapport avec ce qui suit ou précède (note Cl. R.)

[319] en marge gauche : n° 2 / Charte de Philippe le Bel contenant l’echange que fit ce prince avec Helie Taleyrand de Perigord pour Auvillars, etc., 1301.

[320] en marge gauche : evaluation de la monoye de Morlas.

[321] en marge gauche : 1344 livres 9 deniers morlas = 2150 livres 9 sols 2 deniers tournois en 1301.

[322] en marge gauche : terres cedées par le comte de Perigord au  roy Philippe le Bel.

[323] non déchiffré.

[324] ibidem.

[325] en marge gauche : evaluation de la monoye arnaldine.

[326] ???.

[327] en marge gauche : terres cedées au comte de Perigord par le roy Philippe le Bel.

[328] en marge gauche : Puynormand / Villefranche.

[329] en marge gauche : evaluation de la monoye perigordine.

[330] en marge gauche : Estissac / Beauregard.

[331] en marge gauche : ce sont les livres, mais la suite les fait retrouver en valeur tourn.

[332] en marge gauche : evaluation de la monoye de Quercy.

[333] mot à demi rayé.

[334] Leydet a voulu rayer ce passage dans son ensemble, me semble-t-il (Note Cl. R.)

[335] en marge gauche : les terres cedées au comte de Perigod en 1301 sont restituées au roy d’Angleterre en vertu d’un traité de paix. Philippe le Bel cede d’autres fiefs au meme comte par une charte de l’an 1305.

[336] La table des matières à la fin du recueil n° 4 ne mentionne pas cet acte, quiest rédigé sur un petit feuillet inséré ici, et qui masque partiellement la charte qui suit. Il est lui-même très peu lisible par endroits, et nous avons laissé ici de nombreux « blancs ».

[337] non déchiffré.

[338] en marge gauche : bistambir, gloss.

[339] en marge gauche : franc alleu.

[340] en marge gauche : dreturiera senhoria : dominium directum.

[341] en marge gauche : gloss. : dreturage.

[342] en marge gauche : dime du Pizou au comte de Perigord.

[343] non déchiffré.

[344] en marge gauche : n° 17.

[345] en marge gauche : 1359, l’entrée du mois comptée jusques au 19.

[346] en marge gauche : Augir de Pelagrua

[347] non déchiffré

[348] ibid.

[349] ibid.

[350] en marge gauche : n° 19 / Le roy Jean ote à l’archeveque de Bordeaux ses chateaux et chatellenies de Montrevel pour les donner au comte de Perigord. / motif de ce don.

[351] en marge gauche : l’archeveque de Bordeaux qui siegeoit alors etoit Amanieu II de la Rote, c’est lui qui donna l’epée et l’etendard au prince de Galles avant la journée de Poitiers, et c’est de son temps que le roi Jean fut amené à Bordeaux.

[352] en marge gauche : gloss. misia.

[353] en marge gauche : c’est sans doute l’attachement de cet archeveque pour le prince de Galles qui porta le roi Jean à oter à ce prélat sa chatellenie de Montrevel. Leydet.

[354] en marge gauche : n° 1.

[355] mot non déchiffré.

[356] la table des matières contient une erreur. Il s’agit de deux sols, et non de dix (note Cl. R.).

[357] non déchiffré.

[358] ibid.

[359] ibid.

[360] ibid.

[361] ibid.

[362] non déchiffré.

[363] non lisible.

[364] en marge gauche : Helie de Talayrand jouit des vicomtés d’Aultvillars et Lomagne du vivant meme de son pere.

[365] patronyme peu lisible.

[366] en marge gauche : n° 7 / ex authentico.

[367] en marge gauche : n° 8.

[368] en marge gauche : vicomté de Hauvillars et la terre de Barcodan et de Ciutades établis pour dot de Philipa femme de Helies Taleyrand.

[369] mot non déchiffré.

[370] en marge gauche : requete du comte de Perigord au roy de France contre plusieurs griefs etc., vers 1320.

[371] raturé, peu lisible.

[372] peu lisible.

[373] non déchiffré.

[374] ibid.

[375] ibid.

[376] ibid.

[377] en marge gauche : exactitude des engagements de Philippe le Bel, etc.

[378] en marge gauche : jurisdiction de la ville de Perigueux saisie et mise sous la main du roy pendant plus de 4 ans, à cause d’excès commis par les maire et consuls de cette ville, voyez les Olim supra, et autres actes dans mes collections supra faites à Pau et celles de l’eveché de Perigueux.

[379] mot non compris.

[380] mot non compris.

[381] en marge gauche : fonds occupés par les juifs rentrent dans les mains des seigneurs, au temps de leur expulsion de France.

[382] en marge gauche : n° 9.

[383] mot non compris

[384] ibidem.

[385] ibidem.

[386] en marge gauche : n° 17.

[387] en marge gauche : n° 18. / Suite de seigneurs de Lomagne et Hautvillars.

[388] non déchiffré.

[389] en marge gauche : ces paroles semblent indiquer que le comte d’Armagnac tenoit ces vicomtés du roy d’Angleterre, qui qui dans ce cas les auroit prises à la maison de Gout. / Il les tenoit de la maison de Gout par son mariage avec Sibille de Goût, petite niece du pape Clement V. Voyez l’histoir. ms des comtes d’Armagnac dans mes collections msc. de Doat (Leydet).

[390] en marge gauche : le commencement de cette piece manque [3 ou 4 mots non déchiffrés] de Bertrand de Gout dans ce qui reste.

[391] en marge gauche : pour l’origine des communes etc.

[392] nous sommes conscient que notre transcription laisse beaucoup à désirer, mais la lecture de l’écriture de Leydet est ici fort difficile. Nous prions le lecteur de nous excuser de ces lacunes ou erreurs (note Cl. R.).

[393] en marge gauche : n°XI / en parchemin fort gaté, ecrit vers 1370, copie non signée.

[394] ce que nous lisons (note Cl. R.).

[395] mot peu lisible, non déchiffré.

[396] mot non compris.

[397] patronyme non déchiffré.

[398] en marge gauche : ainsi ecrit [f--te] LX decimo.

[399] mot partiellement et rayé entre les deux « villae ».

[400] mot partiellement raturé et rayé.

[401] en marge gauche : in duodecima manu jurare.

[402] mot non compris.

[403] en marge gauche : difficulté des voyages.

[404] mot non compris.

[405] en marge gauche : gaige de bataille pour les bourgeois.

[406] en marge gauche : change de monnoye prohibé aux non privilegiés.

[407] en marge gauche : police pour les incendies.

[408] suit, dans la marge gauche, un mot non compris.

[409] en marge gauche : Chap. 13 n° 65.

[410] passage non compris

 [411] en marge gauche : Chap. 16 n° 120.

[412] mot non compris.

[413] en marge gauche : succession à la comté de Perigord.

[414] mot non compris.

[415] mot non compris.

[416] en marge gauche : addition marginale de la main supra.

[417] suite d’abréviations non déchiffrées.

[418] mots non compris.

[419] en marge gauche : Chapitre 16, n° 177 / nobles du Haut Limousin (1470)

[420] toponyme non assuré.

[421] difficile à déchiffrer.

[422] nom du sénéchal non déchiffré.

[423] en marge gauche : nobles du Bas Limousin, 1470.

[424]